Bilan de l’année 2011 [Hyades]

Bilan de l’année 2011 [Hyades]

Accueil | Bilan Hyades | Bilan L’Ced | Bilan Mizakido | Bilan Vidok | Bilan Margoth

Bilan Hyades Luine

– Support de prédilection :

Pas vraiment de support privilégié en 2011 en fait, tellement les consoles sur lesquelles j’ai joué cette année sont éclectiques. Le tout remonte aussi loin que la SuperNES et la Playstation 2, passe par les classiques Playstation 3, DS et PSP et va jusqu’au cas des supports sur lesquels je n’aime pas vraiment jouer mais qui ont su me séduire par quelques exclusivités qui envoient du lourd comme le PC, la X-Box 360 ou la Wii. Eclectique, je vous dis.

 

– Top(s) :

 

— Persona 2 Innocent Sin

Il aura fallu attendre longtemps pour pouvoir jouer au dernier volet de la saga Persona encore exclusif au Japon. Et même si le jeu porte les stigmates de son grand âge (la fréquence des combats aléatoires est particulièrement abusive), il se révèle être un des tout meilleurs épisodes de la série. On y retrouve l’ADN commun de la saga avec ses personnages hyper-travaillés et ses thématiques empruntés à la psychologie, mais aussi la folie d’une époque maintenant révolue qui arrive à justifier presque n’importe quoi par le mécanisme génial des rumeurs et autres légendes urbaines qui deviennent réalité, des prophéties maya aux extra-terrestres en passant par des nazis revanchards. Le tout crée une fresque à la fois riche et fantasque à la qualité d’écriture exceptionnelle, bien remise au goût du jour dans un portage de qualité, et un jeu qui arrive encore à surprendre avec tant d’années de retard.

— El Shaddai : Ascension of the Metatron

Jeu polémique pour certaines fines bouches, j’ai été totalement conquis par El Shaddai. Le jeu vaut avant tout pour son univers décalé et son aspect visuel audacieux et chaque partie constitue une sacrée bouffée d’air frais qui prend en plus la peine de surprendre le joueur. Le gameplay est quand à lui honnête, avec ses points forts (les phases de plates-formes vues de côté, à l’ancienne) et ses points faibles (une perspectives foirée pour les sauts dans les environnements 3D et des combats qui se font parfois répétitifs). Bref une tuerie dont le fond transcende allègrement la forme, mais malheureusement pas une tuerie pour tous les publics.

— Une DS plutôt en forme avant la fin

Alors qu’elle devait s’éteindre cette année pour laisser la place à la 3DS, la DS a particulièrement brillé en début d’année. Ainsi Radiant Historia a été un des plus grands RPGs sortis sur un support déjà pas mal pourvu en la matière, jouant brillamment sur les bidouilles temporelles avec sa double timeline et ses quêtes annexes, offrant des musiques sublimes et un système de fight ingénieux. Solatorobo a été un jeu sans prétention mais très accrocheur dont la fraîcheur rappelle la grande époque des Lunar et de Grandia et dont les magnifiques environnements font douter qu’on joue encore sur DS. Enfin, Ghost Trick porte assurément la marque du créateur des Phoenix Wright avec son gameplay intelligent, ses personnages délirants, son rythme effréné et ses rebondissements surréalistes.

— Le retour de la plate-forme 2D

Voilà un genre malheureusement passé en désuétude avec la 3D et qui nous revient par le biais des développeurs indépendants qui remettent le style au goût du jour avec originalité et panache, en mettant à profit les outils actuels pour le redynamiser. C’est le cas par exemple d’Outland avec son univers stylisé et son gameplay inspiré par Ikaruga, de Limbo qui nous offre une expérience de jeu à la fois mystérieuse, contemplative et délicieusement sadique et de Trine et sa suite qui misent sur son travail sur la complémentarité des personnages et ses décors féériques. Un retour aux sources qui m’a aussi poussé à revenir à mes très anciennes amours comme Demon’s Crest, les quatre Metroid originels ou Super Mario World.

