Outcast
Appréciation 4

Outcast propose donc un gameplay plutôt classique privilégiant grandement l’exploration – très contemplative – d’Adelpha, légèrement saupoudrée de tirs bien salés et de dialogues à l’humour ravageur. La durée de vie est plutôt bonne pour un jeu de cette époque: il faudra en effet un peu plus de dix heures pour voir le générique de fin, générique qui pourra être repoussé si l’on s’attaque assidument aux nombreuses quêtes annexes disponibles, intéressantes et diversifiées.

Résumé 4.0 Très bon

Outcast

pc_outcast_jaquette

Chaque support possède son lot de jeux cultes. Le PC, plate-forme immortelle par excellence, a vu défiler dans ses lecteurs une quantité astronomique de titres aux qualités reconnues, sans arrêts cités, la larme à l’œil, par des joueurs avertis et souvent nostalgiques. Nous ne parlerons pas de Deus Ex, je vous laisse l’installer de ce pas en attendant. Appeal, jeune studio belge, a apporté sa petite contribution au large podium des Best Games Ever – du moins dans mon entourage personnel – avec son unique titre, sorti durant l’été 1999 : Outcast. Retour vers le futur du yippee-ki-yay.

Cutter Slade est le parfait stéréotype du Marine américain: une véritable machine à tuer, à l’attitude je-m’en-foutiste, machiste, avec aucun sens du contact humain. On lui confit pourtant pour mission, avec une équipe de scientifiques, de sauver la planète bleue d’une implosion certaine. En effet, suite à une expérience militaire top secrète qui a mal tournée, un vortex inter-dimensionnel s’est créé au beau milieu de l’océan antarctique, ce qui fait assez tache dans le paysage. Comment régler le problème? Simple. Trouver et réparer la sonde qui fût envoyée dans l’autre dimension et qui se trouve être à l’origine de tout ce beau capharnaüm.

Notre héros est détaché en dernier dans ce nouvel univers, mais suite à un facteur d’improbabilité hautement improbable, il se retrouve sans son équipe au beau milieu d’une île enneigée, avec un mal de crâne, son sac à dos, son HK-P12, et trente cartouches. Il est sauvé d’une mort certaine par un peuple d’humanoïdes, qui le prennent rapidement pour leur saint sauveur. Le chef du village lui explique la situation d’Adelpha, le monde où il vient d’atterrir: ses semblables (les Talans, ou « crânes d’œufs » comme s’amuse à les appeler Cutter) sont réduits en esclavage, leur éreintant travail ne servant qu’à nourrir, équiper et payer une armée de proximité, recrutée pour veiller au bon fonctionnement de la suprématie d’un dictateur auto-proclamé depuis plusieurs lunes, et qui semble arrogamment défier les dieux. Alors quand l’humain qu’ils considèrent comme leur Ulukaï (messie) arrive enfin sur leur planète pour briser la tyrannie, ils ne vont pas le lâcher de sitôt. Ce culte envers ce sauveur ont d’ailleurs poussé les civils ainsi que l’armée à dérober armes et équipements de l’expédition, et leur égarement ne va pas bien sur aider au bon déroulement de cette mission. En échange de renseignements sur l’équipe scientifique, la sonde et les cartes mères pour la réparer, le héros promet d’aider les habitants des différents continents, non sans une certaine réticence. Mais avec un dictateur aux fesses et l’humanité à sauver en moins de vingt-cinq jours, il n’a pas vraiment le choix.

Au fur et à mesure que l’on progressera dans l’histoire, on en apprendra plus sur cette mystérieuse planète d’une richesse impressionnante: langage, coutumes, religion, faune et flore… Tout un tas d’éléments qui forment au final un univers cohérent et riche, tel que l’on pourrait voir dans un bon film de science-fiction. Tellement riche qu’un lexique est à la disposition du joueur, qu’il pourra consulter au fur et à mesure des nombreuses mises à jour. Don’t Panic! en somme. Adelpha est divisée en six îles aux caractéristiques et ambiances bien distinctes, des rizières à la mine plantée dans une zone volcanique en passant par une grande ville perdue dans le désert. Bref, Outcast est un jeu particulièrement dépaysant. Si l’univers est très convaincant, le scénario demeure tout de même un peu trop discret tout au long de l’aventure pour finalement s’enchaîner brutalement sur la fin – un bien beau final d’ailleurs, laissant de nombreux points en suspens, notamment sur les relations entre les protagonistes avant la mission sur Adelpha. Les développeurs avaient sûrement prévu de compléter cela dans une suite maintes fois annoncée (sur PC et PlayStation 2 à l’époque), mais cette dernière ne vit (encore) jamais le jour, le studio ayant définitivement fermé ses portes en 2002.

