TGS 2016 : Le stand Square Enix

stand_squareenix_banniere

Le stand Square Enix était l’un des plus prisés du Tokyo Game Show, évidemment. Final Fantasy XV en occupait la majeure partie et avait très certainement la file d’attente la plus longue du salon. Square Enix l’avait anticipé en la faisant commencer de l’autre côté du stand, cachée, pour la faire repiquer à l’intérieur, traverser le stand et repasser devant histoire de faire croire aux chalands qu’elle n’était pas si longue. Pourtant, ce n’était pas la seule cartouche dans le fusil du géant japonais, bien au contraire : World of Final Fantasy et Kingdom Hearts 2.8 Final Chapter Prologue (!) répondaient eux aussi présents, attirant eux aussi de très nombreux visiteurs. Tout de noir vêtu, il s’agit très certainement du stand éditeur console le plus sobre du TGS mais pas le moins impressionnant comme vous le remarquerez sur les photos ci-dessous. Square Enix a utilisé sa scène pour faire diverses annonces telles que la sortie en février 2017 d’un Dragon Quest Monsters Joker 3 Professionnal, pour donner la date de sortie de Nier Automata ou encore annoncer en fanfare son nouveau titre d’action : Flame x Blaze, un MOBA free to play sur Android… Oui, nous y étions… Bref. Afin de combler l’espace restant, des partenaires et notamment Besthesda avec Fallout 4 VR et Doom VR, comme leurs noms l’indiquent, il ne s’agit que de versions compatibles casques VR rien de plus rien de moins. Il y avait également une étonnante présentation d’un manga en VR : les personnages y prennent vie façon hologramme. Nous n’avons pu tester l’intérêt de la chose, les japonais, eux, en revanche, y allaient avec joie, en témoignent l’heure de queue.

  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160918_131024.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160916_144843.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160915_130155.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160915_130435.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_153411.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152010.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152016.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152449.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152455.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152502.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160916_105332.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152525.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160917_152528.jpg
  • TGS_2016_stand_square_enix_vidok_20160916_145119.jpg

world-of-final-fantasy-banniere

World of Final Fantasy – Durée de la démo : 10 minutes

Amusant concept que celui de World of Final Fantasy : s’amuser avec les univers de la série Final Fantasy. Alors que l’épisode XV est à deux doigts de sortir, avec son univers sérieux et travaillé pendant plus de dix ans, World of FF vient rire des clichés et événements survenus dans chaque épisode. Nous dirigeons Reynn et Lann, respectivement soeur et frère, qui se retrouvent dans le monde de Grymoire, un monde où cohabitent les personnages des jeux Final Fantasy. La démo proposait de prendre part à un donjon/plaine, vraiment simple, aussi bien en termes de difficulté que de level design, pour découvrir en douceur le système de combat, notamment. Un ATB, bête et méchant mais durant lequel les héros combattent jusqu’à 6, en deux fois trois. Chacun des deux protagonistes peut s’allouer les services de deux monstres de l’univers FF. Il est ainsi possible, comme les Shin Megami Tensei, de recruter d’autres monstres au besoin, ceux-ci prenant aussi de l’expérience. Singularité : les monstres peuvent grimper sur la tête des héros pour former une tour et donc un seul personnage jouable. Résultat immédiat : une seule barre de vie mais des dégâts considérables – bien qu’inférieurs à la somme des trois individuellement. Il faut donc savoir quand il est préférable d’être trois ou un. Mis à part cela, le jeu se présente comme un petit titre plutôt sympathique, propre mais techniquement décevant pour la Playstation 4 – les comparatifs avec la version Vita sont encore moins flatteurs pour la portable. Avec son design toujours signé Nomura, il a des allures de sous-Kingdom Hearts, avec le système d’un Final Fantasy à l’ancienne. Il sera intéressant de voir si l’intérêt saura compenser les carences techniques.

