Interview Eric Chahi – Jehanne Rousseau

Interview Eric Chahi – Jehanne Rousseau

Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6

Auditoire : Vu le nombre de jeux qui sont sortis dernièrement, quels sont vos gros coups de cœur ?

EC : Pixel blanc sur fond noir… (rires). Personnellement, c’est beaucoup de jeux sur iPad. Des jeux conceptuels, comme Osmos, Sword and Sworcery, …  Je viens de découvrir Osmos mais il était sorti sur PC et MAC il y a de cela plus d’un an. C’est vraiment un bon jeu comme je les aime avec un système unique. Il y aussi les gros jeux, comme les Uncharted, mais auxquels je n’ai pas encore joué. Après, le problème tient dans le temps qu’il faut passer sur les jeux.

[spoiler intro= »Vidéos » title= »Osmos & Sword and Sorcery »]

Vidéo de Gameplay de Osmos

Vidéo de Gameplay de Sword and Sorcery

[/spoiler]

Auditoire : On imagine que les créateurs n’ont pas beaucoup de temps pour jouer.

EC : Si, si mais le truc, pour un genre donné, on connaît toutes les ficelles. Du coup, on n’a pas forcément envie de le jouer.

JR : Certains jeux, on sait comment ils fonctionnent. Donc on n’a pas forcément envie d’aller plus loin. Ma dernière bonne surprise en terme de RPG, c’est The Witcher 2. Là vraiment, un vrai plaisir de jeu. Beaucoup plus que le dernier Bioware, les derniers Bioware même. J’arrive quand même à reprendre plaisir à jouer à ce genre de jeux, mais cela reste assez ponctuel. On finit par avoir un regard analytique un peu blasé sur les jeux auxquels on est habitué. Par contre, je suis très gourmande de jeux très différents, comme From Dust, pour te rendre hommage Eric (rires), où ce n’est pas du tout le genre de gameplay vers ce que, moi, je tends, qui ne sont pas du tout ce que je fais mais qui sont extrêmement rafraichissants.

[spoiler intro= »Vidéo » title= »The Witcher 2″]

Trailer The Witcher 2
[/spoiler]

Archaïc : Qu’est-ce qui ne vous a pas plu dans les derniers Bioware ?

JR : Dragon Age 2, déjà je ne vais pas m’éterniser sur le carnage. Mass Effect 2 a une bonne  narration. Il y a de très bonnes choses. Il y a une qualité de réalisation qui est effectivement difficile à critiquer. Mais c’est un jeu qui n’étonne plus. Cela fait des années que Bioware fait les mêmes choses. Avec plus ou moins d’action. Il y a des micro-changements dans une recette qui n’évolue plus. J’ai l’impression de regarder des films hollywoodiens à la pelle et ça m’ennuie. Ce n’est pas ce que je cherche dans le jeu vidéo.

Archaic : Donc le problème tient dans la mise en scène et l’univers ?

JR : L’univers, c’est du Star Wars. C’était bien la peine de se libérer de la licence KOTOR. J’aurais préféré qu’ils fassent un vrai KOTOR 3 plutôt que Mass Effect. En plus, ils ont perdu au niveau de l’histoire qui était meilleure dans KOTOR. Ça a du charme mais on connaît. Pour Dragon Age, ils ont pris la licence Donjons et Dragons et c’est tout. Il fut un temps ils s’étaient lancés dans des univers plus barrés. Les jeux n’étaient pas forcément bons mais ça me plaisait davantage. Comme Lionheart. Maintenant, c’est lassant.

Archaïc : Lorsque nous faisons Faery, on a l’impression que vous vous êtes un peu inspirée de Bioware ? Au niveau des dialogues.

JR : Plus le RPG japonais, vu que c’est du tour par tour. Au niveau des dialogues, peut-être. Même si les dialogues aux choix multiples, c’est quelque chose qui existe depuis très longtemps. Mais attention, je ne critique pas Bioware depuis son existence, juste depuis quelques jeux.

Auditoire : Encore des suites… De nos jours, on ne parle que de suites de suites. Même les Uncharted.  Le problème aujourd’hui est de se demander si on peut encore créer quelque chose de super original.

EC : Il y a moyen. Après, il faut qu’il y ait les moyens financiers. Le moyen de production et le moyen de diffusion.

