The Tiny Bang Story

The Tiny Bang Story

The Tiny Bang Story s’avère tout simple. Il ne brille pas par son originalité, qu’elle soit esthétique tant elle s’inspire de ce qu’on a déjà vu chez les Tchèques d’Amanita Design ou de gameplay tant le soft s’arrête aux casse-têtes les plus classiques qui soient. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas efficace pour autant. Bien au contraire, on se laissera happer par cette simplicité enchanteresse où la détente et la zénitude sont les maîtres mots

Back To The Future : The Game

Back To The Future : The Game

Si vous n’avez pas vu les films de la trilogie de Spielberg et/ou que vous soyez allergique au narratif, passez votre chemin. Pour les fans des films, en revanche, Back To The Future : The Game est un bien beau cadeau que Telltale a laissé là. Même s’il n’est pas parfait dans sa narration ou son rythme, le jeu s’avère tellement solide, bien exploité, cohérent et pétri de plein de bonnes attentions qu’on pourrait presque le percevoir comme l’opus numéro 4 de la saga. Le tout dernier vraisemblablement d’ailleurs si Spielberg ne tombe pas dans les travers de faire une suite ou un remake dans un but bassement mercantile comme on le voit tellement dans le cinéma grand public aujourd’hui. En tout cas, une chose est sûre, ce n’est clairement pas Telltale qui nous pondra une potentielle suite.

Epic Loon OST

Epic Loon OST

Composition : Pryapisme Interprétation : Pryapisme Année de sortie : 2018 Nombre de CD : 2 Nombre de pistes : 29 Epic Loon OST by Pryapisme Parce qu’à vrai dire, si vous suiviez déjà Pryapisme sur sa discographie classique, vous ne serez pas foncièrement perdu par ce double-album, tant le groupe parvient à conserver son ..

Midnight Street Of Rage

Midnight Street Of Rage

Interprétation / Réarrangements : Midnight Street Compositeur originel : Yûzô Koshiro Année de sortie : 2018 Nombre de CD : 1 Nombre de pistes : 10 Midnight street of rage by Midnight Street Il y a peu, j’ai été mise en contact avec une formation parisienne nommée Midnight Street, déjà auteur d’un album conceptuel de ..

Albert & Otto – The Adventure Begins

Albert & Otto – The Adventure Begins

Même si la direction artistique mérite le coup d’œil, cela n’empêchera pas qu’Albert & Otto s’avérera un brin ennuyeux dans son parcours. On verra notre héros mourir avec une certaine indifférence et on finira vite par trouver les mécaniques de réflexion un brin redondantes. La métaphore globale a beau être intéressante et bien fichue sur plusieurs détails, il n’y a pas pour autant ce gros sens de l’accroche que Limbo parvenait à avoir, quand bien même il était bien plus vague dans son propos. Pire encore, il fera pester à bien des niveaux, notamment à cause de sa maniabilité pas très convaincante et pas toujours bien gérée et sa difficulté mal dosée. Pas entièrement à jeter non plus mais prouve bien que même si le modèle paraissait tout simple à la base, il n’est pas si simple à égaler. N’est pas Limbo qui veut…

Virginia

Virginia

Si l’occasion vous est donnée de vous pencher sur Virginia se présente, n’hésitez pas. Vous en sortirez peut-être perplexe mais l’expérience se montrera marquante. Pour le fait de voir que les spécificités de la patte singulière de David Lynch fonctionne à merveille dans le cadre d’un film interactif et d’une direction artistique loin d’être commune, tant par son enrobage esthétique charmant que par son volet sonore de haute volée. Pour le coup, Variable State s’en tire avec les honneurs, même si Virginia n’est pas forcément à la hauteur de ses ambitions couillues.

