Nier
Appréciation 5

Nier est un peu le jeu que personne n’attendait. Un héros musculeux, une jeune femme à la tenue aguicheuse et au langage vulgaire, des hectolitres de sang… Les premières informations sur le dernier titre édité par Square Enix ne laissaient pas espérer autre chose qu’un Beat Them All de peu de finesse. Mais comme le résume si bien le slogan accompagnant la sortie du jeu, les apparences sont trompeuses. Il se trouve en effet que Nier est le chant du cygne de cavia, un studio connu dans un petit cercle de joueurs pour l’audace absolue d’une gemme méconnue, Drakengard. Et il se trouve que ces deux jeux partagent un certain héritage, celui de l’expérimentation et des émotions souvent intenses

Résumé 5.0 Extra

Nier

Nier est un peu le jeu que personne n’attendait. Un héros musculeux, une jeune femme à la tenue aguicheuse et au langage vulgaire, des hectolitres de sang… Les premières informations sur le dernier titre édité par Square Enix ne laissaient pas espérer autre chose qu’un Beat Them All de peu de finesse. Mais comme le résume si bien le slogan accompagnant la sortie du jeu, les apparences sont trompeuses. Il se trouve en effet que Nier est le chant du cygne de cavia, un studio connu dans un petit cercle de joueurs pour l’audace absolue d’une gemme méconnue, Drakengard. Et il se trouve que ces deux jeux partagent un certain héritage, celui de l’expérimentation et des émotions souvent intenses.

105 Cold Steel Coffin

Un Tokyo en ruines se réveille un jour d’été 2049 sous une couche de blancheur pourtant typiquement hivernale. Des livres noirs susurrent de tentantes promesses de pouvoir à ceux qui sont prêts à faire le sacrifice de leur âme. Les Ombres, de mystérieuses créatures faites de ténèbres et de sang, attaquent aveuglément tous ceux qu’ils croisent sur leur chemin. Et un homme d’âge mûr protège sa fille atteinte d’une maladie inconnue, un mal qui grave dans sa chair fragile d’énigmatiques runes.

Puis une ellipse de plus d’un millénaire. Le joueur découvre un village médiéval paisible construit sur les ruines d’un monde disparu. En arrière-fond, une chanteuse accompagne de sa voie éthérée une mélodie mélancolique tandis qu’un homme d’âge mûr cherche désespérément un remède pour sa fille atteinte d’une maladie inconnue. En à peine une heure de jeu, Nier a réussi à soulever un nombre considérable de questions. Et autant être franc dès le départ, il n’offrira pas -ou si peu- de réponses. Cavia l’avait déjà démontré avec Drakengard : conter des histoires traditionnelles ne les intéresse pas. Les réponses aux énigmes suscitées par le début du jeu n’ont que peu d’importance. L’histoire est là pour installer une atmosphère de mystère qui met en relief la seule chose qui compte, la seule chose qui est mise au centre de la narration : la lutte d’un père et de ses compagnons pour sauver sa fille. Nier est avant toute autre chose l’histoire de ses personnages, de leurs espoirs et de leurs déceptions, de leurs victoires et de leurs échecs.

C’est un parti-pris qui risque d’en échauder plus d’un. Ainsi, si Nier déborde assurément de scènes fortes et mémorables, sa trame ne suit a priori aucun fil directeur tangible. Notre héros est baladé d’un lieu à un autre sans raison apparente et collecte les mots de pouvoir et les morceaux de clé qu’on lui demande de récupérer sans chercher à comprendre pourquoi. Le simple fait que cette quête incessante ait une chance de délivrer sa fille de sa maladie lui suffit. Mais pas sûr que cette justification très abstraite suffise au joueur et l’encourage à enchaîner les donjons. Pourtant, il existe un véritable fil directeur dans la trame du jeu et une vraie cohérence dans son background. Toutes les explications existent en effet, mais pas au sein du jeu. Pour avoir une idée des tenants et des aboutissants de la trame, il faudra s’intéresser au Grimoire Nier, l’artbook du jeu – uniquement disponible en japonais bien sûr.

Cela ne fait pas de Nier un jeu incomplet pour autant. Cavia reproduit en effet de manière moins radicale le schéma narratif déjà employé dans Drakengard : un jeu qui débordait d’énigmes, qui posait plus facilement des questions qu’il n’apportait de réponses et qui devenait progressivement un kaléidoscope de scènes et de personnages épars reliés les uns aux autres par la démence d’un scénariste a priori en roue libre. Il ressort donc de Nier le même sentiment de flou scénaristique et d’égarement délibéré du joueur dans les méandres d’une trame aux fondements peu clairs. Quelques indices sur la véritable nature de l’histoire existent dans le jeu, mais ils demanderont des trésors d’ingéniosité pour être interprétés correctement. Chacun aura un avis sur le procédé et sur sa pertinence, mais ce dernier affirme clairement l’identité du jeu. Au joueur de choisir : s’accrocher coûte que coûte à sa logique et essayer en vain de décortiquer rationnellement le jeu ou embrasser pleinement ce qu’il est et se laisser emporter. Il est toutefois regrettable que l’existence du Grimoire Nier japonais vienne remettre en cause l’audace de cette démarche radicale en expliquant le tout… en dehors du cadre du jeu.

Mais le cœur du jeu réside davantage dans ses personnages que dans son scénario. La relation entre Nier et sa fille Yonah est bien sûr le moteur de l’intrigue. Traitée de manière subtile et réaliste, elle se révèle bien souvent touchante dans ses développements : le côté extrêmement trivial et ordinaire de ce lien parental crée immédiatement une proximité avec le joueur. Étrangement, le traitement de relations aussi naturelles demeure si rare dans le paysage vidéoludique que Nier pose sa différence, aidé en cela par toute une série de petits détails bien trouvés comme les lettres envoyées par Yonah à son paternel ou les extraits de son journal intime qui apparaissent à l’occasion des temps de chargement. On se surprend donc assez rapidement à ressentir un véritable attachement à l’égard des deux personnages du père et de la fille, attachement qui s’étend rapidement à Devola et Popola, les deux jumelles qui s’occupent de gérer le village natal de Nier et qui cherchent à l’aider autant que possible dans sa quête d’un remède, ainsi qu’aux gens que rencontre Nier au gré de ses voyages, de l’énigmatique Emil au fougueux roi de Façade. C’est d’ailleurs tout un microcosme que développe cavia, les quêtes annexes que les villageois confient à notre héros assurant la double fonction de donner à ce dernier un rôle au sein de la communauté et de faire vivre les villages ainsi que les personnalités qui les peuplent. Même si l’intérêt de ces missions est à géométrie variable et même si elles s’avèrent assez peu intéressantes d’un point de vue ludique en se cantonnant à la collecte d’objets, à l’élimination de monstres et aux livraisons de colis, elles constituent une part non négligeable de l’immersion dans l’univers du jeu et de l’établissement d’une atmosphère caractéristique.

Dans cette imposante galerie de personnages, ceux avec lesquels notre héros passe l’essentiel de son temps resteront ses compagnons de route, Grimoire Weiss et Kainé. Le premier est un grimoire hautain à l’accent typiquement british qui prêtera ses pouvoirs occultes à Nier et qui partagera en permanence avec lui ses perles de sagesse, qu’on le lui ait demandé ou non. La seconde est une jeune guerrière, rejetée par son village, au langage vulgaire et à la tenue très légère, fort douée quand il s’agit de laminer ses ennemis à coups de lame. Inutile de préciser que s’installe entre ces deux-là une relation pour le moins explosive, tout en petites piques et en provocations acides. Il se crée alors une dynamique des plus plaisantes au sein de notre trio de base. Ainsi, Grimoire Weiss ne réservera pas ses remarques désobligeantes qu’à Kainé et n’hésitera pas à faire remarquer à Nier quand ce dernier lui fait perdre trop de temps en aidant tel ou tel villageois. Quant à Kainé, ses rencontres avec d’autres personnages adouciront peu à peu sa façade farouche et lui donneront une dimension plus douce et attentionnée. En un mot comme en cent, nos personnages vivent et changent devant nos yeux à mesure que nous apprenons leurs secrets et ils profitent de l’occasion pour nous faire passer d’une émotion à une autre en retraçant toute la gamme qui mène du rire à la tristesse, et inversement. A coup sûr, les personnages de Nier constituent une des grandes forces du jeu.