Auditoire : Pour rester sur le sujet du RPG, ceux-ci exploitent encore et toujours l’univers de Donjons et Dragons, eux-mêmes basés sur l’œuvre de Tolkien. Ne pourraient-ils pas exploiter d’autres univers ? Sur d’autres mythologies ? En s’inspirant sur les folklores populaires…

JR : Déjà fait. Faery est justement un jeu basé sur les contes et légendes. C’est resté un petit jeu car les éditeurs ne sont pas prêts à prendre de risques pour diffuser ce genre de titres. Eric, tu as du entendre ça des milliers de fois. « On en a marre de voir toujours la même chose, le même univers ». Je suis complètement d’accord. Mais on ne peut pas toujours vendre de l’inédit. Eric peut-être car il a une assise qui lui permet peut-être d’être plus crédible auprès des éditeurs que je ne le suis…

EC : Et encore ce n’est pas simple !

JR : Oui, j’imagine. Pour en revenir à Mars, pourquoi on l’auto-édite ? Car c’est un univers qui est trop bizarre et que les éditeurs nous ont tous dit « Non, on ne veut pas prendre le risque ». C’est tout.

EC : Le milieu éditorial est très conservateur.

JR : Si un jeu marche, effectivement, ils veulent poursuivre, et là il faut faire un 2, un 3.

Archaïc : Une suite de prévue pour Faery ?

JR : En fait, il y avait deux autres volets de prévus. Ils étaient même écrits. Contrairement à beaucoup de gens qui promettent, et qui ne font pas ; mais notre éditeur ne nous a pas suivi. Et comme il a les droits sur l’univers, on ne peut pas continuer l’histoire. Un jour peut-être. Tout était prévu…

[spoiler intro= »Faery » title= »Qu’est-ce que c’est ? »] Faery Legends of Avalon est un RPG, paru sur Xbox Live Arcade et Playstation Network, dans un univers inspiré de multiples folklores européens. Il nous met dans la peau d’un féérique devant sauver l’île d’Avalon au nom du roi Obéron. Malgré son système de combat extrêmement classique, le jeu se distingue par son univers graphique en décalage de ce qui se fait habituellement dans le genre.

Pour davantage de détails, n’hésitez pas à consulter la critique complète de Faery.

Trailer officiel Faery Legends of Avalon

[/spoiler]

Archaïc : Le jeu a insuffisamment marché ?

JR : Il a suffisamment marché pour qu’il soit rentable. Cela me va très bien car il faut bien que les sous rentrent aussi. Mais bon, je pense que pour l’éditeur, en guise de ligne éditoriale, ce n’est pas ce qu’il désire présenter. Il va plutôt aller vers le gamer, avec des univers plus matures. Il n’a pas voulu aller plus loin dans l’aventure. Faery, sans être une méga réussite, s’est correctement vendu bien que disposant d’un support marketing moindre que celui des gros jeux du marché.

EC : Pour créer quelque chose d’original, c’est vrai que ça coûte cher, déjà. On peut créer des choses très simples, très minimalistes. On peut faire des choix encouragés par les très petits budgets. Le dématérialisé va justement dans cette direction, mais les développements peuvent être également très chers.

JR : En terme de distribution, ce ne sont pas les mêmes parts qui nous sont reversées. Pourtant, souvent, les joueurs râlent contre le dématérialisé. Deux raisons : le côté DLC. Ce que je peux comprendre, même si je ne suis pas trop concernée car ce n’est pas ma boutique d’en faire. La deuxième raison : le côté matérialiste et la disparition des boîtes. Mais il faut savoir que les montants qui nous sont reversés n’ont rien à avoir avec ceux des jeux en boîte. Effectivement, on peut prendre des risques en dématérialisé qu’on ne peut pas prendre en boîte.

EC : La répartition, c’est 70 – 30. 70% pour l’éditeur et les développeurs.

JR : Enfin s’il en reste pour le développeur…

EC : Voilà, et en distribution classique, ce n’est plus que 50%.

JR : Oui, il faut enlever la TVA, qui est encore à 19,6%. Il faut ensuite enlever la part des magasins, la part des distributeurs. Il ne reste plus grand-chose, d’autant qu’il faut également en reverser au consolier. Sur un jeu à 70%, moins la TVA, on arrive vers 58-60.

EC : Il faut savoir qu’elle est également présente sur le dématérialisé.

JR : Oui, mais les gens oublient souvent de l’enlever de la base de calcul. Sur 70€, si l’éditeur reçoit 20€, il est plutôt content. Et dessus, il en reverse 3-4 au développeur. On s’intéresse donc à d’autres supports, pas seulement pour ces raisons là, mais ça joue beaucoup.

EC : Il faudrait trouver des investisseurs qui pourraient donner carte blanche mais là… (rires)

Articles qui pourraient vous intéresser

Utopiales 2018 – Interview Jehanne Rousseau – Greedfall

Utopiales 2018 - Interview Jehanne Rousseau - Greedfall

Tel un rituel, nous avons retrouvé Jehanne Rousseau, qui, toujours aussi accessible, nous a de nouveau donné un peu de son temps entre deux tables rondes et master class. Nous avions abordé l'année Greedfall, le dernier gros titre de son studio Spiders. Le jeu étant de plus en plus conséquent...

