Compte-rendu E3 2018

Compte-rendu E3 2018

Sommaire | Meilleure conférence | Meilleur trailer | Meilleure annonce/surprise | Coup de coeur | Coup de gueule | Avis général
 

Vidok – Vivement l’année prochaine !

J’aime l’ambiance festive qui règne en période d’E3. Se dire que des titres encore inédits vont être annoncés. Se dire que nous ne sommes pas à l’abri d’un trailer incroyable, que ce soit d’une nouvelle superproduction que d’une révélation bien cachée jusque-là. Et cette année, ce fut un bon E3. Ni plus, ni moins. L’intérêt des fins de cycles tient dans la présentation de jeux ambitieux travaillant les consoles au corps. Ce n’est pas pour rien que des titres tels que Cyberpunk 2077, Beyond Good and Evil 2, Ghost of Tsushima, The Last of Us Part II apparaissent, nous faisant nous demander s’ils sortiront bien sur cette génération. Il faut aussi reconnaître que le retour d’un Microsoft conquérant a fait du bien pour la dynamique des conférences et du salon en général. Oui, l’entreprise américaine part de loin, oui, elle ne peut que tenter de charmer les joueurs, mais elle le fait bien, et j’ai trouvé qu’elle avait vraiment su redorer son blason et présenter une image “gamer friendly”, comme diraient nos amis anglophones. A côté d’eux, les traditionnels Ubisoft et Bethesda qui maîtrisent leurs petites affaires, un Sony leader et donc se reposant sur sa notoriété et ses exclusivités et un Nintendo, la force tranquille. Et il faut avouer que vu le planning des sorties sur Switch, ils auraient tort de tirer toutes leurs cartouches dès 2018. Ne reparlons pas, malheureusement de Square Enix, dont ce devait être l’E3. Dommage ce sera pour 2019. Et vivement l’édition 2019 car pour une fois, assez peu de dates à A+2 ou +3. Nous avons plutôt une vision pour l’année glissante en cours, et c’est tant mieux, c’est annonciateur de nouveautés l’année prochaine. De moins en moins de lootboxes, des DLC plus volumineux, façon stand-alone, des politiques constructeurs un peu plus accès joueurs, l’approche de nouveaux supports, serions-nous en train de retrouver la folie d’il y a quelques années ? Peut-être bien.

Margoth – Le retour de Microsoft au sein d’une industrie vidéo-ludique à côté de la plaque ?

Cela faisait des années que je n’avais plus prêté attention à l’E3. Et ce petit retour 2018 a été plutôt intéressant. Bien davantage que les éditions précédentes d’après ce que j’avais pu en lire à droite et à gauche. Pas forcément intéressant par le côté vecteur de rêve et de hype comme est censé représenter l’E3 par définition mais plutôt par l’observation de ses différents acteurs. Honnêtement, je trouve qu’on se situe dans une belle époque du jeu vidéo : une technologie de fou, l’essor du jeu indépendant repoussant les limites de la créativité et expérimentation, des joueurs somme toute plus curieux et ouverts une fois qu’ils sont confrontés à un jeu, manette ou clavier/souris en main. Bien que ces derniers utilisent malheureusement la tribune que leur laisse le web 2.0 de manière nauséabonde – ceux qui ont vu un peu les chats Twitch ou Youtube retransmettant les conférences ainsi que les réseaux sociaux comprendront sans peine – et sèment malgré eux un sacré trouble pour les développeurs/éditeurs qui ne savent plus vraiment où se situent les demandes et attentes. Et c’est en cela que cet E3 était intéressant : j’ai trouvé les différentes communications et stratégies marketing déployées complètement à côté de la plaque par rapport à tout ce que la génération actuelle nous livrera avant de passer à la prochaine. Ça ne cible pas forcément sur les bons chevaux ou ça va tenter d’en mettre plein les yeux en gaspillant un budget important pour pas grand-chose (Sony et sa conférence mal rythmée qui n’est pas du tout adaptée à ceux n’étant pas sur place ou encore Ubisoft qui donne des mini-concerts faisant jouer en play-back des musiciens prestigieux pour un simple DLC), ça va trop en dire (Nintendo et son Smash Bros) ou pas assez (Sony et le fameux Dreams de Media Molecule qui semble pourtant novateur). Un point que l’on pourra également ramener sur les décisions internes sur comment traiter et faire perdurer certaines franchises (EA et son Command & Conquer sur mobile ou encore Ubisoft qui semble jouer son Picsou envers Beyond Good & Evil 2 alors qu’il ouvre complètement son coffre avec Assassin’s Creed). En cela, je trouve qu’il s’agit sans conteste de Microsoft qui a su le mieux tirer partie du marché actuel avec son excellente conférence mettant autant en avant le triple A que le jeu indépendant, en passant par le AA. Sobriété, professionnalisme, on laisse le jeu parler avant tout et on ne passe pas dix minutes à se mousser et se lancer des fleurs pour meubler les trous comme on a pu le voir chez Sony. Certes, Microsoft n’ira pas forcément faire revendre les PS4 des uns et des autres pour qu’ils choisissent Xbox One en remplacement mais le message intrinsèque qu’ils ont balancé était toutefois très fort entre les achats de nouveaux studios dont un certain Ninja Theory qui a su montrer du potentiel par le passé, une envie de développer et optimiser le Xbox Games Pass, et le fait qu’il soit parvenu à faire sortir certains titres qui étaient autrefois réservés uniquement à Sony (Kingdom Hearts III, Nier Automata, We Happy Few), tout en laissant une place au jeu japonais. Une stratégie qui pourrait s’avérer payante pour la génération suivante, à condition bien entendu que Microsoft conserve cette ligne de mire et reste droit dans ses bottes. Peut-être même leur seule façon de survivre d’ailleurs vu les différents travers qu’il a montré au cours de l’actuelle génération et la précédente.

