Persona 5

Persona 5

Persona 5, c’est 134 heures, autrement dit le jeu solo le plus long de ma carrière. Plus fort encore, c’est 134 heures sans une seule seconde de durée de vie artificielle, car les nombreux raccourcis prémunissent contre la perte de temps. 134 heures de jeu pleines, passionnantes, avec à chaque instant un éventail de possibilités et un rythme qui force l’admiration. Persona 5 est un JRPG comme on en voit pas tous les ans

aRPiGi n°6 : Juillet 2016

aRPiGi n°6 : Juillet 2016

Bonjour à tous et à toutes, aRPiGi n°6 est arrivé, tout beau, tout chaud, été oblige. A défaut d’avoir pris la parole et l’antenne pour cet E3 2016 en demi-teinte (voir les comptes-rendus sur Archaïc), l’équipe de aRPiGi y revient ici l’espace de quelques minutes, en glissant, évidemment, quelques mots sur la Japan Expo 2016, ..

Virtual Hydlide

Virtual Hydlide

Mais alors… Toutes ces lignes pour dire que nous sommes bien en présence d’un jeu tout moisi ? C’est une question de point de vue, en fait. En effet, à l’instar du le cinéma, il arrive qu’une « oeuvre » soit médiocre voir très mauvaise, mais tellement assumée et réalisée avec un tel niveau de naïveté et de sérieux qu’elle en devient hilarante. Cela peut être le cas pour Virtual Hydlide, même si cela dépend d’indulgence du spectateur qui pourra le considérer comme un nanar à l’ambiance peu ordinaire ou simplement comme une bonne grosse bouse.

Tokyo Mirage Sessions #FE

Tokyo Mirage Sessions #FE

Personnages travaillés à fond, humour mordant, atmosphère enjouée, combats captivants… mais univers minuscule et réalisation en demi-teinte, Tokyo Mirage Sessions #FE est toute l’antithèse de Xenoblade Chronicles X. Si l’arrière-garde conservatrice sera foudroyée à la simple vue de son univers un peu rose et typiquement otaku, il n’en reste pas moins qu’Atlus livre là un JRPG au système de jeu à la fois robuste et complet. Ce n’est peut-être pas le Shin Megami Tensei X Fire Emblem que vous espériez, mais ce qu’il fait, il le fait très bien

Lost Dimension

Lost Dimension

RPG extrêmement novateur à l’ambiance oppressante et au gameplay solide, Lost Dimension mérite vraiment que l’on s’intéresse à lui. Sa richesse tactique et son challenge relevé en font un titre de choix pour les plus stratèges, malgré un système de progression intransigeant

Persona 4 The Golden

Persona 4 The Golden

Persona 4 The Golden est donc un monstre du JRPG, à la durée de vie dépassant allègrement les quatre vingt heures de jeu pour espérer tout achever. Il reste dommage que réussir tous les S.L. au sein d’une même partie ne soit pas à la portée de tout le monde et qu’il faille attendre le New Game +, une soluce sur les genoux, pour tout faire en une seule partie. Quand bien même, cela n’arrive même pas à gâcher le constat général qui veut qu’il s’agit d’un titre absolument incontournable car incroyable de générosité. En tout.

Devil Survivor 2

Devil Survivor 2

Devil Survivor 2, c’est donc un autre Devil Survivor premier du nom, à la fois plus carré au niveau du gameplay et désireux d’utiliser une formule maintenant bien rodée pour explorer d’autres thèmes en conservant une structure familière pour le joueur. Atlus n’en est pas à son coup d’essai en la matière, de la duologie Persona 2 au couple Persona 3 / Persona 4 en passant par les Devil Summoner mettant en scène Raidou Kuzunoha et les Digital Devil Saga. Et si d’autres compagnies que nous ne nommerons pas ici se complaisent dans un recyclage stérile et redondant, Devil Survivor 2 est le fruit d’une longue expérience en matière d’optimisation du travail déjà accompli précédemment. C’est une démarche qui a aussi ses travers : une suite aussi inspirée par son aîné ne pourra que difficilement l’égaler en matière de fraîcheur et d’originalité. Mais une chose est sûre, utilisée avec parcimonie, la méthode est idéale pour accoucher d’excellents jeux. Devil Survivor 2 en est une preuve supplémentaire.

