Wolfenstein 3D
Appréciation 3

Bien que Doom ait révolutionné le genre du FPS, le titre qui a réellement donné ses lettres de noblesse au genre est Wolfenstein 3D. Id Software, encore jeune, tente de réunir tout son savoir-faire au sein d’un même jeu. Grand bien leur en a pris. Armé uniquement d’un couteau et d’un pistolet, William J. Blazkowicz ..

Résumé 3.0 Correct

Wolfenstein 3D

Bien que Doom ait révolutionné le genre du FPS, le titre qui a réellement donné ses lettres de noblesse au genre est Wolfenstein 3D. Id Software, encore jeune, tente de réunir tout son savoir-faire au sein d’un même jeu. Grand bien leur en a pris.

Armé uniquement d’un couteau et d’un pistolet, William J. Blazkowicz tente de s’échapper d’une prison nazie située près de Dresden en pleine seconde guerre mondiale. Le postulat de départ tient donc en une phrase. Concis. Dès le premier épisode achevé, notre force de la nature se voit affecté à diverses missions qui ont toutes pour objectif l’assassinat d’un terrible agent nazi, et le démantèlement de toutes les escouades sous leurs ordres. Blazkowicz constitue en quelque sorte le Rambo du moment, dont les ordres émanent directement du président américain et qui part à l’assaut de forteresse torse nu et seul. Wolfenstein 3D ne s’embarrasse donc pas d’un background travaillé ou d’un leitmotiv original : le joueur est là pour tuer du nazi.

Il va même devoir en tuer à la pelle puisque les six niveaux dont est composé le jeu en recèlent des centaines. La progression se fait au travers de locaux labyrinthiques – heureusement une carte est disponible – infestés de nazis en tout genre. Si l’on excepte les boss, le joueur rencontre au total quatre types d’ennemis : les gardes, les agents SS, les agents génétiquement modifiés (avec flingues incorporés), les bergers allemands et les officiers. Nous ne pouvons donc que déplorer la pauvreté du casting. En revanche, ils sont capables de nous suivre et d’ouvrir les portes, ce qui n’est pas rien en terme d’intelligence artificielle lors de sa sortie. Les chefs de fin de niveaux, bien qu’imposants, ne marquent pas non plus puisque ne disposant d’aucune histoire. Nous nous en souviendrons davantage pour leur résistance aux balles. Le jeu propose, en sus des armes de base, une mitraillette, une gatling, un lance-roquettes et un lance-flamme (qui lance des boules de feu…). En tant qu’un des pionniers du genre en trois dimensions, Wolfenstein 3D fait dans le minimaliste.

L’édition Jaguar apporte quelques armes inédites et la disparition de la notion de score. Les reliques ou objets de valeur trouvés servent désormais à recouvrer de la vie, voire à augmenter temporairement sa limite. Pas l’ombre non plus d’une séquence d’infiltration : bourrinage à l’extrême, action fortement aidée par les trois boutons de jeu que sont le tir, le sprint et le pas de côté. Heureusement, l’animation suit sans problème et nous fait l’honneur de rester fluide dans presque toutes les circonstances. Même si nous saluerons sa progression en 3D dans les infrastructures allemandes, la répétitivité des locaux nous perd bien souvent. Les textures évoluent au fil des missions mais restent uniformes en leur sein.

Pourtant, Wolfenstein 3D constitue une gigantesque évolution du FPS puisque pour la première fois, nous observons des décors en 3D modélisés et texturés. L’arrivée la même année de Doom et Alien vs Predator enfonce définitivement le clou ; amenant qui plus est davantage de recherche que la simple récupération de clés jaunes et bleues. Malgré cela, ID Software présente sur la console d’Atari une version tout à fait honorable de son hit, bien loin de la médiocrité de l’édition SNES (édulcorée et pixellisée). Ici, le sang et les nazis coulent à flot.

Il ne peut impressionner dix-quinze-vingt ans après sa sortie, mais il reste un pan de l’histoire du jeu vidéo qu’il est indispensable de connaître. Ne serait-ce que pour se rappeler à quel point un jeu vidéo peut être défoulant avec trois boutons, deux textures par niveau, un scénario d’une ligne et des ennemis visibles uniquement de face.

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Amerzone : Le testament de l’explorateur

L'Amerzone : Le testament de l'explorateur

S’inscrivant parfaitement dans le moule des jeux d’aventure à la française de la fin des années 90, L’Amerzone : Le testament de l’explorateur reste aujourd’hui une belle pièce de musée, simple dans son gameplay et son déroulement, mais un éternel joyaux de l’industrie..

Jurassic World Evolution

Jurassic World Evolution

Les années 90 et 2000 ont été marquées par de très nombreux jeux de gestion. Un coup, vous êtes à la tête d’un parc d’attractions et jaugez le degré de sel des frites. Un coup, vous tentez d’éradiquer une épidémie dans un hôpital de province. Ou encore, vous devez prendre soin des animaux...

PictoQuest : The Cursed Grids

PictoQuest : The Cursed Grids

Sympa mais pas transcendant, surtout parce que le picross, c'est la vie. Mais ce n'est clairement pas PictoQuest qui ira foutre un sérieux coup de pied dans la fourmilière avec sa promesse d'ajouter une dimension RPG aux hostilités. Dans les faits, les artifices sont là. Dans la pratique, il s'agit davantage de feature un brin bling-bling qui ne change en rien la façon d'aborder le picross. Hormis peut-être d'apprendre à le faire en toute hâte. Bref, ce n'est pas le Puzzle Quest du picross et c'est bien dommage parce que ça aurait vraiment pu donner quelque chose de bien..

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des