— Une prestation plus qu’honorable de Square-Enix sur PSP

Je n’aurai pris que les portages du catalogue Squenix de cette année sur PSP, mais la firme a eu la gentillesse d’en faire des versions ultimes. Ainsi, Final Fantasy IV se retrouve avec un magnifique nouvelle robe, enrichi d’un Interlude inédit, de la suite The After Years elle aussi remaniée, des bonus de la version GBA et des cinématiques de la version DS enfin passées au décodeur. Bref, une version qui nous fera repayer une énième fois cet épisode (ou pas) mais qui nous fera oublier le naufrage de la version DS et qui devrait nous épargner la tentation d’une autre version qui pourrait difficilement offrir plus que celle-ci. De la même manière, le portage de Tactics Ogre Let Us Cling Together est unanimement reconnu comme la version ultime du jeu qui permet en plus au plus grand monde de découvrir un grand classique.

 

– Flop(s) :

 

— ICO & Shadow of the Colossus Classics HD

Justement, en parlant de portage, celui-là méritait bien un bémol pour sa partie Shadow of the Colossus. On a affaire au jeu PS2 d’origine, un peu plus fluide et optimisé pour mieux passer sur un écran HD. A la limite, je n’ai pas de problème avec ça, ni avec ces compilations HD qui permettent de (re)découvrir des grands classiques de la PS2. Maintenant, nous faire un foin sur la HD, l’ajout d’une fonction 3D relief… bref, nous axer une promotion sur le côté hight-tech du truc et ne même pas prendre la peine de supprimer le clipping, ça frôle la fainéantise de très près. Ce qui pouvait passer sur une PS2 qui crachait dangereusement ses tripes vire au grotesque à la génération suivante. Déjà que c’est le genre de détail qui me casse l’immersion dans un Assassin’s Creed 2, sur un jeu de plus de cinq ans, il ne faut pas non plus pousser. (Même si ICO et Shadow of the Colossus étaient et restent de très grands jeux.)

— Des éditeurs véreux qui prennent de plus en plus leurs aises

On aura connu les DLC, puis les pass online. Cette année, Capcom invente la sauvegarde unique ineffaçable sur son Resident Evil Mercenaries sur 3DS et Warner Bros lance le pass offline sur Batman Arkham City en faisant télécharger des phases de jeu solo largement médiatisées dans la communication du jeu… grâce à un code à usage unique bien sûr. Ca commence à faire beaucoup dans cette hypocrite lutte contre l’occasion qui ne dit pas son nom et ça ne rend pas optimiste pour l’avenir. Heureusement, l’UFC commence à mettre son nez dans ces dossiers nauséabonds, même si on peut douter de l’efficacité de leur action en justice. On notera la réponse dégoulinante de mauvaise foi de James Rebours, président du SELL qui nous assure que les DLC sont là pour inviter les « joueurs [à] rester ensemble, dans une communauté » et que toutes ces boules puantes venues des éditeurs qui remontent à la surface avec une régularité de coucou suisse ne cherchent qu’à combattre la « piraterie » (sic) et ne visent absolument pas le marché de l’occasion. On l’invitera donc à aller faire une croisière en Somalie pour voir si nous y sommes.

— Les communautés de joueurs sur internet

Jusqu’à il y a peu, j’ai toujours à un moment ou un autre fait partie d’un forum sur le net, souvent rattachée à un site spécialisé ou un autre. Au début, tout se passe bien, on est entre gens de bonne compagnie et c’est bon enfant. On a des débats, certains sereins, d’autres moins, la plupart du temps intéressants. Puis vient un moment dans la vie d’un forum où l’ambiance bascule imperceptiblement. Les échanges se font moins cordiaux et les provocations de bas étage plus régulières. Et finalement, on se rend compte que plus personne n’est là pour discuter, mais plutôt pour marquer des points et faire le malin devant le « public ». Maintenant que j’ai tourné la page de la participation sur les forums depuis peu et que je fais partie du dit public, je dois bien admettre que le spectacle de cette comédie humaine en miniature est souvent très divertissant. Mais il n’empêche que je me pose souvent la question : sont-ils encore en train de parler de jeu vidéo ? Ne sont-ils pas plutôt en train de parler politique ou religion pour qu’ils soient si souvent à la limite de s’envoyer réciproquement des pains virtuels ? Finalement, le contraste entre la futilité du sujet et la violence des propos donne souvent une image assez ridicule des intervenants. Enfin bon, tant qu’on peut se marrer… voire lire parfois de beaux échanges constructifs.

