Conseil de Lecture [vol.5]

La légende Dragon Quest & L’Oeuvre de Peter Molyneux

La légende Dragon Quest

224 pages, 160 x 240 mm, par Daniel Andreyev

Le format de cet ouvrage change quelque peu des habitudes de Third Editions. Il n’y a pas, ici, tellement d’analyse. Et l’auteur le dit lui-même en ouverture. Son objectif n’est pas de réaliser une chronologie des épisodes et de comprendre le sous-texte de chaque. Mais plutôt de revenir sur son histoire avec la licence pour nous expliquer le phénomène Dragon Quest au Japon. Daniel Andreyev revient ainsi sur ses premiers pas avec DraQue, enfant, sans oublier de redonner le contexte, aussi bien le sien que celui du Japon. L’auteur n’hésite pas à prendre la parole à de multiples reprises, nous racontant des anecdotes personnelles en rapport avec la série, tel un ami qui nous confierait de précieux souvenirs. Il casse quelque peu la distance qu’il pourrait y avoir entre lui et nous, ce qui change clairement des habitudes de Third Editions. Le livre tentant de s’adresser à tous ne se perd pas en fioritures, le style est élégant sans être complexe. Cela lui donne une agréable fluidité qui fait que les XXX pages se dévorent à toute vitesse. Si tant est que l’on s’intéresse un minimum à la licence Dragon Quest et notamment ce qu’elle a apporté au jeu vidéo, ainsi qu’au marché du jeu de rôle japonais. Le livre reste très accessible à tout un chacun, mais l’appétence est clairement un plus pour l’apprécier.


L’Oeuvre de Peter Molyneux

218 pages, 160 x 240 mm, par Raphaël Lucas

Point de récit ici. Cette parution chez Third Editions met en avant le parcours de Peter Molyneux au travers de multiples citations, extraites de plus de vingt heures d’interview. A l’inverse de bien d’autres livres du genre, la progression se fait au travers des souvenirs de Peter Molyneux. Et c’est passionnant. L’homme est connu de tous. Ses ambitions démesurées, ses projets pharaoniques au final décevants, mais également ses coups de génie font partie intégrante du monde du Jeu vidéo. Mais qui connaît réellement Peter Molyneux ? Sa vie privée, ses habitudes, ses souhaits, ses moments d’errement, ses réussites personnelles ? L’Oeuvre de Peter Molyneux réussit l’épineux exercice de nous raconter tout cela sans jamais franchir la ligne, sans jamais basculer dans le voyeurisme. Nous apprenons juste ce qu’il est nécessaire de savoir, avec parfois quelques anecdotes croustillantes. Le livre est profondément respectueux du bonhomme, en lui donnant la parole, en mettant parfois en perspective ses dires afin de les nuancer. Bien qu’il n’y a, tout de même, qu’un son de cloche, il faut reconnaître que le tableau dépeint, ni tout noir ni tout blanc, apporte une épaisseur au personnage, certes attendue, mais finalement peu connue. Le seul point faible du livre : malheureusement, le style de l’auteur, abusant de métaphores lors des paragraphes explicatifs ou de liaison, entre deux extraits d’interviews. Deux métaphores d’affilée pour exprimer ou reformuler la même idée, c’est au moins une métaphore de trop. Leur contenu n’en reste pas moins, la majeure partie du temps, intéressants – mises en perspective, précisions – il n’y a vraiment que la forme qui ennuie. Toutefois, il faudrait être de mauvaise foi pour prétendre qu’il s’agit d’un argument suffisant pour ne pas découvrir Peter Molyneux.