Dr. Franken
Appréciation 3

Dr. Franken sur Game Boy donc. Contrairement à ce que laisse penser son titre écrit un peu partout en lettres gothiques, le jeu ne nous propose pas d’incarner le docteur Frankenstein, mais bien sa création, affectueusement nommé… Franky. Avant de décéder, son maître avait apparemment prévu d’offrir à Franky une compagne pour qu’ils puissent vivre ..

Summary 3.0 Correct

Dr. Franken

gb_dr_franken_cover

Frankenstein, écrit en 1818 par Mary Shelley, est sûrement un des précurseurs de la littérature de science-fiction. Le docteur un peu fou et son monstre incompris ont vu leurs destins portés au cinéma pour des œuvres plus ou moins cultes, mais ont été aussi vus sur nos chères consoles de jeux-vidéo, autres objets incompris de notre siècle. Parmi elles, une petite cartouche de Game Boy sobrement nommée Dr. Franken, sortie en 1992. Créée par MotiveTime, cette mouture nomade n’est pas à confondre avec la version Super Nintendo sortie deux ans plus tard, développée elle aussi par le même studio et dont on retiendra surtout le classicisme d’un jeu de plate-formes avec un héros qui porte des lunettes de soleil et un bermuda.

Dr. Franken sur Game Boy donc. Contrairement à ce que laisse penser son titre écrit un peu partout en lettres gothiques, le jeu ne nous propose pas d’incarner le docteur Frankenstein, mais bien sa création, affectueusement nommé… Franky. Avant de décéder, son maître avait apparemment prévu d’offrir à Franky une compagne pour qu’ils puissent vivre de nombreux jours heureux et pourquoi faire des trucs rigolos avec leurs corps pendant des siècles. Malheureusement Bitsy – c’est son petit prénom – est quelque peu en morceaux… Morceaux joyeusement éparpillés dans l’immense château du scientifique, curieusement infesté de bestioles démoniaques. Pas décidé à rester vieux garçon, Franky se lance à la recherche des fragments de sa bien aimée, mais aussi des éléments pour remettre en marche la célèbre machine à donner la vie.

A la manière d’un Metroid, Dr. Franken propose au joueur d’explorer cet immense château comme bon lui semble, avec pour seule contrainte des portes fermées et des endroits inaccessibles sans avoir auparavant trouvé la bonne clef ou un objet en particulier. Pas question d’évoluer son personnage, Franky est un gaillard assez solide, restera en pyjama (les tenues vestimentaires chez MotiveTime…) tout au long de son aventure et se défendra des assaillants avec des éclairs qui sortent de ses coudes tel Guile de Street Fighter. A noter que les plus imposants ennemis sont invincibles, mais facilement évitables. Cette attaque pourra être échangée par des boules de feu qui reviendront vers notre héros tel un boomerang mais dont l’efficacité reste à prouver tant leur portée est ridicule. Pas vraiment bavard, le jeu ne donnera au début de la partie qu’un bref indice sur la carte et un rapide topo sur la façon de progresser :  un livre trouvé dans des toilettes devra être remis dans une bibliothèque… Logique, mais trouver où utiliser une bouteille d’eau, une poignée de porte ou encore un pied de biche est une autre paire de manches. D’autant plus que rien n’est indiqué quand le bon objet a débloqué quelque chose dans une salle. Tout se fait automatiquement à l’entrée dans une pièce : un trou est apparu dans le sol, un élément du décor a bougé… Au joueur d’être attentif au moindre changement à l’écran et de bien se souvenir des lieux visités et verrouillés.

Il est également assez difficile de naviguer dans le labyrinthe château étant donné que les développeurs ont choisi de le concevoir sur plusieurs plans. Tentative d’explication. Outres les classiques accès aux bords gauche et droit de l’écran et les trous/escaliers qui permettent de changer d’étage, on pourra également accéder aux pièces qui sont en premier plan via les indications « EXIT », ou en arrière plan en empruntant des portes visibles au fond du décor. Déroutante idée pour un jeu en 2D qui se déroule en vue de côté. Une carte est bien là pour se repérer dans ce fourbis, mais contrairement à un Metroid ou aux récents Castlevania en 2D, celle-ci est déjà complétée, et surtout représente le château en vue de dessus (logique cela dit), ce qui peut rendre l’exploration encore plus confuse. Loin d’être impossible, la conception du château demandera un certain temps d’adaptation, du moins autant que pour contrôler Franky : raide et un brin pataud, le faire sauter sur certaines plate-formes demandera de la patience, et on finira souvent les pieds dans des piques ou à transpercer un ennemi qui s’en donnera à cœur joie pour bouffer votre barre d’énergie.

