Bilan de l’année 2019 [Mizakido]

Bilan de l’année 2019 [Mizakido]

Voici le moment de l’inévitable (enfin, un peu quand même, mais cela ne serait pas bien sérieux) bilan vidéoludique concernant ma personne pour le cycle qui vient de s’achever, et avec des prédictions qui (spoiler alert) ne seront que partiellement tenues pour la nouvelle itération de jours qui vient de commencer. 2019 donc, une folle année pour certaines et certains, mais pour moi, un « décalage » qui se creuse encore. Je ne me souviens pas avoir été bousculé par quoi que ce soit de grandiose au niveau de l’actualité (aucun souvenir des salons ou des annonces), et j’ai pour ainsi dire raté l’intégralité des sorties majeures de l’année, ou alors, celles-ci sont restées sous blister, faute à des occupations et préoccupations externes au jeu-vidéo. A bien y réfléchir, je pense que j’aurais davantage passé du temps à me documenter sur le passé du domaine, arpentant sans cesse les wikis et sites spécialisés dans les jeux de niche, tout en récupérant ça et là de vieux titres découverts au gré de recherches ou d’enchaînement de boutiques sur eBay, tous supports et pays confondus, qu’à jouer aux des titres du moment… Ou jouer tout court. Voilà peut-être une autre façon de vivre sa passion : emmagasiner de l’information, sans vraiment de but précis autre que de la pure culture personnelle.

J’aurais cependant, une fois n’est pas coutume, réussi à réaliser une rétrospective « complète » d’une série qui m’est chère, à savoir celle des Tomb Raider, période Core Design, certes un peu biaisée niveau échelle du temps car débutée avec les deux premiers épisodes fin 2018 pour finalement être achevée avec le (fameux) sixième opus durant la première journée de 2020. Une manière quelque peu moche de débuter une nouvelle décennie pour un « challenge » quelque peu original voir stupide quant à être autant borné à vouloir absolument tout faire (hors épisodes portatifs), mais tout de même, de quoi redécouvrir une saga originelle globalement de qualité, et remettre quelques appréciations passées au goût du jour : ainsi, le premier épisode reste pour moi le meilleur de la série, suivi de près par le second, tous deux pour leur véritable intention de proposer un jeu d’archéologie à la Indiana Jones, avec ses temples passionnants à explorer grâce à un level-design de qualité, des mondes et ambiances uniques, et un mix rythme justement dosé qui prime toujours sur la plateforme par rapport à l’action… Une recette qui sera totalement explosée par le troisième épisode, aux niveaux mal foutus, sombres au possible, et à l’histoire trop poussive en plus d’être interminable. Le quatrième reviendra heureusement sur de bonnes bases, avec un fort accent sur la mythologie égyptienne, tandis que le cinquième sentait trop la commande de trop: pas géniale, pas terrible. Le dernier opus créé par Core Design, lui, on le sait tous, sera un bien funeste titre qui aura eu raison du studio, la faute à des idées en pagaille et un développement des plus chaotiques, pour un résultat au fort potentiel, mais navrant (et parfois drôle), donc, dans l’exécution. Toujours est-il que je peux maintenant passer sur la série reprise par Crystal Dynamics, avec, avant d’entamer le véritable reboot et ses deux suites, la trilogie dite « de la reprise ».

Enfin, avant de passer au petit top 10, je noterais, parmi ce que j’ai pu faire, ne pas avoir été des plus efficaces en terme de complétion de RPGs, puisque Breath of Fire II, que je m’étais juré de terminer, aura simplement été lâché à la vue du reste à faire qui s’annonçait bardant après une trentaine d’heures à se taper une histoire pas terrible, un système de jeu ennuyeux et des musiques lancinantes, ainsi qu’une initiation quelque peu loupée à la série des Kingdom’s Hearts, avec un premier épisode que je n’aurais pas dû faire avec son niveau de difficulté maximal, agaçant et injuste au possible, et dont la quasi fin (à trois heures prêt) fût remise en question suite à la mise à jour automatique – ratée – d’une PlayStation 4 hors garantie, obligeant à oblitérer un bon paquet de sauvegardes, via une remise à zéro, pour ne pas se retrouver avec une belle brique noire qui n’indique qu’un message d’erreur inconnu. M’enfin, je regarderais la fin sur YouTube, avant de peut-être poursuivre ma découverte, en mode normal, cette fois. Il serait bête de s’arrêter là, d’après ce que je peux comprendre ! En tout cas ces deux là, mais aussi les Tomb Raider au delà du II, ne seront pas dans mon petit top 10…


Pour commencer, un peu de rétro, pas foufou dans le fond, mais qui m’a quand même bien plu : après avoir été découvert en ayant vu un commentaire disant “Attendez ! Des dinosaures qui parlent !”, et lancé une fois dans un moment d’égarement, je me suis suis enfin penché (la seconde fois) sur le cas de Lost Eden. Je ne reviendrais pas ce que j’ai pu dire sur ce titre au travers du maigre papier que je lui avais consacré : il ne s’agit pas là d’un jeu exceptionnel, loin de là, mais d’un coup de cœur personnel que j’ai bien fait de parcourir. L’ambiance est excellente, la volonté de bien faire et là, et surtout les musiques sont divines. C’est assurément le titre qui m’a donné envie de me pencher davantage dans la ludographie de Cryo Interactive, pour le meilleur (les compositions de Stéphane Picq, du coup), et sûrement pour le pire… Mais j’éviterais quand même de faire Super Dany ou Timecop, je ne suis pas fou quand même.

Pas de surprise complémentaire non plus par rapport à ce que moi même et Vidok avons déjà pu dire sur Resident Evil 2 sauce 2019 : ce remake est une vraie perle, et établit un véritable cahier des charges de ce que l’on doit attendre d’une réinterprétation d’un classique. L’expérience procurée par ce Resident Evil 2 s’éloigne du titre originel, qui était bien plus porté sur l’action, pour se tourner vers l’horreur pure, bien plus proche du premier épisode. En résulte une poignée d’heures remplie de sursauts à chaque coin de couloir, et surtout, beaucoup de tension à tout simplement survivre avec quelques balles et pas vraiment de quoi se soigner de manière sereine. Je dois avoué ne pas avoir retenté d’y rejouer après le premier scénario, par manque de temps, mais ce qui m’a été proposé pour une première partie était largement suffisant pour apprécier le travail accompli par Capcom qui a définitivement arrêté de prendre les gens pour des vaches à lait et s’est bien appliqué à offrir non pas un simple remake, mais bien un nouveau classique du survival-horror, magnifique en plus graphiquement. Vivement Resident Evil Nemesis !

Outre la claque visuelle que constituait ce Resident Evil, si je devais retenir davantage une claque en 2019, cela serait probablement celle procurée par Sayonara Wild Hearts. Conçu (en premier lieu) comme un album visuel et musical, le titre est véritablement un plaisir pour les yeux, de bout en bout, avec un design général audacieux et détonnant, un magnifique choix de couleurs, et surtout une mise en scène absolument remarquable, avec de nombreuses, nombreuses et étonnantes trouvailles. Le gameplay n’en est pas en reste et accompagne la même logique, avec un mélange de différents genres, mais s’attarde principalement sur un runner simple mais addictif, et encore fois rythmé d’une telle façon qu’il serait possible d’enchaîner les niveaux sans vraiment lâcher la manette. Gros coup de cœur donc.

Autre coup de cœur, celui-ci plus logique, car une sorte de réponse à un certain favori de quelques années plus tôt : The Return of the Obra Dinn. Après Papers Please, il était évident d’attendre la prochaine création de Lucas Pope. Obra Dinn s’éloigne de la période et pays et d’Arstotzka pour offrir une toute autre expérience, et quelle expérience ! Sorte d’énorme Cluedo où l’on doit enquêter sur les circonstances de la mystérieuse disparition d’un équipage, le titre s’avère d’une fraîcheur sans nom, que cela soit pour ses graphismes monochromes qui semblent tout droit issus d’un vieil ordinateur, son gameplay simple à prendre en main mais qui demandera beaucoup (mais alors beaucoup) de réflexion et un brin de culture générale, et son ambiance à couper le souffle grâce à une bande-son envoûtante et parfois pesante et surtout une mise en scène diablement orchestrée. Une nouvelle réussite pour le développeur pour une enquête qui m’a hanté pendant des semaines, et dont je n’ai pas encore vu le bout.

Dans une note à nouveau plus colorée mais en tout point addictive, quelques heures ont pas mal tournées autour de Tetris, avec pas mal de Tetris 99, du visionnage du Classic Tetris World Championship, et surtout, beaucoup de Tetris Effect. Pour ce dernier, la recette originelle ne change pas, mais l’habillage et les petits ajustements apportés par l’équipe derrière Rez, avec une grosse influence de la musique et différents plateaux aux graphismes plus ou moins psychédéliques ou planants (à la manière de Lumines), offrent à cet ancestral jeu de réflexion une excellente et inédite touche, pour un voyage plutôt inoubliable dans son mode homonyme, ainsi que pas mal d’autres modes de jeux plus classiques, dont un, particulièrement diabolique, proche d’un Grand Master. Terriblement simple et génial donc, dont il me tarde de tester la version en réalité virtuelle, ce qui devrait se faire sous peu.

J’ai ensuite pas mal passé de temps sur Octahedron, petite perle que j’avais découvert au travers d’une des musiciennes chiptune qui a signé une partie de la bande-son. Là encore, mais c’est bien la dernière fois, je ne reviendrais pas trop sur ce que j’ai pu déjà en dire : c’est frais, bien designé, addictif, avec beaucoup mais alors beaucoup de challenge, et le tout est enrobé dans un univers rétro futuriste du plus bel effet. Et puisqu’on est dans le plus ou moins rétro, parlons de Blue Stinger ! Celui-là m’a fait de l’œil depuis sa sortie originelle sur Dreamcast, mais je n’ai jamais pris le temps de le parcourir, à tort ? C’est dans le cadre de la rubrique faisons les survival-horrors à deux comme ça on aura moins peur, je veux dire Survivance avec l’ami Vidok, que j’ai pu combler ce manque, et on peut dire nos avis divergent sur ce titre des plus singuliers. Certes, je ne vais pas contredire qu’il n’est pas toujours particulièrement maniable et que les allers retours sont un brin longuets, mais Blue Stinger a été suffisamment bien pensé au niveau de son gamedesign pour qu’il reste aujourd’hui un titre encore agréable à parcourir, en plus de proposer une ambiance décalée et une histoire pas des mieux écrites mais assez drôle pour qu’on s’y attarde, surtout avec son héros un peu boulet. Bref, j’ai été hypé durant tout le jeu, et je le referais avec un plaisir non négligeable !

La lecture de mes anciens bilans laisse penser que cela fait bien (trop) longtemps que je suis sur la série des Ys, ce qui est vrai, et Memories of Celestia aura fait les frais d’un double recommencement, ayant débuté la version PlayStation Vita pour me tourner finalement, à sa sortie, vers une version PC bien plus fluide et finalement plus pratique à jouer quand on affectionne plus le confort d’un grand écran. Et comme tout Ys, difficile de revenir sur quoi que ce soit de mauvais voir de moyen : une histoire haletante, un système de jeu de dynamique comme à l’accoutumée, un lot de personnages attachants jouables en plus de notre cher Adol Christin, un challenge intéressant et surtout une excellente bande-son. Que demande le peuple ? Que son célèbre héros soit dans Smash Bros. Ultimate ? Non ? C’est raté ? Tant pis alors.

Le peuple (ou du moins une partie) demande en fait du Earth Defense Force ! Fan de la série depuis bien des années, c’était avec une certaine impatience, et non sans avoir passé une centaine d’heures sur l’excellent épisode 4.1, que je me suis plongé dans Earth Defense Force 5 avec plein d’entrain et pour la plupart du temps en coopératif sur les internets pour des parties endiablées à exploser de l’envahisseur à coups de lances roquettes et autres armes futuristes. Et c’est toujours autant un plaisir, toujours aussi idiot, toujours aussi jouissif. EDF quoi. Un opus « retour aux sources » si je puis dire, avec une réutilisation certaine du bestiaire de la seconde itération du jeu, toujours aussi fun, même si les missions étaient moins nombreuses en plus d’être engrangement équilibrées : certaines faisaient en effet juste office de prétextes scénaristiques, tandis que d’autres étaient parfois beaucoup trop longues. Après, si j’ai toujours ma préférence pour le 4.1, bien mieux fichu dans son déroulement (et avec un meilleur hymne… C’est important !), je salue tout de même les évolutions apportées au système de jeu, notamment sur l’obtention d’armes en parallèle sur différentes classes et une augmentation des capacités de celles-ci via une sorte de gain d’expérience.