World Of Final Fantasy

World Of Final Fantasy

Qui n’a jamais rêvé d’un Pokémon où l’on capturait des Pampas, des Mogs ou des Tomberrys ? Pour tous ceux qui ont eu ce genre de fantasme, nul doute que World Of Final Fantasy est fait pour eux. La fièvre de la collectionnite et du farm de l’infini chère au Pokémon-like est bel et bien présente, tout en se détachant assez de son modèle pour ne pas donner une l’impression d’en être une mauvaise copie. Le jeu aura de quoi faire passer de belles heures au fan de Final Fantasy non-allergique au design chibi qui n’aura de cesse de s’extasier du fan-service de bon ton omniprésent au sein de Grymoire. Même s’il s’énervera de la mauvaise narration de l’histoire principale, l’empêchant de considérer le titre autrement que comme un petit à-côté aussi divertissant que sympathique. A privilégier sur Playstation 4, PC, voire la future version Switch si elle est bien adaptée, pour des conditions de jeu optimales, sans ralentissements intempestifs.

Life Is Strange – Before The Storm

Life Is Strange – Before The Storm

Cette préquelle n’ira pas se hisser au même rang d’incontournable que Life Is Strange, cela est évident. La faute à une narration non dénuée de maladresses principalement. Malgré tout, on ne retirera pas à Deck Nine Games de s’en être sorti avec les honneurs dans sa réappropriation de ce qu’avait bâti DontNod auparavant. Ce qui fait qu’Arcadia Bay sera très agréable à retrouver de nouveau par l’intermédiaire de ce Before The Storm. Un bon encas sympathique pour le fan, une bonne façon de faire ses adieux à l’arc de Sam et Max, en attendant de voir arriver le second volet où les géniteurs originels reprennent véritablement les rênes, avec des protagonistes et un background totalement nouveaux

Preview : Life is Strange 2

Preview : Life is Strange 2

Parce qu’enfant unique ou non, je ne pense pas me tromper qu’on s’est tous perdus dans des histoires diverses dans nos jeux d’enfants. Des histoires qui nous fascinent, nous obsèdent même parfois, desquelles on matérialise de véritables films dans nos têtes jusqu’à tenter d’utiliser l’environnement réel afin de les mettre en scène. De mon côté, ..

The Purring Quest

The Purring Quest

Si on est amoureux des chats, on passera outre ces défauts de classicisme simpliste et de prise en main, et l’on s’acharnera et gaspillera les trois ou quatre heures de durée de vie qu’affiche le soft. Les plus jeunes y trouveront peut-être également une once d’intérêt. Parce que c’est kawai. Mais voilà bien tout ce que possède The Purring Quest. Et honnêtement, aussi mignon soit-il, même dans ce cas de figure, il ne laissera pas spécialement de souvenirs impérissables. Sitôt joué, sitôt oublié donc…

Iggy’s Egg Adventure

Iggy’s Egg Adventure

Ne vous y trompez pas : même si les avis Steam sont plutôt positifs (y ont-ils joué jusqu’au bout?), Iggy’s Egg Adventure est assez brinquebalant. Certes, il n’est pas vendu très cher, surtout lors des soldes où il n’est pas rare de le voir bradé à l’extrême et sa technique reste correcte même si elle n’est pas transcendante. Mais au vu de sa prise en main désagréable et son cruel manque de personnalité global, il y a finalement peu d’intérêt à trop s’y attarder. C’est qu’après tout, ce n’est pas comme s’il n’y avait pas d’autres jeux du genre avec autrement plus de potentiel – la série des Shantae peut-être ? – qui traînent sur Steam, Gog ou les shops des consoles.

Sly Raccoon

Sly Raccoon

La trilogie Sly a davantage fait son succès sur ses deuxième et troisième volet, il faut l’avouer. Pour ce tout premier Sly Raccoon, il vaut mieux le considérer comme une simple entrée en matière. Surtout niveau gameplay, le titre s’articulant davantage sur de la plate-forme plutôt classique au demeurant plutôt que sur l’aspect infiltration. En revanche, on ne retirera pas à Sucker Punch le fait d’avoir su frapper juste sur le capital charisme de sa nouvelle licence : le background, habillage et ambiance font déjà mouche, apportant un attrait non-négligeable à ce premier jet.