Star Wars Episode III : La Revanche des Sith
Appréciation 3

Star Wars Episode III La Revanche des Sith, en plus d’être un monument du monde cinématographique (avis personnel), s’offre une adaptation sur Nintendo DS tout à fait agréable à jouer et à découvrir. Pas bien difficile à terminer, il demeure un bon divertissement

Résumé 3.0 Correct

Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Comme tous les autres films de la saga, La Revanche des Sith a eu le droit à une pléthore d’adaptations sur console. Nous trouvons un peu de tout mais aussi et surtout sur toutes les supports actuels. La Nintendo DS ne pouvait passer entre les mails du filet et nous retrouvons donc un titre de la licence sur notre console portable favorite. A l’instar de nombreux portages, nous pouvions penser recevoir un jeu raté et réalisé uniquement pour les sous. Si la deuxième condition est sûrement en partie vraie, la première se trouve réfutée ici. Nous nous retrouvons face à une cartouche tout à fait honorable. Explications.

Dans une galaxie lointaine… très lointaine…

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous raconter l’histoire de Star Wars ici. Je pense que la plupart d’entre vous la connaisse déjà sur le bout des doigts. Si ce n’est pas le cas, je vous encourage vivement de compléter votre collection de dvd au plus vite. Cette adaptation commence de manière similaire au film. Nous retrouvons donc Anakin et son maître Obi-Wan tentant d’aller sauver le chancelier retenu prisonnier par le comte Dokku. Vous allez donc être convié à revivre tout le film mais cette fois-ci, c’est vous qui jouez. Vous visiterez donc la planète Coruscant, traverserez le temple Jedi ou encore les grottes d’Utapau. Le différents décors du film sont donc brossés comme il faut et en tant que jeu officiel, nous ne pouvons qu’être satisfait de cela. Cependant, un parti pris est présent au niveau du design. Ceux qui s’attendaient à retrouver les mêmes têtes seront déçus. Les portraits sont dessinés et on retrouve un crayonné similaire à celui des dessins animés Clone Wars mais, heureusement, en plus réussi. L’univers Star Wars fait donc preuve d’un petit côté cartoon que auquel l’on ne s’attendait pas. Un certain temps est nécessaire pour s’en remettre mais heureusement, une fois une partie lancée, on oublie vite ce détail pour se focaliser sur le jeu en lui-même.

Maitre Jedi, tu seras !

Vous avez le choix entre les deux protagonistes principaux. Selon votre décision, la progression ne sera pas la même. Il est bien de le préciser car il est de mise dans les beat’em all de fusionner les aventures. Ici, il s’agira d’arpenter des niveaux différents. Il n’est ainsi pas rébarbatif de se retaper les mêmes décors deux fois de suite. Premier bon point.
Une fois le moment de bouger, il est alors enfin possible de voir réellement si le jeu est fidèle au film.
Tout d’abord, au niveau de l’animation, il n’y a pas réellement à se plaindre, le héros bouge bien et le maniement n’occasionne pas de gros soucis. Equipé de son sabre laser, le personnage peut frapper devant mais aussi derrière. Ceci se révèle fort pratique quand vous vous retrouvez assailli par des droïdes (soit les trois quarts du temps). Le jedi peut effectuer quelques enchaînements de sabre en fonction de la direction et du rythme sur lequel vous appuyez sur le bouton A. Sauter, se fait sur B. Parmi le pavé, seules ces quatre touches on trouvé une utilité puisque la version GBA est similaire et rappelez vous le nombre de boutons sur la console…
Et l’écran tactile ? Il sert à afficher les techniques spéciales du héros. Quand vous voulez en lancer une, il suffit de la toucher sur l’écran du bas. Il faudra cependant attendre qu’elle soit éclairée, c’est-à-dire que de disposer de suffisamment d’énergie pour la pratiquer. Ce genre de technique est en général dévastateur vis-à-vis du camp ennemi.
Cependant, n’oublions pas que nos chers protagonistes savent plus que quiconque utiliser la force. Il est possible à l’aide des gâchettes de martyriser ses adversaires en les projetant ou en les enserrant. Vos débuts se feront en usant de manière excessive ce genre de pratique car il faut bien le dire, c’est jouissif. Très vite, on se rend compte que la barre de force diminue vite et qu’il est préférable de se ménager.