Utopiales 2017 – Interview Jehanne Rousseau – Greedfall

Utopiales 2017 - Interview Jehanne Rousseau - Greedfall

Habituée du festival de science-fiction des Utopiales, Jehanne Rousseau, CEO du studio français Spiders, apprécie débattre avec d'autres créateurs lors de tables rondes organisées sur différentes scènes de la Cité Internationale des Congrès. Pas de promo sur le salon pour elle, pourtant elle...

Interview de Yasuyuki Oda (King of Fighters XIV, Kizuna Encounter)

Interview de Yasuyuki Oda (King of Fighters XIV, Kizuna Encounter)

L'interview a été réalisée par Simon *Gozaimas* Parkin en début d'année 2017 et publiée sur le forum de Neo-geo.com. Réalisée dans le cadre d'un projet d'article pour le New Yorker, elle n'a que très peu répondu aux attentes de son auteur, mais contient suffisamment de passages intéressants...

9
Poster un Commentaire

avatar
2000
7 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
MeporgMargothVidokLinanounetteLced Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Hyades Luine
Membre

Une lecture vraiment intéressante, instructive et rafraîchissante. On ne voit pas passer les six pages ^^. Tout le monde connaît Eric Chahi bien sûr, mais grand coup de cœur pour la découverte de Jehanne Rousseau. Je connaissais le studio Spiders grâce aux quelques news sur Mars qui m’avait tapé dans l’œil pour son atmosphère (et puis un RPG français, c’est rare). Je vais d’ailleurs sans doute me prendre Faery que j’avais totalement oublié sans trop tarder. En tous cas, je ne connaissais pas du tout la femme à la tête du studio et voir une développeuse qui parle de son… Read more »

Altraum
Invité
Altraum

Une excellente interview qui laisse naturellement transparaître toute l’implication et la passion du métier que partagent Eric Chahi et Jehanne Rousseau. Les sujets abordés sont variés, chaque question amène à un point de vue intéressant, et comme dit plus haut il n’y a ni langue de bois ni discours préformatés pour venir gâcher l’entretient. Autrement Mars est un titre que j’attends depuis sa première présentation, et je compte aussi me prendre Faery à l’avenir sachant que son univers m’avait grandement intrigué dès les premiers trailers. En tout cas la discussion autour des jeux Bioware m’a beaucoup amusée en deuxième partie,… Read more »

Lced
Invité
Lced

Merci pour l’interview, et ton déplacement là-bas a donc été très très fructueux Vidok:)

@Altraum :

« J’ai l’impression de regarder des films hollywoodiens à la pelle et ça m’ennuie. Ce n’est pas ce que je cherche dans le jeu vidéo. »

Tu me connais suffisamment bien pour savoir à quel point je plussoie cette phrase. Sinon Faery avait l’air sympa pour ce que j’en ai fait (la démo). Seuls les contrôles étaient déroutants dans un premier temps.

Linanounette
Invité

Un compte rendu riche et intéressant c’est agréable de voir des acteurs parler aussi librement plutôt que de cantonner à un discours marketing pré-formaté

Margoth
Editor

J’avais un peu tardé à la lire parce que je pensais que j’aurais mis des heures à me la taper dans son intégralité. Eh bien, force est de constater que ça se lit bien plus vite qu’on ne le pense et en plus, ça se lit facilement. C’est vraiment intéressant car nous, en tant que joueurs, on peut avoir notre perception quant à l’industrie vidéo-ludique mais on se rend compte que raconté par des gens intérieurs, nos opinions et hypothèses sont peut-être à côté de la plaque. Et j’admets que j’ai adoré découvrir Jehanne Rousseau, bien plus haute en couleur… Read more »

Meporg
Invité

Je viens du blog de Dilannokaze où tu avais lâché un très méchant commentaire qui ramené à cet article. Oui vous pouvez le lyncher ;)

Sérieusement, je suis heureux d’avoir croisé le chemin de ce site. J’ai appris pleins de trucs et ça me donne envie de me plonger dans un bon petit projet de création ! On sent vraiment la passion, l’engagement et l’env II e de faire des choses originales. Du rêve en boîte.

Petite adresse web, tu vas faire un tour dans mon flux RSS…

Margoth
Editor

Je ne vois pas en quoi j’ai été méchante, d’autant plus que c’est toi qui a été de ta critique pour le billet à la base de ta venue. Et puis, il n’y a pas de mal de défendre son petit bout de gras de temps à autre et la preuve, ça m’a l’air de fonctionner ;)