Death End re;Quest

Death End re;Quest

Death end re;Quest garde cette volonté d’innover propre aux jeux de Galapagos RPG, et cette fois l’exécution est un peu meilleure. Cependant, les petits moyens mis en œuvre l’empêchent d’être l’expérience narrative visée. Un RPG néanmoins accrocheur par son scénario mystique, et doté d’un design original et d’un système de combat qui l’est encore plus. Il faut cependant pas mal de patience étant donnée le progression linéaire et souvent laborieuse

World Of Final Fantasy

World Of Final Fantasy

Qui n’a jamais rêvé d’un Pokémon où l’on capturait des Pampas, des Mogs ou des Tomberrys ? Pour tous ceux qui ont eu ce genre de fantasme, nul doute que World Of Final Fantasy est fait pour eux. La fièvre de la collectionnite et du farm de l’infini chère au Pokémon-like est bel et bien présente, tout en se détachant assez de son modèle pour ne pas donner une l’impression d’en être une mauvaise copie. Le jeu aura de quoi faire passer de belles heures au fan de Final Fantasy non-allergique au design chibi qui n’aura de cesse de s’extasier du fan-service de bon ton omniprésent au sein de Grymoire. Même s’il s’énervera de la mauvaise narration de l’histoire principale, l’empêchant de considérer le titre autrement que comme un petit à-côté aussi divertissant que sympathique. A privilégier sur Playstation 4, PC, voire la future version Switch si elle est bien adaptée, pour des conditions de jeu optimales, sans ralentissements intempestifs.

Sword Art Online Fatal Bullet

Sword Art Online Fatal Bullet

Sorte de The Division typé anime, Sword Art Online Fatal Bullet apporte à la fois un gameplay TPS prenant et une bonne richesse de jeu comme de contenu malgré une partie multijoueur sans relief. Seulement voilà, le fan de Sword Art Online pourra être perplexe étant donné le point de vue très distant adopté par ce titre. On ira pas jusqu’à dire que le jeu est impersonnel, mais il y avait sûrement moyen de restituer mieux la passion de l’original au lieu de faire de l’originalité à tout prix. Il reste toutefois un épisode qui assume bien son style et pourra satisfaire les mordus de japanimation même sans apporter l’immersion du premier

Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

Même si on pourra peut-être bouder de ne pas avoir vu sortir par chez nous la version DS, il n’y a pas forcément besoin de trop faire la fine bouche pour autant. Au vu du contexte du marché à ce moment-là, voir Namco Bandai se charger de faire sortir Ni No Kuni sur Playstation 3 était déjà un beau geste en soi, d’autant plus qu’il n’a pas lésiné sur les moyens afin d’offrir une localisation à la hauteur de ce qu’est le jeu : agréable manette en main, même s’il n’invente rien et propice à tout l’émerveillement et l’onirisme propre à Ghibli qui a parfaitement trouvé sa place au sein du projet et adapter sa patte au format vidéo-ludique.

Nights of Azure 2

Nights of Azure 2

Gust a eu beau le repousser de huit mois, rien n’y fait. Appauvri sur le plan du gameplay et souffrant d’une narration sans substance, Nights of Azure 2 ne transforme pas l’essai. En sortant un jeu aussi peu abouti, qui rejette les qualités du premier sans apporter des innovations fortes, Gust et KoeiTecmo portent un coup d’arrêt très net à une licence prometteuse. L’éditeur et sa filiale doivent revoir la façon avec laquelle ils travaillent, il serait dommage que Atelier Lidy & Soeur pâtisse d’un développement aussi chaotique

Paris Games Week 2017

Paris Games Week 2017

En 2017, le salon parisien cherche à trouver sa voie. Ne profitant pas vraiment cette fois de l’effet conférence (le show de Sony étant une nouvelle fois sans relief), c’est dans les allées que la Paris Games Week s’emploie à se faire une vraie place parmi les grands salons internationaux. A 10h (donc bien après ..

Blue Reflection

Blue Reflection

Dans l’absolu, Blue Reflection est un RPG très moyen. Voilà ce qui arrive quand l’artiste prend le pas sur le producteur : le jeu est plutôt contemplatif, pas formidablement bien écrit et inégal dans son expérience de jeu. Et le fait que KoeiTecmo n’aie pas véritablement investi dedans n’aide pas. C’est en fait comme une galerie d’art : on aimera à certains endroits, sans vraiment s’attarder sur les autres. Pour ma part, je suis ressorti satisfait de ce jeu car la claque graphique et artistique était bien là, donc je verrais plutôt le verre à moitié plein

Accel World vs Sword Art Online Millenium Twilight

Accel World vs Sword Art Online Millenium Twilight

Sans être la révolution nécessaire pour que Sword Art Online en jeu vidéo soit digne (par exemple) du film, Accel World vs Sword Art Online corrige une partie des gros défauts accumulés ces deux dernières années. L’aspect cross-over est également réussi avec une variété de gameplay renforcée et un univers divertissant. Un jeu toujours assez peu immersif mais cette fois correct pour que les fans puissent en avoir pour leur argent

Persona 5

Persona 5

Persona 5, c’est 134 heures, autrement dit le jeu solo le plus long de ma carrière. Plus fort encore, c’est 134 heures sans une seule seconde de durée de vie artificielle, car les nombreux raccourcis prémunissent contre la perte de temps. 134 heures de jeu pleines, passionnantes, avec à chaque instant un éventail de possibilités et un rythme qui force l’admiration. Persona 5 est un JRPG comme on en voit pas tous les ans

Tales of Berseria

Tales of Berseria

Un Tales of toujours passionnant à suivre malgré une histoire principale sans sophistication. La structure du scénario, la mise en scène, les personnages et les quêtes annexes viennent compléter l’expérience de manière efficace si bien qu’on ne compte plus les heures de jeu. Pour autant, je le mettrais un chouïa en-dessous de Tales of Zestiria ou des Xillia car son système de combat est perfectible et son exploration moins captivante

Star Ocean 5 Integrity and Faithlessness

Star Ocean 5 Integrity and Faithlessness

Mention assez bien pour Star Ocean 5. Un nouvel épisode qui allie beauté, défi et technicité mais pêche par un contenu largement en-deçà des attentes. Un JRPG agréable, mais qui aurait pu être tellement plus sans de bêtes erreurs de game design et plus de temps investi dans le contenu annexe et la mise en scène. Tri-Ace a-t-il vraiment eu carte blanche pour peaufiner son titre ? La réponse à cette question restera hélas probablement perdue dans l’océan d’étoiles…

Grand Kingdom

Grand Kingdom

Un peu trop d’imperfections pour Grand Kingdom qui au final n’a pour lui que son système de combat, rendu très accrocheur par les nombreuses classes, la 2D soignée et une attrayante direction artistique qui fait une remarquable synthèse entre l’ancien et le monderne. Pas vraiment le hit attendu, c’est un tactical-RPG honnête bien que poussif sur bien des aspects