Catherine
Appréciation 5

Sous ses allures de jeu appelant à la débauche, Catherine se révèle être un jeu de puzzle très bien conçu et passionnant. Sous couvert de jeu vidéo, il interpelle les joueurs sur leur orientation de vie sans réellement juger. La présence des nombreuses fins montrent bien que l’idée n’est pas de moraliser les joueurs par rapport à une réponse universelle mais plutôt les laisser faire leur choix. Et puis l’exceptionnel esthétisme du jeu, non abordé dans les lignes précédentes mais sautant aux yeux au travers des images, ne saurait trahir le soin apporté à Catherine. Une bien belle prise de risque pour un des jeux les plus étonnants et prenants de l’année 2011

Résumé 5.0 Extra

Catherine

L’attrait pour Catherine est parti d’un teaser particulièrement sulfureux diffusé par Atlus sans l’once d’une explication. Une jeune femme, provocatrice et particulièrement séduisante, s’y dévoilait sous les yeux écarquillés de joueurs désireux d’en découvrir davantage. La sauce montant rapidement, Atlus a bien entretenu le mystère pour prendre beaucoup de monde à contre-pied : Catherine ne sera pas un RPG érotique mais un jeu de puzzle. Bonne ou mauvaise surprise ? La réponse tout de suite…

06 Stray Sheep

Dès le début, l’histoire nous est présentée comme une fiction au travers d’un écran de télévision. Le film que nous sommes invités à suivre aborde la vie de Vincent Brooks, un homme de trente-deux ans, informaticien, au look clairement relâché. En couple depuis près de cinq ans avec Katherine McBride, celui-ci sent sa compagne de plus en plus pressante concernant le mariage. Bien que disposant de l’appui de ses meilleurs amis, il prend peur devant cet acte d’engagement. C’est au même moment qu’il rencontre Catherine, ou son idéal féminin du moment. Pas prise de tête, sans obligation, drôle, apparemment facile et surtout très belle. Le destin de Vincent bascule une nuit durant laquelle il vit réellement un cauchemar. Non seulement il fait un rêve étrange durant lequel il est changé en mouton et doit gravir des échelons pour survivre, mais il se réveille aux côtés de Catherine, apparemment satisfaite de la nuit passée. Vincent entre alors dans un cercle vicieux de faux-semblants, mensonges et dilemmes concernant sa vie amoureuse et par extension son avenir.

Atlus a désiré proposer une belle métaphore de la vie d’adulte trentenaire au travers de Catherine. Katherine, la petite amie que nous connaissons depuis longtemps et qui désire devenir à la fois mariée et maman. Catherine, la jeune inconnue séduisante avec qui tout est simple et qui ne nécessite aucun engagement. D’un côté la corde, de l’autre la liberté. C’est ainsi que le jeu nous présente la situation au travers d’une jauge Freedom – Order, représentant la mentalité de Vincent – et donc celle du joueur. Au fil des choix et des réponses, l’orientation du héros vacille d’un extrême à l’autre. Les questions posées touchent un large éventail de situations de la vie courante et détermineront par définition la fin du jeu (8 possibles). Ces choix surviennent au cours de l’une des deux phases de Catherine :

A l’image des derniers Persona, Vincent vit ses journées de la manière la plus classique possible. Les événements sont pour la plupart décrits au travers de scènes avec le moteur du jeu où l’interaction est occasionnelle, parfois entrecoupées d’anime absolument superbe signifiant un moment important. Le joueur ne prend réellement les contrôles de Vincent qu’au Stray Sheep, le bar où lui et ses amis se réunissent tous les soirs. Ici, il est possible de dialoguer avec tous les PNJ présents ; et cette partie n’est pas à négliger tant leur influence est importante sur les détails de l’histoire. Vincent se rend très vite compte, au fil des conversations et des informations diffusées à la télévision, qu’il n’est pas le seul à risquer sa vie dans ses cauchemars. D’autres individus, dont beaucoup de clients du bar, sont également touchés par cette « malédiction ». C’est ainsi que les heures passant, l’ascension de Vincent ne se fait plus seul mais avec d’autres personnages, si tant est qu’il les ait motivés à rester en vie. Ce mini-jeu dans le jeu donne une dimension encore plus humaine à la progression. Chaque journée se clôturant sur un passage au bar, il est intéressant de suivre l’évolution des conversations et de cette myriade d’histoires connexes.

