Demon’s Souls

Demon’s Souls

Chacun s’accorde à dire que le jeu de rôle japonais est en perte de vitesse. Depuis l’avènement de la HD, les grandes pontes ne réussissent plus à tenir les joueurs en haleine des heures durant. Un développeur milite pourtant en faveur de ce genre, et ce depuis des années. Assez peu reconnu et très peu attendu, From Software a bluffé tout le monde au travers de son Demon’s Souls. Etrangement, celui-ci ne fait pas réellement dans le grand public et l’accessibilité à tout prix. Au contraire. Demon’s Souls fait plutôt partie de ces jeux qui ne vous aiment pas, de ces jeux où le moindre élément du décor peut vous faire la peau, de ces jeux qu’il est pour ainsi dire impossible de lâcher une fois l’écran Start franchi

Dengeki Bunko Fighting Climax

Dengeki Bunko Fighting Climax

Dengeki Bunko Fighting Climax est un jeu de combat très sympa, tellement bien pensé pour son public qu’il est difficile de s’en lasser pour peu qu’on aime l’univers des séries Dengeki. Il est juste dommage que les arbitrages de gameplay gâchent un peu le plaisir en online

Fairy Fencer F

Fairy Fencer F

Extrêmement agréable à parcourir grâce à un système de combat bien pensé et à un humour japonais comme on l’aime, il semble manquer d’ambition pour aller plus loin, plus fort. La faute à une plastique très classique et un scénario assez convenu à quelques rebondissements près. Un bon premier titre pour Galapagos RPG qui doit amener tout de même plus de risques. Le J-RPG c’est Fairy Fencer F, mais pas que

Final Fantasy XIII

Final Fantasy XIII

Final Fantasy XIII divisera peut-être les foules, mais son évidente volonté de bien faire retournera très certainement la situation dans le cœur de certains réfractaires, si tant est qu’ils prennent la peine de s’investir dedans. FFXIII demande à chacun de vivre son histoire, de suivre la tragédie qui se déroule sous nos yeux – des événements et une fin dont seule Square Enix a le secret – et de tout mettre de côté pour sauver Cocoon et nos l’Cie. Une épopée incroyable qui ne demande qu’à être vécue, que ce soit sur Playstation 3 ou Xbox 360

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

Cet Harry Potter et l’Ordre du Phénix n’est pas aussi décevant qu’escompté, bien au contraire. Le travail fourni pour rendre l’univers aussi fidèle que possible au film est admirable mais il a apparemment pris trop de temps. L’équipe n’a semble-t-il pas eu le temps de peaufiner les rouages du titre et les incessants allers-retours ne trompent pas. Il est évident qu’il s’agit d’un titre à posséder si vous faîtes partie du fan club de J.K.Rowling. Autrement, vous pouvez aisément passer votre chemin. Il y a tellement mieux sur les rayonnages

Hatsune Miku Project Diva F 2nd

Hatsune Miku Project Diva F 2nd

Avec Project Diva F 2nd, Sega nous exporte encore une fois un jeu de rythme sensationnel. Riche et d’un degré de finition rare, il est un régal a consommer sans modération, malgré des petits changements de gameplay pas toujours bien pensés

Heavy Rain

Heavy Rain

Heavy Rain, qu’est-ce que c’est ? Assurément l’une des œuvres les plus captivantes de l’histoire du jeu vidéo. Un thriller psychologique qui n’a rien à envier au cinéma, bien au contraire, qui peut même lui apprendre deux trois petites choses en passant. Il n’est pas non plus à considérer comme un simple film interactif : le joueur n’a que rarement été aussi impliqué dans une aventure. Même si le fil conducteur reste le même, la quasi-totalité des événements peuvent être modifiés de manière plus ou moins prononcée. Il est vrai qu’à première vue, il a tout du Dragon’s Lair déguisé que nous redoutions, mais il ne faut surtout se laisser berner sur les faits. Heavy Rain est une œuvre qui se vit. Il faut savoir se laisser plonger dans cette histoire, pour que, quelques heures plus tard, dans un sursaut de prise de conscience, nous réalisions que Heavy Rain n’est qu’un jeu. L’aventure offerte par Quantic Dream restera parmi les plus marquantes qui soit, trippante, chargée d’émotions, de joie, de peines, d’amour et de trahisons. Le bien et le mal sont très difficilement discernables. A nous faire le bon choix

Heavy Rain – Avis de Margoth

Heavy Rain – Avis de Margoth

Heavy Rain, c’est une expérience vidéo-ludique qu’on se doit de faire, ne serait-ce par simple curiosité. Après, le parti-pris singulier plaira ou déplaira mais il faut s’accorder sur le fait de saluer l’expérimentation. Et à titre complètement personnel, Heavy Rain m’a émoustillé la fibre émotionnelle – but premier de son créateur et studio de développement – comme jamais. D’où le crédit que je conçois à lui accorder même si je clame haut et fort que cette expérimentation doit rester à ce simple statut et non se revêtir de l’étiquette avant-gardiste tant ce serait fort réducteur pour le jeu vidéo de se définir ainsi dans le futur

Initial D : Extreme Stage

Initial D : Extreme Stage

Il serait facile de se dire que Sega s’est reposé sur ses lauriers en sortant un jeu à la réalisation indigne d’une Playstation 3, au gameplay raté et à la durée de vie minimaliste afin de profiter de l’engouement provoqué par la série. Beaucoup franchiront le pas et le diront, pendant que les fans y verront un jeu fidèle à l’original, par moment palpitant et offrant une bande-son de qualité. A vous de voir si vous appréciez suffisamment la série pour faire abstraction, ou non, des tares du jeu

LittleBigPlanet

LittleBigPlanet

Design aussi singulier que charmant, de la plate-forme présentée à l’ancienne avec une difficulté bien dosée qui ne pardonne parfois pas, un héros charismatique que l’on peut personnaliser à l’envie, LittleBigPlanet est une belle exclu Playstation qui arrive à révolutionner son petit monde. Car le communautaire apporte une dimension infinie et certaines mains qui se sont investies avec brio dans le level-making, complet et bien foutu même si la maîtrise demande beaucoup de dévotion et l’état d’esprit qui va avec, font vraiment qu’on peut rester un bon bout de temps sur ce jeu. Une bien belle carte de visite pour le tout jeune Media Molecule

Lollipop Chainsaw

Lollipop Chainsaw

Lollipop Chainsaw est à coup sûr une expérience bien fraiche grâce à son ambiance déjantée, où il tient ses promesses. Il nous fera rire par ses situations bien senties, et découper du zombie avec Juliet Starling s’avère être un plaisir constant et accessible. Ceci avec une bande-son de qualité dirigée par Yamaoka. Le tableau n’est toutefois pas parfait. Malgré la construction des niveaux assez basique, ou encore un aspect technique pas terrible, c’est finalement surtout le peu de consistance du titre que l’on regrettera, trop vite achevé et donc trop vite rangé au placard