pc_outcast_06 pc_outcast_03 pc_outcast_02

Fraichement débarqué dans une nouvelle contrée, Cutter Slade devra tout d’abord trouver l’oracle, l’être clairvoyant qui lui fournira d’importantes informations pour accomplir – localement – ses deux principales missions, à savoir sauver la Terre et mettre fin à la tyrannie qui règne sur Adelpha. S’en suivra diverses phases mêlant recherches où l’on devra trouver et aider telle ou telle personne, et des gunfights souvent intenses et bourrins avec l’armée du coin. Le tout est entrecoupé de nombreux dialogues souvent hilarants avec un héros tellement blasé qu’il ne pourra pas s’empêcher de balancer des vannes que seules lui et le joueur comprendront. Et être doublé par Patrick Poivey, la voix française de Bruce Willis, cela aide beaucoup! Il sera aidé par les gens du coin, moyennant un petit boulot ou une aide financière. Il s’agira par exemple de mettre fin à une querelle entre un marchant et un fournisseur, qui chacun de leur côté augmentent leurs prix, rendant la vie des habitants aux faibles moyens carrément impossible. En plus de la quête principale, de nombreuses sous-missions sont disponibles. N’influençant en rien l’histoire, elles permettent d’en apprendre d’avantage sur la planète, de gagner un peu d’argent ou encore d’augmenter un peu de son stock d’équipement.

Pour se défendre, notre héros se constitue un arsenal offensif plutôt conséquent tout au long de l’aventure, du basique pistolet au lance-flammes. Après avoir trouvé différents éléments (pierres, plantes, etc…), indiqués d’une voix suave par l’ordinateur personnel de Slade, ce dernier pourra faire fabriquer par un forgeron des améliorations d’armes et surtout des munitions, bien difficiles à trouver en « l’état » et souvent cachées dans des dépôts bien surveillés. Solution alternative, plus rapide mais plus onéreuse: les marchants, qui proposent également à vendre des objets de soutien, tels des kits de soin ou divers détecteurs et hologrammes. En plus d’une carte, de lunettes magiques, et d’un lexique, le joueur se voit confié au début de l’aventure un Gamesav, sorte de gros cristal utilisé pour enregistrer sa progression, et qui implique d’être dans une zone calme, l’objet mettant un certain temps pour s’activer, et le bruit ainsi que les rayonnements alertant les ennemis aux alentours. Une manière « réaliste » et originale – mais vraiment lente – de remplacer les classiques points de sauvegarde.

Le jeu se joue principalement à la troisième personne. La gestion de la caméra est assignée à la sourie, et Cutter peut réaliser différentes – et classiques – actions: ramper, sauter, grimper aux murs, et bien sûr tirer sur tout ce qui bouge, qu’il soit ennemi, allié ou animal. Gare aux balles perdues! A noter qu’un mode FPS est disponible pour faciliter la visée, juste par simple pression d’un bouton. Après quelques heures de jeux, on pourra utiliser comme mouture pédestre un Twon-Ha, sorte de paisible autruche qui facilitera grandement les nombreux déplacements du héros. Les ennemis, loin d’être stupides et sous armés, savent plutôt bien réagir en cas d’attaque en mode bourrin, bien à la vue de tous. En revanche il sera plutôt facile de les prendre par surprise à condition de s’y prendre vraiment discrètement, sachant qu’ils entreprennent régulièrement des rondes dans différents coins stratégiques et n’hésitent pas à donner l’alerte à coup de cor de chasse. Les développeurs ont également apporté un soin tout particulier aux PNJ alliés: chacun semble mener sa petite vie plus ou moins tranquille et il faudra souvent chercher un peu pour retrouver une personne partie batifoler à droite ou à gauche.

Outcast propose donc un gameplay plutôt classique privilégiant grandement l’exploration – très contemplative – d’Adelpha, légèrement saupoudrée de tirs bien salés et de dialogues à l’humour ravageur. La durée de vie est plutôt bonne pour un jeu de cette époque: il faudra en effet un peu plus de dix heures pour voir le générique de fin, générique qui pourra être repoussé si l’on s’attaque assidument aux nombreuses quêtes annexes disponibles, intéressantes et diversifiées.

