Cosmic Star Heroine

Cosmic Star Heroine

Nous sortons partagés de l’aventure Cosmic Star Heroine. Partagés entre l’évidente qualité du jeu, son système de combat original et très bien pensé, sa bande son parfaitement en accord avec l’ambiance, son casting haut en couleurs, d’un côté, et notre absence d’implication dans la trame principale et le manque de développement de son univers. Peut-être aussi un peu déçus de ne pas retrouver l’humour de ses développeurs, ici désireux d’offrir un conflit plus sérieux mais finalement moins bien écrit. Il n’en reste que Cosmic Star Heroine est un RPG de bonne facture, quel que soit son support

Dangan GB

Dangan GB

Autant dire que le petit processeur de la Game Boy est mis à rude épreuve mais semble se retrouver une seconde jeunesse avec ce Dangan GB. En plus d’être un excellent cadeau pour les 30 ans de la brique à cristaux liquides de Nintendo, il s’avère être un petit bijou savamment façonné en réussissant à faire rentrer dans 256 kilobits un beau défi technique, un gameplay réussi et corsé ainsi qu’une partie musicale de haute volée.

Darksiders 2

Darksiders 2

Il parait que qui aime bien châtie bien. Pour ma part, j’ai tant aimé le premier Darksiders que je n’aurais jamais imaginé châtier si vertement son petit frère. A vrai dire, je ne peux pas m’empêcher d’avoir un léger pincement au cœur en écrivant cette critique. Mais il s’agit en quelque sorte d’un moyen de tourner la page. De l’attente trépignante de la sortie du jeu à l’immense enthousiasme des débuts, puis des premières très mauvaises surprises à la désillusion totale et définitive, Darksiders 2 a été une expérience personnelle qui a besoin d’une fin digne de ce nom, en plus d’avoir été un sacré ascenseur émotionnel. Malheureusement, il ne s’agit pas vraiment du style d’émotion auquel je m’attendais en mettant le disque dans la console

Dead or Alive Dimensions

Dead or Alive Dimensions

A l’image de Street Fighter IV 3DS, Dead or Alive Dimensions n’est absolument pas un episode au rabais dû au support portable, bien au contraire. Les développeurs de Tecmo-Koei, pour leur premier DOA sans Itagaki, ont réalisé un véritable best-of de la série reprenant tout ce qui a fait le succès de Dead or Alive. Un gameplay simple, des décors aux multiples tiroirs, des babes, plein d’objets à débloquer, du jeu à plusieurs très agréable et un plaisir de jeu de tous les instants. Maintenant, il faut bien reconnaître que le manque de nouveautés est pardonné par le statut de jeu anniversaire. La sanction sera plus cinglante si ce constat venait être apposé au futur Dead or Alive 5

Devil Survivor

Devil Survivor

Pour une série ayant si peu d’expérience en matière de T-RPG, Devil Survivor est une surprenante et incontestable réussite. Et si le jeu brille d’abord par l’atmosphère d’urgence et de tension qui va avec une ambiance de fin du monde vécue par le bas, il parvient également à faire la démonstration qu’on peut conjuguer un scénario cadré, riche et haletant avec une grande liberté de choix qui laisse au joueur beaucoup de latitude. Qui plus est, la substantifique moelle du gameplay si typique des Shin Megami Tensei se conjugue à merveille avec les mécaniques de jeu d’un RPG tactique et en profite même pour atténuer (voire faire disparaître) des défauts et des archaïsmes que la série se traîne comme des boulets depuis bien longtemps. On sent dans Devil Survivor une attention portée au moindre petit détail, le genre de soin qu’on imagine mal un grand studio consacrer à un projet mineur. Atlus le fait. Merci à eux.

Devil Survivor 2

Devil Survivor 2

Devil Survivor 2, c’est donc un autre Devil Survivor premier du nom, à la fois plus carré au niveau du gameplay et désireux d’utiliser une formule maintenant bien rodée pour explorer d’autres thèmes en conservant une structure familière pour le joueur. Atlus n’en est pas à son coup d’essai en la matière, de la duologie Persona 2 au couple Persona 3 / Persona 4 en passant par les Devil Summoner mettant en scène Raidou Kuzunoha et les Digital Devil Saga. Et si d’autres compagnies que nous ne nommerons pas ici se complaisent dans un recyclage stérile et redondant, Devil Survivor 2 est le fruit d’une longue expérience en matière d’optimisation du travail déjà accompli précédemment. C’est une démarche qui a aussi ses travers : une suite aussi inspirée par son aîné ne pourra que difficilement l’égaler en matière de fraîcheur et d’originalité. Mais une chose est sûre, utilisée avec parcimonie, la méthode est idéale pour accoucher d’excellents jeux. Devil Survivor 2 en est une preuve supplémentaire.

