Sword Art Online Lost Song
Appréciation 2

Rendez-vous manqué pour cette deuxième adaptation de Sword Art Online en jeu vidéo. Techniquement perfectible malgré le soin apporté aux personnages, il perd de surcroît les qualités ludiques et narratives de sa préquelle. Un divertissement assez amer pour les fans de la série

Résumé 2.0 Passable

Sword Art Online Lost Song

SAOLS boxart

Après le succès commercial de Sword Art Online Hollow Fragment, l’attente est grande en ce qui concerne ce Sword Art Online Lost Song qui arrive plein de nouveautés et de promesses. Du moins c’est ce que je croyais…

Sword Art Online Lost Song fait directement suite à Sword Art Online Hollow Fragment, comme Fairy Dance est la continuation de Aincrad. Mais à l’inverse de l’anime, la transition est plus que maladroite car beaucoup trop directe, sans explication aucune de comment Strea et Philia se retrouvent là par exemple. Ce n’est pas le seul problème scénaristique de cette suite puisque l’histoire, originale contrairement au premier, a toutes les peines du monde à décoller. Les nouveaux personnages, la jeune Seven et son garde du corps Sumeragi apparaissent d’ailleurs assez peu, et ne sont jouables qu’après la fin du jeu! (Seven ayant été ajoutée par une update postérieure). Rain, double épéiste comme Kirito, rejoint le groupe à mi-parcours et s’avère mieux intégrée dans la progression. Une bonne chose d’autant plus qu’elle est très agréable à jouer. On ne connait donc les motivations de ce trio qu’à la toute fin, et même là, le côté épique est aux abonnés absent. Sword Art Online Lost Song souffre en somme du même syndrome que Fairy Dance, c’est-à-dire une diminution brutale de la tension narrative par rapport à l’histoire précédente.

Yuki aCela a pour effet d’ajouter de la monotonie à une exploration qui n’en manquait pas vraiment. Le jeu est beau être un open world, il n’y a rien à découvrir : tous les objectifs sont marqués, sans rien avoir à faire à côté que des missions de chasse très classiques pour le compte de la guilde. Le schéma donjon → semi-boss → donjon → boss est désespérément invariable. Les donjons, comme les musiques d’ailleurs, ne trouvent (un peu) d’intérêt que dans le tout dernier environnement : le thème est plus grave et les chemins plus labyrinthiques. Autre bémol, les characters stories vous transportent automatiquement sur le lieu de l’action, alors qu’il y avait un côté recherche bienvenu dans Hollow Fragment. On est loin, très loin de la complexité et de la grandeur de la tortueuse Hollow Area.

Shinon aIl faut donc se consoler avec les très nombreux personnages jouables de cet opus, presque une vingtaine, dont Shinon, Sakuya, Yûki et une elfe sortie de nulle part appelée Lux. Les styles, dépendant des types d’armes utilisés, sont assez variés et assurent une bonne diversité de gameplay. L’arc par exemple compense sa faible puissance par une visée précise permettant d’atteindre facilement le point faible de l’ennemi, le rendant tout aussi efficace que le reste de l’armement. Des magies d’attaque et de soutien font aussi leur apparition, démultipliant les possibilités en combat. Chaque type d’arme a également ses coups spéciaux, dont le très célèbre Mother’s Rosario, destructeur mais extrêmement coûteux en MPs!

boss aLe système de combat a quand même quelques gros écueils. La caméra en fait voir de toutes les couleurs dans les environnements fermés, et le système de lock désoriente à force de changer la cible sans crier gare. Le switch a été purement et simplement massacré : il répond très mal et ne produit pas le plus petit effet pyrotechnique… Fidèle au monde de Alfheim Online, cet épisode introduit des combats aériens : pas forcément mal gérés, ces derniers demandent un néanmoins un temps d’adaptation pour maîtriser l’altitude et le dash. Dans l’ensemble, les combats de boss sont nettement moins intéressants que ceux de Hollow Fragment, faute encore là au rythme pépère de l’aventure. Seul les duels seul à seul, surtout celui contre Sumeragi, donnent une certaine pression.

illust aGraphiquement, les persos sont vraiment réussis (tous sauf Silica, bizarrement) avec une modélisation très fine et un accent particulier mis sur les boobs des filles, à un point que je me demande si la Team Ninja n’aurait pas infiltré l’équipe de développement. Les décors sont plus fins, mais aussi plus pauvres et vides. L’animation est carrément nulle : les mouvements sont ultra-rigides et les ralentissements de circonstance. Cette version PSVita n’a clairement pas été optimisée, en dépit du fait que c’est de loin la plus populaire au Japon… Pour ne rien arranger, les monstres comme les boss sont toujours les mêmes, avec les mêmes comportements offensifs. Ce n’est vraiment pas le niveau d’investissement qu’on attend sur un titre dont le précédent a dépassé le demi-million de ventes! Restent les illustrations sympa et quelques brins d’humour agréables, mais le contrat n’est pas rempli. Ça manque de cinématiques, ou tout simplement d’une mise en scène élaborée digne de la série et de l’attente des fans. Les dialogues entre modèles 2D ont leur limites…