pc_outcast_09 pc_outcast_08 pc_outcast_05

Alors qu’en cette dernière année du millénaire, la plupart des jeux PC brillaient par leurs graphismes utilisant la toute puissance des cartes graphiques aux hallucinantes capacités montant jusqu’à 32 mo pour les portefeuilles les plus garnis, Outcast réclamait les plus gros processeurs du moment (500 mhz !) et une bonne paire de barrettes de RAM pour fonctionner convenablement. La faute à un moteur vraiment atypique qui offre un étrange visuel – tout en voxels – qui n’a pas pourtant manqué d’attirer les foules pour sa beauté. Si il ne pouvait afficher qu’une résolution maximale de 512×384 (!), le nombre d’effets graphiques proposés était vraiment bluffant pour l’époque, et souvent jamais vus : distance d’affichage hallucinante, des zones énormes sans chargements intempestifs, une eau réaliste et dynamique, des ombrages convaincants, des personnages détaillés des pieds à la tête en passant par les vêtements, divers effets géniaux comme les explosions ou encore le scanner topographique qui survole le terrain… Le tout restitue des décors colorés, ronds et travaillés, qui se prêtent parfaitement à l’univers du jeu. Si jadis il fallait une machine de course pour en profiter un maximum, nos ordinateurs d’aujourd’hui, bourrés de mémoire vive et de puissants processeurs, font tourner le jeu original que trop bien, créant une poignée de bugs plus ou moins embêtants (déplacements horriblement lents dans les marécages, musiques inaudibles, etc…), heureusement contournables ou corrigeables sur la version d’origine avec des patchs codés avec amour par la communauté, ou tout simplement en se procurant la version estampillée 1.1 sur GOG ou Steam – développée par le studio Fresh3D où œuvrent maintenant les anciens d’Appeal – qui apportent moult suppression de bugs, support manette et résolution 1080p.

Niveau plaisir des oreilles, le titre s’assure une position de grand standing, avec une superbe bande-son composée par Lennie Moore (qui s’occupera plus tard des musiques des versions Anniversary d’Halo ou encore Star Wars : The Old Republic), avec en accompagnement la dantesque performance de l’Orchestre Symphonique de Moscou. Ils nous offrent des thèmes mélodieux, évasifs et grandioses, qui s’adapteront sans souci aux décors et situations. Les dialogues sont quand à eux intégralement doublés en français, pour un excellent jeu d’acteur dans l’intégralité du jeu. Un excellent point, assurément. Puis Patrick Poivey quoi, zut.

Il est temps de conclure, et d’attester le caractère classique d’Outcast dans le genre du jeu d’aventure, et ce grâce à des graphismes enchanteurs qui n’ont pas trop mal vieillis avec cette indéniable patte visuelle, ses musiques grandioses, et surtout son univers riche et plutôt cohérent. On notera un gameplay quand même très conventionnel mais toujours agréable à jouer, un scénario un peu trop discret, et des soucis aujourd’hui corrigés dus à la trop grosse puissance de nos machines actuelles. En dehors de cela, ce titre venant du plat pays reste toujours d’actualité, de par son ambiance digne d’un Star Wars, son humour, et ce je ne sais quoi qu’il fait qu’il sort du lot. Il est vraiment dommage que sa suite n’ait jamais vu la lumière du jour, mais finalement, elle pourrait bien arriver : ces dernières années, suite à la disparition d’Atari, les papas d’Appeal ont récupéré la licence, créé leur nouveau studio, réalisé la version 1.1 donc, et tenté une campagne Kickstarter en vue de réaliser un véritable remake plus ou moins justifié à la vue du gros patch qu’ils ont réalisé. Se fût un échec, mais mi-2016, le projet refit surface pour de bon, sous la tutelle de… Bigben Interactive. Peut-être est-ce là le retour radieux d’un titre boudé à son époque ? En espérant que ce remake aboutisse sur une véritable suite cette fois-ci.

_

pc_outcast_04 pc_outcast_07 pc_outcast_01

Articles qui pourraient vous intéresser

Framed Collection

Framed Collection

Framed Collection ne paye pas de mine forcément tant tout paraît simple dans la théorie. Mais tout est si malin, qu'elle soit dans sa DA, sa narration, son concept ou la mise en pratique de ses mécaniques, que ce diptyque n'a aucun mal à accrocher le joueur en quête d'un petit moment tranquille de triturage de méninges. Que ce soit pour meubler une soirée calme qu'une poignée de minutes erratiques lors des trajets en transport en commun ou autre moment creux de la vie quotidienne..

AMID EVIL

AMID EVIL

Réutiliser, ré-imaginer, rendre hommage aux jeux d'antan avec des idées neuves, tels sont les chevaux de bataille de nombreux développeurs, indépendants ou non, depuis que le jeu-vidéo est jeu-vidéo, et ce pour œuvre unique ou par simple devise quelque peu monomaniaque. Indefatigable...

Telling Lies

Telling Lies

On pourra cracher sur quelques défauts pratiques d'interface qui appartiennent pourtant au domaine du basique, ça n'empêche pas pour autant Telling Lies d'être excellent. Dans son concept qui ne surprendra cette fois nullement ceux s'étant attardé sur le non moins intéressant Her Story. Et, bien sûr, dans l'exécution de cette formule narrative atypique et éclatée, vectrice de bien plus de possibilités que l'on aurait pu le soupçonner. Rien n'est laissé au hasard ici pour se laisser emporter dans une spirale de curiosité, parfois carrément malsaine, quant au fait d'avoir pleinement connaissance et maîtrise de cette histoire, parfaitement écrite, interprétée et mise en scène, sans même que cette dernière ne nous en donne pourtant la moindre carotte, ni même de réelle finalité en soi. Bref, vivement le prochain !

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Syb Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Syb
Invité

Très très joli test, bon… direction GOG pour le finir ! :love: