Final Fantasy VII Remake

Final Fantasy VII Remake

Aux termes de soixante-dix à quatre vingts heures de jeu, difficile de ne pas sortir de cette aventure indemne. Fruit de plusieurs années de travail intensif, Final Fantasy VII Remake est le résultat d’un amour immodéré pour l’oeuvre de base, que ce soit par les fans – qui ont semble-t-il fait suffisamment pression pour l’avoir – et par les développeurs – qui ont respecté le matériau de base plus que de raison. Plus encore que la réalisation, FFVII Remake bouleverse dans ses personnages tellement travaillés, dans son univers qui s’annonce modifié et dans sa bande son absolument grandiose. Cette première partie est désormais entre nos mains. La controversée dernière heure de jeu ne nous fera certainement pas tous et toutes attendre la suite de la même façon. Square Enix s’est donnée les armes pour affronter à la fois les nostalgiques et les nouveaux arrivants, difficile de lui reprocher au vu du résultat atteint. Ajoutons à cela un système de combat à la pointe et un scénario d’une tristesse et d’une mélancolie à la fois fascinantes et difficiles à quitter, Final Fantasy VII Remake s’octroie une place de choix parmi les meilleurs RPG du support

Boulette Time #9 : Le revival du multi ?

Boulette Time #9 : Le revival du multi ?

Nous revoilà ! Après plusieurs mois d’absence, entre les congés, les bébés et les mariages, l’équipe de Boulette Time revient pour aborder le sujet du multijoueur. Multijoueur qui reviendrait en force selon certains, qui serait toujours moins présent pour d’autres. Serait-ce la faute du online ? De l’e-sport ? Des joueurs ? Des éditeurs ? ..

Final Fantasy VII : Advent Children

Final Fantasy VII : Advent Children

Conception : Square Enix Distribution : Sony Computer Entertainment Format : Blu-Ray, DVD, UMD Durée : Normale -> 1h40 | Complete -> 2h06 Avant-première japonaise de FFVII AC : 8 septembre 2005 Sortie américaine de FFVII AC édtion DVD : 13 septembre 2005 Sortie japonaise de FFVII AC édition UMD : 14 septembre 2005 Sortie ..

Final Fantasy VII

Final Fantasy VII

Final Fantasy VII est attaché à son statut de jeu mythique et, pour bon nombre de joueurs y compris la rédaction d’Archaic, constitue une expérience marquante à plus d’un titre. C’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, notre fine équipe n’a pu s’empêcher à s’adonner au petit jeu du « Si je devais me souvenir… ». Et ..

Final Fantasy VII

Final Fantasy VII

Final Fantasy VII jouit d’une qualité excellente dans des domaines majeurs (histoire, bande-son, et surtout gameplay). On pourra lui reprocher certains manquements… Mais il ne s’agit là que de pacotilles à côté de l’expérience enivrante qu’il propose. Ce sont peut-être aussi ses imperfections qui le rendent si attachant. S’il a moins bien vieilli dans la forme que les Final Fantasy VIII et IX, et s’il n’égale probablement pas son illustre prédécesseur, il s’impose tout de même comme une figure incontournable du RPG !

Final Fantasy VIII : Musiques et dérivés

Final Fantasy VIII : Musiques et dérivés

Mais le souci qui se pose, c’est que l’exercice de l’OST est bien plus complexe qu’un support intégralement musical. Casse-gueule et se basant bien au-delà de la simple perception sonore. Certes, j’avais bien écrit sur l’OST d’Of Orcs And Men lors de la semaine spéciale qui lui était dédié. Mais l’acte avait été simplifié par ..

Fairy Fencer F

Fairy Fencer F

Extrêmement agréable à parcourir grâce à un système de combat bien pensé et à un humour japonais comme on l’aime, il semble manquer d’ambition pour aller plus loin, plus fort. La faute à une plastique très classique et un scénario assez convenu à quelques rebondissements près. Un bon premier titre pour Galapagos RPG qui doit amener tout de même plus de risques. Le J-RPG c’est Fairy Fencer F, mais pas que

Edito #23 : Archaic v3 est arrivée !

Edito #23 : Archaic v3 est arrivée !

Bonjour à tous, En cette fin septembre digne des meilleurs étés, Archaic fait peau neuve. Les habitués s’attendaient peut-être à voir une nouvelle façade à l’occasion des 4 ans du site, la précédente version, la v2, ayant ponctué les 2 ans. Surprise ! Sur un coup de tête, nous avons voulu redonner un coup de ..

The Last Story

The Last Story

The Last Story est loin d’être parfait, c’est évident. Son scénario, bien que travaillé, n’en reste pas moins classique et tarde quelque peu à prendre son envol – la fin est en revanche mémorable. Sa réalisation technique – et technique uniquement – est clairement dépassée, le dénonçant comme un beau jeu Playstation 2, mais sur Wii. Choix financier et stratégique, ceci se transforme en tare dès que l’on pose les yeux dessus. Les ralentissements vont faire craquer les plus impatients, les obligeant parfois à recharger le dernier point de sauvegarde en raison d’un Game Over non mérité. Et le tout se boucle en peu de temps, juste ce qu’il faut pour développer un minimum l’histoire et la boucler dans la foulée. Certes, ces défauts ne sont pas négligeables. Mais comment ne pas être touché par la passion dont transpire The Last Story. Le souci du détail est l’expression toute désignée pour la ville de Ruli : tout y est pensé. La qualité du système de combat laisse pantois, presqu’autant que l’ambiance familiale distillée. Encore une fois, l’émotion prime dans le récit des aventures d’Elza. Peut-être que seuls les plus sensibles peuvent être atteints. En attendant, rares sont les softs à être si généreux envers le joueur. Sous ses allures techniques de petit jeu, sous ses allures logiques de blockbuster, se cache une œuvre passionnée, peaufinée et sincère. Et rien que pour cela, il mérite de tourner dans votre Wii

Lost Odyssey

Lost Odyssey

Malgré la jeunesse de Feelplus, leur savoir-faire est bel et bien là, sans compter sur le chaperonnage de Mistwalker. Lost Odyssey accumule peut-être les bourdes de jeunesse (graphismes inégaux, temps de chargement à déterrer un mort, maladresse de narration par instant), il n’en reste pas moins l’une des meilleures aventures du genre de ces dernières années tous supports confondus. Et vu l’excellence de la dernière génération de RPG, ce n’est pas rien. Sakaguchi a pour ainsi dire réussi son pari et donné une petite leçon à beaucoup de concurrents. La question qui demeure maintenant dans toutes les têtes : une suite ou pas ? Ceux qui auront fini le jeu espéreront que non – l’aventure se suffisant à elle-même – mais les lois du marketing étant ce qu’elles sont, tout est à envisager… Pour l’heure, nous avons Lost Odyssey et c’est déjà beaucoup.