Toki
Appréciation 2

Remake réussi ? En demi-teinte. Le jeu est bel et bien refait mais il se contente du strict minimum, comme à l’époque. Un peu trop comme à l’époque, peut-être. Le jeu, quant à lui, ne plaira qu’aux fans de par coeur et de scoring, autant dire pas votre serviteur. Heureusement, en 2h, c’est plié. Heureusement

Résumé 2.0 Passable

Toki

Les fans d’Arcade l’attendaient, les badauds se demandaient ce que c’était, un plateformer de la fin des années 80 dans lequel un singe crache des boulettes, des boulettes tel un shoot’em up. Cet étonnant cocktail a tellement pris que de nombreux portages du jeu sont apparus, Atari ST, Amiga, Nes et même sur la Lynx d’Atari. Une nouvelle version, de Sega, est apparue sur Megadrive. L’annonce d’un remake en 2009 a fait l’effet d’une bombe dans les milieux militants quant à la qualité du jeu. Vaporware depuis, Toki a finalement réussi à rajeunir au travers d’une sortie exclusive (en 2018 du moins) à la Nintendo Switch. Il est donc temps pour un néophyte de découvrir les aventures de ce singe pas comme les autres.

Et c’est le moins que l’on puisse dire puisque Toki est en réalité un homme – des cavernes, certes, mais un homme quand même – transformé en primate par l’odieux Vookimedlo tandis que ce dernier en profite, culotté jusqu’au bout – pour kidnapper Miho la promise de Toki. N’écoutant que son courage malgré sa nouvelle apparence, Toki part à la rescousse de sa douce au travers des six environnements qui le sépare de son duel final. Six environnements seulement ? Oui, Toki ne risque pas de vous engloutir beaucoup de soirées, d’’autant que ceux-ci se parcourent en moins de 200 ou 300 secondes (les matheux du fond, n’hésitez pas à faire la conversion en minutes pour les autres). Rappelez-vous : c’est de l’arcade. Le but n’est pas de vous offrir une aventure particulièrement longue, juste de vous retenir un maximum de temps.

Toki se veut donc particulièrement difficile et vous demandera de vous y reprendre un paquet de fois, sur certains passages, avant de connaître par coeur le timing nécessaire à la poursuite du niveau. L’expression à la mode définissant le mieux Toki : Die & Retry. Toki fait partie de ces jeux qui vous demande d’apprendre par coeur les multiples tronçons de jeu afin d’améliorer petit à petit votre progression et par extension votre score. Les ennemis, tous plus vicieux les uns que les autres, nécessitent tous une méthode pour disparaître, à vous de trouver la bonne et réussir à l’appliquer en fonction du moment – naviguer entre plusieurs ennemis demande une rigueur et une justesse assez décourageante. Selon le niveau de difficulté choisi en amont, vous disposerez de plus ou moins de crédits et de plus ou moins de vies au sein de ces crédits. Changer de crédit demande de recommencer le niveau en cours, tandis que perdre une vie ramène au dernier checkpoint. Pas toujours bien choisi du reste, mention spéciale au dernier checkpoint du jeu qui demande de commencer à tirer pendant l’écran de chargement sous peine d’être occis par un ennemi à la dégaine étonnamment rapide.

Les amoureux du scoring seront peut-être ravis de viser toujours plus haut, plus fort, voire d’augmenter le niveau de difficulté pour accrocher à leur mur des trophées un Toki en Difficile. Malheureusement, les autres seront bien déçus de remarquer le manque de générosité de ce remake. Beau, il l’est incontestablement, bien animé, aussi. La maniabilité est parfaite : le héros répond au poil – ce qui est une bonne chose pour un singe – et il serait malhonnête de mettre sur le dos de la manette nos nombreuses chutes. Toutefois, il aurait été appréciable de prolonger le plaisir avec de nouveaux modes de jeu (Time Attack ? Survie ?), des niveaux inédits ou ne serait-ce que des bonus (musée, jukebox, documents d’époque, …), mais pas l’ombre de ce petit plus qui aurait été apprécié. C’est un remake-portage du jeu d’origine, aride sur tous les sujets. Avis aux amateurs.

Le plus grand plaisir, finalement, procuré par Toki, tient dans son édition collector (10 euros de plus qu’à l’accoutumée, voire 2 ou 3 euros de moins pour ceux qui savent chercher) demandant de construire une mini-borne d’arcade à l’effigie du jeu. Parents, sachez qu’il s’agit d’une activité ludique et passionnante à réaliser avec un enfant, en bas âge qui plus est. De plutôt bonne facture une fois montée, elle permet d’insérer la console dedans – tel l’écran – pour nous laisser piloter via joycons ou manette pro au fond d’un canapé – on aurait apprécié d’insérer les joycons à la Nintendo Labo et de jouer à même la borne, mais non. Bon courage en revanche pour la ranger une fois montée et la partie découverte terminée, ainsi que d’expliquer au charmant bambin que Toki n’est pas vraiment un jeu pour lui…

Remake réussi ? En demi-teinte. Le jeu est bel et bien refait mais il se contente du strict minimum, comme à l’époque. Un peu trop comme à l’époque, peut-être. Le jeu, quant à lui, ne plaira qu’aux fans de par coeur et de scoring, autant dire pas votre serviteur. Heureusement, en 2h, c’est plié. Heureusement.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mizakido Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mizakido
Editor

Si le jeu semble correspondre aux attentes des fans de l’original malgré un contenu chiche en bonus et modes inclus dans la cartouche comme tu le précises, je suis étonné de la stratégie de Microïds de ne le sortir (pour le moment) que sur Switch et uniquement en physique. Proposer ce Toki sans le coût de la cartouche et du «  » » »retrollector » » » », sur davantage de plateformes, disons à 20 euros (cf Wonder Boy : The Dragon’s Trap, qui en propose bien bien plus), aurait été peut-être été une idée pas trop idiote…