Mais Dr. Franken n’est pas à jeter, loin de là. Les plus acharnés y trouveront un challenge assez corsé, conséquence il est vrai des éléments cités ci-dessus. Retrouver tout les morceaux de Bisty n’est pas si inintéressant que cela, et demandera une poignée d’heures facilement répartissables avec les mots de passes proposés à tout moment par la cartouche. Le jeu s’habille de graphismes impressionnants pour une Game Boy, mais aussi d’une ambiance gothique pertinente, véhiculée par les couleurs monochromes de la console et les musiques reprises de grandes œuvres du classique. On retrouvera en effet un extrait du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach (le BWV 847 pour les connaisseurs), et la célèbre Sonate au Clair de Lune de Ludwig van Beethoven. Des reprises en 8bit majeur natürlich, assez agréables à écouter… Si seulement ce n’étaient pas les deux seules compositions du jeu. Si la première ne sera audible qu’au début et à la fin de l’aventure, on devra écouter en boucle la seconde jusqu’à saturation personnelle ou environnementale. Couper le son et mettre du véritable classique, de préférence sombre et grave, est également une bonne solution. Culturelle en plus.

 

Related posts

Persona 5

Persona 5

Persona 5, c’est 134 heures, autrement dit le jeu solo le plus long de ma carrière. Plus fort encore, c’est 134 heures sans une seule seconde de durée de vie artificielle, car les nombreux raccourcis prémunissent contre la perte de temps. 134 heures de jeu pleines, passionnantes, avec à chaque instant un éventail de possibilités et un rythme qui force l’admiration. Persona 5 est un JRPG comme on en voit pas tous les ans.

Day Of The Tentacle Remastered

Day Of The Tentacle Remastered

En 1993, Day Of The Tentacle était une petite perle. 2016, force est de constater qu'il est toujours aussi attachant et monumental. Grâce au bon coup de polish institué par un Double Fine plein d'amour, il n'y a plus d'excuse pour que tous ceux aimant le point'n click ne s'y (re)mettent pas. Belle refonte graphique, belle mise à jour du gameplay beaucoup moins fastidieux que la monture originelle sans compter la présence de l'intégralité de Maniac Mansion (version d'antan) permettant de se targuer de l'argument de deux jeux en un. Day Of The Tentacle Remastered se révèle toujours aussi pimpant et s'accordera à tout type de profil, que ce soit le vieux fan que le joueur plus jeune désireux de défricher des reliques d'époque en occultant tous les aspects rébarbatifs de l'exercice.

Tales of Berseria

Tales of Berseria

Un Tales of toujours passionnant à suivre malgré une histoire principale sans sophistication. La structure du scénario, la mise en scène, les personnages et les quêtes annexes viennent compléter l’expérience de manière efficace si bien qu’on ne compte plus les heures de jeu. Pour autant, je le mettrais un chouïa en-dessous de Tales of Zestiria ou des Xillia car son système de combat est perfectible et son exploration moins captivante.

1 Comment

  1. lunille 4 July 2016
    Répondre

    coucou!!moi aussi j’aime beaucoup ce jeu.Je l’ai eu à l’âge de 7 ans.Mais très honnêtement je trouve ce jeu très difficil!Si jamais un joueur pouvait me donner ses codes ca me ferait extremement plaisir car je n’ai jamais vu la fin du jeu!!A bientôt!! :bye:

Leave a comment

:|: :wink: :twisted: :sweat: :roll: :roll2: :oops: :o: :nerd: :napo: :mrgreen: :love: :love2: :lol: :jap: :idea: :happy: :fou: :evil: :cry: :bye: :book: :baby: :arrow: :?: :/: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)