Shadowlord

L’univers de Nier ne manque pas non plus de caractère, d’une nature cette fois plus mélancolique. Le joueur sent bien qu’il évolue dans un monde qui se meurt inexorablement. Les ruines du monde passé, qu’il s’agisse de routes, de ponts ou d’éoliennes, dominent des paysages qui sont redevenus sauvages. Des Ombres en maraude s’en prennent aux populations humaines avec une violence qui s’accroît à mesure que progresse l’aventure. Pour autant, le monde de Nier n’est pas dépourvu d’une certaine beauté, malgré un aspect technique aussi peu reluisant que les perspectives d’avenir des personnages dans ce cadre à l’agonie. La gamme des couleurs employée et les effets de lumière utilisés pour mettre en relief les décors confèrent au titre une identité et une atmosphère uniques. Ainsi, le village de Nier semble la plupart du temps recouvert de nuages qui plongent le joueur dans une mélancolie quasi-permanente. Le vent et la brume omniprésents dans l’Aire renforce le côté malsain des lieux, un aspect encore renforcé par la paranoïa des habitants. Et l’âpre contraste entre la profondeur du bleu de la mer qui borde Littoral et les rayons du soleil qui l’écrasent évoquent un charme typiquement méditerranéen.

De plus, cavia a eu la très bonne idée d’utiliser une multitude d’angles de caméra différents qui contribuent à la mise en scène des décors et qui constituent autant de références à telle ou telle légende du jeu vidéo. Ainsi, même si la 3D à la caméra libre reste la norme, il suffit parfois de rentrer dans un bâtiment pour que le jeu passe en vue de profil ou de monter sur un chariot pour qu’une scène soit « filmée » du dessus. Ces variations de points de vue pourtant simples mettent en valeur des petits détails qui donnent de la vie aux décors et sur lesquels une caméra plus libre zapperait sans vergogne. Une excellente idée qui reste cependant trop marginale, et donc sous-exploitée, dans le déroulement du jeu. Quant aux lieux eux-mêmes, même s’ils se révèlent très variés et différents les uns des autres, ils sont malheureusement trop peu nombreux par rapport à la durée de vie du jeu. Sur la longueur, le joueur est contraint à faire des allers-retours et à visiter de nombreuses fois les mêmes donjons.

Autre composante incontournable de l’ambiance si caractéristique de Nier, sa bande-son aux sonorités atypiques touche du doigt la perfection. Issue du double génie du compositeur Keiichi Okabe et de la chanteuse Emi Evans, la musique imprime sa marque vocale, éthérée et mystérieuse au jeu. Qui plus est, cavia emploie son OST avec finesse et talent. Certes la musique souligne toujours à la perfection l’ambiance instaurée par les décors, mais c’est le travail exécuté sur les variations des thèmes en fonction des actions du joueur qui font mouche. Ainsi, les pistes accompagnant la visite des villages se font plus feutrées quand Nier pénètre dans une maison. Et les musiques accompagnant les bossfights utilisent très souvent les mêmes sonorités et les mêmes instruments que les thèmes de donjon qu’ils prolongent, s’il ne s’agit pas tout simplement d’une seule et même mélodie évolutive qui gagne en panache et en intensité pour coller à l’action. Le studio a presque fourni plus d’attention à l’utilisation des pistes qu’à leur composition, ce qui n’est pas peu dire. Il suffit de faire le prologue et de visiter une première fois le village de Nier pour s’en rendre compte. Notons au passage que le doublage anglais du jeu est irréprochable, avec une mention spéciale pour notre trio de base dont les dialogues sonnent agréablement vrai.

