Cat Quest

En route pour la chat-venture !

Genre
Action / RPG
Développeur
The Gentlebros
Éditeur
PQube
Année de sortie
2017

Chat-pristi ! Les chats n’en ont pas fini dans leur conquête du monde. Après s’être bien imposés dans la culture internet où les gens ne se lassent pas de les idolâtrer à tout va sur les réseaux sociaux, c’est sans surprise qu’on les voit investir les jeux vidéos. En même temps, on ne leur donnera pas tort, c’est que c’est mignon ces petites boules de poil. Alors imaginez-les en mode Chat Potté, couvre-chef guerrier vissé sur la tête, épée et bouclier aux pattounes… C’est justement le propos de Cat Quest qui n’aura de cesse de nous faire ronronner des yeux par tant de mignon-tittude. Mais si le kawai, c’est bien gentil, est-ce que manette en main, ça caresse également dans le sens du poil ?

A quoi ça ressemble ?

L’intégralité de l’aventure se passe sur une grande mappemonde, plate, vue de trois quart, où sont étalonnés les différents villages, petits donjons et adversaires. Extrêmement coloré et tout mignon – quoi de plus normal lorsqu’on parle de chats – cela ne manquera pas de rappeler certains jeux flash en un peu plus joli. S’il y a bien une histoire, cette dernière se tient sur un timbre poste, se contentant de l’archi-classique vidéo-ludique : un méchant arrive en enlevant notre sœur, rappelant au passage ces gros vilains dragons destructeurs, ce qui ne manque pas de hérisser le poil de notre héros qui devra sortir ses griffes. Du cliché qui se veut par ailleurs assumé tant le jeu ne lésine pas sur l’auto-dérision de tout son long, les traducteurs s’étant même particulièrement lâchés sur les jeux de mots qui, à défaut d’être très recherchés et intelligents, ne manqueront pas de faire décrocher quelques sourires.

Comment ça se joue ?

De la même manière que son histoire, il ne faudra pas non plus attendre une formule très développée en terme de gameplay, que ce soit dans la facette action ou la facette RPG. La gestion d’équipement et autres compétences se limite au strict minimum. Le système de combat est relativement simple également – mais efficace – à savoir devoir jouer sur trois boutons (un pour l’attaque physique, un pour lancer des sorts et le dernier pour faire une roulade d’esquive). Les adversaires sont plus que lisibles dans leur comportement via différentes marques autour d’eux (un cercle qui se remplit autour de lui indique qu’il va nous porter une attaque, de la même manière que différents sceaux nous montrent la portée d’un sort qu’il pourrait bien lancer). Rien de bien compliqué donc, d’autant plus que le bestiaire s’avère plutôt limité et que l’on a tôt fait d’assimiler leurs différents patterns, bien que les affrontements peuvent parfois s’avérer un brin plus complexes selon la profusion d’ennemis et autres configurations de salles exiguës. Même l’exploration se réduit à son strict minimum : on se promène, on enchaîne les quêtes (qui ne sont pas forcément obtenues de manière linéaires), qu’elles fassent partie de l’histoire principale ou secondaires, une flèche nous guidant explicitement sur la direction à prendre pour les mener à bien. De la même manière, si la mappemonde est jonchée de donjons, il suffira simplement d’y entrer afin de vaincre tous les adversaires sans qu’il ne soit question de labyrinthes et d’énigmes.

Pourquoi on en parle ?

Qu’on se le dise, Cat Quest est un jeu simpliste et somme toute répétitif à tous les niveaux. Et pourtant, il émane en lui quelque chose de sympathique et ce, quelque soit son profil de joueur. L’aficionado appréciera cette petite chat-venture d’à peine 10h pour une complétion maximale en mode pop-corn où il pourra débrancher son cerveau entre deux gros titres autrement plus exigeants et accaparants. Tandis que le néophyte pourra le considérer comme une petite initiation au style action/RPG. Le soft s’avère même une excellente carte d’entrée au genre pour le jeune public de par cet aspect tout mignon non dénué d’humour qui l’est tout autant. A noter que l’opus suivant, s’il ne change pas foncièrement la formule initiale, propose dans sa principale nouveauté le fait de pouvoir jouer à deux en coopération. De quoi faire passer notamment un bon moment parent/enfant manette en main ou avec un ami à l’expérience de jeu limitée.

Cat Quest
Appréciation
Sans aller dire que Cat Quest s'avère être un jeu exceptionnel, il faut bien admettre qu'il est un petit jeu pop-corn qui fait frétiller des moustaches de plaisir. Simpliste tant sur sa forme que sur son fond, faisant de lui un candidat fort intéressant pour l'initiation au genre, notamment pour le jeune public, le titre des Singapouriens de The Gentlebros arrive à dégager une aura charmante pour son côté mignon et son humour, d'autant plus que la durée de vie plutôt courte arrive à contrebalancer la répétitivité de sa formule. Qui, si elle n'est pas complexe pour deux sous, se révèle toutefois solide dans son exécution. C'est qu'il vaut parfois mieux rester sur quelque chose de basique et retomber sur ses pattes plutôt que se perdre dans des trucs chiadés qui manqueront tellement d'aboutissement qu'on en hérisserait des poils après tout...
Points forts
Simple et efficace dans sa formule et prise en main
Un bon jeu pour initier les enfants à l'action / RPG
Parenthèse détente sympathique pour les joueurs confirmés
Cha-do-rable ! (et en plus, c'est rigolo)
Points faibles
Manque de profondeur dans le gameplay
Répétitif
Un seul (gros) environnement, peu varié de surcroît
Plus d'articles
Naruto et la princesse des neiges