Don’t Forget Me

Genre
Aventure / Narratif
Développeur
The Moon Pirates
Éditeur
The Moon Pirates
Année de sortie
2021

La démo présentée en amont étant fort prometteuse, je me suis laissée tentée à me prendre Don’t Forget Me dès sa sortie. Car il avait tout pour être un jeu excellent : un bon concept – pas si nouveau car emprunté de Her Story/Telling Lies de Sam Barlow et un univers SF qui semblait intéressant. De plus, c’est français, autant dire que ça vient flatter la petite fibre chauviniste camouflée au sein de chacun de nous. Malheureusement, sans aller dire que nous sommes face à un taulé en bonne et due forme, la version complète et finalisée n’est pas forcément aussi rose que l’on aurait pu l’espérer…

A quoi ça ressemble ?

S’il n’y a finalement que peu de lieux et décors différents au sein de Don’t Forget, le soft compense avec un rendu pixel art plus que soigné. Et surtout une bande-son oscillant entre synthwave et jazz vraiment quali. De quoi bien s’immerger, surtout que le speech de départ s’avère séduisant : dans un futur dystopique où l’être humain est doté de puces cérébrales et autres implants bio-organiques, on incarne Fran, une jeune femme amnésique qui se retrouve à devenir l’assistante de Bernard, qui l’a recueillie, possédant une clinique de copie numérique de souvenirs.

Comment ça se joue ?

Si le propos de Don’t Forget Me est essentiellement narratif, le jeu ajoute un petit côté puzzle en empruntant le concept de Sam Barlow de devoir taper des mots-clés sur une interface. En effet, Fran sera amenée à quelques reprises à devoir fouiller dans les données des puces de ses clients afin d’isoler le souvenir et en savoir les tenants et aboutissants. Tout ceci se fait via une interface dédiée où il faudra trouver les bons mots-clés afin de découvrir les différentes bulles mémorielles plus ou moins reliées entre elles, le tout guidé par les commentaires de Bernard. Un concept qui fonctionne toujours fort bien, même dans cette configuration où l’on est autrement plus limité et cadré. On regrettera malheureusement, à l’image d’un Her Story, un certain manque d’ergonomie dans quelques détails comme pouvoir utiliser la souris – le jeu se jouant uniquement au clavier – afin de pointer et revenir en un clic à une bulle mémorielle en particulier afin de parcourir un autre chemin ou encore de pouvoir parcourir l’ensemble de l’historique des mots-clés tapés, corrects comme erronés, disponible sur une petite fenêtre latérale d’un coup de molette. Un défaut pas si dramatique mais qui nuit légèrement au confort.

Pourquoi on en parle ?

Si tout semble démarrer sous les meilleurs augures, il n’en demeure pas moins que Don’t Forget Me souffre d’un défaut majeur : son format très court. Il m’a fallu 3h30 pour tout boucler à 100%, reprise de chapitres afin de mener des choix différents (qui n’ont pas forcément un fort impact sur l’histoire par ailleurs) compris et j’en suis pas mal restée sur ma faim. Si le propos dystopique est bel et bien présent et pas inintéressant, il y avait pourtant moyen de s’y attarder avec plus de profondeur afin d’enrichir le soft de nouveaux événements, amenant de nouveaux axes de réflexion à la problématique de la numérisation de l’esprit que pose le jeu et ainsi prolonger le plaisir. De plus, si le parti-pris d’une finalité plutôt abrupte n’est en soi pas forcément gênant, il demeure un brin frustrant que certaines questions restent finalement sans réponse alors que cela semblait finalement essentiel en début de jeu. Qui est Fran, que lui est-elle arrivée pour finalement se retrouver au pied de la porte de la clinique de Bernard totalement amnésique ? On n’en saura finalement rien de plus, hormis éventuellement émettre quelques suppositions plus ou moins capillotractées.

Don’t Forget Me
Appréciation
Don't Forget Me, même s'il paraissait prometteur, loupe finalement le coche. La faute à sa durée de vie bien trop expéditive qui rend le propos un brin maladroit, superficiel et incomplet sur certains aspects. Dommage car sans ça, il aurait pu être marquant de par une proposition plus bridée du concept de Her Story qui marche très bien et une DA soignée. A défaut de mieux, on se cantonne à du sympathique pas spécialement inoubliable.
Points forts
Un pixel art soigné
Un concept qui fontionne toujours aussi bien, même simplifié
Une OST goldée !
Points faibles
Beaucoup trop expéditif
Une narration trop incomplète et maladroite

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
The Rub Rabbits