Rencontre avec Hironobu Sakaguchi

Le jeudi 23 février dernier, se déroulait à la FNAC des Ternes de Paris une rencontre avec M. Hironobu Sakaguchi, emblématique créateur des Final Fantasy et à la tête du studio Mistwalker, en l’honneur de la sortie française de The Last Story.

L’occasion pour nous – Hyades Luine et Vidok, accompagnés par Linanounette – de découvrir ce grand monsieur au cours d’une série de questions/réponses, traduites par Florent Gorges, fondateur d’Omake Books, et préparées par Julien Chièze, animateur de la rencontre et co-fondateur du site Gameblog, puis tirées au hasard de la foule.

Une rencontre fascinante où le monsieur s’amuse à nous révéler quelques détails croustillants sur sa carrière et sur la création de The Last Story. Et notamment tout le pan oublié, Last World. Une entrevue passionnante, et émouvante pour certains d’entre nous, que nous aurions aimé voir continuer encore des heures.

En vous souhaitant une agréable lecture.

Des fois que le nom d’Hironobu Sakaguchi ne vous soit pas familier…

Hironobu Sakaguchi

Producteur et créateur vedette de Squaresoft durant les années 80 et 90, il est célèbre pour avoir sauver l’entreprise de la faillite en 1987 grâce à Final Fantasy. Après de très nombreux succès et jeux tous plus plébiscités les uns que les autres, mais aussi l’échec FF Spirits Within, il quitte Square Enix et fonde deux ans plus tard Mistwalker. Il y produit depuis de nombreux titres dont il réalise principalement la pré-production, sauf pour The Last Story, son dernier bébé en date.

Jeux à son actif : Final Fantasy I à X-2, Chrono Trigger, Blue Dragon, Lost Odyssey, Archaic Sealed Heat, The Last Story, …

1 2 3 4 5 6 Suivant

  1. Franchement, je tire mon chapeau sur ce compte-rendu. Très intéressant, très complet, très instructif. A se demander pourquoi tous les CR d’events ne se présentent pas sous cet aspect complet et instructif (le décor, buffet et le goût du champagne, ça nous avance vachement quand même).

    Bon, par contre, c’est à se demander ce qu’on peut faire de cette paumée qui a osé poser la question interdite. Faut-il la pourchasser dans la nuit avec les fourches traînant dans les vieilles bicoques de jardin ou la brûler vive ? Pas que le côté remake de FFVII me dérange tant que ça (oh que si en fait) mais autant poser la question à la personne concernée par la chose ^^ »

    1. Oui, j’ai préféré me concentrer sur les dires du monsieur… faute de buffet et de champagne…
      Et heureusement qu’il n’y en avait pas d’ailleurs : moins c’est bling bling, mieux c’est. 🙂

      J’aimerais souligner la réponse de M.Sakaguchi à la dernière question, qui bien que totalement à côté de la plaque, a eu le droit à une réponse extrêmement polie et sérieuse. Certes, il était là pour faire de la promo mais je ne suis pas persuadé que d’autres réalisateurs/directeurs/producteurs auraient tenu pareille réponse. ^^

      1. Ouais, ni champagne, ni petits fours, ni places assises d’ailleurs. C’est pas que c’était organisé avec les pieds, mais on n’en était quand même pas trop loin.

        En tous cas, excellent compte-rendu Vidok. Bon, bien sûr pas vraiment de nouveautés par rapport à ce que j’avais déjà entendu du discours de Sakaguchi, mais un travail très sympa de complément et de documentation pour approfondir le truc, à la manière ce que tu avais fait pour l’interview d’Eric Chahi et de Jehanne Rousseau aux Utopiales. Personnellement, j’aime beaucoup la formule : c’est simple, ça reste fidèle à la rencontre, mais tu apportes une valeur ajoutée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *