L’Indépendant #3

L’Indépendant #3

L’INDÉPENDANT #3 – SOMMAIRE | DOMINIQUE PAMPLEMOUSSE | I AM A BRAVE KNIGHT | CHILD OF LIGHT | DUNGEON OF THE ENDLESS

independant_3_pamplemousse_ban

[two]

independant_3_pamplemousse_3

independant_3_pamplemousse_1

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=XelSGwkWNoY[/youtube] [/two] [two_last]

Toujours et encore du point’n’click! Difficile de nier qu’aujourd’hui que le genre, autrefois boudé, est à nouveau devant de la scène avec bon nombre de créations intéressantes, surtout avec le grand retour des plus grands comme Tim Schafer, Ron Gilbert ou le studio Revolution Software. Mais ce n’est pas d’eux dont nous allons parler ici, mais d’une création bien plus humble, mais tout aussi intéressante. Diantre! Voilà Dominique!

_

A quoi ça ressemble ?

Dominique Pamplemousse in « It’s All Over Once The Fat Lady Sings! » de son nom complet, se présente de manière la plus classique, avec des écrans fixes en veux-tu en voilà, un personnage au milieu de l’écran et une bête barre en bas de l’écran permettant d’accéder à ses notes et à se balader. On dirige donc Dominique, détective de sa profession et les poches vides son actuel problème. Si bien que quand une affaire lui tombe dessus, notre Sherlock Holmes en herbe ne se pose pas de questions : la patronne d’une énorme maison de disque est à la recherche d’un chanteur dont elle s’occupe, et qui a mystérieusement disparu. Mais nous nous égarons trop sur l’histoire pour trop en oublier ce qui se présente à nos yeux, à savoir une patte graphique indéniablement étrange, mais plutôt rigolote, avec un noir et blanc perpétuel, ces personnages en pâte à modeler et aux yeux globuleux et ses décors en carton-pâte. Et puis la musique est plutôt sympa aussi, mais nous y reviendrons plus bas (TEASING DE FOU).

_

Comment ça se joue ?

Pas de surprises ici. Des objets à cliquer, des lieux à vérifier et des personnes à qui causer et surtout poser des questions. Cela tombe bien, c’est un peu notre job, détective que nous sommes. Petit jeu de son état, nous prendrons rapidement connaissance des quelques environnements et personnages avec qui nous allons devoir nous dépêtrer pour mener cette enquête à bien. Il n’y a rien à dire de plus sur ce point là, c’est du vu et revu, mais c’est exécuté ici sans fausse notes. Beaucoup se seraient craqués sur ce point là… Ou pas.

_

Pourquoi on en parle ?

L’intérêt de Dominique Pamplemousse est palpable ou plutôt écoutable dès les premières minutes de jeu. En effet, c’est durant ces premiers instants que l’on découvre que le titre est un point’n’click… Musical. Quasiment chaque ligne de dialogue est chantée avec une justesse volontairement perfectible, avec les rimes (anglaises) qui vont bien. Le petit « tour de force » du développeur est d’être arrivé à synchroniser la musique et les paroles sans coupure notoire. Au final, l’addition des graphismes étranges et grotesques, d’un humour plutôt décapant et recherché, du scénario abracadabrantesque et surtout de cette comédie musicale permanente, donne au titre un cachet absurde et comique, étonnement attachant. Le jeu n’est certes pas très long, puisqu’il faudra moins d’une heure et demi pour le boucler, mais il n’est pas bien cher (environ 4 euros via l’Humble Widget du site officiel), et réserve une bonne petite tranche de rires monochromes, en plus d’être un joli petit hommage à The Neverhood.

Mizakido

[/two_last]

Articles qui pourraient vous intéresser

The Darkside Detective

The Darkside Detective

Bien entendu, The Darkside Detective n'est sans doute pas le jeu du siècle. Mais reconnaissons que l'on passe un bon moment, à retrouver à la fois ce charme des point'n click loufoques d'antan sans qu'on aille se prendre la tête avec les contraintes frustrantes de l'époque. Ici, on avance de façon fluide, sans fracture du cerveau, tout s'amusant du ton délicieusement grotesque du soft. Un bon jeu pour se divertir un dimanche morne où l'on sent la fatigue et/ou la maladie arriver, une boisson chaude à la main..

My Brother Rabbit

My Brother Rabbit

Si vous aimez en secret les jeux d'objets cachés mais que vous n'osez pas l'avouer, de peur des railleries qui pourraient vous tomber dessus, nul doute que My Brother Rabbit est un soft sur lequel vous devez vous pencher. Mieux encore, vous pouvez même arrêter de vous cacher tant la direction artistique très réussie et son allégorie plutôt touchante le placent un brin au-dessus du panier de la concurrence facebookienne casu par excellence. Bon certes, on regrettera l'absence de tactile pour le mode nomade de la Switch et son prix basique un peu élevé... enfin, des promos sur Steam, Gog, le PSN, et autres eShops, ce n'est pas si rare que cela après tout..

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

S'abonner
Me notifier des
guest
3 Commentaires
Plus anciens
Plus récents Plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mizakido
Editor
6 années plus tôt

J’avais beaucoup parler de Dungeon of the Endless, sans jamais trop m’y intéresser. Cet avis me semble convaincant pour tenter l’aventure dès que j’aurais un petit moment, les rogues-like étant aussi passionnants que chronophages (Risk of Rain powered). Pour Child of Light, je me laisserai bien tenter également, surtout que ma crainte vis à vis du système de combat est effacée à la vue des jeux inspirés cités :napo:

Je rebondirais enfin sur le « Mizakido fidèle au poste avec ses jeux bizarres » en disant tout simplement ceci : « This Isn’t Even My Final Form ». Ma prochaine sélection purement préméditée fera mal :twisted:

Lced
6 années plus tôt

Franchement ça vaut la peine de tenter sa chance. Pour 10 euros et une beta déjà de la qualité d’un jeu final, on ne peut vraiment pas dire que l’investissement soit risqué.

Elincia
6 années plus tôt

Très intéressante comme numéro, thx les gens !