L’Indépendant #3

L’Indépendant #3

L’INDÉPENDANT #3 – SOMMAIRE | DOMINIQUE PAMPLEMOUSSE | I AM A BRAVE KNIGHT | CHILD OF LIGHT | DUNGEON OF THE ENDLESS

independant_3_childoflight_ban

[two]

independant_3_child_of_light_3

independant_3_child_of_light_2

independant_3_child_of_light_1

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=g8B-3TRJtOE[/youtube] [/two] [two_last]

Le format du jeu dématérialisé se prête particulièrement bien à la narration du conte. On l’a bien vu avec l’onirisme mouillé de rain, les expérimentations picturales de The Unfinished Swan ou l’errance existentielle de Journey. Child of Light s’inscrit dans cette mode en l’associant à un hommage au genre vidéoludique qui est sans doute à la fois le plus proche et le plus éloigné de l’écriture du conte, le RPG à la japonaise.

_

A quoi ça ressemble ?

Le premier apport du conte à l’identité esthétique de Child of Light, ses concepteurs l’assument ouvertement en citant Gustave Doré ou Arthur Rackham comme principaux inspirateurs de l’aspect visuel de leur titre. Et en effet, l’esthétique du jeu brasse conte féérique et nostalgie de l’enfance, son style alternant entre gravures d’époque et aquarelles délavées pour mettre en scène un ailleurs enchanteur. C’est peut-être d’ailleurs par ce pouvoir d’évocation que Child of Light se rapproche vraiment du RPG japonais, bien plus en tous cas que par son style visuel. Comme savaient le faire les Final Fantasy des époques Super NES et Playstation première du nom, le jeu d’Ubisoft conjure, au détour d’une simple vue ou d’un panorama sur un lieu, un univers tout entier qui inspire le dépaysement et l’immersion dans un monde merveilleux. La bande-son exceptionnelle de Cœur de Pirate constitue quant à elle le complément auditif parfait à l’esthétique enchanteresse de Child of Light, sachant se montrer douce et pleine de retenue pendant les phases d’exploration et débordant d’un panache épique lors des combats contre les boss.

_

Comment ça se joue ?

Certains chercheront à absolument voir dans le gameplay de Child of Light celui d’un RPG inspiré des codes japonais. Et à vrai dire, certains éléments entretiennent bien volontiers l’ambiguïté. C’est notamment le cas de l’univers mis en scène de côté à la Valkyrie Profile, de son système de combat ingénieux mais ouvertement inspiré de Grandia ou des arbres de compétences qui régissent l’évolution de ses personnages. Mais le RPG n’est pas qu’une question de mécaniques : il implique également un souffle, un rythme, une dynamique. A cet égard, Child of Light témoigne des mêmes contraintes qu’un jeu indépendant : son univers à l’ampleur confiné et sa durée de vie d’une dizaine d’heures ne lui permettent pas de construire l’épopée au long cours qu’on attend typiquement d’un RPG. Cette brièveté et cette concision sont plutôt mises à profit pour se rapprocher du conte. C’est dans ce cadre que Child of Light exalte le plaisir de la découverte et de l’aventure, la capacité de son héroïne à voler (presque) sans autre limite que celle de l’horizon faisant craindre un temps que trop de facilités finissent par tuer l’exploration. Mais c’est sans compter les cascades et les rafales de vent, les labyrinthes, les pièges et les énigmes qui structurent l’espace avec brio.

_

Pourquoi on en parle ?

Malheureusement moins pour son scénario que pour son esthétique ou son gameplay. Si l’histoire d’Aurora reste encore une fois fidèle au postulat de base du jeu et aux codes narratifs du conte, on ne peut malheureusement pas s’empêcher de déplorer un petit manque de maîtrise dans son approche. C’est par exemple le cas avec les personnages rencontrés par la jeune fille au cours de sa quête. Là où le conte se limite généralement à une poignée d’archétypes forts et marquants, le jeu se rapproche cette fois trop du RPG en agrandissant sans cesse sa galerie de personnages sans disposer du temps ou de l’espace suffisants pour les mettre correctement en lumière. La présence systématique de rimes dans les dialogues semble quant à elle trop souvent forcée et fait au final office de fioriture malheureusement un peu inutile. Toutefois, ces quelques maladresses ne gâchent pas une histoire classique et bien amenée et restent bien insignifiantes comparées au plaisir offert par la plongée dans le monde féérique de Child of Light.

Hyades

[/two_last]

Articles qui pourraient vous intéresser

The Darkside Detective

The Darkside Detective

Bien entendu, The Darkside Detective n'est sans doute pas le jeu du siècle. Mais reconnaissons que l'on passe un bon moment, à retrouver à la fois ce charme des point'n click loufoques d'antan sans qu'on aille se prendre la tête avec les contraintes frustrantes de l'époque. Ici, on avance de façon fluide, sans fracture du cerveau, tout s'amusant du ton délicieusement grotesque du soft. Un bon jeu pour se divertir un dimanche morne où l'on sent la fatigue et/ou la maladie arriver, une boisson chaude à la main..

My Brother Rabbit

My Brother Rabbit

Si vous aimez en secret les jeux d'objets cachés mais que vous n'osez pas l'avouer, de peur des railleries qui pourraient vous tomber dessus, nul doute que My Brother Rabbit est un soft sur lequel vous devez vous pencher. Mieux encore, vous pouvez même arrêter de vous cacher tant la direction artistique très réussie et son allégorie plutôt touchante le placent un brin au-dessus du panier de la concurrence facebookienne casu par excellence. Bon certes, on regrettera l'absence de tactile pour le mode nomade de la Switch et son prix basique un peu élevé... enfin, des promos sur Steam, Gog, le PSN, et autres eShops, ce n'est pas si rare que cela après tout..

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

S'abonner
Me notifier des
guest
3 Commentaires
Plus anciens
Plus récents Plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mizakido
Editor
6 années plus tôt

J’avais beaucoup parler de Dungeon of the Endless, sans jamais trop m’y intéresser. Cet avis me semble convaincant pour tenter l’aventure dès que j’aurais un petit moment, les rogues-like étant aussi passionnants que chronophages (Risk of Rain powered). Pour Child of Light, je me laisserai bien tenter également, surtout que ma crainte vis à vis du système de combat est effacée à la vue des jeux inspirés cités :napo:

Je rebondirais enfin sur le « Mizakido fidèle au poste avec ses jeux bizarres » en disant tout simplement ceci : « This Isn’t Even My Final Form ». Ma prochaine sélection purement préméditée fera mal :twisted:

Lced
6 années plus tôt

Franchement ça vaut la peine de tenter sa chance. Pour 10 euros et une beta déjà de la qualité d’un jeu final, on ne peut vraiment pas dire que l’investissement soit risqué.

Elincia
6 années plus tôt

Très intéressante comme numéro, thx les gens !