Ryuzaki57 – L’E3 des femmes!

Quand on a suivi l’E3 2018 de bout en bout, il y a un truc qui saute à la gueule : l’importance croissante du sexe faible dans notre médium préféré. Ces personnages féminins, aussi appelés waifu dans les cercles autorisés, étaient partout pendant 4 jours, voire plus. Battlefield V donne le coup d’envoi avec son artwork principal, immédiatement suivi des vagues aussi réactionnaires qu’historiquement inacceptables (on va pas rentrer là-dedans, mais évidemment qu’une femme peut choisir de se battre si un régime cherche à détruire sa nation). A mesure des conférences, les machos ont très vite perdu : The Last of Us Part II sera entièrement à Ellie, Control a une femme dans le premier rôle, la suite de Beyond Good & Evil deux, la dresseuse arrive dans Smash Bros Ultimate, on présente plus Lara Croft et Assassin’s Creed Odyssey ajoute une héroïne dans une Grèce Antique qui là pour le coup n’en avait pas forcément. On a également une pensée pour les jeux japonais annoncés à l’autre bout de la planète dans le Famitsu : Nelke and the Legendary Alchemists, Ryusei no Valnir et Crystar viennent de séries et d’éditeurs qui misent sur les persos féminins depuis longtemps. Ce n’est pas nouveau, ce n’est pas un révolution sociétale non plus mais c’est un mouvement global qui prouve une demande et un intérêt de la part du public pour plus de parité dans nos fictions.

Mizakido – C’était sympa.

Je commence à prendre des habitudes depuis que je suis en continu les actualités et conférences de l’E3 : être bien sarcastique devant Electronic Arts et Ubisoft, regarder avec une certaine délectation Sony et Microsoft qui tentent de montrer qui a la plus grosse, constater que Nintendo fait toujours les choses doucement dans son coin, et soupirer en voyant que les mêmes cases de bingo concernant certaines attentes ne seront pas encore, une année encore, cochées. C’est le rituel annuel, c’est toujours amusant, mais on sent que la courroie commence à s’éroder, si bien que les développeurs ne prennent plus vraiment la peine de garder le moindre secret pour l’évènement et lâchent du lest pour éviter qu’on leake les jeux à leur place. Pour cette édition 2018, le contrat a été une fois de plus respecté : des annonces, quelques bonnes surprises (Babylon’s Fall, Metal Wolf Chaos XD, Sea of Solitude), des conférences chiantes, d’autres moins (dédicace à Devolver Digital pour son ironie toujours bien marrante), d’autres étranges (Limited Run Games, vraiment ?). Je ne vais pas faire non plus trop mon blasé et pas dire que c’est toujours l’occasion de s’amuser, de faire des pronostiques idiots, de râler quand on voit des des licences rendues dans l’indifférence générale sur mobile (Command & Conquer, pauvre de toi) ou des gens qui applaudissent et qui jubilent à chaque “grosse” révélation EXPLOSIVE comme l’arrêt des lootboxes ou l’arrivée de nouveaux DLCs EN EXCLUSIVITÉ. M’enfin voilà, c’était une édition sympa, et c’est toujours bien d’avoir une période avec plein d’actualité ! Si la bougie s’éteint peu à peu, on se doute que la prochaine génération arrive, et qu’elle réservera encore son grand lot de surprises, ravivant ainsi la flamme de la hype, et ça, on va dire que le salon l’entretient et nous le rappelle plutôt bien. Et on a qu’une hâte : être à l’année prochaine !

Articles qui pourraient vous intéresser

Compte-rendu E3 2019

Compte-rendu E3 2019

L'E3 2019 est terminé depuis quelques semaines maintenant. Cela nous a permis de nous retourner et de réfléchir loin de l'effervescence des conférences, du salon et de l'actualité. Réfléchir aux moments qui nous ont marqué, aux jeux méritant d'être attendus ou encore les instants de gêne. Comme...

Semaine spéciale : Utopiales 2018

Semaine spéciale : Utopiales 2018

la Dix-Neuvième édition des Utopiales se déroulait à Nantes du 31 Octobre au 4 Novembre, au sein de sa cité internationale des congrés. Le format essayé l'année dernière pour suivre les vacances scolaires est finalement reconduit, d'autant que le public a suivi, avec un gain de plus de 8000 personnes, permettant au compteur de franchir la barre des 90 000 visiteurs. Malgré cet engouement croissant et que la cité internationale des congrés ne soit pas extensible, les organisateurs ont presque réussi à pousser les murs en ouvrant de nouvelles salles et un bar au festival.

Stunfest 2018 : Galette-saucisse dans ta face !

Stunfest 2018 : Galette-saucisse dans ta face !

Après s’être accordé une pause d’un an, le Stunfest revient, à Rennes, pour une édition 2018 toujours plus imposante. Le festival breton vise à “à montrer la diversité des cultures vidéoludiques sous toutes leurs formes”. Au-delà du communiqué de presse, il faut y voir un événement familial où les joueurs du monde entier se rencontrent au travers des allées de l’Esplanade Charles de Gaulle de Rennes, que ce soit pour rigoler ou pour s’affronter dans des tournois tout ce qu’il y a de plus officiels.

4
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
3 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
MargothVidokLure Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Lure
Invité
Lure

Hello,
je suis étonné de voir que personne (ou presque) n’évoque Cyberpunk 2077. Le jeu ne vous inspire rien ?

Quoiqu’il en soit, merci à chacun pour ce retour. J’ai l’impression que j’évolue dans une sphère à la fois proche et lointaine de la vôtre. C’est très bien ainsi. C’est l’occasion pour moi de découvrir des choses, des avis, des angles de vues, auxquels je ne me serai pas intéressé spontanément.

Merci donc !

Vidok
Invité

Cyberpunk 2077 s’annonce encore lointain. Le jeu paraît très ambitieux, il fera très certainement partie des tout derniers gros titres (en termes de budget et de technique) de la génération de consoles actuelles, mais à mon sens, il est encore trop tôt pour s’enthousiasmer tant on n’a rien vu.

Quels auraient été tes choix ?

Lure
Invité
Lure

Je suis très enthousiaste à propos de ce Cyberpunk 2077, c’est vrai. Trop ? Sans doute plus qu’il n’est prudent de l’être. Enfin nous verrons bien. Disons que, pour l’heure, je fais confiance à CD Red Projekt pour nous délivrer un bon jeu. S’il est à la hauteur de The Witcher 3, ce sera déjà très bien. Outre Cyberpunk, j’ai noté la présence de Metro Exodus (mais je crois qu’il avait été annoncé depuis quelques temps déjà) mais cela s’arrête là. J’avoue ne suivre que de très très loin l’actualité du jeux vidéo. Je suis essentiellement tourné vers le passé,… Read more »

Margoth
Editor

Pareil que Vidok, Cyberpunk 2077 me semble encore lointain. Surtout que je n’en ai vu que le trailer cinématique (qui titille niveau DA, je ne le cacherai pas), je ne me suis pas vraiment renseignée sur tout ce qui touche au gameplay. Après, voilà, je n’ai pas forcément de liens très forts envers CD Projekt, je possède bien le premier et troisième The Witcher mais je ne les ai pas encore spécialement lancé pour le moment. Un tort, je n’en doute pas mais peut-être que les futures actualités de Cyberpunk me colleront cette envie de me lancer et que je… Read more »