Columns
Appréciation 3

En tout cas, cette première édition de Columns sur Game Gear, bien que limitée, offre quelques moments de détente sympathiques, c’est déjà ça…

Résumé 3.0 Correct

Columns

Tetris doit très certainement être le jeu le plus copié de l’histoire du jeu vidéo. Toujours plagié, mais jamais égalé. Pourtant les plus grands s’y sont essayés, et notamment Sega au travers de Columns. Disponible sur la plupart des plateformes Sega des années 90, celui-ci a naturellement vu le jour sur Game Gear.

Deux modes de jeu apparaissent à l’écran titre : Original et Flash. Quand le premier constitue le mode principal et classique du jeu de casse-briques, le second propose de se débarrasser d’une brique en particulier. Pour chacun, il est possible de configurer le niveau de difficulté et l’affichage des briques. Blocs serait d’ailleurs plus juste. Par défaut, vous jouez avec des pierres précieuses, mais libre à vous de choisir, justement, des briques ou des cœurs. Columns ne se distingue pas réellement de son ainé dans le sens où il suffit d’aligner trois blocs pour les faire disparaître, horizontalement, verticalement ou en oblique. L’intérêt est de rester le plus bas possible, voire de réaliser des combos pour augmenter le capital points. Ces deux éléments sont d’autant plus importants à deux, en link, pour faire chuter l’adversaire plus vite.

Parler de l’endurance de Columns revient à mesurer votre patience. En solo, plus les points montent, plus les niveaux défilent et plus la vitesse s’accroit. Le défilement des blocs devient difficile à suivre et l’anticipation – grâce à l’annonce du prochain trio de blocs en approche – demeure votre seule alliée. La replay value d’un tel titre est donc considérable, si tant est que vous accrochiez au principe ou que vous disposiez à porter de main d’un ami aussi friand que vous du genre. En tout cas, cette première édition de Columns sur Game Gear, bien que limitée, offre quelques moments de détente sympathiques, c’est déjà ça…

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des