Dangan GB
Appréciation 5

Autant dire que le petit processeur de la Game Boy est mis à rude épreuve mais semble se retrouver une seconde jeunesse avec ce Dangan GB. En plus d’être un excellent cadeau pour les 30 ans de la brique à cristaux liquides de Nintendo, il s’avère être un petit bijou savamment façonné en réussissant à faire rentrer dans 256 kilobits un beau défi technique, un gameplay réussi et corsé ainsi qu’une partie musicale de haute volée.

Résumé 5.0 Extra

Dangan GB

Nous sommes déjà en 2019, et cette année, la vénérable Game Boy fête ses 30 ans. Si nous pouvons attendre une commémoration digne de ce nom de la part de Nintendo (comme un service similaire à celui de la NES sur Switch ?), les fans n’ont pas attendu le constructeur pour célébrer l’anniversaire de la célèbre portable. Ce qui va nous intéresser aujourd’hui se nomme Dangan GB, sorti le 1er janvier, fruit de la collaboration entre le musicien chiptune nordloef et le demosceneur snorpung, dont le travail en commun n’est plus à remettre en question à la vision de leurs impressionnantes demos qui repoussent sans cesse les limites de la Game Boy. Dangan GB, n’est quant à lui, compte tenu du site où nous nous trouvons, pas une demo, mais bien un jeu à part entière, codé avec amour pour tourner sur la machine, qui se paye tout de même le luxe, mine de rien, en plus d’être un vibrant hommage au support monochrome, d’être une très belle prouesse technique.
Sur le papier, Dangan GB se présente comme un simple et humble shoot’em up comme la console a pu en proposer par quantité et qualités diverses. Ce qui reste intrigue réside en un simple mot : “bullet-hell”. Quoi, du danmaku sur Game Boy ? Quelle est cette magie ?! Et bien, tout le génie de snorpung, qui semble connaître le hardware de la brique comme un ingénieur de Nintendo, voir bien plus. Un bullet-hell donc, doublé d’un boss-rush avec pas moins de six niveaux où notre petit vaisseau devra affronter autant de boss aux formes menaçantes et qui affectionnent les boulettes. On ne dispose pour les exploser que d’un tir en continu, d’un lot de bombes et d’une petite poignée de vies. Une simplicité parfaitement adaptée au support, diablement efficace et suffisamment addictive pour relancer une partie de temps en temps pour améliorer son score et sa progression. Dangan GB offre, comme tout danmaku qui se respecte, un challenge particulièrement corsé peu importe le niveau de difficulté, mais suffisamment raisonnable pour ne pas provoquer de frustration.. Le tout est, comme à l’accoutumée, de s’armer de patience, d’apprendre les vicieux patterns et gérer par des réflexes de félins tout ce qui peut entrer en collision avec la toute petite hitbox de notre vaisseau.

Faire tourner un danmaku sur Game Boy semble être une entreprise bien ambitieuse mais force est de constater qu’une fois la ROM chargée dans un émulateur ou directement propulsée par le hardware original, le résultat est absolument bluffant. Certes, graphiquement, nous sommes dans du minimaliste avec des boss tout de même énormes, mais dès lors que ces derniers commencent à cracher de nombreuses, voir  de très nombreuses boulettes, on se laisse surprendre par la technique aux petits oignons concoctée par snorpung : Dangan GB, comme le précise sa description, ne présente aucun ralentissement et aucun flickering et ce même si l’écran est inondé de projectiles. Le titre s’habille également  fort divinement au niveau auditif avec une bande-son assurée d’une main de maître nordloef qui reste fidèle à ce que propose régulièrement l’artiste : du pêchu un peu bourrin, totalement adapté au style du jeu, et qui mine de rien pousse loin les capacités sonores de la console.

_

_


Autant dire que le petit processeur de la Game Boy est mis à rude épreuve mais semble se retrouver une seconde jeunesse avec ce Dangan GB. En plus d’être un excellent cadeau pour les 30 ans de la brique à cristaux liquides de Nintendo, il s’avère être un petit bijou savamment façonné en réussissant à faire rentrer dans 256 kilobits un beau défi technique, un gameplay réussi et corsé ainsi qu’une partie musicale de haute volée… Et le meilleur dans tout ça est le titre est proposé gratuitement, directement téléchargeable sur la page itch.io du développeur. De quoi ne pas bouder son plaisir et d’une des premières surprises de ce début d’année 2019.

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Margoth Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Margoth
Editor

Il manque les étoiles ;)