Bilan de l’année 2020 [Vidok]

Une piqûre de rappel ?

Quelle étrange année que cette année 2020. D’un côté, elle a été incroyable en termes de jeux vidéo, des sorties de jeux très attendus, deux nouvelles consoles grand public, de l’autre un virus arrêtant le monde entier pendant plusieurs semaines et le laissant à terre pendant les mois qui suivent. Souriez, vous êtes désormais dans l’Histoire.

Je n’avais pas autant joué depuis 5 ans. Je conçois que l’année a pu être difficile pour de nombreuses personnes. Vous comprendrez que je ne peux donc pas me plaindre, l’année 2020 a été une année plutôt agréable, aussi bien du point de vue professionnel que personnel. Mon temps de jeu a explosé et les éditeurs ont fait en sorte de la commencer sur les chapeaux de roue. Grâce à des vacances de Noël prolifiques, Final Fantasy VII et Phoenix Wright Trials and Tribulations sont tombés en l’espace de quelques jours – à croire que l’ambiance était aux Phoenix Wright. En 2020, je m’étais astreint à ne pas partir dans tous les sens, et j’ai su à peu près tenir le rythme – oui bon… à peu près hein. Et le premier confinement de mi-mars à mai n’a fait qu’amplifier le phénomène. Ce fut la période du retour de plusieurs licences de coeur, telles que Sakura Wars, Jurassic Park (par l’intermédiaire de Jurassic World Evolution) et, surtout, Final Fantasy VII Remake. Je développe le sujet un peu plus longuement plus bas. En somme : personne n’aurait pu me sortir de chez moi sur cette période. L’actualité ne m’a pas marqué. Je retiendrai de 2020, la sortie des Playstation 5 et Xbox Series X, dévoilées dans l’année et sorties en novembre. L’air de rien, la sortie de nouveaux supports, même après 25 ans de jeux vidéo, reste un petit événement. Je ne reviendrai pas sur la Playstation 5, nous lui avons consacré une petite semaine spéciale. Les Xbox Series n’ont pas (encore) eu la leur – rien n’est acté à l’heure actuelle. La console, en elle-même, n’a pas bouleversé mes habitudes, en revanche, son mode de consommation, complètement. Première chose : il était possible de repartir du magasin Micromania sans rien débourser grâce à son offre All Access. Idéal pour posséder les deux consoles dès 2020. Un crédit déguisé, certes, mais qui permet de posséder une console dernière génération, et d’acéder tout le catalogue EA Play et Xbox Game Pass.

Ce dernier, l’air de rien, le netflix du jeu vidéo comme on aime à l’appeler, en est, en effet, un. J’ai donc pu en bénéficier pour la première fois et je dois reconnaître de son choix pléthorique et sa simplicité d’utilisation. L’intégralité des nouveautés Microsoft, ou négociées, déboulent dessus, donc bonjour Battletoads, ou encore bonjour The Medium, chacun day one. Mais n’oublions pas les perles telles que la série des Yakuza, des Final Fantasy ou encore Nier Automata. Profitant de deux semaines l’été dernier, un peu en prévision, j’ai ainsi pu découvrir Alvastia Chronicles ou Deliver us the Moon (que j’ai acheté en physique ensuite vu que j’ai bien apprécié l’expérience). Il y a de tout. Je suis assez bluffé par la qualité du service. Ne comptez pas sur moi pour lâcher le physique, mais je dois bien reconnaître à cet abonnement son confort d’utilisation. La branche Xbox de Microsoft paraît ne pas briller par sa communication ces dernières années, mais cette proposition est valable et transforme réellement les habitudes. Même si, à termes, il paraît logique qu’elle remplace l’achat du physique aux yeux du grand public, pour l’heure, elle apparaît comme complémentaire. Les jeux à l’apparition négociée disparaissent au bout d’un certain temps.

Bien que les conditions sanitaires étaient difficiles, le lancement des consoles s’est étonnamment bien passé. Malgré les ruptures de stock, les quantités de consoles en vente étaient conséquentes. Pour rappel, Sony n’a jamais mis autant de consoles sur le marché en si peu de temps à un lancement. Les deux semblent bien finies, pas de YLOD ou RROD à l’horizon. A voir sur le plus long terme, le lecteur de ma première Xbox One avait dû retourner aux stands après seulement trois mois d’utilisation. Sans trop de rapport, je repense à la polémique Cyberpunk 2077 de la fin d’année. Celle où des milliers de joueurs ont découvert en insérant le Blu-Ray du jeu dans leur PS4 ou Xbox One de première génération – un peu triste à dire – que le jeu ne tournait que difficilement dessus. Surprise ! Pour ma part, je n’ai pas bien compris, puisque je l’avais précommandé en tant que premier Xbox Series X tellement il paraissait évident qu’il ne fallait pas moins pour en profiter convenablement. Et, oui, il tourne très bien sur ce support, sans pour autant avoir reçu de patch dédié. Loin de moi de dédouaner complètement CD Projekt, mais, comme souvent, les gens ne réfléchissent pas et se sentent ensuite floués. Fatiguant. Bref, faites-le sur PC ou Xbox Series X. Les seulement 12 heures parcourues ne me permettent pas de le mettre dans le top 3 de l’année. L’aventure est pourtant accrocheuse. Peut-être dans le top 2021.

