Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d’action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n’a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n’a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s’appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d’armes badasses, de gadgets et surtout, d’humour. Parce qu’il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l’ère PS360, d’où le fait que la franchise d’Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n’a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l’univers cartoonesque, non. Et c’est bien là tout ce qu’on demande.

The Adventure Pals

The Adventure Pals

Même si The Adventure Pals aurait pu être mieux optimisé et se renouveler davantage, on ne pourra pas lui retirer qu’il dégage une aura très sympathique. C’est mignon, coloré, plein d’humour, avec un bon capital fun immédiat et des mécaniques piochées à droite et à gauche peu développées certes mais qui marchent très bien. Encore faut-il savoir le distiller au compte-goutte sur de courtes sessions afin de ne pas s’en voir lassé ou dégoûté.

Hatoful Boyfriend

Hatoful Boyfriend

Vous ne saviez pas que vous fantasmiez sur le beau plumage de nos beaux pigeons des villes ? Qu’à cela ne tienne, Hatoful Boyfriend est fait pour vous ! Plus sérieusement, si la première partie de dating sim douteux amusera dans les quelques premiers dénouements, elle finira vite par lasser. Mais il serait dommage de ne pas s’accrocher afin de voir la véritable histoire qui se cache derrière le grotesque. Parce qu’il ne faut pas se fier aux apparences, c’est plus sérieux que ça en a l’air, intéressant, palpitant et étrangement crédible, quand bien même cela semble profondément surréaliste. Et même si vous en avez marre de voir ces piafs chier sur votre voiture, croyez bien que vous risquez de vous y attacher un peu à ces pigeons, qu’ils soient malades, hautains, amateurs de pudding ou psychopathes.

Toby : The Secret Mine

Toby : The Secret Mine

Toby : The Secret Mine montre qu’on peut ajouter de la couleur à un Limbo-like sans que ça ne perde en charme visuel. Bien au contraire. En revanche, il rappelle que dans ce genre, être visible dans son level design et trouver un équilibre qui ne rend pas le jeu trop injuste est le nerf de la guerre. Ce qu’il n’a malheureusement pas réussi à faire. Encore une fois, n’est pas Limbo qui veut..

Golf Story

Golf Story

Golf Story, c’est typiquement ce petit jeu qui te séduira instantanément par son côté posé et sera vecteur d’une certaine frénésie par-delà de la détente. Son parti-pris d’objectifs courts s’adapte sans mal aux courtes sessions de jeu nomade, de la même manière qu’il alimentera le fameux cercle vicieux « encore une quête et j’arrête… Oh et puis non, encore une en plus, etc, etc » jusqu’à engloutir ces 20/25h de durée de vie en finalement peu de temps. D’autant plus qu’on finit vraiment par s’attacher à ce petit univers tout mignon qui sait se révéler par moments un peu cruel. Certes, il ne réinvente pas ce que Nintendo a fait par le passé avec ses Mario Golf et Mario Tennis gbc/gba mais les mécaniques simples et progressives s’avèrent toujours aussi efficaces et prenantes. Seul point dommageable : l’absence de multi online. Peut-être pour le second épisode, qui sait ?

Greyfox RPG

Greyfox RPG

Même si on se dit que dépenser à peine un euro n’est pas la mer à boire, il vaut mieux éviter Greyfox RPG. Mal optimisé, mal narré, autant dire qu’il loupe bien le coche. Ce qui est dommage tant la thématique et les différents axes exploités auraient pu être intéressants tant la vieillesse n’est pas forcément le cas de figure le plus abordé dans le jeu vidéo, plus enclin à traiter de l’enfance.

Preview : Return Of The Tentacle

Preview : Return Of The Tentacle

Dans les raisons les plus évidentes qui expliqueraient pourquoi il serait possible que l’on doive au final se contenter uniquement de ce prologue, on pourra citer cette question de droit qui pourrait s’avérer gênant si Lucas Arts décidait de mettre son nez là-dedans et jouer les éléments perturbateurs. Surtout que l’on va au-delà de la ..

VA-11 Hall-A Original Soundtrack : Second Round

VA-11 Hall-A Original Soundtrack : Second Round

Composition : Garoad Interprétation : Garoad Année de sortie : 2016 Nombre de CD : Version dématérialisée Nombre de pistes : 44 VA-11 HALL-A – Second Round by Garoad C’est d’ailleurs étonnant de constater qu’il s’agisse de la toute première OST en tant que telle de son géniteur, Michael Kelly, alias Garoad, tant le bougre ..

VA-11 Hall-A – Cyberpunk Bartender Action

VA-11 Hall-A – Cyberpunk Bartender Action

Si vous aimez les visual novels et la science-fiction dans son sens le plus noble, jetez-vous sans hésiter sur VA-11 Hall-A. Une fois le concept un brin particulier de barmaid avalé, nul doute que le soft vous fascinera par son univers et narration de qualité. Qui saura vous faire gamberger. Et qui n’aura de cesse de vous troubler sur certains aspects, surtout compte tenu de l’actualité récente.

Bilan de l’année 2018 [Margoth]

Bilan de l’année 2018 [Margoth]

Du gros triple A qui n’aura sans doute jamais semblé aussi calibré dans son modèle de cahier des charges propre à cette génération, à savoir partir sur une base d’action propre à une franchise (beat’em all, TPS ou FPS), lui ajouter un système RPG, le tout dans un monde ouvert où l’exploration est motivée par ..

The Tiny Bang Story

The Tiny Bang Story

The Tiny Bang Story s’avère tout simple. Il ne brille pas par son originalité, qu’elle soit esthétique tant elle s’inspire de ce qu’on a déjà vu chez les Tchèques d’Amanita Design ou de gameplay tant le soft s’arrête aux casse-têtes les plus classiques qui soient. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas efficace pour autant. Bien au contraire, on se laissera happer par cette simplicité enchanteresse où la détente et la zénitude sont les maîtres mots

Back To The Future : The Game

Back To The Future : The Game

Si vous n’avez pas vu les films de la trilogie de Spielberg et/ou que vous soyez allergique au narratif, passez votre chemin. Pour les fans des films, en revanche, Back To The Future : The Game est un bien beau cadeau que Telltale a laissé là. Même s’il n’est pas parfait dans sa narration ou son rythme, le jeu s’avère tellement solide, bien exploité, cohérent et pétri de plein de bonnes attentions qu’on pourrait presque le percevoir comme l’opus numéro 4 de la saga. Le tout dernier vraisemblablement d’ailleurs si Spielberg ne tombe pas dans les travers de faire une suite ou un remake dans un but bassement mercantile comme on le voit tellement dans le cinéma grand public aujourd’hui. En tout cas, une chose est sûre, ce n’est clairement pas Telltale qui nous pondra une potentielle suite.