 

– Coup de cœur :

 

— Xenoblade Chronicles

Je m’attendais à aimer, mais pas à ce point. Ils sont rarissimes ces cas où un jeu devient pour moi une littérale addiction, où j’enchaîne les dizaines d’heures de jeu en quelques semaines, où je ne peux pas m’empêcher de faire des flopées de quêtes annexes et de jouer « juste quelques minutes de plus » pour découvrir un nouvel environnement ou un nouveau développement de l’histoire, quitte à me coucher à des heures indues. Maintenant, ça n’est pas un hasard. Xenoblade mise tout sur le confort du joueur. Il ne punit jamais et récompense toujours avec une générosité presque palpable. Il en profite d’ailleurs pour rompre avec les archaïsmes le plus débiles du RPG nippon, qu’il s’agisse du level-up obligatoire qui rajoute de la durée de vie artificielle ou des mécaniques de jeux non expliquées qui donnent l’illusion de la richesse là où il n’y a qu’un game-design branlant. Là, tout est clair et limpide. On sent de plus un travail énorme de la part de Monolith pour compenser ce que le studio n’avait pas en puissance technique par une inventivité de tous les instants. On le ressent quand il s’agit d’offrir sans cesse des maps de belle taille qui provoquent l’émerveillement par leur originalité et le jeu très fréquent sur le cycle jour / nuit avec à la clé énormément de lieux plus ou moins bien cachés à explorer, chacun d’entre eux étant atypique, racontant une histoire ou offrant un panorama saisissant (et tous rapportant un bonus d’XP non négligeable). On le ressent également avec l’idée géniale du sociogramme qui transforme une multitude de PNJs donneurs de quêtes en véritables communautés qu’on apprend progressivement à connaître et avec lesquelles on finit par tisser de vrais liens. On ajoute à ça un scénario prenant et efficace et des musiques qui sont de véritables tueries, on mélange vigoureusement et on obtient un des meilleurs jeux de cette génération… tout simplement.

 

– Déception / Rattrapage :

 

— Final Fantasy XIII

Bon, je ne vais pas pousser le bon gros beurk des familles qu’il est de bon ton d’employer sur le net en parlant du dernier épisode en date de la saga de Squenix, mais je vais quand y aller de mon petit bof personnel. Pas que j’attendais énormément du jeu, la série ayant pour moi perdu de son aura depuis la PS2 tout en proposant généralement des bons jeux qui font tout ce qu’il faut pour faire le show. Mais justement, je n’ai pas vraiment eu l’impression que FFXIII fasse le show. Je ne l’ai pas fini à l’heure actuelle, et le problème c’est que je n’en ai pas vraiment l’intention. Là où un Final Fantasy accroche d’habitude par son côté grand spectacle, cet épisode m’a paru fade. Un univers sympathique mais mal mis en valeur par une gestion de la caméra calamiteuse et dont les décors très différents se succèdent sans transition ni cohérence, une narration maladroite et rendue confuse par l’abus de termes inutilement barbares malgré de bonnes idées comme celle de la découverte progressive des événements à l’origine de l’histoire, un casting dont la moitié sent dangereusement la matière cérébrale frelatée mais qui évolue, qui devient touchant et qui tisse progressivement des liens, un scénario qui ne décolle vraiment qu’après une succession de chapitres de remplissage où il ne se passe littéralement rien, un système de combat qui met de très longues heures à s’étoffer et à devenir un minimum intéressant… Bref, la linéarité tant reprochée au soft n’est à mon goût que le moindre de ses problèmes : chaque aspect du jeu juxtapose le pire et le meilleur pour un résultat en demi-teinte qui manque pour moi clairement de panache. Et si le treizième épisode ne peut pas être qualifié objectivement de mauvais jeu, un Final Fantasy qui n’a même plus son panache pour lui, qui ne suscite plus l’émerveillement et qui n’assure plus le grand spectacle, c’est forcément une déception.

