Tobidase ! Panibon

Un Bomberman sur Virtual Boy, voilà ce qui pourrait intéresser bien des fans du personnage favori des corses. La console 32 bits de Nintendo, avec ses effets 3D, a tout pour donner un épisode unique à la série. Pourtant, Hudson soft a privilégié un portage de Tobidase ! Panibon (renommé Panic Bomber aux Etats-Unis). Sorti en 1994 sur PC-Engine Super CD-ROM², cet épisode se voit coloré en rouge et noir un an plus tard sur la console de Nintendo…

panic_bomber_virtual_boy_07 panic_bomber_virtual_boy_01

Tobidase ! Panibon s’éloigne fortement des épisodes classiques de la série Bomberman pour se rapprocher d’un Columns de Sega. Pour présenter son concept, Hudson a décidé de le mettre en scène au travers de l’arrivée de Bomberman sur une île étrange pour y retrouver la statuette Bomberman en or. Pour cela, il doit au préalable réunir 3 médailles. Vous vous doutez bien qu’il rencontrera sur sa route moult ennemis tout aussi intéressés que lui par l’objet. Les dialogues, très courts, sont accompagnés d’artworks et servent de préambule à une bataille de blocs. A l’image de Columns, il s’agit d’aligner au moins trois blocs, à la différence près que leur rapprochement ne se fait pas au travers de leur couleur mais de leurs motifs – motifs qu’il est possible de choisir au démarrage d’une partie. L’alignement peut être aussi bien horizontal que vertical et diagonal. La disparition de la ligne engendre l’apparition d’au moins une bombe. Celle-ci se place en bas de l’écran, destinée à disparaître lors de l’arrivée d’une bombe à mèche allumée. Sa disparition engendrant un handicap chez l’adversaire, il est recommandé d’enchaîner les lignes, concevoir un maximum de bombes et faire tout exploser d’un coup. Recommandé mais dangereux puisque l’adversaire dispose des mêmes artifices. Divers bonus ou contraintes surviennent en cours de partie puisqu’au fil des paliers traversés, les bombes peuvent se transformer en pierre ou des personnages peuvent surgir sur l’écran gênant le joueur. Mais heureusement, à chaque ligne, voire combo réalisé, une jauge augmente amenant, à son paroxysme, une gigantesque bombe faisant disparaître tout ce qu’elle touche, et même un peu plus. Rien de tel pour revenir dans la partie.

panic_bomber_virtual_boy_06 panic_bomber_virtual_boy_03

Un boss attend le joueur toutes les trois confrontations, laissant une médaille derrière lui en guise de succès. Les meilleurs en mathématiques en déduiront que le titre propose un parcours jonché de trois boss et neuf ennemis distincts ; et débouche sur la confrontation avec deux boss finaux loin d’être piqués des hannetons. Connus des habitués de la série. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls clins d’œil puisque les environnements, arrière-plan des combats, sont de sympathiques références, tout comme les musiques remixées. Tobidase ! Panibon ne renie donc nullement son statut de spin-off aux Bomberman. Tout y est pour nous rappeler ses origines, jusqu’à son niveau de difficulté, dosable dans les options. Une promenade de santé en difficulté minimale et un défi plus que relevé en difficile. Heureusement, un mot de passe est donné à chaque boss vaincu, permettant de reprendre la progression juste après. Une gageure pour ceux qui ne pourraient rester des heures devant leur Virtual Boy. D’autant qu’il faut compter près de deux heures en mode facile et trois à quatre fois plus en difficile, si tant est que le joueur se défende bien en matière de puzzle-games. Une durée de vie relativement honnête malheureusement amputée par l’absence de mode multijoueur, l’un des attraits majeurs du genre.

panic_bomber_virtual_boy_08 panic_bomber_virtual_boy_09

Cette édition Virtual Boy, bien que sympathique et très plaisante à parcourir, reste un ton en dessous des autres, notamment PC-Engine et Arcade, en raison de son passage en rouge et noir sans contrepartie technique. Mis à part un très léger effet de profondeur entre l’action et le décor, il faut bien reconnaître que rien ne prédisposait ce titre à finir sur la console de Nintendo. Son contenu rachitique, mais corsé, en fait un titre répétitif à réserver aux mordus de puzzle-games et aux amoureux du personnage. Malgré tout, Tobidase ! Panibon reste un bon divertissement, disponible à un prix très abordable, qu’il est intéressant de posséder dans sa ludothèque, sans plus.

Plus d'articles
Arc the Lad : Le Clan des Deimos