Enfin, pour conclure ce top, j’ai eu l’idée de me relancer dans la série mythique des Oddworld, avec pour objectif de cette fois-ci d’en boucler l’intégralité des épisodes maintenant qu’ils sont tous disponibles sur des plateformes modernes. Donc autant commencer par le remake du premier épisode, sorti il y a un paquet d’années et qui m’avait laissé le souvenir d’un jeu pas toujours simple, mais terriblement attachant. Pour ce New and Tasty !, difficile de ne pas replonger rapidement dans cet univers si singulier et ses thématiques qui résonnent encore plus en ce moment, mais traités avec un humour noir tout à fait hilarant. Une bien belle version graphiquement, et avec de nombreuses adaptations pour rendre l’expérience plus agréable, avec une difficulté bien présente mais mieux équilibrée… Après, je me suis personnellement pas attaqué au challenge de sauver tous les Mudokons, mais nul doute que là, cela ne sera pas facile.


Le temps et l’esprit devraient davantage être présents en 2020 (ou pas), il serait donc intéressant de tenter de rattraper ce qui n’a pas été fait l’année dernière, et je note précisément cinq titres majeurs que je me dois personnellement de rattraper, à savoir Astral Chain, Metal Wolf Chaos XD, Chocobo’s Mystery Dungeon Every Buddy!, Earth Defense Force : Iron Rain et Death Stranding, sachant que je suis déjà sur Untitled Goose Game, que j’attendais, mais que j’ai complètement esquivé.

Parmi mes attentes de jeux pas encore sortis, il me vient à l’esprit, dans l’immédiat, Babylon’s Fall, car c’est du Platinum Games, du gros AAA avec The Last of Us 2, Ghost of Tsushima, DOOM Eternal, et le remake de Final Fantasy VII, du calme avec Animal Crossing : New Horizons, du Mystery Dungeon avec Pokémon Donjon Mystère : Équipe de Secours DX (annoncé il y a peu, il est vrai), mais aussi des titres peut être moins majeurs, mais totalement attendus de mon côté, comme le RPG Cris Tales dont la version de démonstration m’avait absolument convaincu, dans une moindre mesure Deadly Premonition 2 même si j’ai quelques doutes sur la qualité du titre, le quatrième épisode de la série des Disaster Report/SOS The Final Escape/Zettai Zetsumei Toshi, qui se voit enfin sortir en dehors du Japon, et enfin Oddworld Soulstorm, qui devrait conclure, d’une belle manière, la « rétrospective » que j’ai prévu de continuer cette année. Et peut-être une avancée sur les Ys, tant qu’on y est ? Et un autre RPG pour pousser ? On verra. Pour le reste, plus particulièrement côté retrogaming, ayant agrégé quelques acquisitions rétros, pas spécialement rares et pas toujours exceptionnelles, notamment sur une WonderSwan sans encore de support pour y jouer, sur PlayStation et Saturn avec beaucoup d’étrangetés, et également un joli lot de productions de Cryo Interactive (et pourquoi pas !), il serait pertinent, je pense, d’en parcourir quelques unes (avec Vidok pour les trucs branchés horreur ?), et pourquoi pas, d’en parler un peu.

Bon jeu, en tout cas, à tous et toutes !

Articles qui pourraient vous intéresser

Bilan de l’année 2019 [Margoth]

Bilan de l'année 2019 [Margoth]

Sans surprise, je vais commencer par le vidéo-ludique dans son volet global. Qu'ai-je retenu de ce qui se tramait ? Un E3 finalement peu enthousiasmant – à quelques exceptions près – avec ses absents et où le leitmotiv tend à présenter de la cinématique, de la cinématique et encore de la...

Bilan de l’année 2019 [Vidok]

Bilan de l'année 2019 [Vidok]

Il est toujours difficile de tirer un trait sur une année entière de jeux vidéo et de se poser la question du bilan. Qu’ai-je retiré de cette année passée ? Le nombre de jeux à sortir tous les mois est désormais colossal, dans toutes les régions. Il n’y a jamais eu autant de localisations de...

Bilan de l’année 2018 [Vidok]

Bilan de l’année 2018 [Vidok]

Année 2018 en dents de scie, puisque j’ai terminé deux fois plus de jeux sur les premiers mois que sur les six suivants. Finalement, ma faculté à jouer moins pendant les projets personnels se révèle une fois de plus ici. Pourtant, je ne me suis pas pour autant éloigné de l’univers Jeux Vidéo. Au contraire même.

S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires