Interview Of Orcs and Men : Sylvain Sechi

Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6

Archaïc : Peut-on tabler sur des chemins et donc fins différentes ?

S.S. : Première chose : l’histoire n’a qu’un seul début et qu’une seule fin. Par contre, il y a plusieurs façons d’aller de l’un à l’autre. Il y a des points du fil rouge aux travers desquels tu passeras forcément. Mais les environnements peuvent varier en fonction de tes choix.

Archaïc : Et en fonction de qui répond non ? Vu que nous dirigeons deux personnages.

S.S. : Oui, c’est en effet quelque chose de très important : nos deux personnages sont très différents à la fois physiquement et psychologiquement. Il faut bien voir que c’est un réel parti pris que de faire des personnages en « dur ». Souvent, les RPG proposent de créer son personnage et de le customiser. Arkaïl et Styx ont un faciès que tu ne peux pas changer. Bien sûr, leur équipement est modifiable mais c’est tout. Ils ont chacun un passé, un caractère, des amis, une famille, etc… Ils existent dans cet univers. Ce qui est un gros avantage pour nous, afin d’aller plus loin dans la narration. Cela permet également de développer leur personnalité. Nous jouons énormément sur cet élément-là puisqu’extrêmement régulièrement dans les dialogues, tu vas pouvoir choisir lequel doit répondre. Chacun ayant son style, cela va avoir une grosse influence sur la réponse. Ceci est complété par le background : si tu parles avec un orque et que tu décides de répondre avec le gobelin – en sachant que dans notre univers, les orques et les gobelins ne sont pas les meilleurs amis du monde – ça aura une conséquence. C’est donc à toi de bien choisir selon la situation. Il y a donc un petit peu de stratégie dans les dialogues, puisqu’il était important pour nous de faire réfléchir le joueur.

Archaïc : On parlait tout à l’heure de l’expérience : beaucoup de RPG offrent désormais des gains d’XP en dehors des combats, lors de la découverte d’un nouveau lieu ou le choix de certaines réponses dans les dialogues par exemple. Est-ce que ce sera le cas dans Of Orcs and Men ?

S.S : Oui c’est le cas, la progression et la résolution de quête fournit également de l’expérience. C’était important pour nous de récompenser le joueur en dehors des combats. L’expérience existe pour récompenser le joueur au fur et à mesure de ses épreuves et de sa progression. A mon sens, les quêtes et les dialogues en font évidemment partie.

Archaïc : Sur combien d’heures peut-on tabler pour parcourir Of Orcs and Men ?

S.S. : Pour la quête principale uniquement, je pense que tu peux partir sur une quinzaine d’heures, en difficulté normale. Et plutôt entre 20 et 25 heures avec les quêtes annexes. On a voulu faire un jeu relativement court pour un RPG, court si on le compare à un Skyrim bien sûr (rires). On voulait un jeu qui se finisse. Plus tu fais une histoire longue, plus celle-ci est diluée dans la tête du joueur. Et comme nous avons décidé de faire pas mal de connections entre le début et la fin, nous avons préféré rester sur un format « court ». C’est d’ailleurs pour cela que notre éditeur l’a mis à 40€ sur PC. C’est donc un jeu assez court, encore que… Si tu regardes Mass Effect 3, tu peux le finir en douze heures en te concentrant sur la quête principale.