Les Chevaliers de Baphomet : Les Boucliers de Quetzalcoatl
Appréciation 4

Sans vraiment rien révolutionner, Les Chevaliers de Baphomet : Les Boucliers de Quetzalcoatl se pose comme une suite pas spécialement campée à la vue des apports effectués, mais n’arrive pas à bousculer son grand frère sur le plan de son récit ou son gameplay. Cela dit, elle se savoure avec le même plaisir, hier comme aujourd’hui. Retrouver pour une poignée d’heures George et Nico ne se refuse pas, tant le jeu n’a pas perdu de sa superbe, avec un bon scénario et des énigmes bien pensées pour un voyage sympathique et surtout un humour qui fait encore mouche.

Résumé 4.0 Très bon

Les Chevaliers de Baphomet : Les Boucliers de Quetzalcoatl

Devant le succès planétaire des Chevaliers de Baphomet, Revolution Software ne pouvait décidément pas en rester là et enchaina pratiquement coup sur coup sur sa suite. Estampillée Le Miroir Fumant dans sa version originale et Les Boucliers de Quetzalcoatl dans nos contrées, ce second opus, disponible à peine un an après son grand frère, s’inscrit presque logiquement, vu le temps qui les sépare, dans une pure continuité aux premières aventures de George Stobbart… Et c’est peut être ce qui lui a été le plus reproché à l’époque. A tort ou à raison ? A noter qu’il sera abordé entre ces lignes la version originale, sortie fin 1997 sur PC et PlayStation, et non la « remastérisée » de 2010, étant donné que les choix opérés dans la Director’s Cut de l’épisode numéro un – dialogues en portraits fixes avec une DA pas raccord, un lissage moche de l’image, des indices visuels non désactivables, et la censure de certaines scènes – ont suffisamment refroidi votre serviteur pour ne pas réitérer l’essai.

Nous retrouvons donc notre célèbre touriste américain, quelques mois après les évènements qui l’ont conduit, lui et la journaliste Nico Collard, à voyager à travers pas mal de coins du monde pour résoudre le mystère d’un meurtre lié aux Templiers. Le début de notre histoire coïncide avec les retrouvailles de nos deux amis, retrouvailles de bien courte durée, il faut bien le dire : alors qu’ils rendent visite à un professeur spécialisé dans les civilisations précolombiennes, ils tombent dans un guet-apens où Nico finira kidnappée tandis que George sera laissé pour mort, attaché à une chaise, en compagnie d’une mignonne tarentule et d’un sympathique début d’incendie. Autant dire que pour une introduction, Les Boucliers de Quetzalcoatl est sans détours et met directement dans le bain, avec un héros en danger et une petite montée de stress pour celui ou celle qui tient le mulot. C’est un peu abrupt comme commencement, surtout quand on n’a jamais touché à un point-and-click au préalable, mais que l’on se rassure, on peut analyser et se familiariser avec les commandes tranquillement. Comme on pouvait s’en douter, la quête de George va tout d’abord se focaliser à porter secours à Nico, puis après, à savoir pourquoi ils se retrouvés dans cette situation. Comme semble l’indiquer le titre du jeu, cet épisode s’écartera quelque peu du premier épisode en s’habillant d’une nouvelle toile de fond, à savoir la civilisation aztèque, tout en gardant la dimension historique et mystique qui avait fait l’intérêt de l’opus précédent. Là encore, le titre est plutôt bien documenté et sait user de ses références et autres mystères pour garder les gens en haleine, avec une cohérence générale bien maitrisée, que cela soit pour son récit très bien écrit, aux nombreux rebondissements et au dénouement plutôt convaincant, ou encore pour ses dialogues toujours aussi savoureux de par les nombreuses personnalités rencontrées par notre héros au flegme légendaire. Continuité est décidément le maitre mot pour qualifier cette suite, si bien que l’on retrouve, non sans un certain plaisir quelques lieux et personnages emblématiques, distillés ça et là sans s’imposer pour juste faire du clin d’œil facile.

Et c’est sans doute ce qui lui avait été grandement reproché à l’époque : sorti à peine un an après Les Chevaliers de Baphomet, cette suite reprend absolument toute la recette de son grand frère sans vraiment révolutionner quoi que cela soit côté narration – au demeurant encore efficace – ou niveau gameplay : on retrouve le classique jeu d’aventure à base d’icônes contextuelles, avec son lot d’énigmes à base d’actions et d’objets à trouver, associer et utiliser aux moments opportuns, son lot de dialogues pour dégrossir de l’indice, et parfois, pour donner un peu de piment au style volontairement posé du genre, des séquences où il faudra enchainer rapidement quelques actions sous peine de voir un écran de fin de partie. On notera tout de même une excellente nouveauté : on aura plusieurs fois l’occasion d’incarner Nico, dont le rôle dans cette aventure est largement plus important qu’auparavant. Techniquement, Revolution Software a tout de même apporté des modifications à son moteur et on peut dire que Les Boucliers de Quetzalcoatl a en une année évolué dans le bon sens : le titre a gagné en résolution d’affichage et en détails côté décors et animations des sprites. Côte chapitre sonore, les voix façon répondeur téléphonique sur une vieille K7 sont maintenant absents d’une version toujours intégralement en français, et côté musiques, la clarté est maintenant reine. Tout cela au service d’un jeu dont le statut de pure et simple suite n’est pas à nier mais dont il est difficile de bouder le plaisir qu’il procure : si l’ambiance est largement moins marquante que dans le premier épisode (Paris aide beaucoup), on ne peut que saluer le voyage une fois encore dépaysant que Les Boucliers de Quetzalcoatl, avec de nombreux lieux à visiter aux quatre coins du monde, plus ensoleillés que jamais, et distillés à l’écran par des décors bien plus nombreux et moins redondants qu’auparavant. Alors que l’on revenait pas mal sur des lieux déjà visités dans le premier opus, ici tout est enchainé de manière linéaire, ce qui coupe un peu ce sentiment de liberté mais évite de se poser la question d’un indice ou d’un objet éventuellement oublié.

Sans vraiment rien révolutionner, Les Chevaliers de Baphomet : Les Boucliers de Quetzalcoatl se pose comme une suite pas spécialement campée à la vue des apports effectués, mais n’arrive pas à bousculer son grand frère sur le plan de son récit ou son gameplay. Cela dit, elle se savoure avec le même plaisir, hier comme aujourd’hui. Retrouver pour une poignée d’heures George et Nico ne se refuse pas, tant le jeu n’a pas perdu de sa superbe, avec un bon scénario et des énigmes bien pensées pour un voyage sympathique et surtout un humour qui fait encore mouche. Y jouer de nos jours reste relativement simple, avec une version originale facile à trouver sur le marché de l’occasion et compatible ScummVM, ou un portage « remasterisé » trouvable sur n’importe quelle plateforme numérique (PC, Android, iOS), avec le petit gâchis visuel que cela suppose… Mais il ne s’agit que d’un avis personnel. Toujours est-il que les aventures de George Stobbart se devaient de continuer, mais il faudra attendre six années et le passage au niveau miliaire pour qu’elle voie enfin le jour, comme un signe des temps.. En trois dimensions. Nul doute que nous en parlerons prochainement.

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Amerzone : Le testament de l’explorateur

L'Amerzone : Le testament de l'explorateur

S’inscrivant parfaitement dans le moule des jeux d’aventure à la française de la fin des années 90, L’Amerzone : Le testament de l’explorateur reste aujourd’hui une belle pièce de musée, simple dans son gameplay et son déroulement, mais un éternel joyaux de l’industrie..

Jurassic World Evolution

Jurassic World Evolution

Les années 90 et 2000 ont été marquées par de très nombreux jeux de gestion. Un coup, vous êtes à la tête d’un parc d’attractions et jaugez le degré de sel des frites. Un coup, vous tentez d’éradiquer une épidémie dans un hôpital de province. Ou encore, vous devez prendre soin des animaux...

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des