Devil Survivor

Devil Survivor

Pour une série ayant si peu d’expérience en matière de T-RPG, Devil Survivor est une surprenante et incontestable réussite. Et si le jeu brille d’abord par l’atmosphère d’urgence et de tension qui va avec une ambiance de fin du monde vécue par le bas, il parvient également à faire la démonstration qu’on peut conjuguer un scénario cadré, riche et haletant avec une grande liberté de choix qui laisse au joueur beaucoup de latitude. Qui plus est, la substantifique moelle du gameplay si typique des Shin Megami Tensei se conjugue à merveille avec les mécaniques de jeu d’un RPG tactique et en profite même pour atténuer (voire faire disparaître) des défauts et des archaïsmes que la série se traîne comme des boulets depuis bien longtemps. On sent dans Devil Survivor une attention portée au moindre petit détail, le genre de soin qu’on imagine mal un grand studio consacrer à un projet mineur. Atlus le fait. Merci à eux.

Catherine

Catherine

Sous ses allures de jeu appelant à la débauche, Catherine se révèle être un jeu de puzzle très bien conçu et passionnant. Sous couvert de jeu vidéo, il interpelle les joueurs sur leur orientation de vie sans réellement juger. La présence des nombreuses fins montrent bien que l’idée n’est pas de moraliser les joueurs par rapport à une réponse universelle mais plutôt les laisser faire leur choix. Et puis l’exceptionnel esthétisme du jeu, non abordé dans les lignes précédentes mais sautant aux yeux au travers des images, ne saurait trahir le soin apporté à Catherine. Une bien belle prise de risque pour un des jeux les plus étonnants et prenants de l’année 2011

Etrian Odyssey

Etrian Odyssey

Atlus a semble-t-il tout fait pour dégoûter les joueurs de son titre par son immédiate et permanente difficulté. N’espérez pas vous reposer tranquillement dans le donjon, sous peine de devoir reprendre votre sauvegarde dans la minute. Pourtant, les personnes désireuses de s’accrocher et de surmonter cette difficulté, dégressive je le rappelle, découvriront un titre bien plus profond et complet que prévu. Il s’agit en effet d’une aventure où tout est paramétrable, aucune partie n’est identique. Chose suffisamment rare dans les RPG pour être signaler. L’essentiel du titre se résume à faire du levelling à défaut de trouver un scénario recherché. A signaler qu’un code est fourni en fin d’aventure pour commencer Etrian Odyssey II en tenant compte de la première aventure, chose uniquement possible en japonais et américain malheureusement. Etrian Odyssey est bel et bien sorti sous nos latitudes, en français qui plus est, mais pas ses suites. Avis aux amateurs

Baroque

Baroque

Sting a réussi à redonner vie à un de ses titres les plus atypiques. Baroque a su marquer une génération de joueurs l’ayant découvert sur consoles 32 bits et sait aujourd’hui leur offrir une aventure tout simplement inoubliable. Malheureusement, malgré les ajustements de maniabilité et de gameplay, le jeu restera très certainement hermétique à la plupart des joueurs. De par sa difficulté absurde, son univers dérangeant et son principe plus que déroutant, il ne se laisse pas dompter par le premier venu. Difficile donc de le conseiller aux amoureux de RPG n’ayant actuellement pas grand-chose à se mettre sous la dent sur Wii. Baroque doit être un coup de cœur. Soit on accroche, soit on déteste. Il n’y a pas de juste milieu. Et le seul moyen de savoir dans quelle catégorie vous vous situez est de repenser à tout ce qui a été écrit plus haut et à bien regarder les photos voire à re-visionner les vidéos. Et si l’univers vous attire, si vous désirez réellement vous plonger dans ce monde de fous, alors tentez le coup. Vous ne devriez pas le regretter, mais ce n’est à faire qu’à cette sine qua non raison