Wario Land : Super Mario Land 3

Wario Land : Super Mario Land 3

Transition réussie pour le sous-titré Super Mario Land 3, qui passe la main à un héros et un univers alternatif qui encore aujourd’hui génial et rigolo. Fini le sauvetage des princesses donc, et place à l’argent, l’argent, l’argent, pour une aventure marquante aussi bien sur le plan de son univers que sur le genre du plateformer à proprement parler.

Heart of Darkness

Heart of Darkness

L’ambition affichée dès 1992 par Chahi et son équipe transpire toujours dans les deux galettes qui composent Heart of Darkness. Une approche résolument cinématographique qui se remarque dès la longue introduction du jeu, présenté ici comme un générique de film lancé après avoir choisi une nouvelle partie : démarrage du fond musical, logos animés des ..

Yumemi Mystery Mansion

Yumemi Mystery Mansion

Loin d’être révolutionnaire, trop discret et pas assez explosif pour avoir été remarqué, ce jeu d’aventure sur rails tout en 3D apporta tout de même sa petite pierre à l’édifice dans une industrie en plein changement et en expérimentations, toujours en train d’alimenter le marché de cartouches mais qui voyait déjà son avenir dans le CD, quitte s’être lancé dans la course un peu trop tôt. Pour ce qui est du titre proposé par System Sacom, on ne peut que saluer l’essai.

Kaeru no Tame ni Kane wa Naru

Kaeru no Tame ni Kane wa Naru

Original et mignon tout plein, Kaeru no Tame ni Kane wa Naru demeure une petite perle bien méconnu de la Game Boy. Un curieux mélange que voilà, avec son histoire et des personnages rigolos, ce côté RPG qui passe à la plateforme par un simplement changement de plan… On aurait aimé une aventure plus longue et des combats plus passionnants, mais l’essentiel est bien là.

Secret of Evermore

Secret of Evermore

L’aventure proposée par Secret of Evermore demeure encore aujourd’hui extrêmement grisante. Reprenant les bases mais devant affronter l’aura tellement énorme que constitue son modèle Secret of Mana, il arrive, malgré les dires et l’absence de multijoueur, à en retirer l’essence et à y insuffler sa propre personnalité, pleine de pop culture et surtout d’un univers bien à lui.

Virtual Hydlide

Virtual Hydlide

Mais alors… Toutes ces lignes pour dire que nous sommes bien en présence d’un jeu tout moisi ? C’est une question de point de vue, en fait. En effet, à l’instar du le cinéma, il arrive qu’une « oeuvre » soit médiocre voir très mauvaise, mais tellement assumée et réalisée avec un tel niveau de naïveté et de sérieux qu’elle en devient hilarante. Cela peut être le cas pour Virtual Hydlide, même si cela dépend d’indulgence du spectateur qui pourra le considérer comme un nanar à l’ambiance peu ordinaire ou simplement comme une bonne grosse bouse.

Burning Rangers

Burning Rangers

“Court mais intense” semble être l’expression toute trouvée pour définir ce Burning Rangers. Frais, fun, joli et nerveux, il saura ravir n’importe quel joueur en quête d’originalité pour une poignée d’heures. Un titre vraiment représentatif d’une période dynamique et faste pour la Sonic Team, même s’il est arrivé bien tard dans la vie de la console de Sega qui pensait déjà à son avenir en compagnie de la Dreamcast. En reste aujourd’hui un jeu toujours aussi attachant avec son ambiance remplie de nostalgie.

The Wonderful 101

The Wonderful 101

The Wonderful 101 donc ! Enchanté ! Un jeu dont le nom et la jaquette évoqueront pour beaucoup le mythique Viewtiful Joe, ce qui semble tout à fait normal, puisqu’on retrouve à la direction le non moins célèbre Hideki « Ask your mom. » Kamiya, heureux géniteur du mythique jeu GameCube en plus d’autres créations cultes comme ..

Raw Danger!

Raw Danger!

Raw Danger! n’est certes pas un jeu parfait, loin de là, mais propose tout de même une expérience ainsi qu’une ambiance des plus solides. Il surpasse son prédécesseur en offrant un gameplay bien plus varié et difficile, ainsi qu’un scénario, des personnages et des situations périlleuses bien mieux travaillées et plutôt crédibles mine de rien.

MOTHER

MOTHER

MOTHER ne prend pas place dans univers de fantasy comme ses inspirations les plus notables telles que Dragon Quest. Pour être plus exact, l’intrigue se déroule durant les années 80, soit la même période que fût distribué originalement le jeu. De quoi attirer le chaland, au delà de sa jaquette d’un rouge uni. Il ne s’agit pourtant pas du premier RPG qui se déroulait dans une époque contemporaine, puisqu’il suffit de revenir un peu en arrière dans le temps pour y trouver les Megami Tensei de Namco(t), sortis sur le même support

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

A une certaine (grande) époque, Disney était en grande forme et sortait ses chefs d’oeuvre à un rythme soutenu, et savait faire appel aux plus grands studios de développement quand il s’agissait de vendre aux jeunes bambines et bambins des aventures pixelisées avec leurs personnages préférés. Si chez Nintendo, on se souviendra particulièrement des excellentes productions concoctées par Capcom (Duck Tales, Goof Troop…), et sur les consoles Sega…