Et le gameplay ? Eh bien, le fond n’est pas d’une originalité folle : Nier est à la base un simple Action-RPG. Mais à la base seulement. Aux enchaînements à l’épée classiques s’ajoutent en effet rapidement les pouvoirs occultes accordés à Nier par Grimoire Weiss. La gestion de la caméra devient primordiale lors de l’utilisation de certains pouvoirs : l’action est alors présentée selon un point de vue proche de celui de Nier et il faut alors viser les ennemis manuellement grâce à une cible pour les détruire. Qui plus est, les Ombres peuvent également utiliser des sorts et les boules d’énergie se multiplient rapidement à l’écran, donnant au jeu un indéniable côté Shoot Them Up. Lors des joutes les plus impressionnantes contre les boss, le joueur se retrouve régulièrement plongé dans des tempêtes de projectiles qui donnent à ces combats une dimension presque hypnotique.

Le jeu sait d’ailleurs se montrer particulièrement impressionnant pendant ces duels au sommet, n’hésitant pas à mobiliser (voire à détruire) des arènes d’une taille plus que conséquente, à en mettre plein la vue par le biais d’une mise en scène soignée et à jongler avec les points de vue et les genres, en intercalant par exemple une phase de plate-forme en 2D vue de profil entre deux phases de bourrinage primaire. Ces changements de style interviennent d’ailleurs régulièrement au cours du jeu, ce dernier proposant des variations parfois totalement inattendues. Mais si cette diversité de genres ludiques sait rompre avec régularité la monotonie souvent propre à l’A-RPG, on ne peut que regretter le fait que cavia n’ait pas été assez loin dans son « trip ». Même si le jeu devait garder son identité ludique, ces phases alternatives ont malheureusement un goût de trop peu.

Nier aura finalement été le chant du cygne de cavia, le testament d’un studio capable du meilleur et du pire (souvent dans le même jeu). Nier n’est pas très réussi techniquement et son gameplay n’ambitionne pas de détrôner les spécialistes de l’A-RPG. Il ne se destinait donc que peu à un grand public qui le lui aura bien rendu. Mais parmi les joueurs qui apprécient d’autres éléments comme des personnages touchants, des musiques divines ou une narration parfois audacieuse, nombreux y trouveront sans doute leur compte. Nier est une expérience de jeu à nulle autre pareille qui offre de l’émotion et du plaisir avec générosité et modestie. Même si la mort de cavia ne sera regrettée que par une poignée d’amateurs, le studio aura eu l’élégance de se retirer en nous offrant un très grand jeu pour dernier cadeau. Et ça, c’est la très grande classe.

logo

Articles qui pourraient vous intéresser

Ace Attorney : Phoenix Wright

Ace Attorney : Phoenix Wright

Profitant du remake sur Nintendo DS d'une série qui s'était illustrée originellement sur Gameboy Advance, Capcom s'est décidé à tenté d'habiliter cette série si singulière, attachante et prenante dans nos contrées européennes. Ce premier volet lui offre une belle introduction agrémenté d'une affaire bonus concoctée pour l'occasion qui, même si elle n'est pas dénuée de petits défauts, s'avère indispensable pour la suite de la série. Grand bien avait pris Capcom de tenter sa chance car cette trilogie Phoenix Wright font partie des pépites que l'on se doit de posséder dans sa ludothèque DS si l'on aime les jeux d'aventure/narratif/visual novel. Malheureusement, ses bonnes volontés se sont progressivement effilochées, malgré la présence d'une petite communauté dévouée en France. On espère toujours que l'éditeur revoit sa politique à l'égard de cette saga. En attendant, la sortie de la compilation de la trilogie des trois premiers Phoenix Wright sur toutes les crèmeries de la current gen' est une invitation plus que bienvenue pour que vous la découvriez si vous en aviez fait l'impasse à l'époque. Car même s'il existe des adaptations en anime et en manga, ces dernières s'avèrent autrement plus fades que son pendant vidéo-ludique..

Assault Spy

Assault Spy

Arrivé un peu de nul part et pour l’instant réservé au monde du PC, Assault Spy est au final une excellente surprise. Le travail accompli avec son gameplay assez fou est tout bonnement à saluer, tout comme l’ambiance et la bonne humeur plantés par ses personnages et ses dialogues. Particulièrement grisant, il pourra plaire aux personnes désirant de se faire un très bon petit hack and slash sans prétention aucune..

