Human Resource Machine
Appréciation 4

A 9,90€, Human Resource Machine nous propose l’heure d’amusement pour un euro, un ratio honnête, et un sentiment de satisfaction si grand à chaque changement de niveau, qu’il serait dommage de ne pas se torturer les méninges

Résumé 4.0 Très bon

Human Resource Machine


















Human Resource Machine est assurément un ovni dans le paysage du jeu vidéo sur console, peut-être un peu moins sur PC, Steam ayant permis l’émergence de tellement de surprises. L’oeuvre de Tomorrow Corporation (petit studio composé de Kyle Gabler, Kyle Gray et Allan Blomquist) est là pour amener la réflexion. Il y a un message mais pas que.

A quoi ça ressemble ?

Au premier regard, HRM paraît très austère et rappelle ses indés au teint obscur et pas forcément engageant. Ses personnages aux gros yeux surlignés, flirtant avec une certaine famille Adams, laissent planer une ambiance macabre. L’interface, à la fois simple mais austère, finit de brosser un tableau anxiogène. Tel est le thème du jeu : un employé de bureau destiné à répéter, inlassablement, des tâches redondantes dans son entreprise, tandis que la planète subit l’attaque de robots vengeurs désireux de remplacer l’espèce humaine. Des scénettes, situées à quelques paliers clés, permettent de se rendre compte du cynisme, assumé, dépeint par HRM. Décrire et citer des portions de dialogue vous priverait du plaisir de la découverte, d’autant qu’elles sont peu nombreuses.

Comment ça se joue ?

Le jeu paraît très simple : un plateau roulant d’entrée, un de sortie et au milieu une plaque, différemment découpée et organisée selon les puzzles. L’élément de l’interface utilisateur pouvant rebuter le chaland tient dans les instructions à droite de l’écran, des instructions de programmation pour être plus précis. HRM est un jeu d’algorithmie : il est nécessaire d’assembler les différentes instructions afin de remplir l’objectif : déplacer tous les blocs de gauche à droite, mais dans le sens inverse d’arrivée, respecter certaines chaînes de valeurs, organiser les blocs par ordre alphabétique, ne laisser passer que les nombres pairs, sont autant d’objectifs présents sur les 40 ans de carrière – 1 puzzle par année, sans compter les bonus – du jeu. Les demandes, très simples, deviennent incroyablement compliquées en toute fin à tel point qu’il pourra vous arriver de passer plusieurs dizaines de minutes, et pourquoi pas heures, sur les derniers. Jouable entièrement et uniquement au tactile, Human Resource Machine a pour lui une interface claire et compréhensible par tous – oui, le jeu a été traduit en français. L’occasion de bien salir l’écran de sa toute nouvelle Nintendo Switch…

Pourquoi on en parle ?

Human Resource Machine aurait pu rester confidentiel s’il n’avait pas su, grâce à un remarquable bouche à oreille faire parler de lui comme « le jeu où l’on fait de la programmation ». Son étonnant concept est épaulé par une accessibilité tout aussi surprenante, où tout un chacun est capable de coder – un bien grand mot – ses premiers algorithmes en quelques minutes, grâce, il faut le dire, à un très bon tutoriel à même les premiers niveaux. Lassant uniquement à forte dose – plus de trois heures par jour – Human Resource Machine fait plutôt partie de ces jeux à picorer. A chaque jour apporte son puzzle. A 9,90€, HRM nous propose l’heure d’amusement pour un euro, un ratio honnête, et un sentiment de satisfaction si grand à chaque changement de niveau, qu’il serait dommage de ne pas se torturer les méninges.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jurassic World Evolution

Jurassic World Evolution

Les années 90 et 2000 ont été marquées par de très nombreux jeux de gestion. Un coup, vous êtes à la tête d’un parc d’attractions et jaugez le degré de sel des frites. Un coup, vous tentez d’éradiquer une épidémie dans un hôpital de province. Ou encore, vous devez prendre soin des animaux...

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

Samurai Spirits 64

Samurai Spirits 64

Premier essai pour SNK dans le monde de la 3D, le constructeur japonais opte pour une mise à niveau de l’une de ses séries phares, Samurai Spirits. Cette version 64 s’intitule d’ailleurs tout simplement Samurai Spirits, le 64 n’est là que pour le différencier du premier épisode entre...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des