Cosmic Star Heroine

Cosmic Star Heroine

Nous sortons partagés de l’aventure Cosmic Star Heroine. Partagés entre l’évidente qualité du jeu, son système de combat original et très bien pensé, sa bande son parfaitement en accord avec l’ambiance, son casting haut en couleurs, d’un côté, et notre absence d’implication dans la trame principale et le manque de développement de son univers. Peut-être aussi un peu déçus de ne pas retrouver l’humour de ses développeurs, ici désireux d’offrir un conflit plus sérieux mais finalement moins bien écrit. Il n’en reste que Cosmic Star Heroine est un RPG de bonne facture, quel que soit son support

aRPiGi n°17 – Mai 2019

aRPiGi n°17 – Mai 2019

Bonjour à tous et à toutes, Comme régulièrement, le aRPiGi nouveau arrive avec du retard mais qu’importe : il est tout chaud et c’est bien là l’essentiel ! Peut-être moins de RPG que d’habitude dans cet épisode mais du sujet passionné tout de même puisqu’une grosse part de l’émission sera réservée à Sekiro, le dernier ..

Golf Story

Golf Story

Golf Story, c’est typiquement ce petit jeu qui te séduira instantanément par son côté posé et sera vecteur d’une certaine frénésie par-delà de la détente. Son parti-pris d’objectifs courts s’adapte sans mal aux courtes sessions de jeu nomade, de la même manière qu’il alimentera le fameux cercle vicieux « encore une quête et j’arrête… Oh et puis non, encore une en plus, etc, etc » jusqu’à engloutir ces 20/25h de durée de vie en finalement peu de temps. D’autant plus qu’on finit vraiment par s’attacher à ce petit univers tout mignon qui sait se révéler par moments un peu cruel. Certes, il ne réinvente pas ce que Nintendo a fait par le passé avec ses Mario Golf et Mario Tennis gbc/gba mais les mécaniques simples et progressives s’avèrent toujours aussi efficaces et prenantes. Seul point dommageable : l’absence de multi online. Peut-être pour le second épisode, qui sait ?

Xenoblade Chronicles 2

Xenoblade Chronicles 2

Difficile était le challenge de faire mieux que le premier épisode. Après un Xenosaga conclu dans la hâte après seulement 3 épisodes au lieu des 6 initialement prévus, Monolith Software – à ne pas confondre avec Monolith Productions, les papas de Fear et Condemned – avait à la fois surpris et rassuré les fans de ..

aRPiGi n°16 – Février 2019

aRPiGi n°16 – Février 2019

Bonjour à tous et à toutes, Un peu à la bourre, le premier aRPiGi de 2019 est enfin dans les bacs. Il y aura donc du bilan 2018, des attentes 2019, mais pas que, avec des avis bien tranchés sur du JRPG et du WRPG, voire même du JRPG travesti en WRPG (de loin), avec ..

aRPiGi n°15 – Novembre 2018

aRPiGi n°15 – Novembre 2018

Bonjour à tous et à toutes, Après cette petite pause, involontaire, l’équipe de aRPiGi revient, mais pas plus forte qu’avant. Et non, les contraintes de Killy n’ont pas permis sa présence pour ce numéro de novembre, dont la parution a aussi été repoussée en raison des différents microbes du moment. Mais, même amputée d’un de ..

Utopiales 2018 – Interview Jehanne Rousseau – Greedfall

Utopiales 2018 – Interview Jehanne Rousseau – Greedfall

Tel un rituel, nous avons retrouvé Jehanne Rousseau, qui, toujours aussi accessible, nous a de nouveau donné un peu de son temps entre deux tables rondes et master class. Nous avions abordé l’année Greedfall, le dernier gros titre de son studio Spiders. Le jeu étant de plus en plus conséquent, le modeste studio parisien continue ..

World Of Final Fantasy

World Of Final Fantasy

Qui n’a jamais rêvé d’un Pokémon où l’on capturait des Pampas, des Mogs ou des Tomberrys ? Pour tous ceux qui ont eu ce genre de fantasme, nul doute que World Of Final Fantasy est fait pour eux. La fièvre de la collectionnite et du farm de l’infini chère au Pokémon-like est bel et bien présente, tout en se détachant assez de son modèle pour ne pas donner une l’impression d’en être une mauvaise copie. Le jeu aura de quoi faire passer de belles heures au fan de Final Fantasy non-allergique au design chibi qui n’aura de cesse de s’extasier du fan-service de bon ton omniprésent au sein de Grymoire. Même s’il s’énervera de la mauvaise narration de l’histoire principale, l’empêchant de considérer le titre autrement que comme un petit à-côté aussi divertissant que sympathique. A privilégier sur Playstation 4, PC, voire la future version Switch si elle est bien adaptée, pour des conditions de jeu optimales, sans ralentissements intempestifs.

Front Mission 1st

Front Mission 1st

Fort de ses impressionnantes possibilités de personnalisation, Front Mission nous rappelle – si nécessaire – à quel point la console 16Bit de Nintendo en avait sous le capot. Avec ses combats léchés, son animation jamais prise au dépourvue, Front Mission est assurément une vitrine de la console. Son portage, suffixé 1st / First, double la durée de vie avec son nouveau scénario et permet aux allergiques au japonais de le découvrir de manière légale en anglais au travers de la version Nintendo DS américaine. Les menus et l’ergonomie globale accusent quelque peu leur âge, et il est évident que le rythme global aurait mérité d’être amélioré, il l’a été dans les épisodes suivants d’ailleurs, mais il l’est tout autant de reconnaître l’avancée que Front Mission a permis au genre. Une évidence.

Fable II

Fable II

Comment voir Fable II ? Malheureusement, si le jeu s’avérait fort joli pour l’époque, ses diverses tares techniques et bugs vieillissent mal et viendront sans doute agacer, surtout à l’heure d’aujourd’hui où l’on est habitué à plus de souplesse en terme de prise en main. Malgré tout, cette suite propose clairement une recette améliorée de ce qu’a proposé le premier opus qui pêchait par son côté trop limité. Certes, au vu des similarités scénaristiques, on pourrait le penser paresseux mais les nombreuses petites nouveautés ajoutées enrichissent beaucoup la petite vie en Albion qui se révèle toujours aussi enchanteur et encore plus amusant d’explorer en toute piété ou au contraire, de manière follement pécheresse.

Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

Même si on pourra peut-être bouder de ne pas avoir vu sortir par chez nous la version DS, il n’y a pas forcément besoin de trop faire la fine bouche pour autant. Au vu du contexte du marché à ce moment-là, voir Namco Bandai se charger de faire sortir Ni No Kuni sur Playstation 3 était déjà un beau geste en soi, d’autant plus qu’il n’a pas lésiné sur les moyens afin d’offrir une localisation à la hauteur de ce qu’est le jeu : agréable manette en main, même s’il n’invente rien et propice à tout l’émerveillement et l’onirisme propre à Ghibli qui a parfaitement trouvé sa place au sein du projet et adapter sa patte au format vidéo-ludique.

Severed

Severed

Une durée de vie rachitique, deux petits après-midi, mais une envie irrépressible d’avancer, une esthétique que nous ne sommes pas prêts d’oublier et le destin de Sacha qui interpelle. Dans ce monde anxiogène, où les PNJ se font aussi rares que les jours d’éclaircies en Bretagne, Severed se permet d’offrir une aventure rarement verbale et tout en suggestions qui fait du bien