Sam & Max : Saison 2 – Au-delà du Temps et de l’Espace
Appréciation 4

Même si l’on pourra noter un côté recyclage paresseux, Telltale Games arrive heureusement à nous le faire oublier très vite en le mettant au service du fan service. Et comme c’est totalement débile et délirant, on ne s’étonne même plus de voir des événements/lieux/personnages de la première saison resurgir sans crier gare. Et en terme de délire décapant, les ex-Lucas Arts n’ont pas perdu la main. Ils se sont même payés le luxe de pousser le bouchon plus loin d’ailleurs. Et ce, pour notre plus grand plaisir

Résumé 4.0 Très bon

Sam & Max : Saison 2 – Au-delà du Temps et de l’Espace

sam-max-saison-2_jaquette

Fort du succès de Sam & Max : Saison 1, Telltale Games s’est décidé très vite à offrir une suite aux aventures des deux détectives free-lance les plus loufoque de la planète animale. Et de la planète Terre par la même occasion. Une nouvelle et seconde saison sortie très rapidement, même si cela ne voulait pas dire que l’agenda de son géniteur se retrouvait aussi blanc et vierge que Marie. En effet, les Anglais ont investi dans un bon nombre de licences qui ont fait que les fans de point’n click épisodiques se devaient de vite terminer les tribulations du lapin sociopathe et son compagnon canin de toujours avant d’accueillir à bras ouvert des noms non moins racoleurs que Wallace & Gromit et surtout un Guybrush new look avec Tales Of Monkey Island. Bref, de quoi donner envie aux nostalgiques de Lucas Arts dont les fondateurs de Telltale Games sont issus.

sam-max-saison-2_screen-001Alors que la sortie des épisodes de la première saison s’échelonnaient entre 2006 et 2007, ceux de la seconde, intitulée Au-delà du Temps et de l’Espace, prennent pour ainsi dire pratiquement le relais entre 2007 et 2008. Peu de temps mort donc, ce qui explique un manque flagrant d’évolution entre les deux volumes. Même moteur graphique, même gameplay, Telltale Games va même encore plus loin en ressortant des placards des environnements et personnages de son prédécesseur. Le studio nous montre là son envie de clin d’œil aux joueurs avertis qui les suivraient régulièrement. Mais surtout d’une très nette tendance à détenir une sorte de grand poil dans la main. Chose qui ne choque nullement à l’époque de sortie de Sam & Max : Saison 2 vu que le studio ne révèle encore tout jeunot dans sa renommée mais qu’on ressentira bien plus au travers des années futures où l’on ne peut que se rendre compte du fait qu’il se complaît parfois à rester reposé sur ses acquis et ce, plutôt dangereusement, ne se réveillant dans son désir d’innovation que lorsque les râles se font un peu plus tonitruants.

Après, lorsqu’on voit la vitesse vertigineuse des sorties du studio, tous projets confondus, il faut se rendre à l’évidence que porter la casquette écologique du recyclage se révèle très certainement obligatoire pour maintenir une telle cadence. Après, là où Telltale le fait intelligemment, c’est qu’il arrive à maintenir une certaine cohérence en terme d’écriture en terme de justification. Parce que si réutiliser le bureau des deux héros ainsi que la rue où ils sont installés semblaient évidents, utiliser la thématique du temps est un argument aussi facile et inattaquable pour accepter de revoir des lieux tels que le studio de télévision ou encore la Maison Blanche, que l’on pensait propre à la première saison et par conséquent totalement obsolète dans sa suite.

sam-max-saison-2_screen-002Même si l’on restera parfois perplexe à ce qui peut bien se passer devant nos yeux en terme de péripéties. Parce que franchement, même si certains pourront se trouver gênés de cet aspect recyclage, il n’y a pas à sourciller sur le fait que Telltale bichonne son bébé avec amour. Parce que le studio s’est littéralement bien plus lâché que sur son prédécesseur avec Sam & Max : Saison 2. Et ce, pour notre plus grand plaisir. Que ce soit en terme de répliques, événements et construction globale, tout respire et transpire le Loufoque. Avec un grand L, ceci n’est point une faute de frappe.

En même temps, commencer au Pôle Nord, dans la bâtisse du Père Noël, histoire de comprendre pourquoi un robot géant, envoyé par le gros barbu, détruit la rue de nos deux héros, il faut admettre que ça laisse d’emblée une sensation « what the fuck’este » dans l’esprit du joueur. Sachant que les péripéties et autres rencontres exotiques des quatre épisodes suivants ne sont guère plus raisonnables, on ne peut pas dire que le sérieux soit de mise. D’autant plus que la construction globale de l’ensemble enfonce le clou : tout part de manière décousue pour rallier un point final où tout se relie, y compris même certains détails que seuls ceux qui ont fait la première saison comprendront. Les défenseurs de la logique détesteront, les autres adoreront car même si un tel parti-pris semble casse-gueule, Telltale a plutôt bien vu son coup pour arriver à une finalité cohérente, le tout en faisant en sorte de terminer ses épisodes intermédiaires de façon assez intelligente afin de maintenir en haleine le joueur et l’inciter à enchaîner sur la suite. Et ainsi dans son contexte initial d’acheter les épisodes suivants pour les moins prévoyants qui n’auraient pas eu cette glorieuse idée d’acquérir le Season Pass dès le début.

