Nier
Appréciation 5

Nier est un peu le jeu que personne n’attendait. Un héros musculeux, une jeune femme à la tenue aguicheuse et au langage vulgaire, des hectolitres de sang… Les premières informations sur le dernier titre édité par Square Enix ne laissaient pas espérer autre chose qu’un Beat Them All de peu de finesse. Mais comme le résume si bien le slogan accompagnant la sortie du jeu, les apparences sont trompeuses. Il se trouve en effet que Nier est le chant du cygne de cavia, un studio connu dans un petit cercle de joueurs pour l’audace absolue d’une gemme méconnue, Drakengard. Et il se trouve que ces deux jeux partagent un certain héritage, celui de l’expérimentation et des émotions souvent intenses

Résumé 5.0 Extra

Nier

Nier est un peu le jeu que personne n’attendait. Un héros musculeux, une jeune femme à la tenue aguicheuse et au langage vulgaire, des hectolitres de sang… Les premières informations sur le dernier titre édité par Square Enix ne laissaient pas espérer autre chose qu’un Beat Them All de peu de finesse. Mais comme le résume si bien le slogan accompagnant la sortie du jeu, les apparences sont trompeuses. Il se trouve en effet que Nier est le chant du cygne de cavia, un studio connu dans un petit cercle de joueurs pour l’audace absolue d’une gemme méconnue, Drakengard. Et il se trouve que ces deux jeux partagent un certain héritage, celui de l’expérimentation et des émotions souvent intenses.

105 Cold Steel Coffin

Un Tokyo en ruines se réveille un jour d’été 2049 sous une couche de blancheur pourtant typiquement hivernale. Des livres noirs susurrent de tentantes promesses de pouvoir à ceux qui sont prêts à faire le sacrifice de leur âme. Les Ombres, de mystérieuses créatures faites de ténèbres et de sang, attaquent aveuglément tous ceux qu’ils croisent sur leur chemin. Et un homme d’âge mûr protège sa fille atteinte d’une maladie inconnue, un mal qui grave dans sa chair fragile d’énigmatiques runes.

Puis une ellipse de plus d’un millénaire. Le joueur découvre un village médiéval paisible construit sur les ruines d’un monde disparu. En arrière-fond, une chanteuse accompagne de sa voie éthérée une mélodie mélancolique tandis qu’un homme d’âge mûr cherche désespérément un remède pour sa fille atteinte d’une maladie inconnue. En à peine une heure de jeu, Nier a réussi à soulever un nombre considérable de questions. Et autant être franc dès le départ, il n’offrira pas -ou si peu- de réponses. Cavia l’avait déjà démontré avec Drakengard : conter des histoires traditionnelles ne les intéresse pas. Les réponses aux énigmes suscitées par le début du jeu n’ont que peu d’importance. L’histoire est là pour installer une atmosphère de mystère qui met en relief la seule chose qui compte, la seule chose qui est mise au centre de la narration : la lutte d’un père et de ses compagnons pour sauver sa fille. Nier est avant toute autre chose l’histoire de ses personnages, de leurs espoirs et de leurs déceptions, de leurs victoires et de leurs échecs.

C’est un parti-pris qui risque d’en échauder plus d’un. Ainsi, si Nier déborde assurément de scènes fortes et mémorables, sa trame ne suit a priori aucun fil directeur tangible. Notre héros est baladé d’un lieu à un autre sans raison apparente et collecte les mots de pouvoir et les morceaux de clé qu’on lui demande de récupérer sans chercher à comprendre pourquoi. Le simple fait que cette quête incessante ait une chance de délivrer sa fille de sa maladie lui suffit. Mais pas sûr que cette justification très abstraite suffise au joueur et l’encourage à enchaîner les donjons. Pourtant, il existe un véritable fil directeur dans la trame du jeu et une vraie cohérence dans son background. Toutes les explications existent en effet, mais pas au sein du jeu. Pour avoir une idée des tenants et des aboutissants de la trame, il faudra s’intéresser au Grimoire Nier, l’artbook du jeu – uniquement disponible en japonais bien sûr.

Cela ne fait pas de Nier un jeu incomplet pour autant. Cavia reproduit en effet de manière moins radicale le schéma narratif déjà employé dans Drakengard : un jeu qui débordait d’énigmes, qui posait plus facilement des questions qu’il n’apportait de réponses et qui devenait progressivement un kaléidoscope de scènes et de personnages épars reliés les uns aux autres par la démence d’un scénariste a priori en roue libre. Il ressort donc de Nier le même sentiment de flou scénaristique et d’égarement délibéré du joueur dans les méandres d’une trame aux fondements peu clairs. Quelques indices sur la véritable nature de l’histoire existent dans le jeu, mais ils demanderont des trésors d’ingéniosité pour être interprétés correctement. Chacun aura un avis sur le procédé et sur sa pertinence, mais ce dernier affirme clairement l’identité du jeu. Au joueur de choisir : s’accrocher coûte que coûte à sa logique et essayer en vain de décortiquer rationnellement le jeu ou embrasser pleinement ce qu’il est et se laisser emporter. Il est toutefois regrettable que l’existence du Grimoire Nier japonais vienne remettre en cause l’audace de cette démarche radicale en expliquant le tout… en dehors du cadre du jeu.

Mais le cœur du jeu réside davantage dans ses personnages que dans son scénario. La relation entre Nier et sa fille Yonah est bien sûr le moteur de l’intrigue. Traitée de manière subtile et réaliste, elle se révèle bien souvent touchante dans ses développements : le côté extrêmement trivial et ordinaire de ce lien parental crée immédiatement une proximité avec le joueur. Étrangement, le traitement de relations aussi naturelles demeure si rare dans le paysage vidéoludique que Nier pose sa différence, aidé en cela par toute une série de petits détails bien trouvés comme les lettres envoyées par Yonah à son paternel ou les extraits de son journal intime qui apparaissent à l’occasion des temps de chargement. On se surprend donc assez rapidement à ressentir un véritable attachement à l’égard des deux personnages du père et de la fille, attachement qui s’étend rapidement à Devola et Popola, les deux jumelles qui s’occupent de gérer le village natal de Nier et qui cherchent à l’aider autant que possible dans sa quête d’un remède, ainsi qu’aux gens que rencontre Nier au gré de ses voyages, de l’énigmatique Emil au fougueux roi de Façade. C’est d’ailleurs tout un microcosme que développe cavia, les quêtes annexes que les villageois confient à notre héros assurant la double fonction de donner à ce dernier un rôle au sein de la communauté et de faire vivre les villages ainsi que les personnalités qui les peuplent. Même si l’intérêt de ces missions est à géométrie variable et même si elles s’avèrent assez peu intéressantes d’un point de vue ludique en se cantonnant à la collecte d’objets, à l’élimination de monstres et aux livraisons de colis, elles constituent une part non négligeable de l’immersion dans l’univers du jeu et de l’établissement d’une atmosphère caractéristique.

Dans cette imposante galerie de personnages, ceux avec lesquels notre héros passe l’essentiel de son temps resteront ses compagnons de route, Grimoire Weiss et Kainé. Le premier est un grimoire hautain à l’accent typiquement british qui prêtera ses pouvoirs occultes à Nier et qui partagera en permanence avec lui ses perles de sagesse, qu’on le lui ait demandé ou non. La seconde est une jeune guerrière, rejetée par son village, au langage vulgaire et à la tenue très légère, fort douée quand il s’agit de laminer ses ennemis à coups de lame. Inutile de préciser que s’installe entre ces deux-là une relation pour le moins explosive, tout en petites piques et en provocations acides. Il se crée alors une dynamique des plus plaisantes au sein de notre trio de base. Ainsi, Grimoire Weiss ne réservera pas ses remarques désobligeantes qu’à Kainé et n’hésitera pas à faire remarquer à Nier quand ce dernier lui fait perdre trop de temps en aidant tel ou tel villageois. Quant à Kainé, ses rencontres avec d’autres personnages adouciront peu à peu sa façade farouche et lui donneront une dimension plus douce et attentionnée. En un mot comme en cent, nos personnages vivent et changent devant nos yeux à mesure que nous apprenons leurs secrets et ils profitent de l’occasion pour nous faire passer d’une émotion à une autre en retraçant toute la gamme qui mène du rire à la tristesse, et inversement. A coup sûr, les personnages de Nier constituent une des grandes forces du jeu.