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon est un voyage extraordinaire. Les sensations procurées en début de partie sont parmi les plus immersives que nous avons eu la chance de vivre ces dernières années dans un jeu vidéo, les parties en extérieur ne sont d’ailleurs pas dénuées d’intérêt et l’histoire est suffisamment intrigante pour nous pousser à avancer. Nous ne pouvons que déplorer la seconde partie de l’aventure, plus convenue, moins intéressante, plus action et aux ressorts scénaristiques plus attendus. Toutefois, il faut saluer la performance pour un si petit studio, qui signe ici, l’air de rien, son premier titre.

16 Commentaires

  1. Sylvain 8 November 2011
    Répondre

    Un test très élogieux pour un jeu vraiment bancal je trouve. Si les qualités sont là, et vous les énoncez bien, les défauts prennent vraiment trop le dessus pour que le jeu soit agréable à parcourir.

    Après chacun peut y trouver son compte, mais personnellement j’ai été très déçu par Nier.

    • Vidok 8 November 2011
      Répondre

      Je ne suis pas d’accord avec le fait que les défauts prennent le pas sur les qualités. D’ailleurs, comme véritables défauts, mis à part une réalisation technique très moyenne, mais esthétiquement réussie, je ne vois pas trop ce qui gêne. Même dans son gameplay, Nier est plutôt sympa. Ok, des angles de caméra peuvent perturber – comme la quasi totalité des jeux en 3D – mais à part cela, c’est de l’A-RPG classique. Ni fabuleux, ni mauvais. Et Nier s’arrange pour enrober tout cela dans une bande son exceptionnelle, un univers comme on n’en voit pas souvent et juste une ambiance singulière. Même si je ne pense être aussi dithyrambique que Hyades sur le sujet, je trouve que Nier s’en sort admirablement bien. A l’image d’un Demon’s Souls : pas parfait techniquement mais l’univers est tellement fascinant que cela amène à avancer.

      • Sylvain 10 November 2011
        Répondre

        Oui sauf que j’ai adoré Demon’s Souls !
        Perso la réalisation je m’en fous un peu. Ce que je reproche à Nier c’est son contenu :
        – Les dizaines d’allers retours pour l’histoire principale ou les quêtes annexes (inutiles, je regrette de m’être pris la tête à toutes les faire)
        – Refaire au moins deux fois ou trois chaque donjon, j’ai trouvé ça bien lourd.
        – Le refaire encore deux fois pour voir toutes les fins (même si le cheminement B vaut le coup).
        Bref j’ai un peu subit le jeu à cause de ça. D’où ma phrase « les défauts prennent vraiment trop le dessus ». Mais c’est perso hein, après les qualités que vous énoncez sont bien là.

    • Hyades Luine 9 November 2011
      Répondre

      Le but de cette critique n’était pas de faire une moyenne pseudo-objective des défauts et des qualités du jeu, beaucoup d’autres tests s’en sont déjà chargés ailleurs ^^.

      Le but, c’était vraiment de retranscrire le ressenti et là-dessus, Nier m’a pris aux tripes. Il n’y a pas beaucoup de jeux qui y arrivent, à peine un ou deux par génération. Final Fantasy 6 et Chrono Trigger sur SNES, Valkyrie Profile et Suikoden 2 sur PS, les deux premiers Shadow Hearts sur PS2. Dans le lot, il y en a plus d’un qui est imparfait au niveau du gameplay et / ou de la technique, mais ça je m’en cogne parce que ce sont des jeux qui proposent ou qui ont proposé en parallèle quelque chose que la concurrence n’offre pas.

      Des jeux qui offrent le nec plus ultra en matière de technique ou de gameplay, il y en a plein. Des jeux qui offrent ce que propose Nier, qu’il s’agisse du jeu sur les genres vidéoludiques, de ses personnages ou de ses petites audaces de narration, il n’y en a qu’un et c’est Nier, même s’il n’est pas totalement maîtrisé. Vu comme ça, mon choix est vite fait ^^.

      • Sylvain 10 November 2011
        Répondre

        Mais je ne critique pas ton test Hyades (coucou au passage :p) !

        Je soutient à fond le fait de partager son enthousiasme (ou sa déception) à propos d’un jeu. Après je partage pas vraiment tout ce que tu dis dans le test, d’où mon message 🙂

        • Hyades Luine 10 November 2011
          Répondre

          Aucun problème, Nier est clairement un jeu clivant. Je voulais juste clarifier la démarche au cas où ^^.