final_fantasy_xv_banniere

Final Fantasy XV – Durée de la démo : 25 minutes

150 minutes de queue en week-end pour jouer à la dernière fantaisie, oui madame monsieur, c’est le temps attendu par votre serviteur le samedi pour satisfaire sa curiosité – avancer dans Criminal Girls 2 – et vous faire une petite restitution aujourd’hui. Heureusement que le chemin était pavé de bonnes inten de fresques absolument superbes, peintes sur le stand pendant les deux premiers jours de salon. 36 bornes dont 31 PS4 et 5 Xbox One. Microsoft était donc bel et bien représenté mais le rapport de force était à l’avantage du japonais. Duscae était très intéressante mais ses nombreux bugs de collision et son système de combat brouillon, peu aidé par une caméra souvent aux fraises, ne rassurait pas vraiment. Platinum, située en dehors du scénario du jeu, laissait croire que le jeu était devenu le brouillon de Kingdom Hearts III. La démo était finalement peu intéressante et n’avait même pas fait l’objet d’un article sur Archaïc.fr. Cette nouvelle démo essaie de nous rabibocher très tôt en nous montrant l’avenir : un démon gigantesque, visiblement très sûr de lui, damant le pion à notre troupe de bros. Pouf, flashback : revoilà notre quatre jeunes dans le vent en voiture, très vite en panne. La démo descend donc d’un cran en intensité en nous demandant de pousser la voiture quelques longues secondes, l’occasion de voir qu’elle est bien sur rail. Rencontre avec Cindy : elle nous réclame de l’argent pour la réparer et donc commandite l’extermination de plusieurs monstres dans les montagnes. Oui, Final Fantasy XV est toujours aussi beau, les trailers ne mentent pas. Entre les superbes scènes cinématiques, les décors photo-réalistes fourmillant de détails ou les personnages parfaitement modélisés, le titre de Square Enix confirme son statut de blockbuster. Heureusement. Arrivent très vite les combats : on maintient Rond. Le Rond fait tout : le héros défouraille alors automatiquement les ennemis. La caméra se place correctement, il est simple d’esquiver et de changer d’adversaire. Les menus, finalement peu envahissants, sont plutôt simples à appréhender. Et surtout ils ne sont pas trop intrusifs. Même la téléportation paraît innée, sauf quand il s’agit d’aller s’agripper en hauteur, système qui demande un minimum d’habitude. Et malheureusement, 25 minutes de démo, en incluant les cinématiques, ça défile à toute berzingue, même pas eu le temps de tester toutes les subtilités des affrontements. Il n’en demeure pas moins qu’elle m’a considérablement rassuré. Faite à partir du build de la précédente version Gold, celle qui aurait dû sortir dans le commerce, elle présentait pour la première fois, à mes yeux du moins, un produit fini. Final Fantasy XV existe, il est beau et il a visiblement pas mal de choses à raconter. Il n’y a plus qu’à prendre son mal en patience, plus que quelques semaines.

Articles qui pourraient vous intéresser

Compte-rendu E3 2019

Compte-rendu E3 2019

L'E3 2019 est terminé depuis quelques semaines maintenant. Cela nous a permis de nous retourner et de réfléchir loin de l'effervescence des conférences, du salon et de l'actualité. Réfléchir aux moments qui nous ont marqué, aux jeux méritant d'être attendus ou encore les instants de gêne. Comme...

Semaine spéciale : Utopiales 2018

Semaine spéciale : Utopiales 2018

la Dix-Neuvième édition des Utopiales se déroulait à Nantes du 31 Octobre au 4 Novembre, au sein de sa cité internationale des congrés. Le format essayé l'année dernière pour suivre les vacances scolaires est finalement reconduit, d'autant que le public a suivi, avec un gain de plus de 8000 personnes, permettant au compteur de franchir la barre des 90 000 visiteurs. Malgré cet engouement croissant et que la cité internationale des congrés ne soit pas extensible, les organisateurs ont presque réussi à pousser les murs en ouvrant de nouvelles salles et un bar au festival.

Compte-rendu E3 2018

Compte-rendu E3 2018

E3 2018, la messe du jeu vidéo internationale a perdu de sa superbe depuis quelques années. Et pourtant, elle continue d'attirer les joueurs du monde entier, soit désormais sur place soit devant leur écran, espérant y découvrir les blockbusters qui habiteront leurs consoles pour l'année à venir...

Poster un Commentaire

avatar
2000
  S'abonner  
Me notifier des