Dig Dug : Digging Strike

Dig Dug : Digging Strike

Namco est réputé pour sa vilaine habitude à recycler ses vieilleries d’arcade datant des années 80. Sans atteindre pour autant la maîtrise d’un Capcom, mais les Namco Museum sont par exemple dans les esprits de tout le monde. Malheureusement, la plupart offre une liste de jeux dont certains ont bien vieilli. La société nippone adapte ..

Donald Couak Attak

Donald Couak Attak

Donald Couak Attak n’est pas un titre forcément très ambitieux. Il se repose sur la formule instaurée par Naughty Dog avec sa série des Crash Bandicoot, mais, tel un étudiant bien appliqué, il la reproduit de manière honnête. Désespérément simple, il permet de passer une sympathique soirée aux côtés du canard de Disney, avant de retourner dans l’oubli

Donkey Kong

Donkey Kong

Donkey Kong, par le biais de n’importe quelle version mais surtout avec celle sur Gameboy, est un titre fondateur qu’il convient de découvrir pour tous les amateurs de jeux vidéo. Que ça soit pour l’histoire qu’il y a autour (le premier jeu de Miyamoto, un jeu qui aurait dû être une adaptation de Popeye à la base, ou encore l’erreur dans le titre…) ou tout simplement pour se plonger dans un jeu avant-gardiste et ingénieux. Et si vous tombez sous le charme, les suites sont là (Donkey Kong Jr., Donkey Kong 3.)

Dr. Franken

Dr. Franken

Dr. Franken sur Game Boy donc. Contrairement à ce que laisse penser son titre écrit un peu partout en lettres gothiques, le jeu ne nous propose pas d’incarner le docteur Frankenstein, mais bien sa création, affectueusement nommé… Franky. Avant de décéder, son maître avait apparemment prévu d’offrir à Franky une compagne pour qu’ils puissent vivre ..

Dragon Ball Z Supersonic Warriors 2

Dragon Ball Z Supersonic Warriors 2

Voilà, le problème du jeu : sa facilité ; d’où ma réserve de début de paragraphe. Les modes semblent longs à terminer mais la difficulté n’étant pas très élevée, vous progressez très vite et obtenir tous les combattants n’est pas très éprouvant. Il reste alors le mode 2 joueurs si vous avez un pote qui le possède aussi.
Cette adaptation de Dragon Ball Z est donc réellement géniale. Le système de jeu, très fidèle à la série, est à la fois ingénieux et complet même si on pourrait éventuellement se plaindre du peu de coups. Heureusement, le dynamisme de l’action permet très vite d’oublier cela ainsi que la facilité de jeu et des décors assez moyens. Nous aurions pu demander une plus grande différence entre lui et son prédécesseur mais la qualité est au rendez-vous donc autant ne pas se plaindre

Dragon Quest Monsters Joker

Dragon Quest Monsters Joker

Malgré l’absence d’un réel scénario (il existe mais demeure d’un classicisme absolu), Dragon Quest Monsters J remplit totalement son contrat en nous amusant et en nous occupant de longues heures durant, sans l’ombre d’une lassitude. D’ailleurs, il en est presque décevant de le finir si vite (30 heures, je rappelle). On espérait encore plus. On rêve alors de rangs après A pour nous donner un espoir de continuité. Le boss de fin n’était finalement pas si méchant, on en veut un autre. Eh bien, soyez heureux, la fin est ouverte : vous pouvez continuer à jouer même une fois le générique visionné. Vous vous demandez si ce jeu est fait pour vous ? Si vous ne vous êtes pas reconnu dans les quelques catégories de personnes citées tout au long du texte, alors il y a des chances pour qu’il vous plaise. En tout cas, le plaisir a bel et bien été là en ce qui me concerne. Pourquoi pas chez vous ?