Burning Rangers

Burning Rangers

“Court mais intense” semble être l’expression toute trouvée pour définir ce Burning Rangers. Frais, fun, joli et nerveux, il saura ravir n’importe quel joueur en quête d’originalité pour une poignée d’heures. Un titre vraiment représentatif d’une période dynamique et faste pour la Sonic Team, même s’il est arrivé bien tard dans la vie de la console de Sega qui pensait déjà à son avenir en compagnie de la Dreamcast. En reste aujourd’hui un jeu toujours aussi attachant avec son ambiance remplie de nostalgie.

Columns

Columns

En tout cas, cette première édition de Columns sur Game Gear, bien que limitée, offre quelques moments de détente sympathiques, c’est déjà ça…

D

D

Revenons à D donc. Nous y incarnons Laura Harris, une jeune blonde dont le père, brillant médecin d’un hôpital de Los Angeles, fût soudainement pris d’une pulsion meurtrière et assassina de sang froid plusieurs personnes présentes dans son établissement. La police, visiblement dans l’incapacité d’intervenir sans mettre une vie en danger, laissa entrer Laura dans ..

D2

D2

Kenji Eno aura décidément marqué l’univers du jeu vidéo par son emprunte absolument unique. D, Enemy Zero, Real Sound, … et même le dernier jeu de son studio, D2. Annoncé pour figurer parmi les titres de lancement de la M2 – la petite sœur de la 3DO, finalement annulée – il a dû être entièrement ..

Fantastic Dizzy

Fantastic Dizzy

Sous ses airs de jeux d’aventure pour enfant se cache un redoutable titre de plateforme/réflexion simple mais exigeant avec le joueur. Sa gestion de l’inventaire et les actions restreintes du personnage font que la difficulté grimpe assez vite. Il est de plus impossible de sauvegarder vous obligeant à tout recommencer à chaque partie. Un challenge qui restera hermétique à bien des joueurs de nos jours mais qui mérite que vous vous y attardiez si vous vous sentez l’âme d’un œuf vengeur

Grandia II

Grandia II

Réponse de Sega à Sony, de Game Arts à Squaresoft, Grandia a su marquer les esprits non seulement grâce à son statut de blockbuster du RPG japonais mais aussi et surtout par son formidable appel au voyage. Aidés par les superbes compositions de Noriyuki Iwadare, Justin et Feena ont su emmener les joueurs dans l’une ..

Landstalker

Landstalker

Le souffle de l’aventure sur Megadrive, c’était en compagnie de Ryle et Friday. La quête des trésors du Roi Nole est un bijou d’aventure. Compact, addictif, extrêmement bien réalisé : un vrai cadeau fait aux aventuriers de l’époque. Les mécaniques huilées et intemporelles de cette campagne en font un opus qui résiste extrêmement bien au poids des ans. Rétrogamers, à vos boucliers !

Le Manoir des Âmes perdues

Le Manoir des Âmes perdues

Sans être complètement à jeter, Le Manoir des Âmes perdues est quand même quelque peu raté.. En tant que suite, il ne propose absolument rien de nouveau, et régresse même quand on le compare à son grand frère sur Mega-CD : moins d’énigmes, moins d’exploration, moins d’audace.

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

Legend of Illusion Starring Mickey Mouse

A une certaine (grande) époque, Disney était en grande forme et sortait ses chefs d’oeuvre à un rythme soutenu, et savait faire appel aux plus grands studios de développement quand il s’agissait de vendre aux jeunes bambines et bambins des aventures pixelisées avec leurs personnages préférés. Si chez Nintendo, on se souviendra particulièrement des excellentes productions concoctées par Capcom (Duck Tales, Goof Troop…), et sur les consoles Sega…

Legend of Wukong

Legend of Wukong

Legend of Wukong ne peut donc pas prétendre à apparaître sur le podium des RPG Megadrive. Il n’en a ni la carrure ni les moyens. Sa jolie réalisation ne peut faire oublier son rythme insolemment monotone et son manque d’originalité, ainsi que sa bande son difficilement supportable après vingt heures. Pourtant, le capital sympathie que l’on acquiert petit à petit finit par nous faire dire qu’il mérite tout de même une place de choix dans nos ludothèques. Pas de médaille donc mais tout de même un prix du jury

Phantasy Star II

Phantasy Star II

Je me dois de prévenir les jeunes joueurs téméraires tentés par Phantasy Star II que ce classique du RPG a mal vieilli sur plusieurs points. Sa difficulté d’antan, son fâcheux manque d’ergonomie et ses limites techniques pourront – logiquement – en rebuter plus d’un ; surtout face au quatrième opus qui l’a ensuite nettement surpassé. Mais pour le reste, il ne dément pas son statut de jeu culte de la Megadrive, réel initiateur de la tragédie dans les jeux de rôle, et oeuvre marquée par une ambiance originale sacrément bien maitrisée

Torico

Torico

Au delà des articles élogieux et des conseils d’utilisateurs avisés, la découverte d’un bon jeu est parfois l’affaire d’un pur hasard. Par exemple, un achat peu onéreux lors du plus paumé des vides-greniers, un premier essai perplexe et une mise au placard durant quelques mois… Jusqu’au moment où, lors d’une nouvelle tentative plus pointilleuse, la qualité jusqu’alors insoupçonnée du jeu se révèle alors aux yeux du joueur médusé, qui se dit qu’il a finalement bien fait de s’y frotter une seconde fois. Mais pourquoi je parle de cela ? Parce que j’avais besoin d’une introduction un peu pertinente, et aussi parce que c’est exactement ce qui m’est arrivé avec Torico, sur Sega Saturn.