Day Of The Tentacle Remastered

Day Of The Tentacle Remastered

En 1993, Day Of The Tentacle était une petite perle. 2016, force est de constater qu’il est toujours aussi attachant et monumental. Grâce au bon coup de polish institué par un Double Fine plein d’amour, il n’y a plus d’excuse pour que tous ceux aimant le point’n click ne s’y (re)mettent pas. Belle refonte graphique, belle mise à jour du gameplay beaucoup moins fastidieux que la monture originelle sans compter la présence de l’intégralité de Maniac Mansion (version d’antan) permettant de se targuer de l’argument de deux jeux en un. Day Of The Tentacle Remastered se révèle toujours aussi pimpant et s’accordera à tout type de profil, que ce soit le vieux fan que le joueur plus jeune désireux de défricher des reliques d’époque en occultant tous les aspects rébarbatifs de l’exercice

Dead or Alive 5 : Last Round

Dead or Alive 5 : Last Round

Enlevez un point pour la version PC, partiellement amputée. Mais sinon, ce Dead or Alive 5 : Last Round est tout bonnement jouissif : casting varié et d’excellente facture, arènes nombreuses, costumes qui se comptent par centaines, modes de jeu offlines et onlines multiples… le contenu se révèle être impressionnant. Le travail sur les animations et les détails graphiques (sueur, vêtements, poitrines…) est également remarquable. Ajoutez à cela la maitrise de la Team Ninja pour obtenir un gameplay aux petits oignons et vous tiendrez là une pure référence du jeu de baston en 3D, alliant fun et technicité. Et si les DLC un poil abusifs fusent, le contenu de base se suffit à lui-même. Indispensable !

Dead or Alive Dimensions

Dead or Alive Dimensions

A l’image de Street Fighter IV 3DS, Dead or Alive Dimensions n’est absolument pas un episode au rabais dû au support portable, bien au contraire. Les développeurs de Tecmo-Koei, pour leur premier DOA sans Itagaki, ont réalisé un véritable best-of de la série reprenant tout ce qui a fait le succès de Dead or Alive. Un gameplay simple, des décors aux multiples tiroirs, des babes, plein d’objets à débloquer, du jeu à plusieurs très agréable et un plaisir de jeu de tous les instants. Maintenant, il faut bien reconnaître que le manque de nouveautés est pardonné par le statut de jeu anniversaire. La sanction sera plus cinglante si ce constat venait être apposé au futur Dead or Alive 5

Dead or Alive Xtreme 2

Dead or Alive Xtreme 2

Selon ce que vous recherchez, vous pourrez passer aussi bien une heure que cent heures pour faire le tour de Dead or Alive Xtreme 2. S’il n’y a pas de multi en local, que ça manque un poil d’activités supplémentaires et que le gameplay n’est pas un exemple de variété, le jeu reste une mine d’or pour les amateurs de challenge et les collectionneurs, et un titre plutôt original, voire rafraichissant. En espérant pourquoi pas un nouvel opus qui améliore significativement la formule !

Dear Esther

Dear Esther

Cher Archaïc, Il y a bien longtemps que je voulais écrire ce papier. Le manque de temps et surtout l’envie presque maladive de vouloir proposer une prose agréable et consistante m’ont empêché de mener à bien ce petit projet. Mais allez, on se lance. Tant pis des qu’en-dira-t-on quant à la longueur, probablement courte, et ..

Death End re;Quest

Death End re;Quest

Death end re;Quest garde cette volonté d’innover propre aux jeux de Galapagos RPG, et cette fois l’exécution est un peu meilleure. Cependant, les petits moyens mis en œuvre l’empêchent d’être l’expérience narrative visée. Un RPG néanmoins accrocheur par son scénario mystique, et doté d’un design original et d’un système de combat qui l’est encore plus. Il faut cependant pas mal de patience étant donnée le progression linéaire et souvent laborieuse

Deepak Fights Robots

Deepak Fights Robots

Deepak Fights Robots propose un gameplay finalement assez classique et ô combien efficace, mais aussi et surtout un univers psychédélique et bizarrement addictif… Enfin, pour ceux qui comprendront et qui voudront prendre part à ce délirant trip pixelisé. Aussi original graphiquement que musicalement, cet hommage coloré aux petits dragons cracheurs de bulles est assez court, mais propose une replay-value assez conséquente vu l’enchaînement astucieux de ses niveaux au level-design de grand goût. Seul son prix – 10 dollars tout de même – pourra freiner certains acheteurs un peu frileux. Pour les autres, rendez-vous sur le site officiel dédié au titre (qui tournera dans n’importe quel navigateur supportant Flash). C’est du bon, et c’est légal !