Plus fort, tu deviendras

Les personnages évolueront au fil de leur avancée. A chaque fin de niveau, vous pouvez rajouter un point dans une statistique de votre héros : force, vigueur, persuasion. Le premier est assez explicite, le second représente la vie et le dernier, les pouvoirs.
Les jauges de vie et de force (celle de SW et non celle de votre poing) augmenteront alors en proportion.
Ensuite, vous verrez également les points glanés au cours du level, à utiliser pour obtenir de nouveaux pouvoirs. Pour en avoir, il faut fouiller les décors pour découvrir des pastilles vertes. En fonction du nombre collecté, vous pourrez plus ou moins amélioré votre protagoniste. Obi-Wan et Anakin possèdent chacun six pouvoirs, composés de trois niveaux.
Les niveaux sont obtenus avec 15, 30 et 60 points. Très pratiques, ces techniques permettent de réellement vous faciliter la vie. Par exemple, Obi-Wan a la capacité de se régénérer perpétuellement. Anakin peut étrangler ses ennemis. Que des techniques qui font plaisir mais je vous préviens tout de suite, il faudra un moment pour toutes les débloquer. On gagne peu de points.
Cependant, une fois le jeu fini, en plus des difficultés Padawan et Jedi, vous aurez à Maître qui permet de monter plus rapidement en puissance mais qui, bien évidemment, est bien plus corsée.

L’espace, tu visiteras

Alors que nous pouvions penser à un portage bête et méchant de la version GBA (bien que l’édition DS reste plus belle), les développeurs ont quand même cru bon de rajouter des phases en vaisseaux spatiaux. Entièrement réalisées en 3D, elles permettent de marquer des temps morts et de diversifier les moments de jeu. Nous prenons généralement place dans un vaisseau et avons pour but d’anéantir tous les ennemis dans les alentours. L’armement est standard (tirs lasers, missiles) mais il peut être bonifié en chopant quelques bonus qui traînent dans les décors. Graphiquement assez jolies donc, ces parties dans l’espace font vraiment plaisir. D’ailleurs, elles ont le droit à un menu spécial à l’écran principal afin de pouvoir les faire à loisir en dehors de l’aventure. Il faut avouer que l’on ne va pas bouder son plaisir et en refaire quelques unes de temps en temps ne se refuse pas.
Si ce point a été peaufiné, il est plus difficile d’en dire autant de la réalisation dans les moments plus « classiques ». Bien que correcte pour de la DS, elle ne s’avère pas réellement à la hauteur de la majorité des titres de la console. Il suffit de voir que la version GBA fait quasiment aussi bien pour se dire que l’équipe responsable de ce titre aurait pu faire des efforts supplémentaires.

Heureux, tu en ressortiras

Star Wars Episode III La Revanche des Sith, en plus d’être un monument du monde cinématographique (avis personnel), s’offre une adaptation sur Nintendo DS tout à fait agréable à jouer et à découvrir. Pas bien difficile à terminer, il demeure un bon divertissement.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dirge Of Cerberus – Avis de Margoth

Dirge Of Cerberus - Avis de Margoth

Que les non-connaisseurs de Final Fantasy VII passent vite leur chemin de ce Dirge Of Cerberus tant ce dernier n'a aucun intérêt sans connaissance du lore de base. C'est même son principal argument avec la beauté de ses graphismes et ses quelques cinématiques car le volet histoire et clins d’œils sont bien menés, de la même manière que l'inspiration surprenante envers Metal Gear Solid dans ses délires de mise en valeur de ses différentes nemesis. Pour le reste, le délire de proposer du RPG dans une formule TPS n'est clairement pas assez poussée pour revêtir d'un véritable intérêt malgré des bonnes idées de base. Pire, le côté action n'est pas forcément très agréable à jouer, ni même très bien mis en valeur à cause d'un enchaînement de situations de jeu pas franchement passionnantes et répétitives..

Wilmot’s Warehouse

Wilmot's Warehouse

Étrange sur le papier, étonnant manette en main, Wilmot’s Warehouse s’avère être une expérience des plus solides en plus d’être, mine de rien, plutôt tranquille. Rigolo, bon pour la mémoire, pas stressant, il saura occuper les amateurs d’ordre et d’organisation pointues pour une dizaine d’heures, voir davantage pour celles et ceux qui veulent se frotter aux challenges offerts par son mode expert, seul ou à deux..

Judgment

Judgment

Après le premier Yakuza sur Playstation 2 dont les ventes étaient trop faibles pour justifier le fait de proposer une traduction française de opus suivants, Judgment arrive en portant sur lui comme un doux parfum de miracle et de revanche sur la vie. De quoi se plonger sans contrainte dans cette formule de Shenmue-like bien rodé au fil des opus de sa franchise principale, sachant très bien manier ce ton typiquement nippon de « jeu sérieux qui ne se prend pas toujours au sérieux, faut aussi savoir rigoler et se détendre » et proposant une excellente immersion dans la culture japonaise telle qu'elle peut l'être réellement, sans détour ni paillettes. Le tout rehaussé par un scénario captivant, bien écrit, d'une justesse et d'une maîtrise sans équivoque. Un spin-off rondement bien mené qui a de quoi donner envie de se plonger dans la série des Yakuza..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des