Compte-rendu E3 2019

Compte-rendu E3 2019

Sommaire | Meilleure conférence | Meilleur trailer | Meilleure annonce/surprise | Coup de cœur | Coup de gueule | Avis général

Vidok – Sakuna Of Rice and Ruin

Sakuna a été annoncé à l’E3 2017, autant dire qu’on l’avait presque oublié. Et puis le revoilà sur le devant de la scène. Passé l’information de son équipe rachitique (deux personnes), Sakuna en met tout de même plein les yeux avec sa technique digne d’un titre Vanillaware et son design proche d’un Musashiden. Il n’est pas toujours simple de proposer de la 2,5D, pourtant, ici, le design paraît sublimé par la 3D. Avec ses éléments tout droit inspirés de Harvest Moon – cela aurait-il, justement, attiré Marvelous ? – Sakuna se positionne comme un titre hybridant les jeux d’action, les RPG et le système de gestion d’un Harvest Moon. Une charmante découverte puisque le dernier trailer E3 permet, qui plus est, d’apprendre l’existence d’une version Switch, en complément de celles déjà prévues sur PS4 et PC.


Margoth – Final Fantasy XIV : Shadowbringers

Depuis quelques temps, je me suis mise tranquillement à Final Fantasy XIV. Pas très raisonnable de se pencher sur un truc aussi gargantuesque qu’un MMORPG. Et pourtant, bien que je ne sois encore que sur la première partie du jeu, plus ancienne et donc pas très palpitante vis-à-vis de la narration et mise en scène par rapport aux extensions qui ont clairement amélioré ces aspects, j’avoue y passer un excellent moment. Alors que les MMO, ce n’est vraiment pas mon truc. Pourtant, Final Fantasy XIV réussit à tirer son épingle du jeu : gameplay agréable – y compris à la manette – histoire pas si inintéressante que les joueurs le clament (je pense que le récent serveur Wow Vanilla rappellera qu’en terme de quêtes à la con et de scénario qui décolle lentement, ça se pose là aussi du côté du référentiel du genre), beau en terme de graphismes, d’exploration et de chara-design, didactique comme il faut pour le débutant et du fan-service qui fait plaisir quand on aime la saga. Sans compter que le soft s’avère agréable à découvrir tout seul dans son coin. Bref, ce quatorzième opus ne démérite pas par rapport à un opus entièrement solo et l’on comprend pourquoi beaucoup espèrent voir Naoki Yoshida se charger de Final Fantasy XVI tant il fait du bon boulot depuis qu’il a repris – revu et corrigé même avec la version A Realm Reborn Final Fantasy XIV dont le lancement était apparemment loin d’être convaincant. La conférence Square Enix était l’occasion de présenter le dernier trailer avant la sortie de la troisième et nouvelle extension, Shadowbringers, en juillet. Et même si ce n’était pas grand-chose par rapport à toutes les choses réjouissantes dévoilées durant ses Fan-Fest dédiées, il faut admettre que c’était fichtrement impressionnant. Même si cela semble bien entendu lointain et cryptique pour le non-joueur du jeu. Mais pour celui qui est dedans, même partiellement comme moi, voir arriver un nouveau monde avec de bonnes idées de speech/twists scénaristiques, des nouvelles classes et races provenant directement de l’univers Final Fantasy, ça enchante et motive d’autant plus à avancer et rattraper gentiment son retard.


Ryuzaki57 – Seiken Densetsu III Trials of Mana

Enorme surprise du Nintendo Direct, le remake Trials of Mana m’a véritablement cloué sur place par son aspect graphique impeccable : mignon et suffisamment mature à la fois, détaillé mais qui ne retire rien à l’esprit d’antan, coloré sans faire mal au yeux, c’est vraiment un modèle de come-back pour de très anciens JRPG. La musique aussi, très clairement, fait honneur à la grande époque. Je suis plus réservé sur le gameplay car la carte fait très « couloir » (la ville a l’air splendide, en revanche) et les combats restent un gros point d’interrogation. Cela ne m’empêchera pas de m’y essayer sur PS4 l’an prochain.


Mizakido – Cris Tales

C’est lors du PC Gaming Show (encore lui !) que j’ai découvert, avec une certaine hype, Cris Tales. Développé les studios Syck et Dreams Uncorporated pour le compte de Modus Games, le titre s’annonce sur le papier comme une lettre d’amour aux JRPGs avec pour concept la manipulation du temps, et se présente avec de somptueux visuels fait de dessins mis en aplats pour donner un effet 2.5D des plus frais. Le développeur a eu la bonne idée de mettre à disposition durant l’E3 une démo d’environ une petite heure et ce fût l’occasion de confirmer ce coup de coeur : c’est fort fort joli, l’histoire s’annonce des plus intéressantes avec des personnages attachants (et dialogues entièrement doublés), les musiques entêtantes, et le “gimmick” du temps semble déjà être bien exploité, que ça soit sur la partie narrative où l’on pourra interagir et influencer sur différentes époques, choix cornéliens à l’appui, ou alors dans les combats où l’influence du temps sera la clef de la victoire. Le mieux est encore de tester ça pour se faire une idée. En tout cas, pour moi, je suis déjà conquis. Vivement 2020 !

Articles qui pourraient vous intéresser

Semaine spéciale : Utopiales 2018

Semaine spéciale : Utopiales 2018

la Dix-Neuvième édition des Utopiales se déroulait à Nantes du 31 Octobre au 4 Novembre, au sein de sa cité internationale des congrés. Le format essayé l'année dernière pour suivre les vacances scolaires est finalement reconduit, d'autant que le public a suivi, avec un gain de plus de 8000 personnes, permettant au compteur de franchir la barre des 90 000 visiteurs. Malgré cet engouement croissant et que la cité internationale des congrés ne soit pas extensible, les organisateurs ont presque réussi à pousser les murs en ouvrant de nouvelles salles et un bar au festival.

Compte-rendu E3 2018

Compte-rendu E3 2018

E3 2018, la messe du jeu vidéo internationale a perdu de sa superbe depuis quelques années. Et pourtant, elle continue d'attirer les joueurs du monde entier, soit désormais sur place soit devant leur écran, espérant y découvrir les blockbusters qui habiteront leurs consoles pour l'année à venir...

Stunfest 2018 : Galette-saucisse dans ta face !

Stunfest 2018 : Galette-saucisse dans ta face !

Après s’être accordé une pause d’un an, le Stunfest revient, à Rennes, pour une édition 2018 toujours plus imposante. Le festival breton vise à “à montrer la diversité des cultures vidéoludiques sous toutes leurs formes”. Au-delà du communiqué de presse, il faut y voir un événement familial où les joueurs du monde entier se rencontrent au travers des allées de l’Esplanade Charles de Gaulle de Rennes, que ce soit pour rigoler ou pour s’affronter dans des tournois tout ce qu’il y a de plus officiels.

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des