D’ailleurs, il est temps d’aborder les GOTY :


  • Final Fantasy VII Remake

Final Fantasy VII m’a fait découvrir les RPG. Pendant des semaines avant sa sortie européenne en 1997, je lançais la bande annonce du jeu tous les matins avant de partir à l’école. Elle était présente sur un CD de démo présent avec le Playstation Magazine. L’achat du jeu pour 449 francs est un souvenir incroyable, de ceux qui vous marquent une vie – alors que ce n’est “que” du jeu vidéo objecteront certains. Et si mon premier jeu terminé de 2020 est Final Fantasy VII (sur Switch), ce n’est pas pour rien : il est devenu un jeu doudou, tant tout y est incroyable et indémodable. L’arrivée tant attendue de ce remake a été insoutenable. 86h de jeu, 2 runs et un platine plus tard, je réalisais que c’était de nouveau l’une de mes plus grandes baffes de ma vie de joueur. Les développeurs ont su reprendre l’essence du jeu d’origine, rendre cohérent ce qui ne l’était pas, moderniser les systèmes de jeu, mettre Midgar à l’échelle et proposer une réécriture maligne de Final Fantasy VII. Que la pente était raide, mais ce fut réalisé avec brio, tout en offrant un épilogue qui ne laisse aucun fan insensible. Je pense en avoir dire suffisamment de bien au travers de sa critique en avril dernier. Le jeu n’est évidemment pas parfait, avec quelques quêtes inintéressantes, des donjons à couloir pas tous palpitants et des textures parfois aux abonnés absents, mais il faut quand même être de mauvaise foi pour lui en tenir rigueur. GOTY, sans l’ombre d’une hésitation.


  • Dark Souls III / Demon’s Souls

Mon histoire avec les Souls remonte à la sortie japonaise de Demon’s Souls, puis américaine et enfin européenne. Je n’y arrivais pas, je bloquais au monde 1-1. Cette tristesse. Il a fallu l’annonce de Dark Souls pour que je m’y lance enfin sérieusement. Et quelle aventure. Quel univers fascinant où la rigueur est récompensée, où les mécaniques de jeu sont fidèles à elles-mêmes tout du long, où le jeu, aussi difficile qu’il donne l’impression d’être, ne cesse de nous féliciter. En 2020, je me suis enfin plongé dans Dark Souls III, au travers de la Dark Souls Trilogy. Pendant plusieurs semaines, je ne vivais que Souls. La série a en effet tendance à obséder le joueur accroché. A tel point que si je ne pouvais continuer ma progression sur Xbox One X, je me rabattais sur Dark Souls Remastered sur Nintendo Switch lors de mes déplacements. Et lorsque j’ai enfin réussi à conclure la quête principale et les deux DLC, non rassasié, je me suis lancé dans Mortal Shell, et Chronos Before the Ashes – je ne l’ai pas encore achevé mais sachez que son étonnante simplicité lui donne un certain charme. Et ce jusqu’à l’arrivée du remake de Demon’s Souls sur Playstation 5. En soi, mon corps, le voulant plus que tout, s’était naturellement préparé avec ces Souls-like ces nombreuses semaines auparavant. Que ce soit clair, si je suis aujourd’hui le détenteur d’une Playstation 5, c’est uniquement pour ce titre. Tous mes souvenirs de 2009 me sont alors revenus en pleine poire tandis que mes yeux brillaient devant la plastique 2020 façonnée par Bluepoint. Il m’a tout de même fallu quelques foulées pour retrouver mes réflexes d’antan. Heureusement, l’expérience faisant, le premier run n’a pas été trop compliqué. Et 11 ans plus tard, il reste un monument dans son genre, en corrigeant tous les défauts du jeu d’origine. Impossible pour moi de départager ces deux monuments, d’où le paragraphe commun.


  • Dragon Quest XI S

Débuté sur Nintendo 3DS et Playstation 4, je n’ai jamais pris le temps de terminer Dragon Quest XI. Il était pourtant dans mon TOP 3 de 2017 – où j’indiquais que pour la première fois, je mettais un titre inachevé. J’étais tellement charmé par le jeu qu’il m’était impossible de ne pas l’indiquer. Pourtant, les affres des années suivantes ont fait que je n’ai pas achevé l’aventure. Heureusement 2020 est arrivée ! (et un peu 2019 aussi…) Pour l’occasion, j’en ai profité pour faire la version S, parue sur Switch – et sur PS4 et Xbox One en 2020 – qui intègre moult nouveautés. Dont un très bon doublage et des musiques réorchestrées. Autant dire que l’enrobage sonore est à tomber. Le jeu n’a pas trop perdu visuellement, et est à tomber en mode nomade. Car, comme pour la plupart des RPG sur la console de Nintendo, sauf Xenoblade Chronicles 2, je l’ai pratiqué en mode portable. Au-delà de son scénario accrocheur, simple mais réservant quelques surprises bien senties, notamment en post-game, le point fort de Dragon Quest XI tient dans ses personnages particulièrement attachants, son univers enchanteur et son système de combat au poil. Selon moi, les bons RPG se reconnaissent au plaisir d’enchaîner les affrontements. Parcourir Dragon Quest XI S est un plaisir de tous les instants, il y a toujours quelque chose à découvrir. Il m’a fallu 72 heures pour assister à la véritable fin, et, vu le nombre de quêtes annexes, il aurait été très certainement possible d’en passer davantage. Je pense toutefois que mon expérience était suffisante et que le voyage pouvait prendre fin. J’ai arrêté la console la tête emplie de souvenirs et l’impression de laisser partir des amis. Décidément, ce DraQue XI a vraiment su offrir un casting de luxe. Jetez-vous dessus, si ce n’est déjà fait. Les abonnés au GamePass n’ont même pas de raison valable de ne pas le lancer : il est, à l’heure actuelle, disponible au téléchargement. Un des immanquables de ces dix dernières années.


Malgré ce top 3 de l’amour, l’année 2020 ne fut pas de tout repos. L’édito du début d’année abordait déjà le sujet : Archaïc.fr a été piraté durant l’été. Des back doors ont été installées dans de multiples fichiers. C’était totalement transparent à la navigation mais nous n’étions plus maîtres des accès techniques au site. Une sensation très désagréable. Pourquoi ? Nous n’en savons rien, si ce n’est que tout semblait indiquer une intrusion depuis des pays européens plutôt de l’est. Il a donc fallu couper le site, le nettoyer de fond en comble, fortement améliorer la sécurité – un peu trop délaissée jusque-là, il faut bien l’avouer – pour enfin le voir renaître propre. Et cela lui avait fait le plus grand bien, retrouvant une seconde jeunesse dans ses performances et sa navigation. Et puis la V4 est arrivée, flambant neuve, fruit de réflexions depuis longtemps au sein de l’équipe. Je ne m’étendrai pas trop sur le sujet, il y aura un moment pour cela, très prochainement. En tout cas, Archaïc.fr a, lui aussi, connu une année 2020 avec quelques rebondissements. Ce piratage a finalement été un mal pour un bien. 


Mes attentes pour 2021 en JV ? Eh bien, il n’y en a pas beaucoup. J’ai tellement de jeux à faire, dans mon backlog, comme on dit dans les milieux autorisés, que je n’ai pas spécialement besoin de relever la tête. Au moment où vous lirez ces lignes, Atelier Ryza 2 sera déjà arrivé posé en évidence à côté de la console, étant donné que j’accroche beaucoup au premier épisode que je suis en train de faire en ce début d’année. Le remake de Nier sobrement nommé Nier Replicant ver.1.22474487139 arrivant fin avril 2021, ce début d’année risque d’être passionnant. Côté RPG, je ne dirai pas non à quelques news sur Shin Megami Tensei V. A l’inverse de Tokyo Mirage Sessions à l’époque de sa sortie Wii U, Atlus est particulièrement discret. Ce n’est pas mauvais signe, c’est juste frustrant. Autre RPG que je suis du coin de l’oeil : Ruined King A League of Legends Story. L’univers League of Legends ne m’intéresse pas le moins du monde, mais son développement est piloté par les géniteurs et génitrices de Battle Chasers et Darksiders Genesis, Airship Syndicate. Alors forcément… J’ai hâte d’avoir des nouvelles de Tales of Arise, cela fait un moment que nous n’avons pas eu un Tales of à se mettre sous la dent. Grosse attente également, Edge of Eternity. Ne jouant quasiment pas sur PC – sauf pour certains titres – je profiterai de sa sortie sur consoles pour enfin le découvrir.

Et dernier titre du genre à m’interpeller : Elden Ring, le prochain gros titre de From Software, collaboration entre George R.R. Martin et Miyazaki. L’air de rien ! Je ne citerai pas Final Fantasy XVI, je ne n’y crois pas en 2021. Project Athia étant prévu pour le début 2022, je ne pense pas que FFXVI arrivera avant. Et enfin, hors RPG, je lâcherai le nom de Bayonetta 3 – rien que l’écrire me donne envie de relancer les deux premiers. Je pense qu’il a été annoncé trop tôt, mais vraisemblablement, nous devrions avoir des infos sur la suite des aventures de la sorcière de l’Umbra. Pas mal de fans conjecturent sur l’arrivée d’un Bayonetta 4 avant le 3, pour prendre tout le monde à revers. Pourquoi pas. Cela serait très drôle et parfaitement cohérent avec l’esprit déjanté de Hideki Kamiya. Et je citerai enfin Halo Infinite. Halo Infinite qui devait être LE titre de lancement de la Xbox Series X, et qui n’arrivera qu’en fin d’année. Quel fiasco en termes de communication, encore une fois. En espérant que cette année supplémentaire lui aura fait du bien. Entre nous, je ne trouvais pas la démo de début d’année si catastrophique, mais si on peut accueillir un nouvel épisode flambant neuf et utilisant toute la puissance de la Xbox Series X, je serai parfaitement preneur. Microsoft qui ne voulait pas d’exclusivités XS avant 2 ans voit bien le succès de The Medium en 2021 (remboursé en 1 journée selon les développeurs, entre le contrat de l’exclusivité sur consoles Microsoft et le Game Pass). Je ne serai pas surpris que nous en voyions davantage en 2021…

Vous me connaissez, impossible pour moi de délaisser le rétro. En 2020, j’ai pu découvrir deux supports qui m’intriguaient depuis des années. Le premier est la FM Town Marty, la première console de salon à lecteur CD. Les occidentaux ont tendance à l’oublier, au profit de l’Amiga CD 32. A tort. Créée pour permettre de jouer à des jeux initialement conçus pour l’ordinateur japonais FM Town, la console, existante en 2 modèles, allie sobriété et modernisme. En 1993, quand même. Je n’ai pas encore pu explorer toutes ses capacités, ne possédant que Microcosm dessus, mais espérons que la fin d’année 2021 me permettra d’aller plus loin dans son incroyable ludothèque.

L’autre support est le iQue Player, une console Nintendo 64 miniaturisée, exclusive à la Chine. Il s’agissait d’une tentative de Nintendo pour conquérir le marché chinois. Pas de jeux exclusifs ici, que des jeux déjà disponibles sur Nintendo 64, mais en version chinoise. Certains comme Ocarina of Time ont tout de même bénéficié de quelques correctifs au passage. L’intégralité de la ludothèque IQue Player était disponible, jusqu’en 2018, en dématérialisé, à télécharger depuis le site du constructeur. La console n’a finalement guère d’intérêt pour le joueur européen qui aurait déjà tous les jeux sur sa N64. Le fan de la console, quant à lui, est heureux de découvrir un autre pan de l’histoire de sa console fétiche. En fin d’année, je me suis enfin procuré pas mal de titres qui m’intriguaient. De la plateforme, du RPG, de l’action, de la course. J’ai hâte de commencer à les parcourir et à vous en parler mais, ce ne sera clairement pas tout de suite.

A titre personnel, je compte refaire ma salle de jeux. Disposer d’une salle dédiée est, en soi, un luxe. En 2021 – normalement – je vais pouvoir m’en donner à coeur joie avec une salle nettement plus spacieuse, avec une bibliothèque attenante (enfin un nouveau jeu-lis ?). J’espère pouvoir switcher d’un support à l’autre encore plus facilement, et ainsi proposer toujours plus de contenu sur Archaïc.fr. Par conséquent, d’ici là, je confierai, pendant les travaux, les clés du site à Mizakido et Margoth, qui, disons-le, ont déjà les doubles depuis longtemps. Par conséquent, mon nom sera moins visible sur ce laps de temps, vous pourrez me suivre sur Twitter, si ce n’est déjà fait, pendant cette nouvelle aventure. J’espère que cette dernière se soldera par un retour “à la normale” afin de reprendre nos Survivance avec Mizakido et surtout retrouver mes deux complices au détour de plusieurs verres dans la nouvelle salle de jeux à refaire des beat’em up bien perraves, à découvrir des titres plus obscures les uns que les autres et à planifier pelletée de nouveaux articles et rubriques pour le site.

Plus d'articles
Edito #4 : Archaïc fait sa rentrée… au cinéma