Ace Attorney : Phoenix Wright – Justice For All

Ace Attorney : Phoenix Wright – Justice For All

Justice For All est peut-être l’épisode le moins bon de la trilogie Phoenix Wright, la faute à un fil conducteur inter-affaires moins évident que les deux autres, il n’en demeure pas moins solide. Toujours aussi savoureux en rebondissements, personnages loufoques avec en bonus, une plus grande place laissée au mysticisme avec l’arrivée du magatama qui prendra encore plus d’importance pour le point d’orgue qu’est sa suite, Trials & Tribulations. C’est d’ailleurs dans l’optique de mieux comprendre les subtilités de ce dernier, meilleur volet de la trilogie et de toute la série, qu’il serait bien judicieux de votre part de vous pencher sur Justice For All

Ace Attorney : Phoenix Wright – Trials & Tribulations

Ace Attorney : Phoenix Wright – Trials & Tribulations

Must-have de la série si ce n’est carrément de la DS, Trials & Tribulations est tout simplement la crème de la crème de la série Ace Attorney. S’il n’y a qu’un seul opus que vous deviez toucher, c’est bel et bien celui-ci !

Another Code : Mémoires Doubles

Another Code : Mémoires Doubles

Another Code est la définition même du jeu où il est difficile de conclure. Au sortir de son parcours, on se dit que c’est un bon jeu. Malheureusement, sa faible durée de vie, une certaine sensation venant se greffer avec le recul que le potentiel présent n’est pas pleinement exploité ainsi qu’un facteur de rejouabilité plutôt faible fait basculer l’aiguille de la balance vers le milieu avec l’affectueuse mention « Peut mieux faire ». Ce que Cing a sagement et judicieusement fait avec son jeu suivant, un certain Hotel Dusk. Il n’empêche que par-delà ses défauts, cet Another Code nous plonge dans une expérience (trop) courte, certes, mais surtout belle et touchante

Arumana no Kiseki

Arumana no Kiseki

En résulte que, après quelques poignées d’heures passées en sa compagnie, Arumana no Kiseki est un titre fichtrement sympathique et attachant, proposant une ambiance parfaitement dans le trip archéologique, un gameplay plutôt original pour l’époque – Bionic Commando étant sorti au même moment en arcade – et une bande-son plutôt addictive et réussie.

Barbie as the Princess and the Pauper

Barbie as the Princess and the Pauper

Finalement, même si ça aurait pu être bien pire, Barbie As The Pauper est difficile à conseiller. Techniquement acceptable, l’ennui provoqué est tel qu’on aurait même l’impression qu’un gosse est pris pour un con. Alors, si on pouvait éviter qu’ils deviennent un adulte au QI d’huître, le monde s’en portera mieux. Après, s’il s’agit d’une petite fille véritablement fangirl de la poupée Mattel qui serait âgée d’entre 3 et 5 ans ayant plus l’intention de remplir son capital esthétique en lieu et place de sa caboche pour se retrouver à terme sur le podium de Miss France, la coller devant l’émulateur pourrait au moins avoir l’avantage d’offrir une ou deux heures de répit avant son prochain caprice

Baroque

Baroque

Les remakes ont la côte auprès des développeurs. A l’heure où le développement d’un jeu coûte des sommes folles, il est de coutume de ressortir ses anciens succès pour les remettre au goût du jour. Grâce aux routines et background déjà existants, les sociétés gagnent énormément de temps. Et comme il est de bon ton ..

Bayonetta 2

Bayonetta 2

Esthétique superbe, technique irréprochable, maniabilité intuitive et incroyablement précise, durée de vie excellente, scénario non révolutionnaire mais gagnant dans l’association au premier, humour omniprésent, bande son impeccable. Bayonetta 2 est, à sa sortie, ce qui se fait de mieux sur Wii U, et par extension dans son genre, réussissant le pari fou de supplanter son grand frère que nous pensions déjà indéboulonnable

Brothers in Arms DS

Brothers in Arms DS

Brothers in Arms fait partie de la caste des jeux dont on pensait toute adaptation impossible. Le titre d’Ubisoft se déroulant dans des environnements entièrement en 3D, notre chère portable n’a pas réputation à gérer ceci aisément, même si, heureusement, elle a su en impressionner plus d’un depuis quelque temps avec des titres tels que ..

Chôsôjû Mecha MG

Chôsôjû Mecha MG

La Nintendo DS propose un beau panel de jeux de mechas et chose surprenante, les tests de tels softs ne sont pas légion sur le net. Qu’à cela ne tienne, nous allons tout de suite y remédier par l’intermédiaire de celui de Chôsôjû Mecha MG. Les amoureux de jeux entièrement localisés dans la langue de ..

Conversation Notebook For Travel America

Conversation Notebook For Travel America

La Nintendo DS est la console aux jeux concepts. C’est indiscutable, nous n’avons jamais eu autant de jeux bizarres sur une même console. Nous avons vu, grâce à la Nintendo DS, l’émergence d’une flopée de jeux qui n’en sont pas réellement. Il est difficile de les classer comme jeux (tel que nous en avons l’habitude) ..

Dead or Alive Dimensions

Dead or Alive Dimensions

Sorti en 1996 sur Playstation et Saturn, après avoir montré son nez dans les salles d’arcade, Dead or Alive a amené sa pierre à l’édifice du jeu de baston grâce à ses dangereuses arènes. Si jusqu’à les softs du genre se contentaient de proposer des rings, avec ou sans précipice, DOA de son petit nom ..

Devil Survivor

Devil Survivor

Dernière série en date d’Atlus plus ou moins rattachée à la licence fleuve des Shin Megami Tensei, les Devil Survivor se distinguent du modèle qu’offrait le plus souvent la saga ces dernières années en y ajoutant une bonne dose de T-RPG, et ils en profitent pour offrir une esthétique manga branchouille et proposer un scénario ..