 

– Bilan de l’année cinéma :

 

Nul et non avenu étant donné que je réside à Paris où les places de cinéma se monnayent facilement 10 euros, sans compter le supplément 3D ma donne dame. Devant ce racket organisé et mon désintérêt presque complet pour le monde du cinéma, j’ai fréquenté les salles obscures en tout pour tout… une seule fois, pour aller voir en famille un des deux films tirés de la Guerre des Boutons (non, je ne sais plus lequel et oui, j’étais invité). Pas facile de construire un bilan là-dessus. Par contre, coup de chapeau pour les très vieilles (mais non moins excellentes) Aventures du Baron de Münchhausen de Terry Gilliam achetées en DVD la moitié du prix d’un billet de cinéma. Un film qui témoigne d’énormément d’inventivité et de trouvailles visuelles… le genre de film qui donne envie d’en découvrir plus sur l’œuvre de son réalisateur.

Articles qui pourraient vous intéresser

Bilan de l’année 2018 [Vidok]

Bilan de l’année 2018 [Vidok]

Année 2018 en dents de scie, puisque j’ai terminé deux fois plus de jeux sur les premiers mois que sur les six suivants. Finalement, ma faculté à jouer moins pendant les projets personnels se révèle une fois de plus ici. Pourtant, je ne me suis pas pour autant éloigné de l’univers Jeux Vidéo. Au contraire même.

Bilan de l’année 2018 [Ryuzaki57]

Bilan de l'année 2018 [Ryuzaki57]

Même conflit, mais vu à la manière occidentale "classique", Battlefield V a réussi à perfectionner la formule de la série, en ajoutant une campagne solo marquante à l'heure où son concurrent voit cela comme une option. Le multijoueur, excessivement bien architecturé, permet de s'éclater tout...

Bilan de l’année 2018 [Margoth]

Bilan de l'année 2018 [Margoth]

Du gros triple A qui n'aura sans doute jamais semblé aussi calibré dans son modèle de cahier des charges propre à cette génération, à savoir partir sur une base d'action propre à une franchise (beat'em all, TPS ou FPS), lui ajouter un système RPG, le tout dans un monde ouvert où...

18
Poster un Commentaire

avatar
2000
8 Comment threads
10 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
Oya-tamaMizakidoMogfaVidokSylvain Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jimeo
Invité

Juste pour rebondir sur la partie « la communauté des joueurs ». Tu fréquentes les forums GK j’me trompe ? :D

Sinon j’ai bien aimé ton bilan et je l’ai trouvé assez original dans tes choix (qui a osé casser la compil Ico ?). J’attend la suite ! :)

Hyades Luine
Membre

Merci ^^.

Et non, le mini-coup de gueule sur les communautés de joueurs n’est pas forcément dirigé contre un forum en particulier. Je pense que c’est malheureusement valable sur tous les forums, sans doute à des degrés divers de gravité ^^. Ensuite j’ai participé à des débats enflammés comme tout le monde, c’est amusant un moment mais il faut croire que j’ai vraiment passé l’âge de ce genre de choses =p .

Jimeo
Invité

T’es le Danny Glover du jeu vidéo (« chui trop vieux pour ces conneries ») ! :D

Hyades Luine
Membre

C’est tout à fait ça ^^.

Lced
Membre

ça fait quand même pas mal de RPG non ? Qui a dit que le genre était mort… Bon c’est vrai, plus de la moitié sont des remakes… En tout cas ça en fait des heures de jeux tout ça, mine de rien. Moi j’ai fait plus dans l’instantané comparé à ça, en 2011:p

Hyades Luine
Membre

Comme quoi, quand on cherche des RPG sur les supports sur lesquels les japonais jouent vraiment et pas sur des supports que les occidentaux fantasment (donc pas sur HD), on finit quand même par en trouver ^^. Ensuite, tu as beaucoup de jeux dans le lot qui se terminent en une vingtaine voire moins d’une dizaine d’heures, je n’ai donc pas du passer autant d’heures que ça à jouer tout cumulé. Avec Trine, Limbo ou Outland (voire Ghost Trick), on n’est pas très loin de l’instantané comme tu dis. Bon, il y a bien sûr Xenoblade sur lequel j’accumule près… Read more »

Sylvain
Invité

RPG. RPG ? Il manque Dark Souls quand même ! Tu y a joué ? En tant qu’amateur du genre, tu as du y jeter au moins un oeil :)

Sinon je partage assez ton coup de gueule contre Internet / les forums de jeux vidéo. Je vais pas m’étendre mais certaines mentalités et comportement évoluent, puis finissent par me décevoir… voire m’exaspérer. La magie d’Internet, en somme.