Demolition Girl

Demolition Girl

Car Demolition Girl, alias Simple 2000 Series Vol.50: The Daibijin, a de quoi attirer le joueur friand de productions originales. Le titre lui propose en effet de lutter contre une idol géante, arborant un simple maillot deux pièces pour retenir gros fessier et forte poitrine, en lieu et place de l’habituel kaijū tel Godzilla ou ..

Demon’s Souls

Demon’s Souls

Chacun s’accorde à dire que le jeu de rôle japonais est en perte de vitesse. Depuis l’avènement de la HD, les grandes pontes ne réussissent plus à tenir les joueurs en haleine des heures durant. Un développeur milite pourtant en faveur de ce genre, et ce depuis des années. Assez peu reconnu et très peu attendu, From Software a bluffé tout le monde au travers de son Demon’s Souls. Etrangement, celui-ci ne fait pas réellement dans le grand public et l’accessibilité à tout prix. Au contraire. Demon’s Souls fait plutôt partie de ces jeux qui ne vous aiment pas, de ces jeux où le moindre élément du décor peut vous faire la peau, de ces jeux qu’il est pour ainsi dire impossible de lâcher une fois l’écran Start franchi

Dengeki Bunko Fighting Climax

Dengeki Bunko Fighting Climax

Dengeki Bunko Fighting Climax est un jeu de combat très sympa, tellement bien pensé pour son public qu’il est difficile de s’en lasser pour peu qu’on aime l’univers des séries Dengeki. Il est juste dommage que les arbitrages de gameplay gâchent un peu le plaisir en online

Devil May Cry 4

Devil May Cry 4

Devil May Cry 4 ne trahit pas la série, bien au contraire même. Il reprend tout ce qui a fait le succès du un et du trois et apporte un nouveau héros et quelques brillantes idées. Doté d’une réalisation impeccable (mais qui aurait pu être encore meilleure, j’en suis persuadé), d’une animation hors pair et d’une maniabilité toujours aussi parfaite, il ne pourra que plaire aux fans. Le titre de Capcom n’est malgré tout pas irréprochable en raison d’un manque évident de recherche quant à l’aventure sous les traits de Dante et ce sur tous les plans. A croire que la partie de Nero a nécessité tout le temps de développement et que celle de Dante s’est vue faite à la va-vite. Fort dommage quand on sait qu’elle constitue tout de même 2/5 du jeu total. Heureusement, au final, le plaisir n’est pas réellement tari et, il faut le reconnaître, nous prenons un plaisir fou à contrôler les deux héros. C’est l’essentiel et nous retrouvons avec l’un des tout meilleurs DMC actuellement disponible sur le marché, juste en deçà de l’indétrônable numéro un

Devil Survivor

Devil Survivor

Pour une série ayant si peu d’expérience en matière de T-RPG, Devil Survivor est une surprenante et incontestable réussite. Et si le jeu brille d’abord par l’atmosphère d’urgence et de tension qui va avec une ambiance de fin du monde vécue par le bas, il parvient également à faire la démonstration qu’on peut conjuguer un scénario cadré, riche et haletant avec une grande liberté de choix qui laisse au joueur beaucoup de latitude. Qui plus est, la substantifique moelle du gameplay si typique des Shin Megami Tensei se conjugue à merveille avec les mécaniques de jeu d’un RPG tactique et en profite même pour atténuer (voire faire disparaître) des défauts et des archaïsmes que la série se traîne comme des boulets depuis bien longtemps. On sent dans Devil Survivor une attention portée au moindre petit détail, le genre de soin qu’on imagine mal un grand studio consacrer à un projet mineur. Atlus le fait. Merci à eux.