Deepak Fights Robots
Appréciation 4

Deepak Fights Robots propose un gameplay finalement assez classique et ô combien efficace, mais aussi et surtout un univers psychédélique et bizarrement addictif… Enfin, pour ceux qui comprendront et qui voudront prendre part à ce délirant trip pixelisé. Aussi original graphiquement que musicalement, cet hommage coloré aux petits dragons cracheurs de bulles est assez court, mais propose une replay-value assez conséquente vu l’enchaînement astucieux de ses niveaux au level-design de grand goût. Seul son prix – 10 dollars tout de même – pourra freiner certains acheteurs un peu frileux. Pour les autres, rendez-vous sur le site officiel dédié au titre (qui tournera dans n’importe quel navigateur supportant Flash). C’est du bon, et c’est légal !

Résumé 4.0 Très bon

Deepak Fights Robots

Tout va pour le mieux pour Deepak, petit gratte-papier de la société Wondertech, bien coincé être sa chaise et son clavier à réitérer sans cesse l’éternelle routine voiture-boulot-dodo. Enfin… Peut-être pas cette fois-ci. Un robot nommé RoboPimp 5000 se présente à lui, habillé d’un étrange costume semblant tout droit sorti de Saturday Night Fever. Ni une ni deux, ce dernier envoie notre héros dans la « caverne des robots », avec pour seule mission de survivre. Pourquoi? Aucune idée. C’est en tout cas un défi qui s’annonce trippant et totalement groovy!

Dernier jeu en date du très excentrique Tom Sennett, jeune développeur responsable (avec un certain Matt Thorson) de l’excellent RunMan, Deepak Fights Robots se veut être un hommage non dissimulé à Bubble Bobble, le plateformer culte de Taito (à ne pas confondre avec Puzzle Bobble), mais dans un enrobage bien plus original. Avec des décors aux formes improbables aux couleurs flashies et la présence d’une bande son typée rock psychédélique avec de la sitar en voulez vous en voilà, le jeu dégage une ambiance totalement décalée et offre un voyage délirant dans les années 70, un trip très crayonné et assumé qui ne plaira vraisemblablement pas à tout le monde. Outre son univers fortement coloré, on retrouvera de nombreuses références à d’autres jeux-vidéo voir à de célèbres memes du net : entre les répliques bien senties de certains robots, on connaîtra entre autres un certain grand singe qui aime toujours balancer des tonneaux, mais aussi un des personnages de VVVVVV qui n’hésitera pas à remettre en cause toute théorie sur la gravité pour se jeter sur notre héros.

On reconnaîtra rapidement le gameplay du grand classique de Taito, même si ici Deepak ne crachera pas de bulles pour vaincre ses ennemis. Il n’est en fait pas du tout armé, et devra esquiver les attaques de ses assaillants et éviter le moindre contact avec eux (ils sont collant et agressifs, autant le dire), le manquement à ces principes équivaudra à une mort directe. Pas de panique non plus, le jeu offre autant d’essais que nécessaire et ne retirera en guise de punition que les bonus récoltés jusqu’alors. Pour progresser de niveaux en niveaux, il faudra récupérer trois petits power-ups méticuleusement disposés qui débloqueront l’ultime item à choper. Cet objet salvateur changera notre personnage en super-héros prêt à voler et à envoyer les robots à la casse, explosions multicolores et onomatopées à l’appui. Deepak sera par ailleurs aidé de plusieurs animaux (note : tous les êtres vivants du jeu portent des lunettes), pour sauter plus haut, vider l’écran de toute nuisance ou tout simplement bénéficier d’une protection supplémentaire, le courageux animal se sacrifiant pour vous.

De nombreux autres bonus, surtout alimentaires, apparaîtront ici et là pour venir gonfler le score global que l’on pourra éventuellement graver accompagné de son nom sur le grand mur de marbre du classement en ligne, si possible tout en haut. Pas spécialement long, Deepak Fights Robots comporte environ soixante-dix niveaux à la difficulté croissante qui s’enchaînent à un rythme effréné jusqu’au magnifique « combat final ». Particulièrement bien conçus, ils misent beaucoup sur l’utilisation des plafonds et des bords qui semblent reliés par une boucle inter-dimensionnelle. Ou quelque chose dans ce genre… Vous voyez Super Mario Bros. 2, VVVVVV ou tout simplement (et toujours) l’illustre Bubble Bobble ? C’est le même concept, toujours aussi déroutant et rigolo. Selon les performances du joueur, qui seront à n’en pas douter de plus en plus excellentes, on n’empruntera jamais le même chemin à chaque nouvelle partie, chaque niveau contenant trois variantes sobrement nommées A, B et C. De quoi retenter l’aventure plusieurs fois pour arrondir son score, en somme.

Deepak Fights Robots propose un gameplay finalement assez classique et ô combien efficace, mais aussi et surtout un univers psychédélique et bizarrement addictif… Enfin, pour ceux qui comprendront et qui voudront prendre part à ce délirant trip pixelisé. Aussi original graphiquement que musicalement, cet hommage coloré aux petits dragons cracheurs de bulles est assez court, mais propose une replay-value assez conséquente vu l’enchaînement astucieux de ses niveaux au level-design de grand goût. Seul son prix – 10 dollars tout de même – pourra freiner certains acheteurs un peu frileux. Pour les autres, rendez-vous sur le site officiel dédié au titre (qui tournera dans n’importe quel navigateur supportant Flash). C’est du bon, et c’est légal !

Articles qui pourraient vous intéresser

Darksiders III

Darksiders III

Loin d’être aussi exemplaire que le premier volet en son temps, Darksiders III n’en demeure pas moins une valeur sûre du jeu d’action. Pouvant être pris seul, il ne faudra pas oublier qu’il s’inscrit dans une saga plus large : les quelques clins d’oeil nécessitent de parcourir les aventures de Guerre et Mort. Un chouïa répétitif et au scénario chancelant, sans compter les bugs maintenus 1 an après sa sortie, le jeu de Gunfire Games offre tout de même une belle introduction au personnage de Fury. Une fois le spin-off Darksiders Genesis ingurgité, nous serons normalement prêts à une aventure avec les quatre cavaliers. Reste à voir si THQ Nordiq et Gunfire Games en ont décidé ainsi…

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

Wilmot’s Warehouse

Wilmot's Warehouse

Étrange sur le papier, étonnant manette en main, Wilmot’s Warehouse s’avère être une expérience des plus solides en plus d’être, mine de rien, plutôt tranquille. Rigolo, bon pour la mémoire, pas stressant, il saura occuper les amateurs d’ordre et d’organisation pointues pour une dizaine d’heures, voir davantage pour celles et ceux qui veulent se frotter aux challenges offerts par son mode expert, seul ou à deux..

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Sophie Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sophie
Invité

Marrant ce graphisme eighties. J’aime beaucoup