J’en suis le premier désolé, mais Sword Art Online Lost Song ne transforme pas l’essai de Hollow Fragment. C’est bien de rajouter des tas de persos de jouables, mais à quoi bon quand on perd toutes les qualités du premier? Cette suite apparaît donc comme un jeu à licence un peu sans idées, et j’espère sincèrement que BandaiNamco redressera la barre pour les prochains jeux de la licence. Celui sur Phantom Bullet n’a pas intérêt à être comme ça!

logo

Articles qui pourraient vous intéresser

Ace Attorney : Phoenix Wright

Ace Attorney : Phoenix Wright

Profitant du remake sur Nintendo DS d'une série qui s'était illustrée originellement sur Gameboy Advance, Capcom s'est décidé à tenté d'habiliter cette série si singulière, attachante et prenante dans nos contrées européennes. Ce premier volet lui offre une belle introduction agrémenté d'une affaire bonus concoctée pour l'occasion qui, même si elle n'est pas dénuée de petits défauts, s'avère indispensable pour la suite de la série. Grand bien avait pris Capcom de tenter sa chance car cette trilogie Phoenix Wright font partie des pépites que l'on se doit de posséder dans sa ludothèque DS si l'on aime les jeux d'aventure/narratif/visual novel. Malheureusement, ses bonnes volontés se sont progressivement effilochées, malgré la présence d'une petite communauté dévouée en France. On espère toujours que l'éditeur revoit sa politique à l'égard de cette saga. En attendant, la sortie de la compilation de la trilogie des trois premiers Phoenix Wright sur toutes les crèmeries de la current gen' est une invitation plus que bienvenue pour que vous la découvriez si vous en aviez fait l'impasse à l'époque. Car même s'il existe des adaptations en anime et en manga, ces dernières s'avèrent autrement plus fades que son pendant vidéo-ludique..

Assault Spy

Assault Spy

Arrivé un peu de nul part et pour l’instant réservé au monde du PC, Assault Spy est au final une excellente surprise. Le travail accompli avec son gameplay assez fou est tout bonnement à saluer, tout comme l’ambiance et la bonne humeur plantés par ses personnages et ses dialogues. Particulièrement grisant, il pourra plaire aux personnes désirant de se faire un très bon petit hack and slash sans prétention aucune..

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon est un voyage extraordinaire. Les sensations procurées en début de partie sont parmi les plus immersives que nous avons eu la chance de vivre ces dernières années dans un jeu vidéo, les parties en extérieur ne sont d’ailleurs pas dénuées d’intérêt et l’histoire est suffisamment intrigante pour nous pousser à avancer. Nous ne pouvons que déplorer la seconde partie de l’aventure, plus convenue, moins intéressante, plus action et aux ressorts scénaristiques plus attendus. Toutefois, il faut saluer la performance pour un si petit studio, qui signe ici, l’air de rien, son premier titre.

5 Commentaires

  1. Ahyel 3 August 2015
    Répondre

    Merci pour ce test! En plus il est publié la veille de la sortie européenne de SAO Re Hollow Fragment sur PS4 :nerd:
    Tu compte tester la version PS4 de lost song? pour voir si les problèmes techniques sont toujours présents? 😯

    • Ryuzaki57 6 August 2015
      Répondre

      Hélas non, je n’aurai ni le temps, ni l’argent :/:

  2. Vidok 7 August 2015
    Répondre

    Pour ma part, je compte prendre Lost Song sur PS4. Je pourrai peut-être faire un ‘ti truc. 🙂

  3. Flikvictor 8 August 2015
    Répondre

    Test intéressant, merci.
    Je vais d’abord essayer de caser SAO Hollow Fragement dans mon emploi du temps, RPG qui s’annonce déjà bien chronophage, avant d’avoir la motivation de me lancer dans cette suite.

  4. Ahyel 12 August 2015
    Répondre

    J’ai remarqué qu’il y avais de grosses baisses de framerate sur SAO Re Hollow Fragment (ps4), lorsque plusieurs PNJ apparaissent à l’écran en même temps…une optimisation vraiment pas terrible alors que la PS4 ne devrais pas rencontrer de problème. En espérant qu’ils prennent plus de soin sur lost song.

Laisser un commentaire