Virtual Hydlide

Virtual Hydlide

Mais alors… Toutes ces lignes pour dire que nous sommes bien en présence d’un jeu tout moisi ? C’est une question de point de vue, en fait. En effet, à l’instar du le cinéma, il arrive qu’une « oeuvre » soit médiocre voir très mauvaise, mais tellement assumée et réalisée avec un tel niveau de naïveté et de sérieux qu’elle en devient hilarante. Cela peut être le cas pour Virtual Hydlide, même si cela dépend d’indulgence du spectateur qui pourra le considérer comme un nanar à l’ambiance peu ordinaire ou simplement comme une bonne grosse bouse.

Burning Rangers

Burning Rangers

“Court mais intense” semble être l’expression toute trouvée pour définir ce Burning Rangers. Frais, fun, joli et nerveux, il saura ravir n’importe quel joueur en quête d’originalité pour une poignée d’heures. Un titre vraiment représentatif d’une période dynamique et faste pour la Sonic Team, même s’il est arrivé bien tard dans la vie de la console de Sega qui pensait déjà à son avenir en compagnie de la Dreamcast. En reste aujourd’hui un jeu toujours aussi attachant avec son ambiance remplie de nostalgie.

The Wonderful 101

The Wonderful 101

The Wonderful 101 donc ! Enchanté ! Un jeu dont le nom et la jaquette évoqueront pour beaucoup le mythique Viewtiful Joe, ce qui semble tout à fait normal, puisqu’on retrouve à la direction le non moins célèbre Hideki « Ask your mom. » Kamiya, heureux géniteur du mythique jeu GameCube en plus d’autres créations cultes comme ..

Raw Danger!

Raw Danger!

Raw Danger! n’est certes pas un jeu parfait, loin de là, mais propose tout de même une expérience ainsi qu’une ambiance des plus solides. Il surpasse son prédécesseur en offrant un gameplay bien plus varié et difficile, ainsi qu’un scénario, des personnages et des situations périlleuses bien mieux travaillées et plutôt crédibles mine de rien.

MOTHER

MOTHER

MOTHER ne prend pas place dans univers de fantasy comme ses inspirations les plus notables telles que Dragon Quest. Pour être plus exact, l’intrigue se déroule durant les années 80, soit la même période que fût distribué originalement le jeu. De quoi attirer le chaland, au delà de sa jaquette d’un rouge uni. Il ne s’agit pourtant pas du premier RPG qui se déroulait dans une époque contemporaine, puisqu’il suffit de revenir un peu en arrière dans le temps pour y trouver les Megami Tensei de Namco(t), sortis sur le même support

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

A une certaine (grande) époque, Disney était en grande forme et sortait ses chefs d’oeuvre à un rythme soutenu, et savait faire appel aux plus grands studios de développement quand il s’agissait de vendre aux jeunes bambines et bambins des aventures pixelisées avec leurs personnages préférés. Si chez Nintendo, on se souviendra particulièrement des excellentes productions concoctées par Capcom (Duck Tales, Goof Troop…), et sur les consoles Sega…

Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins

Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins

Fraîchement revenu de son voyage à Sarasaland, Mario s’aperçoit non sans étonnant que son château est maintenant équipé d’un système de sécurité fort sophistiqué et qu’il n’est plus le propriétaire des lieux. Un certain Wario, personnage aussi machiavélique que bedonnant, s’est en effet emparé de sa demeure et en a profité pour ensorcelé tout le royaume de Mario.

Odama

Odama

L’idée, en étant très originale, est quand même saugrenue quand on y pense. Mais pourtant, sur le papier, et à l’écran, le titre est ce qu’il annonce : la fusion entre un jeu de stratégie et du flipper avec, en sus, une utilisation intensive du microphone. La configuration matérielle est en ce sens assez exotique, puisque la boite cartonnée contient, en plus de l’engin pour s’égosiller, une étrange attache servant à le fixer à la manette. De quoi intriguer avant même de découvrir le jeu en lui même.

Trax

Trax

Trax ne fera pas date dans les shoot’em’up exigeants et à rejouabilité presque infinie tant la possibilité de one-lifé le jeu est palpable dès le premier run. Mais le titre de HAL Laboratory reste un petit jeu bien trop méconnu de la Game Boy, avec tout de même pas mal d’atouts : graphismes chatoyants, musiques qui bougent bien, contrôles précis.

Power Blade

Power Blade

Dans la famille des jeux aux jaquettes aux illustrations complètement badass, je demande Power Blade ! Un jeu sympathique à découvrir, avec de la bonne plateforme, une difficulté pas exceptionnelle et d’excellentes musiques signées Kinuyo Yamashita (Castlevania, Parodius, Mega Man X3).

LostWinds

LostWinds

Il y a eu des jeux sympas sur le WiiWare. LostWinds en fait parti. Mignon tout plein, il utilise particulièrement bien les contrôles proposés par la Wii… Malheureusement, il y a tout de même quelques hics.