The Adventure Pals
Appréciation 4

Même si The Adventure Pals aurait pu être mieux optimisé et se renouveler davantage, on ne pourra pas lui retirer qu’il dégage une aura très sympathique. C’est mignon, coloré, plein d’humour, avec un bon capital fun immédiat et des mécaniques piochées à droite et à gauche peu développées certes mais qui marchent très bien. Encore faut-il savoir le distiller au compte-goutte sur de courtes sessions afin de ne pas s’en voir lassé ou dégoûté.

Résumé 4.0 Très bon

The Adventure Pals

L’indé, c’est aussi extirper quelques candidats qui ont su s’illustrer dans les petits jeux flash gratuits jouables par navigateur. On en parle rarement il est vrai et voilà un pan du jeu vidéo souvent mal perçu mais il n’empêche que parmi la flopée de petits jeux du pauvres qui ne parviennent pas à t’extirper de l’ennui, il y a quand même des choses cools. Les camés de Clicker Heroes qui accumulent compulsivement des centaines d’heures de jeu sur leur profil Steam ne pourront certainement pas dire le contraire. De la même crèmerie d’Armor Games justement, on peut retrouver un petit jeu de plate-forme tout mignonnet mettant en scène un petit garçon et sa girafe qui jouit également d’une enviable réputation : Super Adventure Pals. Ce qui explique d’ailleurs la réussite du Kickstarter afin de développer un nouvel opus – plus ou moins préquelle – qui aura l’honneur de sortir dans « la cour des grands », à savoir le PC de manière véritablement logicielle et sur consoles. C’est ainsi que The Adventure Pals investit les stores dématérialisés allant même jusqu’à s’allier à Super Rare Games afin de sortir une version physique à tirage limité sur Switch.

A quoi ça ressemble ?

Vis-à-vis de l’épisode fondateur sorti en flash, on conserve cette même direction artistique très colorée et cartoonesque qui saura parler aux plus jeunes et aux « vieux jeunes ». Une identité visuelle qui marchait déjà très bien à la base et trouve davantage de cachet dans The Adventure Pals où le graphisme est quand même plus fin, net et doté de couleurs moins fades que ce qu’on peut retrouver sur navigateur. Bien entendu, on sent cette esthétique typique du jeu flash mais il faut admettre qu’avec ce petit bonus d’upgrade graphique lié très certainement à l’utilisation de meilleurs outils de développement, il y a vraiment un petit cachet très sympathique qui se dégage. D’autant plus que l’ambiance bien déjantée clairement inspirée des dessins animés Cartoon Network (The Adventure Time pour citer le clin d’œil le plus flagrant) fonctionne très bien et permet sans mal de pallier à une histoire totalement bidon. Parce que bon, un méchant moustachu qui enlève un papa – plus proche de la maison de retraite que de la quarantaine/cinquantaine ceci dit – sous le yeux de notre petit héros le jour de son anniversaire où il venait de se voir offrir un girafon de compagnie, c’est rigolo deux minutes mais on s’en fiche un peu. En revanche, ce côté humour débile et léger et tous ces clins d’œil divers à la pop culture que l’on retrouve disséminés dans tout le jeu rendra la quête autrement plus attrayante.

Comment ça se joue ?

