Final Fantasy VII in other games

Final Fantasy VII in other games

Final Fantasy VII a marqué sa génération lors de sa sortie en 1997. Squaresoft, puis Square Enix le sait très bien. Hommages sincères ou fanservice opportuniste, sûrement un peu des deux : l’éditeur et ses équipes se sont depuis amusé à disséminer des références à FFVII dans de multiples autres jeux. Cet article en liste ..

Dirge of Cerberus

Dirge of Cerberus

Le fan de Final Fantasy VII se doit de se lancer dans Dirge of Cerberus. Le fan service fonctionne à merveille. Le jeu apporte réellement un autre regard sur les événements pour la plupart à peine abordés dans le jeu d’origine. Certains y verront peut-être juste un moyen de surfer sur la vague, pourtant, DoC était une vraie prise de risque pour Square. Car sous ses airs de beat’em all, se cache un titre ambitieux, à la réalisation plutôt léchée pour la console, creusant un pan de l’histoire pas forcément simple à aborder.

Final Fantasy VII : Advent Children

Final Fantasy VII : Advent Children

Conception : Square Enix Distribution : Sony Computer Entertainment Format : Blu-Ray, DVD, UMD Durée : Normale -> 1h40 | Complete -> 2h06 Avant-première japonaise de FFVII AC : 8 septembre 2005 Sortie américaine de FFVII AC édtion DVD : 13 septembre 2005 Sortie japonaise de FFVII AC édition UMD : 14 septembre 2005 Sortie ..

Edito #27 : L’édito de rentrée

Edito #27 : L’édito de rentrée

La traditionnelle période des vacances est en grande partie terminée, et arrive la rentrée, qu’elle soit scolaire ou professionnelle. Archaïc.fr fait également sa rentrée et surtout la prépare. Il se passe des choses en coulisses. Avant de parler de ce qui arrive, abordons le nouveau rendez-vous : aRPiGi. Podcast centré sur le genre du RPG, ..

Boulette Time #8 : Les lancements ratés de consoles

Boulette Time #8 : Les lancements ratés de consoles

Après un mois de juin chargé, l’équipe de Boulette Time a voulu se détendre un peu en se remémorant des événements marquants l’univers du jeu vidéo. Mais pas les plus belles réussites, au contraire même : les lancements ratés de consoles de jeux vidéo. L’équipe en a vécu pas mal, vous auditeurs et lecteurs très ..

Xenoblade X

Xenoblade X

Xenoblade X est un ovni dans la ludothèque de Monolith Software. Avec Nintendo, ils ont pris l’un des éléments de game design qui avait le plus enthousiasmé les joueurs de Xenoblade pour le sublimer, au détriment de la trame scénaristique et des personnages. Ce parti pris ne plaira pas à tout le monde. Il a beau être devenu la vitrine technologique de la Nintendo Wii U, Xenoblade X ne s’adresse pas à tous les publics. Il vise ceux qui seront capables de faire abstraction de ces défauts pour se lancer dans une aventure hors du commun, leur faisant ressentir des émotions peu courantes dans le jeu vidéo. L’un des jeux les plus impressionnants de ces dernières années, rien que ça. Un voyage unique.

The Order 1886

The Order 1886

The Order 1886 laisse un goût amer dans la bouche. Visuellement époustouflant, il subjugue avec ses personnages élégants et aux caractères bien trempés. Le jeu d’acteur est, soit dit en passant, assez fabuleux.Son histoire intéresse suffisamment pour vouloir connaître la fin. Malheureusement, le studio a dû faire des concessions. Obtenir pareil rendu a un prix, celui d’être pris par la main, sans arrêt, et de ne pas avoir une once de réflexion durant les phases de jeu. L’univers mérite d’être connu mais il mérite aussi un second jeu avec désormais un gameplay bien à lui.

Tokyo Twilight Ghost Hunters

Tokyo Twilight Ghost Hunters

Tokyo Twilight Ghost Hunters est une bonne surprise. Son scénario travaillé est complété par une bande son pop-rock inhabituelle mais très sympa. D’autant qu’il est possible de choisir la BGM de fond pour chaque combat. Ceux-ci, plutôt tactiques, demandent en revanche un réel investissement lors des premières heures pour être appréciés, sous peine de jeter la console de dépit. Un jeu traitant de domaines obscurs et proposant un système qui l’est tout autant. Et ne parlons pas de son jeu dans le jeu, un jeu de plateau encore plus inaccessible d’accès. Pourtant, une fois l’apprentissage passé, le jeu recèle de jolies subtilités qu’il est amusant de maîtriser.

Persona 4 The Golden

Persona 4 The Golden

Persona 4 The Golden est donc un monstre du JRPG, à la durée de vie dépassant allègrement les quatre vingt heures de jeu pour espérer tout achever. Il reste dommage que réussir tous les S.L. au sein d’une même partie ne soit pas à la portée de tout le monde et qu’il faille attendre le New Game +, une soluce sur les genoux, pour tout faire en une seule partie. Quand bien même, cela n’arrive même pas à gâcher le constat général qui veut qu’il s’agit d’un titre absolument incontournable car incroyable de générosité. En tout.

Sonic the Hedgehog 2

Sonic the Hedgehog 2

Ce n’est même plus de l’amour qui anime la relation entre Sonic 2 et moi. Sonic 2, c’est le jeu d’une console, ce jeu qui vous fait convoiter à tout prix la nouvelle console, ce jeu qui peut vous faire des mois entiers avant d’effleurer l’idée d’en essayer un autre. En plus, ce jeu était vendu en pack avec la console. Le pack qu’il me fallait, de ma huitaine d’années

Dragon Ball Z : Battle for Gods

Dragon Ball Z : Battle for Gods

Un nouveau film sur Dragon Ball Z est forcément un événement. Que l’on soit fan ou non, voir cette série culte revenir sur le devant de la scène a quelque chose de nostalgique. SonGoku, les sept boules de cristal les super guerriers, et tout cet univers imaginé par Akira Toriyama a quelque chose de rassurant. Pourtant, comment ne pas trembler pour l’amoureux de la série au regard du désastre que cela peut être…

Criminal Girls : Invite Only

Criminal Girls : Invite Only

Les joueurs faisant fi des scènes coquines mises en avant par les médias – ces mêmes scènes qui durent quelques secondes – pourront se prendre d’affection pour cette amusante troupe. L’accueil sur fond de J-Pop pas désagréable ne trompait pas, l’esprit très japonais de Criminal Girls Invite Only l’adresse à un public de niche, ce même public dont l’anglais, la répétitivité des mécanismes et le design volontairement sulfureux ne freinent pas, public qui aura la chance de découvrir un très bon titre du genre, aux propos loin d’être aussi candides que prévus