Golf Story

Golf Story

Golf Story, c’est typiquement ce petit jeu qui te séduira instantanément par son côté posé et sera vecteur d’une certaine frénésie par-delà de la détente. Son parti-pris d’objectifs courts s’adapte sans mal aux courtes sessions de jeu nomade, de la même manière qu’il alimentera le fameux cercle vicieux « encore une quête et j’arrête… Oh et puis non, encore une en plus, etc, etc » jusqu’à engloutir ces 20/25h de durée de vie en finalement peu de temps. D’autant plus qu’on finit vraiment par s’attacher à ce petit univers tout mignon qui sait se révéler par moments un peu cruel. Certes, il ne réinvente pas ce que Nintendo a fait par le passé avec ses Mario Golf et Mario Tennis gbc/gba mais les mécaniques simples et progressives s’avèrent toujours aussi efficaces et prenantes. Seul point dommageable : l’absence de multi online. Peut-être pour le second épisode, qui sait ?

Great Ace Attorney

Great Ace Attorney

Inégal, perfectible dans son déroulement, Great Ace Attorney n’en est pas moins captivant par ses personnages hilarants et sont côté artistique et historique somptueusement bien travaillé. Un titre qui donne le sourire autant qu’il émeut par sa conclusion touchante, même si le gameplay en lui-même reste un peu en-deçà de la série principale

Great Ace Attorney 2

Great Ace Attorney 2

Tout était écrit. The Great Ace Attorney ne devait être que la préface maladroite d’une grande histoire, ici contée dans The Great Ace Attorney 2. On a là tous les ingrédients qui ont fait la rénommée de la série : des affaires corsées, des personnages à mourir de rire, des musiques grandioses et des retournements éblouissants. Un spin-off qui au final est largement au niveau de la série principale

Gremlins 2 : The New Batch

Gremlins 2 : The New Batch

Finalement, Gremlins 2 est une adaptation réussie du film qui justifiait l’achat de la cartouche à l’époque, et qui demeure encore aujourd’hui un titre à parcourir avec plaisir. Bien que très classique, il propose un challenge solide mais pas insurmontable, une réalisation globale encore percutante, une maniabilité réussie et ainsi qu’une bande son entraînante.

Hotel Dusk : Room 215

Hotel Dusk : Room 215

On dit que la notion de charme naît à partir d’imperfections. En cela, Hotel Dusk ne peut que confirmer cet état de fait. Parce que de charme, voilà un jeu qui n’en manque pas, ce qui fait qu’on s’y attache sans même s’en apercevoir réellement. Encore faut-il faire avec cette avancée plutôt lente et posée qui risque d’en laisser plus d’un sur le carreau

Human Resource Machine

Human Resource Machine

A 9,90€, Human Resource Machine nous propose l’heure d’amusement pour un euro, un ratio honnête, et un sentiment de satisfaction si grand à chaque changement de niveau, qu’il serait dommage de ne pas se torturer les méninges

I am Setsuna

I am Setsuna

Cette ambiance morose aura très certainement du mal à satisfaire tout un chacun, tout comme le rythme de progression, plutôt lent et à la trame plutôt classique. Pourtant, I am Setsuna ne fait pas de réel faux pas et revient avec bonheur aux traditions des RPG 32 bits. Un coup d’essai réussi, sans folie mais avec suffisamment d’intérêt pour connaître le fin mot de l’histoire.

Illusion of Time

Illusion of Time

Pas grandiose, mais très sympathique, voilà comment l’on peut résumer cet Illusion of Time. Une aventure rythmée, des musiques excellentes, et un enrobage très mythologique n’arriveront pas à faire oublier une omniprésente linéarité.

Inazuma Eleven

Inazuma Eleven

Alors comment Level-5 a-t-elle pu louper le coche ? En oubliant totalement les joueurs âgés de plus de douze ans. En n’instaurant aucune résistance dans sa progression, les développeurs ont rendu l’ensemble ennuyeux et lassant. Ce n’est pas faute de proposer un enrobage quasiment irréprochable et un système astucieux au possible, si l’on excepte l’exécrable technique de recrutement. Inazuma Eleven est au final un titre amusant pour son hommage à Captain Tsubasa mais qui, l’instant nostalgie passé, ennuie. Heureusement, sa courte durée de vie lui permet d’être aisément abordable afin d’attaquer le bien meilleur numéro deux..

Inazuma Eleven 2 : Tempête de Glace

Inazuma Eleven 2 : Tempête de Glace

Cet Inazuma Eleven 2 se veut bien plus abouti. Plus long, plus intéressant, plus difficile, il se présente comme aurait dû être la série dès le premier épisode. Les vieux roublards du RPG y trouveront des routines plutôt classiques et des dialogues enfantins, conséquences de l’orientation jeune public de la franchise, mais passeront un charmant petit moment

Inazuma Eleven 3 : Feu Explosif

Inazuma Eleven 3 : Feu Explosif

Inazuma Eleven 3 est donc le prolongement logique de la série. Il clôt la première trilogie de belle manière, grâce à son scénario simple mais très vite accrocheur. Plus court que le second volet, il se focalise toutefois sur les entraînements et les matches, véritable leitmotiv du jeu et orientation plus “footballistique” que le sauvetage du monde d’une invasion extraterrestre. L’aspect aventure s’y perd quelque peu malheureusement, et on se retrouve vite à enchaîner les confrontations sportives. Un bon troisième épisode d’une série qui doit toutefois absolument se renouveler pour l’épisode suivant