Boulette Time #6 : Le Survival-Horror actuel


Après des Alien Isolation, Fatal Frame V et The Evil Within qui ont remué les chaumières l’année dernière, avec l’arrivée de Resident Evil Revelations 2 et les annonces de Silent Hills et Resident Evil 7, comment ne pas s’arrêter le temps d’une émission sur le genre du Survival-Horror. Les grandes séries, l’état actuel, son penchant pour les indépendants et son avenir. Pour aborder ce sujet extrêmement vaste, sûrement trop, l’équipe s’est entourée de deux invités de marque. Deux passionnés avec qui nous avons débattu et échangé, parfois un peu trop au détriment d’une discussion sur certains jeux (au secours, on a oublié Alone in the Dark), mais qu’importe, que c’était enrichissant. Encore merci à eux !

Pour ce sixième numéro, l’équipe s’est composée de :

Participants : Elincia (Legendra.com), Jimeo (GameOn.fr), L’Ced (Archaïc.fr) et Vidok (Archaïc.fr).

Invités : Bruno Rocca (ex-rédacteur IG Magazine, Youtubeur sur la chaîne Chez Bruno, chroniqueur sur No-Life) et Bruno *Peav* Provezza (rédacteur chez Mad-Movies et co-auteur du livre « Resident Evil. Des zombies et des hommes » aux éditions Third Editions)

Pause musicale : Suite pour orchestre n°3 en ré mineur, de Jean-Sébastien Bach.

Crédits : Copernic (génériques) et Vidok (montage)

Si vous désirez proposer un sujet pour les prochains numéros et, pourquoi pas, participer en tant qu’invité, n’hésitez pas à nous écrire via boulettetime[at]archaic.fr | boulettetime[at]gameon.fr.

Bonne écoute à tous !

  1. Sympa !

    Personnellement je trouve RE 5 et 6 bien inférieurs au 4… il y avait un choix à faire après celui-ci et il n’a pas été bien fait. Certes RE 4 commençait à plancher pas mal sur l’action, mais il y avait quand même des scènes bien flippantes (les sous-sols du château, les regenerators, la tronçonneuse…). RE 5, c’est un jeu qui veut faire dans l’action pure et dure mais sans le gameplay adapté : c’est lourd comme un vieux survival alors que les ennemis n’ont plus rien d’effrayants (des « zombies » à moto ahah). Et puis, ça copie beaucoup RE 4 (les géants, le mec à la tronçonneuse, le boss re-pompé sur Salazard) sauf que justement, l’effet de surprise n’est plus là, et ça rend l’expérience d’autant plus frustrante. Le fait de faire l’aventure avec deux personnages n’aide pas non plus à être immergé dans une ambiance terrifiante – qui n’existe pas de toute manière.
    Concernant RE 6, je l’ai trouvé encore moins bon. C’est de l’action mais assez ennuyeuse à mon goût… Les derniers Resident Evil ne valent pas les anciens en terme de survival, et n’ont pas le niveau d’un Gears of War en terme d’action. Le constat c’est de se retrouver avec des jeux qui ont le cul entre deux chaises, mais qui n’excellent jamais dans un domaine ou l’autre.

    Si je devais retenir un survival, ce serait aussi Resident Evil sur Gamecube ; mais je dois mentionner également RE : Code Veronica (peut-être le plus abouti de la série si on excepte le remake du premier ?), le 4 évidemment, Dino Crisis, Alone in the Dark : The New Nightmare, et puis Outlast plus récemment.

    1. Ah ces louanges du remake Gamecube. Je vais finir par croire qu’il n’y a que moi qui regrette la cinématique d’intro en version film série B un brin kitsch de la version Playstation. Parce que putain, qu’est-ce que cette intro m’a marqué quand j’étais gamine 😀

      1. « un brin kitsch », c’est un doux euphémisme ! Il y a de quoi se taper des barres en revoyant ça aujourd’hui. XD

  2. Podcast très sympa, même s’il s’attarde un tantinet de trop sur les Resident Evil et l’évolution de la série 😀

    Comme beaucoup l’ont dit, cette série s’est beaucoup éloignée de ses origines lentes et crispantes pour aller dans l’action pure et dure qui ne plaira évidemment pas à tous. Pour moi la notion de survival-horror (dont RE5 et 6 ne font pas parti) repose sur le fait que l’on est pas suffisamment équipé pour affronter tout le monde (munitions, soins) ce qui oblige à faire des bons choix ou tout simplement et judicieusement à fuir. Un sentiment d’infériorité face à l’horreur quoi, très bien appliquée dans les Amnesia/Penumbra, Slender, ou Alien Isolation. Pour moi le genre n’est pas mort, mais évolue bel et bien (sans avis des joueurs :D), surtout quand on voit tout le travail effectué sur la narration et surtout sur la « suggestion » plus que les jumpscares à foison. Un peu à la The Conjuring ou Insidous, films que je trouve absolument terrifiants… Parce qu’il s’agit avant tout de poser une ambiance pesante et que l’on ne voit finalement pas grand chose… Jusqu’au moment où ça arrive. La gestion du « quand » est tellement excellente… On aura peut-être prochainement des surprises comme par exemple NightCry du créateur des Clock Tower.

    Concernant le fameux « on peut tirer en bougeant », je tiens à dire que dans Dead Space par exemple, ça ne change en rien les montées de stress, car Isaac a des déplacements très lents, à courte portée c’est juste l’horreur, et en plus, la superbe intégration du HUD implique que le joueur ne pourra pas faire pause pour changer d’arme ou tout simplement se soigner.

    J’apporterais une petite précision sur le fait que la licence Fatal Frame est actuellement « co-détenue » par Nintendo, ce qui leur assure l’exclusivité des prochains titres sur leurs supports. D’ailleurs pour ma part, c’est bien la série qui cristallise ma peur personnelle, à savoir celle des esprits (Vidok pourra confirmer :D), surtout ceux-ci ont des saloperies de spasmes et peuvent se TP sur toi… Comme dans P.T.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles
Albert & Otto – The Adventure Begins