Hyades Luine
Membre

Bah j’ai un très gros problème avec les RPG pour masochistes : généralement ceux où on passe tout son temps dans des donjons sans une seconde de vrai répit et dans lesquels on voit beaucoup l’écran de Game Over. Bref, j’ai jamais accroché à Vagrant Story, j’en suis à mon troisième essai improductif sur Shin Megami Tensei Nocturne… Bref, j’ai senti d’instinct que Demon’s Souls et Dark Souls c’était pas vraiment pour moi ^^. Je joue vraiment pour le fun et j’aime pas trop me stresser.

Sylvain
Invité

Ouais Dark Souls est un peu rude (moins que Demon’s Souls cependant) mais il a tellement de choses à offrir ! C’est dommage de passer à côté. M’enfin si tu as du mal avec les RPG difficiles, comme ceux cités dans tes exemples, je comprends que te lancer un tel jeu te rebute pas mal !

Hyades Luine
Membre

Sylvain : Je crois que je regretterais si je ne savais pas quoi faire de mon temps libre, mais comme je suis victime du syndrome des piles d’attente qui grandissent à vue d’œil, j’ai des consolations ^^… Vidok : Même si la linéarité de FFXIII n’est pour moi que l’arbre qui cache la forêt des problèmes que j’ai avec le jeu, elle est quand même bien plus prononcée que dans ses prédécesseurs, même le X. D’ailleurs, cette linéarité est plutôt propre au RPG jap, c’est ce qui fait que tu y as presque toujours un fil directeur qui porte le… Read more »

Mogfa
Invité
Mogfa

Ais-je dit le contraire ? Je dis simplement que FFX comme FFXIII ont pris un parti pris plus extrême que ce qu’on peut considérer comme la formule habituelle du J-RPG, mais en effet, dans le fond, les autres épisodes sont aussi des jeux linéaires, comme la plupart des RPG japonais d’ailleurs. Même FFXII, cela reste un jeu plutôt linéaire dans l’idée. Les world map et la grandeur des zones de FFXII ne donnent surtout que l’illusion que le jeu n’est pas linéaire.
Ce que je reproche à FFXIII, c’est juste la pauvreté de ce moment où l’on est libre.

Mizakido
Editor

Très bon bilan! C’est marrant, la plupart des jeux de ton top sont des tires que j’ai regretté de pas avoir pu terminer ou jouer en 2011 :D, comme El Shaddai, que j’avais bien apprécié en démo et que ne j’ai toujours pas acheté. Pareil pour Ghostrick… Puis tu m’as vraiment confirmé qu’il faut que je ressorte ma Wii pour m’essayer à ce Xenoblade. Ah… Tellement de jeux…

Hyades Luine
Membre

Il y en a quand même qui se font plus vite que d’autres si ça peut t’aider. Comme je disais plus haut, avec Ghost Trick tu en as pour une petite dizaine d’heures (très intense qui plus est), une vingtaine pour El Shaddai. D’ailleurs, si tu as accroché à la démo, il y a une forte probabilité que tu accroches au reste du jeu (la démo est assez représentative du gameplay même s’il y a quelques surprises… et ne présente qu’une infime partie des délires visuels du jeu).

Par contre, Xenoblade c’est une autre histoire bien sûr ^^.

Oya-tama
Invité

o/ pour El Shaddai, quel grand jeu. Sinon je me sens vraiment honteu de ne toujours pas avoir fait ghost trick, fan d’ace attorney que je suis. Sinon c’est vrai que niveau mentalité, au niveau de l’industrie, il y a des choses qui partent en vrille. C’était plutôt prévisible vu l’importance du marché aujourd’hui, mais cela reste regrettable lorsque l’on constate certaines dérive qui en découle.

Heureusement, les bons jeux existent toujours !

Hyades Luine
Membre

Tiens, ça fait une paie qu’on ne s’est pas vu sur le net ^^. Fonce pour Ghost Trick, on retrouve vraiment une patte PW pleine de folie douce et de retournements de situation improbables. Et merci pour El Shaddai, je me sens moins seul à l’avoir aimé.