Là encore, on sent l’héritage du flash dans la prise en main qui semblera plutôt « glissante » lors des premières minutes. Mais à laquelle on se fera très vite, le côté manette s’avérant quand même bien plus confortable et fluide que le clavier. C’est dynamique et ça répond bien, autant dire qu’on a tôt fait de prendre ses marques et de trouver ça agréable. The Adventure Pals se présente comme un jeu de plate-forme où l’on devra enchaîner les niveaux afin de récolter des cristaux. Chaque niveau est subdivisé en cinq tableaux que l’on pourra traverser en simple ligne droite ou les fouiller davantage afin de récupérer les quelques collectables optionnels qui s’y trouvent. Avec plate-formes, mécanismes divers et, bien entendu, affrontements d’ennemis sont au programme. Le côté combat est pourvu d’une petite dimension RPG avec son système d’expérience et de gain de compétences au fur-et-à mesure de nos batailles. Malgré tout, cela s’arrêtera à ces aspects les plus simples tant on se rapproche beaucoup plus du beat’em all où l’on matraque bêtement tout le monde en mode grand défouloir sans jamais qu’il n’y ait réellement d’aspect stratégique – d’autant plus que l’on nous autorise bien vite à posséder des potions d’invincibilité temporaires. Ce qui n’est pas plus mal tant les choses deviennent bordéliques dès lors que l’on se retrouve à un grand nombre d’ennemis, d’autant plus que l’optimisation ne suit pas toujours (lags plus ou moins importants). Chose que l’on retrouvera tout particulièrement sur les quelques niveaux en arène de combat. En dehors de ça, on retrouve également son petit lot de boss où l’on devra cette fois réfléchir bien plus car chacun étant doté de son petit pattern unique.

Pourquoi on en parle ?

A l’image de son ambiance cartoon et légère, The Adventure Pals se révèle dès les premières secondes très fun à prendre en main. Le jeu a beau être plutôt simple – parfait pour un jeune public d’ailleurs – on se retrouvera heureux de passer quelques niveaux par-ci et par-là en dilettante pour se poser sans se prendre la tête avec plaisir. Un peu comme son homologue flash donc. Attention par contre : les longues sessions montreront à quel point le soft ne se renouvelle pas spécialement. Il a beau proposer divers types de mécanismes au compte-goutte, ce n’est clairement pas suffisant pour faire ressentir une vraie routine qui peut devenir très désagréable si l’on enchaîne trop de niveaux d’affilée. On regrettera également le côté peut-être trop brouillon des combats, difficilement lisibles, surtout si les ralentissements s’en mêlent. Malgré tout, la difficulté peu élevée fera que ce ne sera pas spécialement punitif, une potion de soin ou d’invincibilité viendra rapidement régler les situations les plus épineuses sans jamais que l’on ne soit amené à voir l’écran de Game Over.

Articles qui pourraient vous intéresser

Framed Collection

Framed Collection

Framed Collection ne paye pas de mine forcément tant tout paraît simple dans la théorie. Mais tout est si malin, qu'elle soit dans sa DA, sa narration, son concept ou la mise en pratique de ses mécaniques, que ce diptyque n'a aucun mal à accrocher le joueur en quête d'un petit moment tranquille de triturage de méninges. Que ce soit pour meubler une soirée calme qu'une poignée de minutes erratiques lors des trajets en transport en commun ou autre moment creux de la vie quotidienne..

AMID EVIL

AMID EVIL

Réutiliser, ré-imaginer, rendre hommage aux jeux d'antan avec des idées neuves, tels sont les chevaux de bataille de nombreux développeurs, indépendants ou non, depuis que le jeu-vidéo est jeu-vidéo, et ce pour œuvre unique ou par simple devise quelque peu monomaniaque. Indefatigable...

Telling Lies

Telling Lies

On pourra cracher sur quelques défauts pratiques d'interface qui appartiennent pourtant au domaine du basique, ça n'empêche pas pour autant Telling Lies d'être excellent. Dans son concept qui ne surprendra cette fois nullement ceux s'étant attardé sur le non moins intéressant Her Story. Et, bien sûr, dans l'exécution de cette formule narrative atypique et éclatée, vectrice de bien plus de possibilités que l'on aurait pu le soupçonner. Rien n'est laissé au hasard ici pour se laisser emporter dans une spirale de curiosité, parfois carrément malsaine, quant au fait d'avoir pleinement connaissance et maîtrise de cette histoire, parfaitement écrite, interprétée et mise en scène, sans même que cette dernière ne nous en donne pourtant la moindre carotte, ni même de réelle finalité en soi. Bref, vivement le prochain !

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des