          Sinon, on s’est déjà croisé ?

          • Sylvain 10 November 2011
            Répondre

            Oui sur feu le forum du magazine RolePlayingGame. Mon pseudo c’était Zeus. Ravi de te relire en tout cas :p

            • Hyades Luine 14 November 2011
              Répondre

              Avec le bon pseudo, c’est plus facile. Content de te revoir ^^.

  2. Lced 9 November 2011
    Répondre

    Alors moi je l’ai adoré, mais quand j’ai eu une vision globale de l’objet. Je l’ai traversé avec un plaisir, il est vrai, paradoxal par rapport aux défauts qui sautent à la tronche dans les premières heures. Mais quand on comprend le fond de l’histoire, et qu’on voit le scénario et le déroulement avec la bonne perspective, alors là j’ai trouvé l’idée absolument sublime. Comme autre qualité à NieR, j’ai trouvé que malgré son moteur, les cinématiques avaient un cachet extrêmement crédible, qui les rend plus spectaculaires et poignantes que beaucoup de cadors de la mise en scène.
    Enfin, et c’est là que je vais en surprendre certains, je trouve que la musique est très bien quand je l’écoute à part. Mais il y a bien certaines boucles que j’ai trouvé vite agaçantes dans le jeu (je pense surtout à la zone des machines, et au premier temple avec les voix masculines), au point de parfois baisser significativement le fond musical pour continuer à jouer sans être gêné. Alors que lorsque je prend les même musiques sur mon lecteur MP3, je les trouve effectivement excellentes. Etrange.

  3. Mizakido 9 November 2011
    Répondre

    Eh bien, que d’avis partagés. Pour ma part je n’avais pas été spécialement attiré par le jeu à sa sortie, mais l’article et cette divergence m’a donné envie de tester par moi même 😀

    J’ai une question par contre. Il n’y avait pas deux versions de ce jeu? Un avec le héros body-buildé et un autre avec un protagoniste plus androgyne?

    • Vidok 9 November 2011
      Répondre

      Si, Replicant. Où le héros et la fille ne sont donc plus père et fille mais frère et soeur. Dispo uniquement au Japon sur Playstation 3. A moins que Hyades ne s’y lance, j’en parlerais peut-être un de ces jours.

      • Hyades Luine 9 November 2011
        Répondre

        Le Replicant ne m’intéresse absolument pas ^^. J’entrave que dalle au japonais, je suis plus que lassé des héros adolescents et, surtout, je ne vois pas comment le jeu peut conserver ce qui fait une bonne part de sa spécificité avec une relation frère / sœur vue et revue pour remplacer sa dynamique père / fille atypique. Bref, je te le laisse ^^.

        Donc, je te recommande plutôt la version occidentale Miza, d’autant qu’il semblerait que les deux jeux sont rigoureusement les mêmes en dehors du changement de la relation Nier / Yonah.

        • Mizakido 9 November 2011
          Répondre

          Merci pour la précision! Mais ne t’inquiètes pas, je ne vais pas m’embêter à importer le jeu dans une langue que je ne maitrise absolument pas alors qu’il y a une toute belle version PAL. En plus le style du héros dans Replicant m’attire moins en fait.

  4. Legyptien 13 November 2011
    Répondre

    Salut à toi Zeus, ça fait toujours plaisir de retrouver du monde ^^ Bon Hyades tu sais que j’adore cette critique, et que malgré des défauts bien réels Nier est le jeu qui m’a le plus marqué ces dernières années. Il a vraiment une aura spécial, avec par exemple son ost, un joli traitement de la relation entre nier et yonah, des combats contre les boss tripants, et puis Kaine quoi ^^

    • Hyades Luine 14 November 2011
      Répondre

      Merci la momie, je me sens moins seul ^^. Pareil pour moi, tu sais que je place Nier juste après les deux premiers Shadow Hearts, ce qui veut beaucoup dire quand on me connaît un peu.

    • Sylvain 14 November 2011
      Répondre

      Oh ! Salut toi 😀

Laisser un commentaire