Agent A : Casse-tête d’espions

Je m'appelle A... Agent A

Genre
Point'n click / Escape game
Développeur
Yak & Co
Éditeur
Yak & Co
Année de sortie
2016

Au pays des petits titres originellement sortis sur téléphones/tablettes qui finissent par débouler sur PC et consoles à des prix prohibitifs, nous allons nous attarder sur Agent A : Casse-tête d’espions. Sortis de base sous forme épisodique, ce petit point’n click typé escape game d’espionnage montre ce que les formats mobiles savent faire de mieux : on se contente de l’essentiel, avec une certaine légèreté dans les encornures, le tout pour un résultat efficace et solide. Alors lorsque l’on tombe dessus sur l’eShop Nintendo avec un joli rabais de 90%, on ne se fait pas prier et l’on se plonge dans ce petit jeu pop-corn la fleur au fusil.

A quoi ça ressemble ?

Coloré et élégant, Agent A nous montre ce qu’aurait pu être une adaptation de James Bond en style retro-cartoon. Un visuel, dont on sent pertinemment ses origines sur formats mobiles, qui fonctionne aussi bien que l’ambiance sonore, inspirée du fameux thème de La Panthère Rose, bien que l’on déplorera sa répétitivité. Nous incarnons un agent secret du MIA, censé mettre hors d’état de nuire une espionne du nom de Ruby La Rouge qui aura tôt fait de nous piéger dans sa mystérieuse villa jonchée d’énigmes et autres mécanismes/gadgets. Ce qui nous amènera à avancer pour s’extirper de cette mystérieuse « prison grand luxe » tout en mettant des bâtons dans les roues de notre geôlière.

Comment ça se joue ?

Le soft se joue comme le plus accessible des point’n click avec une prise en main stick/bouton des plus instinctives. Présenté comme un escape game, on sera amené à visiter une succession de nombreux tableaux afin de glaner de petites trouvailles et autres appareillages/passages secrets menant à des énigmes/casses-têtes variées, le tout subdivisé en cinq gros chapitres.

Pourquoi on en parle ?

On appréciera la fluidité dans l’avancée : sans aller dire non plus que l’on puisse poser son cerveau sur la table, le jeu mise tout sur son côté limpide et logique. On a tôt fait de comprendre où cet objet se doit d’aller ou encore à quel type de casse-tête l’on se retrouve confronté. Agent A est un titre accessible qui mise tout sur son côté détente et ne viendra jamais nous embêter avec des résolutions saugrenues et autres complexités inutiles, hormis le fait d’avoir de quoi noter (la bonne vieille méthode du papier/crayon ou vivre avec son temps et profiter de la fonction « capture d’écran » de la console, au choix). Qui nous demandera parfois de faire quelques allers-retours, pas forcément gênants dans ce cas précis étant donné que les passages d’un tableau à l’autre se font en un clin d’œil. Au final, Yak & Co mise tout sur une certaine simplicité et sobriété, y compris dans sa petite histoire, légère mais amplement suffisante pour servir de prétexte à évoluer dans cette villa. Seul bémol : le prix affiché sur consoles et PC, contrairement à sa version native sur téléphones/tablettes, à plein tarif, clairement trop élevé pour cette petite aventure de 4 à 6h, aussi efficace puisse-t-elle être. Malgré tout, les (parfois gros) rabais reviennent régulièrement.

Agent A : Casse-tête d’espions
Appréciation
Simplicité, sobriété et efficacité, voilà ce qui nous attend dans ce Agent A : Casse-tête d'espions. Contrairement à d'autres représentants du genre, l'avancée se fera de manière fluide et limpide tant la logique prime ici. La variété est au rendez-vous afin de ne pas s'en lasser tout du long de ces cinq chapitres. Bref, cela paraît de prime abord léger mais ne demeure non moins solide dans sa formule qui se révèle fort divertissante.
Points forts
Soigné en terme d'esthétique et d'ambiance
Des énigmes logiques
Durée de vie honorable compte tenu de son origine de jeu mobile
Points faibles
Un prix de base excessif pour les versions console
Des allers-retours parfois réberbatifs

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
Preview : Life Is Strange 2