Articles qui pourraient vous intéresser

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

Clean Sweep

Clean Sweep

Oh ! Un clone de Pac-Man ! En effet, diriger un personnage au travers d’un labyrinthe à grignoter des billes de couleur et poursuivi par des pinces géantes donne l’impression de déjà vu. Pourtant, GCE - le développeur le plus prolifique sur Vectrex - a tout de même tenté de s'éloigner de...

16
Poster un Commentaire

avatar
2000
4 Comment threads
12 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
LegyptienHyades LuineMizakidoLcedVidok Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sylvain
Invité

Un test très élogieux pour un jeu vraiment bancal je trouve. Si les qualités sont là, et vous les énoncez bien, les défauts prennent vraiment trop le dessus pour que le jeu soit agréable à parcourir.

Après chacun peut y trouver son compte, mais personnellement j’ai été très déçu par Nier.

Vidok
Admin

Je ne suis pas d’accord avec le fait que les défauts prennent le pas sur les qualités. D’ailleurs, comme véritables défauts, mis à part une réalisation technique très moyenne, mais esthétiquement réussie, je ne vois pas trop ce qui gêne. Même dans son gameplay, Nier est plutôt sympa. Ok, des angles de caméra peuvent perturber – comme la quasi totalité des jeux en 3D – mais à part cela, c’est de l’A-RPG classique. Ni fabuleux, ni mauvais. Et Nier s’arrange pour enrober tout cela dans une bande son exceptionnelle, un univers comme on n’en voit pas souvent et juste une… Read more »

Sylvain
Invité

Oui sauf que j’ai adoré Demon’s Souls ! Perso la réalisation je m’en fous un peu. Ce que je reproche à Nier c’est son contenu : – Les dizaines d’allers retours pour l’histoire principale ou les quêtes annexes (inutiles, je regrette de m’être pris la tête à toutes les faire) – Refaire au moins deux fois ou trois chaque donjon, j’ai trouvé ça bien lourd. – Le refaire encore deux fois pour voir toutes les fins (même si le cheminement B vaut le coup). Bref j’ai un peu subit le jeu à cause de ça. D’où ma phrase « les défauts… Read more »

Lced
Membre

Alors moi je l’ai adoré, mais quand j’ai eu une vision globale de l’objet. Je l’ai traversé avec un plaisir, il est vrai, paradoxal par rapport aux défauts qui sautent à la tronche dans les premières heures. Mais quand on comprend le fond de l’histoire, et qu’on voit le scénario et le déroulement avec la bonne perspective, alors là j’ai trouvé l’idée absolument sublime. Comme autre qualité à NieR, j’ai trouvé que malgré son moteur, les cinématiques avaient un cachet extrêmement crédible, qui les rend plus spectaculaires et poignantes que beaucoup de cadors de la mise en scène. Enfin, et… Read more »

Mizakido
Editor

Eh bien, que d’avis partagés. Pour ma part je n’avais pas été spécialement attiré par le jeu à sa sortie, mais l’article et cette divergence m’a donné envie de tester par moi même :D

J’ai une question par contre. Il n’y avait pas deux versions de ce jeu? Un avec le héros body-buildé et un autre avec un protagoniste plus androgyne?

Vidok
Admin

Si, Replicant. Où le héros et la fille ne sont donc plus père et fille mais frère et soeur. Dispo uniquement au Japon sur Playstation 3. A moins que Hyades ne s’y lance, j’en parlerais peut-être un de ces jours.

Legyptien
Invité
Legyptien

Salut à toi Zeus, ça fait toujours plaisir de retrouver du monde ^^ Bon Hyades tu sais que j’adore cette critique, et que malgré des défauts bien réels Nier est le jeu qui m’a le plus marqué ces dernières années. Il a vraiment une aura spécial, avec par exemple son ost, un joli traitement de la relation entre nier et yonah, des combats contre les boss tripants, et puis Kaine quoi ^^

Sylvain
Invité

Oh ! Salut toi :D