Valkyrie Profile
Appréciation 5

Géant du marché japonais, Enix impressionne à chacune de ses nouvelles licences. Dragon Quest, Actraiser, Terranigma, Star Ocean. L’éditeur n’a de cesse de proposer des univers toujours plus fascinants et attachants. Son association au studio de développement Tri-Ace, responsable de Star Ocean, ayant le vent en poupe, l’arrivée d’un nouveau titre et d’un nouveau concept ..

Résumé 5.0 Extra

Valkyrie Profile

Géant du marché japonais, Enix impressionne à chacune de ses nouvelles licences. Dragon Quest, Actraiser, Terranigma, Star Ocean. L’éditeur n’a de cesse de proposer des univers toujours plus fascinants et attachants. Son association au studio de développement Tri-Ace, responsable de Star Ocean, ayant le vent en poupe, l’arrivée d’un nouveau titre et d’un nouveau concept séduit les joueurs, et tout particulièrement les fans de RPG : Valkyrie Profile. L’allusion à la mythologie nordique amène aussitôt son lot de promesses que les deux studios se sont fait une obligation de tenir…

Valkyrie Profile s’ouvre sur l’histoire de Platina. Fille unique d’une famille bien pauvre, elle est non seulement assignée aux tâches ingrates mais également maltraitée par ses parents. Une nuit, son ami Lucian l’extirpe de son sommeil pour la sauver : elle doit être vendue le lendemain matin à d’étranges hommes en noir. Les deux adolescents s’enfuient à travers bois jusqu’à déboucher sur un magnifique parterre de fleurs… mortelles. Le poison des Weeping Lilies fait son effet emportant la jeune Platina devant les yeux impuissants de Lucian. Enix nous met alors dans la peau de Lenneth, une valkyrie du royaume divin d’Asgard, le Valhalla. En tant que déesse guerrière, elle est particulièrement respectée par ses congénères et redoutée par les mortels. Sa convocation par Odin ne laisse plus planer le doute : la fin du monde – Ragnarok – est proche. Le dieu des dieux lui confie l’importante mission de recruter des âmes héroïques. Pour cela, elle doit se rend sur Midgard, le royaume des humains, le royaume du dessous, et enrôler des combattants méritants. Le critère du mérite est subjectif, toutefois, tous sont décédés dans des conditions qui font très souvent d’eux des martyrs. La récolte de ces âmes sera le leitmotiv de Lenneth tout au long des 8 chapitres, et 192 périodes qui rythmeront l’aventure jusqu’à la bataille finale l’opposant au déclencheur du Ragnarok.

Débuter un jeu par le décès d’un personnage n’augure rarement une histoire très heureuse. Valkyrie Profile confirmera cela au fil de l’avancée, avancée qui se veut à moult reprises très révélatrice quant au passé de notre héroïne. La ressemblance entre Platina et Lenneth n’échappant bien évidemment à personne. Mais plus encore que ces nombreuses révélations, le scénario se veut morceler et découpé en autant d’histoires que de protagonistes. Chaque recrutement induit une mort préalable, c’est ainsi que Lenneth et par la même occasion le joueur assistera au décès, voire au meurtre de l’intégralité des combattants élus, les Einherjars. D’évidents cas de conscience seront posés à Lenneth l’entraînant même parfois à participer activement à la mort d’un humain. Autant dire que les scènes cinématiques, extrêmement fréquentes, se suivent de manière assidue et passionnée, nous en apprenant énormément sur le passé des Einherjars, et parfois même sur celui de Lenneth. A la fois triste et poignant, le scénario se révèle être la grande force de Valkyrie Profile, poussant réellement le joueur à s’investir dans sa quête principale mais également dans les faits annexes pour en apprendre toujours plus. Se contenter des faits principaux laisse inévitablement des zones d’ombre frustrantes pour toute personne désireuse de découvrir les dessous du titre d’Enix.

Le gros de la progression se veut pourtant en intérieur, au sein des nombreux donjons qui parsèment le jeu. Le but étant d’envoyer les meilleurs combattants possibles au Valhalla, la résidence des Dieux, il est nécessaire pour Lenneth de les entrainer du mieux possible. A leur récupération, chacun dispose d’un grand nombre de points de capacité qu’il faut répartir dans les différentes capacités des héros. Nous relevons les traits – des traits de personnalités qui permettent d’augmenter la valeur héroïque d’une âme – les compétences actives – des techniques de combat devant être équipées – et les compétences passives – des améliorations de statistiques comme l’intelligence, la magie ou encore la force. En parallèle, les Einherjars gagnent de l’expérience et des niveaux, leur octroyant naturellement de meilleures caractéristiques.

La déesse Freya, amie de Lenneth et bras droit d’Odin, exige l’envoi de combattants à chaque chapitre du jeu. Non seulement leur nombre est défini à chaque chapitre, mais les conditions d’envoi également : si le joueur est libre d’envoyer qui il souhaite, la récompense d’Odin ne sera conséquente que si l’envoi respecte les conditions établies. Un sorcier ayant une valeur héroïque de 80, maîtrisant les compétences Hear Noise, Trick et Demon Int, ou un guerrier connaissant Tactics, Leadership et Identify d’une valeur héroïque d’au moins 50 ou encore un personnage sachant nager. Les conditions sont énumérées à chaque début de chapitre par Freya et c’est au joueur de bien les garder en tête. L’envoi doit se faire au cours des 24 périodes du chapitre, sous peine d’être sanctionné à sa conclusion, faisant par la même occasion chuter l’appréciation d’Odin à l’égard de Lenneth. De toute façon, c’est tout à l’avantage du joueur de se plier à ces conditions puisque les récompenses sont de puissants objets et un paquet d’expérience.

Les déplacements de Lenneth se font au travers d’une carte du monde, en 3D s’il vous plaît, qu’elle peut survoler à loisir trois types de lieux peuvent y apparaître. Les villes, nécessaires pour faire avancer l’histoire et recélant de multiples scénettes cachées débouchant sur des objets bonus, les donjons, obligatoires pour faire progresser ses héros et les Caves d’Obivion, des donjons générés aléatoirement rapportant souvent de très beaux artefacts. Une fois une destination accostée, la progression se fait entièrement en scrolling horizontal. Que ce soit décors ou personnages, tout élément affiché à l’écran est en 2D. Déconcertant, mais rappelant de vieux titres tels que The Link’s Awakening ou Actraiser, ce procédé offre de superbes panoramas au joueur, souvent médusé devant la beauté et la poésie se dégageant des nombreux tableaux.

Articles qui pourraient vous intéresser

Old Man’s Journey

Old Man's Journey

Old Man's Journey a beau être ce genre de petit jeu trop cher par rapport à sa durée de vie au ras des pâquerettes, il n'en demeure pas moins charmant. Direction artistique très réussie, gameplay simpliste qui fait son boulot et n'est pas aussi prétexte qu'il n'y paraît sur le papier tant il vient renforcer l'atout principal qui le fait se démarquer : mettre en lumière un protagoniste âgé. Pour lequel on n'ira pas forcément dire que ce sera notre « nous du futur », même si l'on ne pourra cacher qu'on espère tenir sa même forme physique et détermination lorsqu'on parviendra à son âge. Mais qui nous touchera tant l'on pensera à notre propre papy, ce qui fera que l'on mettra un point d'honneur à l'aider tout au long de son périple à lui aménager son trajet pour qu'il puisse arriver à sa destination. Avec toujours ce plaisir aussi indiscret que coupable de découvrir les tenants et aboutissants de cette petite histoire ordinaire et intimiste..

Ratchet & Clank

Ratchet & Clank

La formule Ratchet & Clank à base de plate-forme et d'action a toujours fonctionné et ce, dès ce premier opus qui n'a pas pris une ride, même sur son support originel. Parce que finalement, la série n'a pas forcément beaucoup évolué au fil des épisodes, hormis le fait de s'appuyer davantage sur ce qui fait le succès du soft : plus d'armes badasses, de gadgets et surtout, d'humour. Parce qu'il fut un moment où le jeu vidéo était peut-être devenu trop sérieux et mature, notamment durant l'ère PS360, d'où le fait que la franchise d'Insomniac Games a toujours réussi à conserver son public. Parce que même si la formule n'a pas forcément beaucoup évolué, les sensations jouissives de jeu et l'univers cartoonesque, non. Et c'est bien là tout ce qu'on demande..

Berzerk

Berzerk

Bien que simpliste, le système de Berzerk n’en est pas pour autant mal rôdé, au contraire. La présence d’Otto, la difficulté progressive, le pallier des 5000 points loin d’avoir été choisi au hasard, sont autant d’éléments démontrant la justesse des choix techniques et des tests effectués. Un vrai plaisir.

5
Poster un Commentaire

avatar
2000
5 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
MizakidoVidokmogfaHyades LuineLced Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Lced
Membre

Hé bien, moi l’iconoclaste de service, j’ai découvert ce jeu l’année dernière. Et quelle baffe. Si je l’avais connu en son temps, probablement que certains cadors de l’époque (que je ne citerai pas) m’auraient laissé des souvenirs encore plus vagues que ce qu’ils m’ont laissé. Ecriture, richesse, ambiance, justesse des personnages, « tranches de vie » toutes plus touchantes les unes que les autres, système de combats passionnant. Et la Valkyrie qui demeure le personnage féminin qui m’aura le plus marqué tant le paradoxe entre l’aplomb avec lequel elle assume son rôle de déesse de la destinée et en même temps…. Bah!… Read more »

Hyades Luine
Membre

Pas mieux. Valkyrie Profile est un très grand jeu, pas que ça veuille dire qu’il soit parfait pour autant : comme l’a indiqué Vidok, le rythme peut devenir vachement répétitif si on veut exploiter toutes les périodes à disposition et il y a masse d’éléments de gameplay pas ou mal expliqué. Mais bon, à côté de ça, on a sans doute un des RPGs les plus audacieux qui soient, un jeu qui a offert une expérience radicalement différente de ce qu’offrait la concurrence. Et surtout, c’est un jeu qui est allé au bout de son trip, même si ça voulait… Read more »

mogfa
Invité
mogfa

Pas mieux. Par contre, plus que le côté répétitif qui personnellement ne m’a jamais dérangé (même si je comprends parfaitement qu’on le soit), c’est plus la fin A qui constitue à mes yeux le plus gros défaut du jeu. Pas par son contenu, magistral, mais par la manière de l’obtenir qui est à mon sens une véritable honte. C’est vraiment le seul échec du jeu à mon sens.

Reste que même sans sa fin A, Valkyrie Profile est un très grand jeu.

Mizakido
Editor

Beau fût le jour où coincé dans mon adoration pour les Final Fantasy, j’ai découvert Star Ocean 2 puis ce Valkyrie Profile. Un jeu assurément mélancolique dans son scénario et ses magnifiques musiques (qui donnent parfois la larme à l’œil), et qui propose pour moi le meilleur système de combat de tout les RPGs que j’ai pu jouer : dynamique, tactique (ou bourrin) et extrêmement grisant (s’acharner sur un boss, quel pied!). Tout ce temps passé dans les donjons et les menus à parfaire ses personnages… How nostalgic.