Nin²-Jump
Appréciation 3

Nin²-Jump reste tout de même un jeu sympathique. Il est juste dommage qu’un tel potentiel ne soit que si peu exploité et ne nous propose qu’un petit hors d’œuvre exquis mais en faible quantité. Il est important de noter que le titre est vendu jusqu’à la fin du mois de juin pour 400 points Microsoft, soit la moitié du prix d’origine, et surtout qu’une partie des revenus récoltés par sa vente seront reversés aux organisations caritatives qui œuvrent pour les victimes du tremblement de terre japonais. De quoi rendre solidaire un éventuel petit achat coup de cœur

Résumé 3.0 Correct

Nin²-Jump

Grand partenaire de Microsoft au Japon avec ses nombreux danmaku exclusifs à la Xbox 360, Cave s’est attaqué il y a quelques mois au marché du Xbox Live Arcade en portant sur la plateforme son shoot’em’up mythique typé Edo, Guwange. En attendant de peut être voir débarquer son disco-shoot Dangun Feveron/Fever SOS, le studio japonais nous gratifie d’un titre totalement inédit, quelque peu éloigné de ses productions habituelles. Son petit nom ? Nin²-Jump pour Nin Nin Jump.

Ninja, héros au grand cœur, s’est donné pour mission de sauver la princesse Sakura kidnappée par l’ignoble shinobi Namakura. Il fallait s’en douter, sa quête ne sera pas sans dangers, car se mettront en travers de son chemin les quatre sous-fifres du gros méchant, eux aussi protégés de nombreux ennemis et des niveaux aux architectures bien étudiées pour piéger les plus maladroits. Le jeu est présenté de manière fortement agréable grâce à sa patte graphique qui n’est pas sans rappeler un petit théâtre traditionnel japonais : devant un public d’enfants agités qui s’extasient devant nos performances et nous encouragent régulièrement, les personnages tout plats et d’autres éléments semblent être manipulées par des marionnettistes cachés en dessous du décor. Ajoutez à cela de jolis environnements légèrement transparents, une désopilante traduction des textes japonais et des kanjis qui apparaissent à l’écran, les commentaires désabusés de Namukara et vous obtenez une ambiance indéniablement attachante.

Le mode Aventure est composé d’une cinquantaine de levels à la difficulté croissante. L’objectif principal est de boucler le tableau le plus rapidement possible, non sans avoir récupéré tout les parchemins dispersés un peu partout et en limitant aux maximum la rencontre avec un objet dangereux ou un ennemi collant. En résultera une note, un temps record pour tâter les classements en ligne ainsi que l’accès au prochain défi, et ainsi de suite jusqu’à affronter un boss pas trop compliqué une fois la tactique trouvée. On débloquera, en plus du classique saut par défaut, un grappin qui s’accrochera et le projettera sur n’importe quelle surface – également celles qui coupent et qui piquent – ainsi qu’un pouvoir lui permettant de foncer tête baissée sur de lents ennemis aux spawns très délicatement voulus. Le gameplay prouve son efficacité grâce à un level design qui fini par devenir assez sadique mais qui s’évanouit brutalement.

Et pour cause : comme indiqué plus haut, l’aventure ne comporte que cinquante niveaux, inclus ceux des boss, et la plupart se terminant en moins d’une minute, on se retrouve rapidement au générique de fin, non sans une certaine déception. La présence d’un accès aux contenus téléchargeables laisse penser que Cave fournira peut être de nouveaux packs de niveaux, mais dans l’état, la petite durée de vie de Nin Nin Jump fait pâle figure face aux ténors du genre que sont N+ et Super Meat Boy. Boucler à 100% l’aventure se résumera à récupérer les cinquante icônes « Cave » et viser le Rang S pour chaque niveau pour grimper dans les classements ou alors ajouter quelques succès supplémentaires à son Gamescore. Le mode Score Attack, où il faudra dans quatre arènes différentes survivre le plus longtemps possible face à une horde d’ennemis, saura satisfaire quelques temps les adeptes de scoring, tandis que les autres ne s’y attarderont pas plus que ça.

Nin²-Jump reste tout de même un jeu sympathique. Il est juste dommage qu’un tel potentiel ne soit que si peu exploité et ne nous propose qu’un petit hors d’œuvre exquis mais en faible quantité. Il est important de noter que le titre est vendu jusqu’à la fin du mois de juin pour 400 points Microsoft, soit la moitié du prix d’origine, et surtout qu’une partie des revenus récoltés par sa vente seront reversés aux organisations caritatives qui œuvrent pour les victimes du tremblement de terre japonais. De quoi rendre solidaire un éventuel petit achat coup de cœur.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

1
Poster un Commentaire

avatar
2000
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Vidok Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Vidok
Admin

Ha ! J’avais uniquement lu le titre du jeu sans jamais m’y intéresser. Je trouve le style graphique génial ! Et si en plus il est à 50%, je ne peux qu’aller me le procurer ce week-end. Merci pour cette découverte !