sam-max-saison-2_screen-003En terme de difficulté, Sam & Max : Saison 2 suit la lignée de son aîné avec un déroulement plutôt facile globalement même si la résolution semblera plutôt tordue par moments dans la tête des esprits logiques. Voire même un peu plus tordu que précédemment ici d’ailleurs. Sans non plus que l’on atteigne un niveau équivalent aux vieux point’n click de l’âge d’or. De même que le jeu reprendra la même lignée que la première saison en terme de doublage et traduction, toujours aussi bien foutus, avec ce luxe de régler les soucis techniques sonores de répliques coupées de façon trop abruptes. Soit dit en passant sur ce point que pour les anglophobes qui auraient investi sur les versions dématérialisées Steam et qui se seraient faits avoir en découvrant que ces dernières n’intègrent pas la VF – fait très courant avec les jeux Telltale d’ailleurs, anciens comme récents – comme sur les versions console et boîte, il est temps de dépoussiérer ce vieil investissement car un généreux contributeur a créé un patch il y a peu afin d’intégrer les sous-titres pour pouvoir s’y atteler en VOST. Ce qui est mieux que rien. Même si honnêtement, le faire en VO (ce que j’ai fait vu que je m’y suis mise peu de temps avant la sortie dudit patch) pour celui qui aurait un minimum de bases dans la langue de Shakespeare n’a rien d’insurmontable et permet même de découvrir une autre facette des vannes balancées, certaines étant si intraduisibles qu’elles en ont été réinventées dans la version française.

En définitive, Sam & Max : Saison 2 suit la lignée de son prédécesseur. Si les plus exigeants pourront condamner le côté recyclage que Telltale a pu utiliser, les autres verront cela davantage comme du fan-service sympathique vis-à-vis de la première saison, elle-même loin d’être dégoûtante qualitativement parlant. Et honnêtement, il vaut mieux le voir comme cela car suivre les péripéties loufoques de nos deux détectives free-lance s’avère toujours aussi drôles et loufoques. Encore une fois, un carton plein tout en concession afin de rallier le plus de monde à sa cause, du vieux nostalgique des années 90 avec tout ce soin, cette fidélité et amour de son sujet que Telltale a pu insuffler au joueur plus jeune qui ne sera nullement mis en porte-à-faux avec ce titre misant sur l’accessibilité, qu’elle soit en terme de gameplay et de difficulté.

 

[youtube width= »560″ height= »315″]https://www.youtube.com/watch?v=YXEvhupIaNI[/youtube]
logo

Articles qui pourraient vous intéresser

Assault Spy

Assault Spy

Arrivé un peu de nul part et pour l’instant réservé au monde du PC, Assault Spy est au final une excellente surprise. Le travail accompli avec son gameplay assez fou est tout bonnement à saluer, tout comme l’ambiance et la bonne humeur plantés par ses personnages et ses dialogues. Particulièrement grisant, il pourra plaire aux personnes désirant de se faire un très bon petit hack and slash sans prétention aucune..

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon

Deliver us the Moon est un voyage extraordinaire. Les sensations procurées en début de partie sont parmi les plus immersives que nous avons eu la chance de vivre ces dernières années dans un jeu vidéo, les parties en extérieur ne sont d’ailleurs pas dénuées d’intérêt et l’histoire est suffisamment intrigante pour nous pousser à avancer. Nous ne pouvons que déplorer la seconde partie de l’aventure, plus convenue, moins intéressante, plus action et aux ressorts scénaristiques plus attendus. Toutefois, il faut saluer la performance pour un si petit studio, qui signe ici, l’air de rien, son premier titre.

Glass Masquerade

Glass Masquerade

Glass Masquerade, c'est typiquement ce petit jeu casu qui fera bondir lesdits hardcore gamers. Tant d'évolutions technologiques pour toujours finir par revenir à des choses basiques, ça paraît tout con il est vrai. Et pourtant, lorsqu'on est en recherche de détente, de zenitude, faire des puzzles, ça fonctionne bien. Voir de jolis vitraux aussi. Et puis bon, qu'est-ce qui est le plus débile : avoir une switch pour reconstituer des vitraux les jours de non envie de s'impliquer dans des softs demandant une certaine concentration ? Ou se ruiner en s'appareillant d'une configuration VR à portée révolutionnaire dans le seul but de passer sa vie sur ce délire vidéo-ludiquement régressif qu'est Tetris ? Grand débat....

Laisser un commentaire