Gurumin : A Monstrous Adventure

Gurumin : A Monstrous Adventure

Quelques défauts pour un titre qui incarne la patte Nihon Falcom : Gurumin : A Monstrous Adventure va droit au but, pose son scénario et propose de plonger très rapidement dans le feu de l’action, avec une prise en main du gameplay très instinctive, dynamique et sans fioritures, et surtout de manière totalement maîtrisée. La simplicité toute assumée n’est pas une tare mais bien un atout, et le développeur le prouve une fois de plus, non sans proposer un lot de petits idées intéressantes ainsi qu’un univers rigolo et pertinent.

Pharaoh Rebirth+

Pharaoh Rebirth+

Pharaoh Rebirth+ est une véritable petite pépite. Maitrisé du début à la fin, il propose une aventure très réussie, en plus d’être un hommage passionné à Metroid et Indiana Jones. Rigolo et joli, il sera satisfaire les personnages amatrices d’exploration.

Illusion of Time

Illusion of Time

Pas grandiose, mais très sympathique, voilà comment l’on peut résumer cet Illusion of Time. Une aventure rythmée, des musiques excellentes, et un enrobage très mythologique n’arriveront pas à faire oublier une omniprésente linéarité.

MDK

MDK

MDK incarne la patte Shiny en tout point. Délirant, nerveux, maniable et grisant, il demeure encore aujourd’hui un grand classique du jeu-vidéo d’action, avec son chaos sans fausses notes, son level-design de qualité, sa terrible bande-son et son univers graphique sans pareil. En somme, un titre qui n’a pas le temps, mais qui fait les choses bien.

Azure Dreams

Azure Dreams

Voilà un curieux melting-pot, en plus d’une plutôt bonne réussite. Du D-RPG, un soupçon de gestion de cité, et un jeu de drague. Ces différentes parties, mises bouts à bouts, offrent beaucoup de choses à faire et à découvrir, et sont d’autant plus variées qu’elles sont complètement opposées. Malgré des problèmes techniques et une traduction hasardeuse mais souvent hilarante, l’expérience offerte par Azure Dreams demeure toujours aujourd’hui une expérience solide et intéressante.

The Silver Case

The Silver Case

Par son austérité et son apparente lenteur, The Silver Case n’est assurément pas fait pour tout le monde. Il propose pourtant une ambiance singulière et un scénario complexe, percutant et passionnant, en plus de personnages vraiment excellents et travaillés. Le premier jeu de Grasshopper Manufacture, véritable thriller graphique, réalisé avec les moyens du bord, reste encore aujourd’hui tout à fait à propos.

Le Manoir des Âmes perdues

Le Manoir des Âmes perdues

Sans être complètement à jeter, Le Manoir des Âmes perdues est quand même quelque peu raté.. En tant que suite, il ne propose absolument rien de nouveau, et régresse même quand on le compare à son grand frère sur Mega-CD : moins d’énigmes, moins d’exploration, moins d’audace.

Wario Land : Super Mario Land 3

Wario Land : Super Mario Land 3

Transition réussie pour le sous-titré Super Mario Land 3, qui passe la main à un héros et un univers alternatif qui encore aujourd’hui génial et rigolo. Fini le sauvetage des princesses donc, et place à l’argent, l’argent, l’argent, pour une aventure marquante aussi bien sur le plan de son univers que sur le genre du plateformer à proprement parler.

Heart of Darkness

Heart of Darkness

L’ambition affichée dès 1992 par Chahi et son équipe transpire toujours dans les deux galettes qui composent Heart of Darkness. Une approche résolument cinématographique qui se remarque dès la longue introduction du jeu, présenté ici comme un générique de film lancé après avoir choisi une nouvelle partie : démarrage du fond musical, logos animés des ..

Yumemi Mystery Mansion

Yumemi Mystery Mansion

Loin d’être révolutionnaire, trop discret et pas assez explosif pour avoir été remarqué, ce jeu d’aventure sur rails tout en 3D apporta tout de même sa petite pierre à l’édifice dans une industrie en plein changement et en expérimentations, toujours en train d’alimenter le marché de cartouches mais qui voyait déjà son avenir dans le CD, quitte s’être lancé dans la course un peu trop tôt. Pour ce qui est du titre proposé par System Sacom, on ne peut que saluer l’essai.

Kaeru no Tame ni Kane wa Naru

Kaeru no Tame ni Kane wa Naru

Original et mignon tout plein, Kaeru no Tame ni Kane wa Naru demeure une petite perle bien méconnu de la Game Boy. Un curieux mélange que voilà, avec son histoire et des personnages rigolos, ce côté RPG qui passe à la plateforme par un simplement changement de plan… On aurait aimé une aventure plus longue et des combats plus passionnants, mais l’essentiel est bien là.

Secret of Evermore

Secret of Evermore

L’aventure proposée par Secret of Evermore demeure encore aujourd’hui extrêmement grisante. Reprenant les bases mais devant affronter l’aura tellement énorme que constitue son modèle Secret of Mana, il arrive, malgré les dires et l’absence de multijoueur, à en retirer l’essence et à y insuffler sa propre personnalité, pleine de pop culture et surtout d’un univers bien à lui.