Lorsque la nuit tombe, Vincent se couchant, il se retrouve dans le monde des cauchemars. Celui-ci comporte huit étages, le huitième étant la cathédrale autrement dit le paradis qui le libérera. Pour passer d’un niveau à l’autre, notre héros doit gravir des blocs de pierre. Il est lâché au pied d’une montagne de blocs, qui sont engloutis au fil du temps. Sa survie tient donc dans sa faculté à grimper le plus vite possible au sommet pour atteindre le pallier suivant. Pour cela, Vincent est capable de déplacer les blocs, que ce soit en les tirant ou les poussant et ce quelque soit la direction. Les blocs sont capables de s’accrocher aux autres s’ils partagent une arrête. Très vite, nos réflexes s’affutent et la vision en 3D commence à devenir instinctive (malgré quelques soucis de caméras dès lors qu’il s’agisse de la faire pivoter). Il faut donc très vite penser pyramides, escaliers et glissades sous peine de tomber dans le vide en raison du sol qui se dérobe. Des techniques sont d’ailleurs dévoilées à chaque pallier par les autres grimpeurs. Entre chaque niveau, une aire de repos, copie conforme de l’intérieur d’une église, permet de sauvegarder, d’acheter des objets à l’aide de l’argent gagné et d’échanger des techniques avec d’autres moutons. Comme abordé plus haut, ces derniers sont pour la plupart des personnes que Vincent a l’habitude de croiser. A lui de découvrir qui ils sont – les différents moutons ont tous un signe distinctif – et de les aider, ou non, à progresser. S’ils trépassent, le scénario suit son cours mais les aires de repos et le bar se dépeuplent. Sans compter que les réponses données peuvent influer sur la jauge bleue et rouge d’orientation. Une façon de « socialiser » Vincent. Une réponse est aussi requise au confessionnal, réponse sine qua non pour atteindre le pallier suivant. A nouveau, les questions posées touchent la psychologie de Vincent et du joueur. Grâce au Playstation NetWork, un petit camembert suit aussitôt après pour dévoiler la répartition des réponses des joueurs du monde entier. Chaque nuit se termine par un boss. Il s’agit toujours d’escalader le plus rapidement possible des blocs mais sous la pression d’une entité – très souvent horrible, que ce soit un clone de Katherine aux dents acérées ou un bébé équipé d’une tronçonneuse – capable d’attaquer Vincent et d’agir sur le terrain.

Catherine met réellement à mal la psychologie du joueur en faisant en sorte que ses réponses aient une influence sur l’environnement de Vincent. La trame principale reste pour ainsi dire la même mais de petits événements peuvent très bien ne pas survenir et surtout la fin du jeu peut radicalement changer. Catherine tente de regrouper au sein d’une même histoire toutes les peurs des trentenaires et questionne chacun sur ce qu’il aurait du faire, doit faire ou devra faire, et ce durant un peu moins d’une douzaine d’heures en mode easy. Le mode Normal a beau être plus praticable que celui de l’édition japonaise, il n’en reste pas moins extrêmement compliqué à appréhender. Les parties de puzzle se veulent en effet très corsées et les obstacles vicieux (pièges et ennemis foisonnant). Ne parlons même pas du mode Hard… La durée de vie est rallongée grâce au mode Babel qui propose des défis supplémentaires, détachés du scénario, pour ceux qui voudraient continuer à se creuser la tête. A noter que ce mode dispose de challenges à relever en duo, ce qui peut, mine de rien, très vite compliquer la tâche.

Sous ses allures de jeu appelant à la débauche, Catherine se révèle être un jeu de puzzle très bien conçu et passionnant. Sous couvert de jeu vidéo, il interpelle les joueurs sur leur orientation de vie sans réellement juger. La présence des nombreuses fins montrent bien que l’idée n’est pas de moraliser les joueurs par rapport à une réponse universelle mais plutôt les laisser faire leur choix. Et puis l’exceptionnel esthétisme du jeu, non abordé dans les lignes précédentes mais sautant aux yeux au travers des images, ne saurait trahir le soin apporté à Catherine. Une bien belle prise de risque pour un des jeux les plus étonnants et prenants de l’année 2011.

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

10
Poster un Commentaire

avatar
2000
8 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
DoudoudeRouen78AltraumLegyptienOya-tamaHyades Luine Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mizakido
Editor

Quelle réactivité :)
Je me le commence la semaine prochaine celui là, après avoir déballé la Love is Over Edition.

Linanounette
Invité

Je n’ai pas encore touché à Catherine, il m’est donc difficile d’avoir un avis critique sur tes impressions. Toutefois, de ce que j’en vois et de ce que j’en lis j’ai presque l’impression que Catherine est lepremier jeu à avoir réussi à parler d’amour et d’engagement de façon plus adulte et non pas de façon niaise comme beaucoup d’autres productions

Hyades Luine
Membre

Je suis dessus en ce moment et je suis conquis ^^. J’ai parfois besoin de petites pauses entre des sessions trop prolongées pour éviter les maux de crâne. (Tiens justement, je suis en ce moment confronté au bébé à tronçonneuse que tu cites… de quoi largement dégoûter Vincent d’avoir des gosses =p .)

Oya-tama
Invité

Excellent jeu, tout simplement. J’ai trouvé le mix assez tuant pour le coup, le gameplay est vraiment addictif, facile a prendre en main et fun (malgré des problèmes de caméra lorsque l’on est de l’autre côté du mur). l’histoire est également assez prenante, j’ai notamment particulièrement aimé le suivi que l’on a avec les autres membres du stray sheep. Puis c’est marrant de répondre au questionnaire a la fin de chaque level, avec les stats des autres joueurs (et parfois assez surpris du résultat).

très bonne lecture sur le jeu en tout cas =D.

Legyptien
Invité
Legyptien

Très bonne critique !! je suis dessus aussi actuellement et le jeu est vraiment une tuerie, et d’ailleurs les phases de gameplay sont bien plus sympas que ce que j’aurais cru.

Altraum
Invité
Altraum

Encore un jeu sur ma liste qui ne demande qu’à être fait et qui me fait de l’oeil depuis fort longtemps. Peut-être que je me lancerai après Shadows of the Damned si j’ai de quoi le prendre prochainement, ou si on venait à me le prêter.

DoudoudeRouen78
Invité
DoudoudeRouen78

Un jeu addictif, j’ai adoré le concept…

J’y vois bien une suite où un autre perso pourrait en devenir la « victime » et faire en sorte que Vincent lui vienne en aide… Le jeu reprendrait bien le système casse-tête mais dans un autre genre tout aussi sanglant que ce Catherine… Et bien sûr, on retrouverait la Catherine délurée…