Nanashi no Game
Appréciation 4

Votre petite vie d’étudiant(e), pleine d’insouciance et de bourrage de crâne, est sur le point de basculer d’une manière significative et quelque peu… Mortelle. Alors que vous écoutez un cours passionnant sur les nouvelles technologies, plus précisément sur ces appareils mobiles toujours connectés au réseau mondial, une étrange demande s’invite au sein de votre Twin ..

Résumé 4.0 Très bon

Nanashi no Game

nintendo_ds_nanashi_no_game_jaquette

Quand on parle de Square Enix, on pense forcement à Final Fantasy, Dragon Quest, ou tout autre titre portant le fameux label d’appellation J-RPG. La compagnie s’est pourtant attaqué à d’autres genres, avec souvent, il faut l’avouer, l’aide de studios externes. Son catalogue survival-horror, principalement composé de la série des Parasite Eve (développée en interne pour le coup), mais aussi quelques jeux souvent obscures sortis uniquement au Japon, s’est agrandit en été 2008 d’une mystérieuse cartouche pour Nintendo DS, avec un tirage bien plus limité qu’à l’accoutumée pour ce support. Un jeu sans nom, ou plutôt « Le jeu sans nom », traduction littérale et quelque peu vulgaire de ナナシ ノ ゲエム, pour Nanashi no Game.

Votre petite vie d’étudiant(e), pleine d’insouciance et de bourrage de crâne, est sur le point de basculer d’une manière significative et quelque peu… Mortelle. Alors que vous écoutez un cours passionnant sur les nouvelles technologies, plus précisément sur ces appareils mobiles toujours connectés au réseau mondial, une étrange demande s’invite au sein de votre Twin Screen, la TS pour les connaisseurs, la console dernière génération qui ferait un bon sujet de dissection pour le présent auditoire. Il s’agit d’une invitation de la part d’Odaka, un ami, à télécharger un jeu. Ni une ni deux, le fichier est reçu et lancé (cours passionnant, avenir, tout ça). Il prend la forme d’un RPG sauce Famicom, avec des sprites façon Final Fantasy originel. Rien d’exceptionnel entre nos mains, et un gros glitch graphique va jusqu’à cacher le nom du jeu à l’écran titre. Plongé dans votre partie, vous êtes (soudainement) interrompu par la copine d’Odaka, visiblement inquiète. Elle vous fait d’abord part d’une rumeur comme quoi un mystérieux jeu-vidéo serait en circulation sur le net, et qu’il tuerait toute personne qui oserait y jouer. Mais il ne s’agit qu’une légende urbaine, bien sûr, mais le rapprochement entre ceci et l’absence de son copain, apparemment devenu accro au jeu que vous et elle avez également reçu, au point de s’enfermer chez soit et de cesser toute vie sociale, mérite une petite enquête. Malheureusement, la conclusion de cette histoire est tragique: après avoir été véhiculé dans son appartement par une entité inconnue, vous retrouvez votre ami, mort, la bouche et les yeux grands ouverts, tenant à la main une TS diffusant une douce mais mélancolique musique. La fiction rattrape la réalité. Il ne vous reste que sept jours avant de mourir à votre tour.

La trame scénaristique de Nanashi no Game n’est pas sans rappeler celle de Ring, film d’horreur japonais réalisé par Hideo Nakata sur la base du roman de Kōji Suzuki. Le film, qui fût une invitation pour beaucoup de personnes à découvrir le cinéma d’horreur japonais – à travers par exemple cette fameuse nuit horrifique sur Canal+ avec Tetsuo: The Iron Man – demeure un classique, et une des premières victimes du remake à l’américaine, plus bourrine dans la forme et bien moins suggérée dans le fond. Bref. On retrouve dans notre présent jeu la particularité d’une des « branches » du survival-horror à la japonaise, si l’on peut parler ainsi, où l’on peut aisément caser des séries comme les Forbidden Siren ou les Project Zero. Globalement le scénario est « très agréable » à suivre, dans la mesure où il vous tiendra aux tripes et saura s’amuser avec vos palpitations cardiaques, avec une malédiction parfaitement bien expliquée, aux justifications et aux origines des plus glaçantes, à la manière d’un Ring donc.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

Wilmot’s Warehouse

Wilmot's Warehouse

Étrange sur le papier, étonnant manette en main, Wilmot’s Warehouse s’avère être une expérience des plus solides en plus d’être, mine de rien, plutôt tranquille. Rigolo, bon pour la mémoire, pas stressant, il saura occuper les amateurs d’ordre et d’organisation pointues pour une dizaine d’heures, voir davantage pour celles et ceux qui veulent se frotter aux challenges offerts par son mode expert, seul ou à deux..

Judgment

Judgment

Après le premier Yakuza sur Playstation 2 dont les ventes étaient trop faibles pour justifier le fait de proposer une traduction française de opus suivants, Judgment arrive en portant sur lui comme un doux parfum de miracle et de revanche sur la vie. De quoi se plonger sans contrainte dans cette formule de Shenmue-like bien rodé au fil des opus de sa franchise principale, sachant très bien manier ce ton typiquement nippon de « jeu sérieux qui ne se prend pas toujours au sérieux, faut aussi savoir rigoler et se détendre » et proposant une excellente immersion dans la culture japonaise telle qu'elle peut l'être réellement, sans détour ni paillettes. Le tout rehaussé par un scénario captivant, bien écrit, d'une justesse et d'une maîtrise sans équivoque. Un spin-off rondement bien mené qui a de quoi donner envie de se plonger dans la série des Yakuza..

3
Poster un Commentaire

avatar
2000
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Hyades LuineOya-tamaMogfa Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mogfa
Invité
Mogfa

J’ai toujours été intrigué par le jeu, mais j’ignorais jusque là qu’un patch de trad’ avait été fait. Du coup, cet article me donne bien envie de tenter enfin l’expérience. Et ça fait vraiment plaisir, à ce propos, d’en trouver le test. :wink:

Oya-tama
Invité

ça fait longtemps que ce jeu m’intéresse et m’intrigue, la seul chose qui m’empêche de franchir le pas est que je n’ai pas envie d’y jouer sur emulateur par soucis d’immersion :/. Très bon billet en tout cas !

Hyades Luine
Membre

Très intéressante critique qui fait un usage surprenant de la mise en page ^^. En tous cas, le jeu semble vraiment intéressant dans sa manière intelligente de traiter son thème, de quoi encore regretter qu’il n’ait jamais traversé les frontières du Japon. Quitte à une fois de plus verser dans le « c’était mieux avant », ce que tu présentes de Nanashi no Game est malheureusement pour moi symptomatique du déclin inexorable de Square-Enix depuis des années. A une certaine époque, un jeu original ou inventif de cet acabit (ou de celui de Sigma Harmonics), ils auraient eu les corones de le… Read more »