Tetris 64 (+ Bio Sensor)

Le jeu qui aime notre stress

Genre
Réflexion
Développeur
Amtex
Editeur
Seta
Année
1998

Bien que le fer de lance de la Nintendo 64 soit la 3D, elle est parfaitement capable d’afficher une 2D de qualité. Mischief Makers le prouve. Le plus célèbre des titres 2D ne pouvait pas la manquer : Tetris. Le concept a tenté une excursion en 3D avec Tetrisphere, mais le résultat ne fut pas concluant. Au Japon, Seta, par l’intermédiaire du studio Amtex, a préféré rester plus scolaire et moins tape-à-l’oeil que The Next Tetris avec son Tetris 64.

T’es triste ?

De prime abord, Tetris 64 a tout de l’épisode classique. Aucune subtilité dans le nom, un tableau de jeu en 2D, les mêmes tétrominos qui tombent et des lignes qui s’enchaînent. Au fil des points engrangés, les niveaux augmentent, et la vitesse de chute des blocs avec eux. Les quatre musiques du jeu peuvent paraître pauvres mais elles sont suffisamment bien pensées pour se faire oublier une fois les blocs apparus. L’économie a aussi été faite sur les décors de fond, peu inspirés, et, heureusement, peu mis en valeur. A chaque lancement de partie, trois types nous sont proposés, classique (A), avec un handicap de blocs déjà déposés (B) et un mélange des deux (C) ; et il est possible à chacun de choisir son niveau de départ (30 possibles). Tetris 64 est un Tetris, et un bon Tetris. Mais on lui en demande un peu plus. Heureusement, il en fait bel et bien un peu plus.

C’est gros, très gros !

Le mode Giga apporte une première nouveauté : les habituels tétrominos côtoient leurs versions maouss. Ces dernières sont autrement plus difficiles à caser. En revanche, lorsqu’une partie de la giga pièce disparaît dans une ligne, le reste s’effondre au lieu de rester en l’air, entraînant souvent des lignes en cascade. Très vite, cette capacité change la façon de jouer et il devient rapidement nécessaire de faire évoluer nos stratégies. Ce mode Giga est étonnamment satisfaisant, notamment grâce aux combos qui s’enchaînent une fois un giga tetromino détruit. Il est alors possible de renverser complètement une situation en une ligne bien réalisée. A noter que les deux modes, Classique et Giga, sont jouables jusqu’à quatre joueurs, sur le même écran. Merci la Nintendo 64.

Stressé ?

Mais la véritable idée derrière Tetris 64 se cache derrière le Bio Sensor. Il s’agit d’un accessoire vendu séparément (¥1800) et finalement exclusivement utilisé par le jeu de Seta. Agrippé à notre oreille, il permet de détecter notre rythme cardiaque. En enfonçant la cartouche dans la manette telle une carte mémoire, la console peut récupérer cette donnée, et en l’occurrence, la traduire en un niveau de calme. En Bio Tetris, deux groupes de nouveaux blocs arrivent, et non plus seulement des tétrominos (comprendre : plus uniquement quatre carrés), il y en a désormais des blocs de toute taille. Le groupe A propose cinq pièces supplémentaires très simples à placer, tandis que le groupe B regroupe des pièces aux formes tarabiscotées, propices à créer des trous dans nos lignes. Si notre rythme cardiaque s’emballe, le taux d’apparition des pièces du groupe B augmente. Il faut alors nous calmer pour revoir plus souvent celles du groupe A. 

Stressé oui, mais pas tout seul.

Ce comportement peut être inversé via les options. Ainsi, selon l’option choisie, l’intérêt est d’apprendre rapidement à rester calme, ou “on fire” pour maintenir le groupe A au maximum, en plus des classiques tétrominos de Tetris. Le principe du jeu reste, quant à lui, le même : création de lignes et augmentation du niveau, donc du score mais aussi de la vitesse de chute. A l’inverse des deux autres modes, seuls deux joueurs peuvent s’affronter en Bio Tetris. Il leur faudra par conséquent un seul jeu, mais bien deux Bio sensors, un par joueur/manette. En réunir deux étant déjà une épreuve, en soi, surtout des décennies après leur sortie (1998 tout de même), nous ne lui en tiendrons pas rigueur. De toute façon, en pratique, le Bio sensor ne constitue réellement qu’un gadget et ne bouleverse pas réellement notre façon de jouer. Le mode Bio Tetris n’a de véritable intérêt que pour ses nouveaux blocs, qui, eux, changent réellement la donne.

Tetris 64 (+ Bio Sensor)
Appréciation
Tetris 64 aurait pu n’être qu’un Tetris de plus si Seta et Nintendo n’avait pas tenté l’expérience Bio Sensor. Peut-être en prévision du Wii Vitality Sensor mis en chantier quelques années plus tard et finalement annulé. En tout cas, cet essai a pour lui son charme atypique, en complément d’une recette solide. Une fois la curiosité satisfaite et l’effervescence retombée, les modes multi-joueurs font tout le sel de ce volet Nintendo 64 exclusif au Japon. Entièrement en anglais, il fait partie de ces titres pouvant être importés sans crainte.
Points forts
Le Bio Sensor
Le mode Giga très addictif
Cela reste un Tetris très efficace
Un mode 4 joueur
Points faibles
Visuellement très, trop, sobre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.